Navigation – Plan du site

Sylvain Fagot, Le cirque. Entre culture du corps et culture du risque

Nicolas Crochet-Giacometti
Le cirque
Sylvain Fagot, Le cirque. Entre culture du corps et culture du risque, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2010, 180 p., EAN : 9782296135598.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage écrit par Sylvain Fagot, chercheur en sociologie associé à l'université du Québec, et auteur d'une thèse soutenue en 2003 intitulée « Ethno-sociologie du cirque. Arts de la piste / Arts du corps / Arts du risque », s'intéresse à un monde peu connu : celui du cirque.

2L'objectif y est de montrer comment chaque forme du cirque, le cirque dit « classique » et le cirque dit « nouveau », ont des stratégies sociales et économiques différentes mais surtout un rapport au corps et au risque différent. Pourtant, même si cette distinction apparaît dans l'ensemble du livre, l'auteur critique, dès le début du livre, l'utilisation rigide de ce découpage et le fait qu'il repose uniquement sur un aspect stylistique. Toutefois, au lieu d'en proposer un différent, il valide ce découpage pour montrer qu'il repose aussi sur des critères « systémiques » c'est-à-dire des critères comme la différence de modèles économiques, l'opposition entre créativité et performance... Tout l'enjeu du livre tient donc à cette présentation de ces formes de cirque.

3Le cirque classique, plus prisé par les milieux populaires, est celui des roulottes, des chapiteaux, des acrobates... Dans cette forme de cirque, les artistes ont comme dénominateur commun l'attrait de la performance et dès lors tout y fait pour la mettre en scène, ainsi que le risque qui l'accompagne. Les circassiens (artistes du cirque ou plus largement qui est relatif au cirque) y façonnent leur corps et leurs numéros de façon à se surpasser, la performance y étant alors un objectif en soi. Ce façonnement du corps passe par une maîtrise minutieuse de celui-ci et donc par des exercices répétitifs permettant d'éviter l'erreur (qui arrive parfois sans gravité mais qui peut aussi être parfois mortelle). L'objectif d'impressionner le public passe par un travail sur la mise en scène d'un numéro risqué, mais maîtrisé à la perfection. La piste, les sons (le tambour), les démarches quasi-militaires sont faites pour renforcer ce culte de la performance. L'auteur montre aussi que le public est partie prenante de cette course à la performance, grâce aux applaudissements, mais aussi de part la configuration de la piste circulaire, qui conduit l'ensemble du public à être face aux artistes, Ceux-ci semblent alors entrer, comme des gladiateurs, dans une arène. Pour résumer, comme le dit lui-même Sylvain Fagot dans un article « Le cirque du soleil ou le paradigme de la performance »1: « Les performances corporelles des artistes des cirques académiques, comme celles du Cirque du Soleil, impliquent toujours une surenchère. Elles repoussent constamment les limites de la représentation et confortent l’idée qu’il n’y a pas de limite à l’acte physique ». Enfin ces cirques partagent une certaine similarité économique avec des troupes qui se produisent presque toute l'année, qui sont nomades et connaissent souvent des difficultés financières.

4Le cirque nouveau, plus prisé par les milieux aisés, se diffère d'abord dans les lieux qu'il occupe. Cette forme de cirque a en effet en partie ou en totalité abandonné la piste circulaire et le chapiteau pour des salles de spectacles plus conformes à leurs objectifs comme les salles de théâtre et ce cirque est souvent financé par l'État ou les collectivités locales. Preuve de ce retournement, la création du CNAC (Centre National des Arts du Cirque) qui est une école d'État installée à Châlons-en-Champagne et qui prépare au cirque nouveau. L'autre différence tient au mélange des exercices traditionnels du cirque (jonglage...) avec des formes peu utilisées par le cirque classique comme la danse, le théâtre... Enfin la différence majeure tient au rapport avec le corps et le risque. En effet, ici, il n'est plus question de performance en soi , il s'agit de créer un spectacle souvent thématique où le corps de l'artiste, quant il est présent, sert comme univers de sens. Par exemple un cirque dit nouveau propose des jeux d'ombres chinoises avec le corps de l'artiste. Il ne s'agit pas de dire que ces cirques abandonnent toute performance mais elles sont ici au service d'une histoire, d'un thème.

5Tout l'ouvrage est donc un parallèle entre deux formes de cirque dont les moyens, les méthodes et les objectifs diffèrent même si toute similarité entre les deux n'a pas pour autant disparu. En dehors de cette distinction et de la présentation des formes de cirque différenciées du rapport au corps et au risque, on regrette à la lecture l'absence de situation concrète comme la présentation des exercices d'un circassien, de la façon dont ils sont formés, de leur journée de travail... L'analyse est donc parfois très théorique sans s'appuyer, du point de vue du lecteur en tout cas, sur une étude, une ethnographie qui aurait permis de soutenir le propos.

Haut de page

Notes

1 Disponible en ligne sur le site : cccirque.canalblog.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Crochet-Giacometti, « Sylvain Fagot, Le cirque. Entre culture du corps et culture du risque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 mars 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1336

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page