Navigation – Plan du site

Zygmunt Bauman, Does the Richness of the Few Benefits us All?, Polity, 2013

Marie Duru-Bellat
Does the Richness of the Few Benefit Us All?
Zygmunt Bauman, Does the Richness of the Few Benefit Us All?, Cambridge (UK), Polity, 2013, 100 p., ISBN : 978-0-7456-7108-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Joseph Stiglitz, Le Prix de l’inégalité, Paris, Les Liens qui libèrent, 2012.

1De sa longue carrière, on retient surtout des travaux de Zygmunt Bauman (aujourd’hui professeur émérite à l’Université de Leeds) l’image d’une société devenue « liquide », c’est-à-dire, où les relations interindividuelles sont devenues interchangeables, impalpables, voire jetables… Mais cette thèse de Z. Bauman se niche dans une analyse critique moins connue de nos sociétés de consommation. C’est cette ligne que suit ce bref essai, sur un thème largement exploré ces dernières années par les économistes, mais bien moins par sociologues, à savoir, comme le dit explicitement le titre, « est-ce que la richesse d’un petit nombre bénéficie à tous ? ». Problème classique dira-t-on ! Certes, mais de plus en plus aigu. Il est rappelé dans l’introduction que longtemps, les niveaux de vie n’ont jamais varié que du simple au double sur la planète, alors qu’aujourd’hui, le revenu par habitant du Qatar est 428 fois supérieur à celui du Zimbabwe… Pour justifier ces inégalités, les économistes libéraux ont longtemps argué que la poursuite par chacun de son propre profit était ce qui engendrait le plus efficacement le bien de tous. Cette idéologie est de plus en plus contestée par les instances qui en étaient les porte-parole, l’OCDE notamment, et des économistes de plus en plus nombreux. On pense évidemment au prix Nobel Joseph Stiglitz qui s’est exprimé à maintes reprises – notamment dans son livre Le Prix de l’inégalité1 pour en fait une critique systématique.

  • 2 En français, voir François Bourguignon, La mondialisation de l’inégalité, Paris, Seuil, coll. « La (...)
  • 3 En français, voir Richard Wilkinson, L’égalité, c’est la santé, Paris, Demopolis, 2010.

2Z. Bauman débute son argumentaire par un chapitre rappelant l’état et l’évolution récente des inégalités, à la fois entre pays et au sein des pays. Il cite notamment les travaux de F. Bourguignon2. Il suit de fait fidèlement les thèses de Stiglitz à propos de la crise de 2008 qui a mis à mal l’idéologie justifiant les inégalités de salaires par le mérite, vu l’envolée folle et visiblement disproportionnée des hauts salaires ; d’où, pour Stiglitz, une crise de légitimité, de confiance, délétère pour la démocratie américaine. Aujourd’hui, et même aux États-Unis, peu d’économistes adhèrent encore à la thèse selon laquelle les inégalités sont bénéfiques à la croissance des économies. Au contraire, ont diffusé les thèses de chercheurs (non économistes) comme R. Wilkinson3, démontrant les effets macrosociaux délétères des inégalités. Pour autant, celles-ci résistent et ne suscitent pas de révolte massive et manifeste…

  • 4 Daniel Dorling, sociologue britannique, auteur de Injustice: Why Social Inequality Persists, Bristo (...)

