Navigation – Plan du site

Vincent Liquète, Susan Kovacs (dir.), « Classer, penser, contrôler », Hermès, n° 66, 2013

Iris Loffeier
Classer, penser, contrôler
Vincent Liquète, Susan Kovacs (dir.), « Classer, penser, contrôler », Hermès, n° 66, 2013, 300 p., CNRS, ISBN : 978-2-271-07889-6.
Haut de page

Texte intégral

1Orienté vers une « pragmatique du classement » (p. 10), ce numéro de la revue d’information et de communication Hermès organise son propos en ne répartissant pas moins de trente-deux articles (plus un varia) en quatre parties : « Classification, pouvoir et idéologie » ; « Classer, entre consensus et controverse » ; « Le classement face aux Big Data et aux réseaux numériques » ; « Usages appropriations et dissémination des outils de classement ». L’ensemble du numéro évolue depuis le plus abstrait (première partie) vers le plus appliqué (dernière partie). Ce sont les outils de classement et de classification et/ou leurs usages qui sont au centre du propos : Encyclopédisme des Lumières ; classification décimale de Melvil Dewey et autres tentatives de classification documentaire ou muséale ; Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM) ; classement de Shanghaï ; encyclopédisme de Google, ou encore classification des socialités dans Facebook par les adolescents, pour n’en citer que quelques-uns. Les deux premières parties se concentrent plutôt sur une approche « théorique » des classifications et classements. Les deux parties suivantes, l’une consacrée aux TIC et l’autre aux modalités de transmission/réception des catégorisations à une échelle plutôt micro-analytique, appuient plus volontiers leur propos sur des enquêtes empiriques. Au-delà des catégorisations, classifications et classements, ce sont les rapports de pouvoir et de contrôle dont ces opérations portent les traces qui sont à l’étude.

2L’introduction et le premier article du numéro posent les bases épistémologiques qui sous-tendent tous les autres articles en présentant la manière dont la question fondamentale des rapports classification/ordre/pouvoir peut être abordée à travers ces catégorisations. Ces articles réinsèrent les questionnements du numéro dans ce qu’ils doivent, notamment à Émile Durkheim, Marcel Mauss et Michel Foucault, tout en posant les fondements épistémologiques transversaux au reste des articles. Les autres articles du numéro approfondissent ou appliquent ces questions à des systèmes de classification particuliers ou des contextes sociaux spécifiques. Le classement des savoirs dans les bibliothèques, par exemple, est d’abord étudié à partir des logiques, des controverses et des luttes qui les fabriquent. Sont ensuite explorés les problèmes pratiques et techniques que pose la ventilation de questions précises dans ces classements (les ouragans), mais également les discours qui sont portés par ces classements eux-mêmes (questions du genre).. Enfin, sont interrogées les modifications des classements induites par l’arrivée du numérique, ainsi que leur transmission et leur réception dans des contextes pédagogiques. Allant des philosophes grecs aux logiques de Google et de Facebook, la question des rassemblements, des mises en opposition, des discours sous-jacents ou de la performativité des frontières dessinées par les classements et classifications s’exemplifie de manières très diverses. Histoires des idées, idéologies (genre, racisme, et élaboration des différenciations et hiérarchisations entre les hommes) sont abordées au prisme de leur construction catégorielle et de leur stabilisation. Savoirs et sciences sont abordés à l’aune de ce qu’ils doivent à leur découpage, c’est-à-dire à leur construction, là où on pourrait tendre à croire à leur segmentation « naturelle » : histoire des muséums d’histoire naturelle, histoire des différenciations et des tentatives de classification des savoirs montrent de quelles prétention à l’universalisme, de quelles métaphores performatives (rhizomes ou arbre de la connaissance par exemple) et de quelles luttes de pouvoir entre scientifiques héritent les moteurs de recherche, les bibliothèques, ou les centres de documentation et d’information en milieu scolaire (CDI) que nous utilisons aujourd’hui. Illustrations de la performativité des classifications ainsi que des enjeux qui les portent, ces différents articles montrent comment la compréhension du monde et des savoirs relève du produit d’une histoire pratique, d’une construction sociale qui n’est ni sans controverses, ni sans effets, en retour, sur les objets qu’elle découpe. Ce questionnement porte, en sous-main, l’idée selon laquelle cette histoire ou les pratiques qui en découlent actuellement permet également d’interroger la légitimité des frontières établies et normées à travers leur dénaturalisation. Ceci, d’ailleurs, peut se colorer d’un nouveau sens, si on le rapporte au contexte dans lequel ce discours est produit : celui d’une revue pluridisciplinaire revenant sur les découpages traditionnels des savoirs à la frontière desquels elle se situe elle-même.

3La richesse du numéro quant à la profusion et la diversité des approches ou des contextes d’application représente peut-être également une légère faiblesse : le grand nombre d’articles limite leur espace de développement propre et peut paradoxalement amener à une certaine redondance des discours. En outre, le lecteur familier des questions de classification ou de catégorisation pourra trouver surprenant le peu de place, sinon l’absence quasi totale, du langage lui-même dans la description de telles opérations de catégorisation. Langage dont la propriété classificatoire intrinsèque pourra à l’occasion être présentée comme réservée aux outils ou aux contextes explicitement dédiés à la classification. Peut-être est-ce une conséquence de la construction de ce numéro : l’ensemble d’articles dédiés de plus ou moins loin à la bibliothéconomie pourrait laisser croire que ces activités appartiendraient à un champ de la pratique sociale circonscrit à des lieux, des temporalités ou des acteurs explicitement concernés par le classement de savoirs ou de documents. En ceci, le numéro illustre peu in fine l’intéressante proposition de ses coordonnateurs, qui annoncent en introduction entendre considérer la catégorisation comme une dimension anthropologique car fondamentale à toute pratique, toute compréhension et toute appréhension cognitive du monde. Enfin, les parties consacrées à l’étude plus pragmatique des classements et classifications décrivent les méthodes employées de manière très inégale d’un article à l’autre, laissant parfois le lecteur interrogatif quant à la nature du discours tenu.

4Cela étant, le lecteur cherchant là une (nouvelle) porte d’entrée vers la question des catégorisations pourra trouver de nombreuses informations, pistes de réflexions, sources d’inspiration, voies d’application et références centrales autour de cette thématique : géométrie des savoirs encyclopédiques ; classification des handicaps, du genre ou des ouragans ; subtilités, histoire et pratique(s) des classifications décimales de Melvil Dewey ou de Leibniz et Otlet ; logiques pédagogiques des enseignants documentalistes ; pistes d’autant plus riches que les articles sont effectivement nombreux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iris Loffeier, « Vincent Liquète, Susan Kovacs (dir.), « Classer, penser, contrôler », Hermès, n° 66, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13299

Haut de page

Rédacteur

Iris Loffeier

Docteur en sociologie, post-doctorante à l’Université du Luxembourg, membre du laboratoire IPSE et chercheur associé au LAMES/MMSH.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page