Navigation – Plan du site

Caroline Datchary (dir.), Petit précis de méthodologie. Le sens du détail en sciences sociales

Doris Buu-Sao
Petit précis de méthodologie
Caroline Datchary (dir.), Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences sociales, Le Bord de l'eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2013, 170 p., ISBN : 978-2-35687-274-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Piette Albert, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009, et le compte-rendu (...)

1Le « sens du détail » n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’un développement spécifique dans les manuels de sciences sociales alors qu’il est au cœur des méthodes ethnographiques. Caroline Datchary part de ce constat pour ouvrir un questionnement sur le statut du détail dans les sciences sociales. Inspirées par l’interactionnisme, la sociologie pragmatique, la sociologie des sciences, l’ethnométhodologie ou encore par les travaux d’Albert Piette sur le « mode mineur de la réalité »1, les sept contributions qui composent cet ouvrage développent différentes manières de se saisir de cette question sur des terrains spécifiques. Leur diversité fait écho à l’objectif annoncé en introduction : soumettre non pas un protocole à suivre mais des exemples qui, réunis en un « antimanuel » méthodologique, nous invitent à développer un sens du détail qui nous soit propre.

  • 2 Becker Howard, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, L (...)

2La première partie de l’ouvrage entend réhabiliter le détail comme objet de recherche. À la manière d’Howard Becker, Jérôme Denis et David Pontille avancent quelques « ficelles »2 pour faire une anthropologie de l’écrit qui se focalise sur les activités d’écriture « infra-ordinaires ». Ils proposent par exemple de s’intéresser aux « coulisses » de l’écrit, à ces moments de négociation de l’artefact graphique, ou encore à la chaîne des multiples modifications par lesquelles passe un texte, pour dépasser l’apparente stabilité du document. Dans cette perspective, l’écriture se concrétise par des agencements matériels qui ne se limitent pas au seul document, par des rapports particuliers avec l’espace dans lequel les activité d’écriture s’ancrent et qu’elles contribuent à redéfinir, et par des engagements personnels variés que n’épuise pas l’alternative entre contrainte et ressource du texte.

  • 3 Il s’agit de minuscules caméras fixées sur des lunettes qui restituent à la fois les mouvements ocu (...)

3L’attention pour les micro-gestes est poussée au plus loin par Emmanuel Grimaud, qui développe une « anthropologie cinétique des interactions » dans laquelle les activités des individus sont analysées à partir de leurs mouvements oculaires. Les opérations visuelles n’ont rien d’évident : les manières de déplacer son regard varient énormément en fonction des situations, ce qu’indiquent les données fournies par les « oculomères »3 qu’il fait porter à ses enquêté-e-s de Bombay. Le relevé des mouvements oculaires d’une cuisinière de sandwiches au poisson frit rend par exemple compte d’une vision qui procède par petites fixations rapides sur les différents objets mobilisés, qui scrute le contenant plus que le contenu, qui précède le geste et fraye le chemin de l’action. On est ainsi en mesure d’identifier des « boucles de comportement », étroitement liées à la vision, qui donnent une compréhension beaucoup plus fine de la manière dont les pratiques sont incorporées.

4Les contributions de la deuxième partie de l'ouvrage exposent quelques méthodes mobilisées pour saisir les détails. Johann Chaulet et Jean-Pierre Rouch présentent un dispositif de recherche pour analyser les pratiques de l’ordinateur par des préadolescents : l’installation d’un logiciel de capture automatique d’écran sur l’ordinateur des enquêté-e-s et la réalisation avec eux d’« entretiens d’explication ». Ils se donnent ainsi les moyens de saisir au plus près leur engagement dans la mosaïque d’activités dont leur écran est le témoin : travail scolaire, conversations et jeux en ligne avec des ami-e-s, visionnage de séries en streaming, saisies dans un moteur de recherche s’entremêlent, dessinant la complexité des pratiques de ces jeunes.

5Pour étudier les pratiques de déplacement en milieu urbain, Cédric Calvignac, Roland Canu et Franck Conchoy présentent le traitement statistique d’images photographiques et vidéo de piétons dans deux lieux du centre-ville toulousain, une technique qu’ils estiment plus adaptée que l’entretien à leurs questions de recherche. Ils proposent en effet une « archéologie de l’action ordinaire » qui se focalise sur les marcheurs et les objets qui les accompagnent, pour comprendre l’évolution de cette pratique non réflexive, collective et ancrée dans l’environnement – donc difficilement appréhendée par des entretiens.

  • 4 Il distingue la « vidéo ethnographique » du documentaire sociologique, dans la mesure où il s’agit (...)

6Partageant ces réserves quant à l’entretien sociologique, Tristan Salord formule une réflexion plus générale sur les possibilités offertes par la « vidéo ethnographique »4 pour saisir les ressorts de la prise de décision dans des institutions. Il présente différents travaux qui mobilisent la vidéo dans l’ethnographie d’administrations et d’entreprises privées, pour restituer la diversité des points de vue, l’agencement d’écrans et d’interactions en face-à-face, le rapport aux objets… La vidéo permet ainsi de relever la profusion de détails que l’œil humain ne peut capter simultanément, grâce auxquels on peut mesurer l’importance des paroles, des silences, des gestuelles ou de l’environnement physique. L’auteur nous met cependant en garde contre la « tentation de réel » par laquelle on espère produire une archive exhaustive de la réalité sociale. L’objectif d’une caméra ne cadre pas moins une scène que l’œil humain ou que les questions posées aux enquêté-e-s : il faut dès lors contextualiser les données obtenues avec la vidéo par la comparaison, l’étude au long cours… et ne pas se laisser submerger par la masse de données, en se focalisant par exemple sur les moments de rupture où les rôles se redéfinissent et les enjeux de l’activité sont rappelés.