3C’est là qu’interviennent d’autres justifications idéologiques, et dans un second chapitre, Z. Bauman reprend les analyses de D. Dorling4, qui a proposé un inventaire des argumentations idéologiques ou des présupposés implicites qui, tous, confortent une tolérance aux inégalités : les êtres humains sont par nature différents, il faut laisser les talents s’exprimer et il serait même contreproductif de les contrarier, une certaine sélection est donc bénéfique… Mais cette représentation résignée des talents innés qu’on a ou qu’on n’a pas concerne aussi le vaste monde, notamment le marché, volontiers tenu comme un processus naturel qu’il conviendrait de perturber le moins possible, avec dans ce monde peu de marge pour les personnes. Et Z. Bauman de rappeler les intuitions de W. Thomas et F. Znaniecki : que tout ceci soit vrai ou faux importe peu, il suffit que l’on y croit pour que les effets soient bien réels ! En l’occurrence, tout ceci débouche sur une vision des inégalités comme un phénomène naturel, de la concurrence comme nécessaire, de la croissance comme seule voie pour résoudre les problèmes de la société… Il y a aussi le présupposé de l’insatiable appétit de l’homo œconomicus, qui semble plutôt se renforcer dans la période récente. Z. Bauman rappelle ici les propos de J.S. Mill (pionnier, au dix-neuvième siècle, de l’économie moderne) qui posait que la croissance ne serait pas éternelle et que l’on déboucherait sur un état stationnaire, permettant des progrès sociaux, et même dans ce qui est de l’art de vivre, allait-il jusqu’à dire… Plus récemment (dans un texte écrit en 1930 et dédié à ses petits enfants), J.M. Keynes dénonçait le fait que la croissance soit devenue une fin en soi plutôt qu’un (simple) moyen pour tendre vers une vie meilleure, une vie meilleure définie, à l’instar de J.S. Mill, comme une vie de création et de relations humaines, une vie intellectuelle et spirituelle…

  • 5 Nous nous permettons de renvoyer à notre essai, [NDLR : Marie Duru-Bellat], Pour une planète équita (...)

4Tout au fil du livre et fidèle à la question qui lui donne son titre, il y a le leitmotiv à présent bien démontré par les économistes, à savoir que ce « trickle-down effect » – le fait que la fortune des riches « ruissellerait » sur les pauvres et leur serait donc in fine bénéfique – ne fonctionne pas ; les plus riches récupèrent leur mise, et leur existence même engendre une course de tous les autres pour les imiter. Les moins riches sont honteux de leur sort (d’autant plus que le contexte idéologique les persuade qu’ils en sont responsables), et critiquent moins les riches qu’ils tentent de les imiter… La consommation – consommer plus – est la seule voie pour être heureux, pour améliorer son sort ; Z. Bauman rappelle le conseil donné aux Américains par G. Bush après l’attentat du 11 septembre : « go back to shopping »… Il va jusqu’à dire que le shopping revêt à présent une dimension eschatologique : on n’existe pas quand on ne peut rien s’acheter, et les supermarchés sont devenus les temples des sociétés modernes… Et Z. Bauman de revenir alors à sa thèse d’une société individualiste rongée par cette obsession de la consommation, par la concurrence incessante qu’elle entraîne entre individus, par l’utilitarisme et la méfiance qu’elle entraîne dans les relations quotidiennes, jusqu’à parler d’« orgie consumériste », orgie aujourd’hui planétaire qui étend ainsi cette société liquide qu’il déplore. Revenant aux analyses de D. Dorling, il conclut l’ouvrage en insistant sur la nécessité de combattre les idéologies et les fausses évidences, qui font apparaître acceptables, voire naturelles et intangibles, les inégalités. Au total, ce bref essai, à défaut d’être original – puisque le caractère délétère des inégalités est aujourd’hui au cœur de nombreux ouvrages d’économistes ou de sociologues5 –, présente sous une forme claire et synthétique le chainon qui va d’un mode de fonctionnement économique à l’intériorité des personnes, en passant par leurs relations interpersonnelles, et produit in fine cette société liquide dont il s’est fait le chantre.

Haut de page

Notes

1 Joseph Stiglitz, Le Prix de l’inégalité, Paris, Les Liens qui libèrent, 2012.

2 En français, voir François Bourguignon, La mondialisation de l’inégalité, Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2012.

3 En français, voir Richard Wilkinson, L’égalité, c’est la santé, Paris, Demopolis, 2010.

4 Daniel Dorling, sociologue britannique, auteur de Injustice: Why Social Inequality Persists, Bristol (UK), Policy Press, 2011.

5 Nous nous permettons de renvoyer à notre essai, [NDLR : Marie Duru-Bellat], Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale, tout juste publié au Seuil, coll. « La République des idées », 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Zygmunt Bauman, Does the Richness of the Few Benefits us All?, Polity, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 janvier 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13339

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sciences Po-Observatoire sociologique du changement22/01/2014

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page