Navigation – Plan du site

Gérard Rimbert, Vieillards sous bonne garde. Réparer l'irréparable en maison de retraite

Catherine Gucher
Vieillards sous bonne garde
Gérard Rimbert, Vieillards sous bonne garde. Réparer l'irréparable en maison de retraite, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2011, 260 p., EAN : 9782914968843.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu d’un travail de thèse, l’auteur analyse, dans une perspective de sociologie critique, le destin croisé des personnes âgées en situation de fragilité ou de dépendance et celui de leurs accompagnants. Les données empiriques sur lesquelles s’appuie le propos résultent d’observations ethnographiques, menées dans une maison de retraite privée médicalisée et lors d’un séjour de vacances pour des personnes âgées isolées avec l’association Les Petits Frères des Pauvres.

2La vieillesse se trouve d’emblée définie comme « effondrement des ressources socialement utiles » et comme « crise biographique irréversible » caractérisée par des processus de déclin et de « dégradation ». Ce parti-pris conduit à une dénonciation récurrente de la « vision enchantée » de la vieillesse que proposeraient, selon l’auteur, les experts en gérontologie, qui, en prolongement du politique, au nom d’une morale humaniste, n’hésiteraient pas à confier aux personnels des établissements pour personnes âgées une « mission impossible », i.e. « réparer l’irréparable ». L’auteur met alors en évidence les contradictions qui rendent difficile sinon impossible la mise en œuvre d’une démarche de réparation humaniste de cette irréversible crise biographique. Dans une première partie, l’auteur s’attache à montrer les tensions existantes entre les injonctions institutionnelles d’humanisation des pratiques qui sont adressées au personnel et l’état de grande dépendance des personnes âgées. Le cadre politique et idéologique dans lequel se développent aujourd’hui certaines formes de « gestion sociale des corps » est ainsi présenté. Le premier chapitre, consacré à un historique de la prise en charge de la dépendance, met en lumière d’une part les processus successifs de ségrégation des vieillards en fonction de leur classe d’appartenance, mais aussi les transformations des statuts des personnels à travers la laïcisation. Le deuxième chapitre présente une forme de dénonciation de l’imposture « gérontologique » qui consisterait à réenchanter la vieillesse, à partir du modèle d’un troisième âge, alors que le travail d’entretien des corps relèverait principalement du « sale boulot », dédié à une population « dégradée ». Les observations menées en établissement permettent à l’auteur de montrer la similitude des positions des personnes âgées et des personnels subalternes, résultant de divisions spatiales et sociales institutionnellement construites. Les théories goffmaniennes de l’institution totalitaire sont ici mobilisées pour analyser les positions de « reclus » des personnes âgées.

3Dans la seconde partie, éclairée par une perspective de sociologie du travail, Gérard Rimbert interroge les écarts existants entre les définitions normatives du travail à accomplir et les adaptations dont ces tâches font l’objet. En prolongement de l’analyse des ambiguïtés de la professionnalisation du secteur gérontologique -faible définition des fonctions, référentiels flous de formation- qui rendent difficile pour les personnels l’acquisition d’une culture commune, l’auteur souligne la persistance de préceptes moraux –qualité de vie et bientraitance- issus d’une philosophie humaniste qui se cumulent avec les exigences de rationalisation du travail issues d’une logique managériale. Les pratiques professionnelles sont analysées comme résultant, pour les accompagnantes subalternes dédiées aux vieillards les plus dépendants, d’habitus domestiques et de dispositions morales, au fondement de processus de traduction des consignes normatives élaborées par les cadres, à distance de la nécessité de gardiennage des corps qui s’impose. L’auteur montre comment la recherche d’autonomie du personnel s’appuie sur la sauvegarde d’un entre soi –personnel subalterne des étages et vieillards dégradés- dans un univers professionnel qui se présente comme prolongement de l’univers domestique, dans lequel peut s’exprimer une forme de maternage reposant sur l’habitus des salariés dominée par la générosité familiale populaire. Enfin, s’intéressant aux profits symboliques du dévouement, il postule que, de son orientation vers la réparation, dépendra la rémunération symbolique de l’action. Le chapitre 5 s’attache à présenter le placement en établissement comme forme de « délégation du sale boulot » mise en œuvre par les familles, dont la bonne foi se trouve soutenue par le discours de l’autorité médicale et de la compétence gérontologique. Le parallèle du travail institutionnel avec le bénévolat chez les petits frères des pauvres soutient le questionnement sur « le rendement de la vocation » à travers une analyse modélisée des formes de dévouement et leurs rétributions.

4Cet ouvrage foisonnant se situe à distance des travaux antérieurs sur des sujets similaires. Cependant, plusieurs éléments altèrent sa portée. En tout premier lieu, la comparaison proposée entre les interactions existantes au sein d’une institution médicalisée et lors d’un séjour de vacances associatif ne s’avère pas toujours pertinente. Une des limites du travail tient d’ailleurs à l’absence de mise en perspective contextuelle et institutionnelle et à des généralisations parfois abusives contenues dans les propos. Un recours plus appuyé aux nombreux travaux de sociologie du vieillissement et des parcours de vie aurait sans doute permis d’éviter quelques jugements hâtifs ou contresens notamment dans la première partie. La deuxième partie fait en revanche preuve d’une grande originalité et est de nature à nourrir une réflexion sur les enjeux de la professionnalisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Gucher, « Gérard Rimbert, Vieillards sous bonne garde. Réparer l'irréparable en maison de retraite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 mars 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1334

Haut de page

Rédacteur

Catherine Gucher

Sociologue MCF, UMR PACTE, Université Pierre Mendès France Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page