7La troisième partie porte sur la restitution des détails par l’écriture. Issu du courant de l’analyse conversationnelle, Marc Relieu expose l’intérêt des « configurations de détails » coproduites par les acteurs quand ils s’engagent dans une conversation, qui confèrent ses caractéristiques à l’activité : les mots mais également les intonations, les rythmes d’élocution, les silences et hésitations sont autant d’indices produits par les « participants » pour façonner la situation. Il présente les conventions de transcription sans lesquelles on ne pourrait produire des textes où affleurent ces indicateurs de l’engagement langagier et corporel des acteurs dans un environnement.

8Si la codification de l’écriture en sciences sociales permet, dans ce cas précis, de restituer une grande gamme de détails, elle se traduit souvent par un inévitable « écrasement du détail ». C’est ce que développent Caroline Datchary et Agnès Jeanjean dans la dernière contribution, exposant les diverses contraintes qui impriment leur marque sur la « chaîne d’écriture » en sciences sociales, de la censure de l’intime dans le journal de terrain à la formalisation des modalités de présentation d’une recherche, en passant par des contraintes d’ordre professionnel, institutionnel et politique. Mais elles évoquent différents modes de restitution des détails (ceux qui achoppent et nous amènent à revoir nos hypothèses ; ceux qui constituent une porte d’entrée vers des questions plus larges ; ceux qui donnent un effet de réel stimulant l’envie d’écrire et le plaisir de lire…) pour « sauver » ce qui fait la singularité de chaque recherche.

9Les contributions questionnent de manière efficace certaines routines de la sociologie, comme l’opposition fréquente entre méthodes qualitatives et quantitatives, ou le recours quelque peu automatique aux entretiens. Ces derniers ne donnent pas toujours accès à la complexité de pratiques sociales qui engagent une faible réflexivité des acteurs et une multiplicité d’éléments humains et non humains, souvent absents des discours que les enquêté-e-s portent sur leurs activités. De l’oculomètre à la vidéo ethnographique, de l’archéologie à l’analyse conversationnelle, cet ouvrage suggère une variété de pistes méthodologiques et de bricolages possibles, à la croisée de différents champs et sous-champs disciplinaires, pour nourrir notre imagination sociologique. Les auteur-e-s nous mettent cependant en garde contre le risque de se laisser envahir par la profusion de détails. Ils proposent des manières de sélectionner des détails, de les contextualiser, de les assembler pour produire une analyse originale qui articule solidement l’empirie à la théorie, le terrain à l’interprétation.

  • 5 Sur la distinction entre les enquêtes « microscopiques » et « macroscopiques », et les raisonnement (...)
  • 6 Michael Burawoy, « L'étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l'enqu (...)

10Cet ouvrage développe une conception élargie du détail dont on ne peut fixer aucune définition par avance, car il « apparaît, au sens phénoménal du terme, dans un geste inaugural d’interrogation du réel, lorsque le cours des choses, aux yeux des enquêteurs, perd de sa “naturalité” pour devenir une véritable intrigue » (p. 119). Tout ce qui est susceptible d’être un détail pertinent n’est donc pas traité par cet ouvrage : ce sont avant tout les intérêts de recherche et les terrains qui président à la définition des détails pertinents, à leur saisie et à la restitution. Mais au-delà de la diversité des objets de recherche présentés ici, les contributions partagent un certain regard qui insiste, à l’instar de Goffman, sur « les moments et leurs hommes » et non l’inverse ; sur l’engagement simultané des acteurs dans une pluralité de régimes d’action ; sur l’indétermination de pratiques ancrées dans des interactions complexes. Plus qu’un « petit précis de méthodologie », cet ouvrage interroge le détail sur des terrains « microscopiques » pour répondre à des questions d’ordre « micrologique », à rebours des sociologies qui mettent l’accent sur les stratégies ou les structures sociales. Est-ce le seul « sens du détail » possible ? Nombre de recherches ancrent des réflexions plus « macrologique » dans l’ethnographie de cas parfois très resserrés5. On pourrait alors s’interroger sur la possibilité offerte par une attention accrue au détail pour élaborer, à la manière par exemple de l’« étude de cas élargie »6, des conceptualisations plus ambitieuses fondées sur des ethnographies contrôlées.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Piette Albert, Anthropologie existentiale, Paris, Pétra, 2009, et le compte-rendu de Delphine Moraldo pour Lectures.

2 Becker Howard, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, coll. « Guides repères », 2002.

3 Il s’agit de minuscules caméras fixées sur des lunettes qui restituent à la fois les mouvements oculaires et le champ de vision de celui ou celle qui les porte.

4 Il distingue la « vidéo ethnographique » du documentaire sociologique, dans la mesure où il s’agit d’un outil de transcription de la réalité et non d’une production esthétique sur la base d’un récit construit par un-e chercheur-e.

5 Sur la distinction entre les enquêtes « microscopiques » et « macroscopiques », et les raisonnements « micrologiques » et « macrologiques », voir : Frédéric Sawicki, « Les politistes et le microscope », in Myriam Bachir (dir.), Les méthodes au concret, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 143-164.

6 Michael Burawoy, « L'étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l'enquête de terrain », in Daniel Cefaï (dir.), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, p. 425-264.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doris Buu-Sao, « Caroline Datchary (dir.), Petit précis de méthodologie. Le sens du détail en sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 janvier 2014, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13348

Haut de page

Rédacteur

Doris Buu-Sao

Doctorante en science politique, CERI / Institut d’études de Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page