Navegación – Mapa del sitio

Sophie Chevalier et Jean-Marie Privat (dir.), Norbert Elias, Vers une science de l’homme

Denis Jeffrey
Norbert Elias
Sophie Chevalier, Jean-Marie Privat (dir.), Norbert Elias. Vers une science de l'homme, CNRS, col. « Biblis », 2013, 426 p., ISBN : 978-2-271-07967-1.
Inicio de página

Texto completo

1Ce collectif consacré à la pensée de Norbert Elias, sous la direction de Sophie Chevalier et Jean-Marie Privat, est d’abord paru en 2004. La nouvelle édition de 2013 indique bien l’actualité de ses travaux. Il se compose de 23 chapitres regroupés en six parties, écrits par des spécialistes provenant d’une grande diversité d’horizons disciplinaires. Il comprend une introduction, rédigée par les éditeurs, annonçant clairement les débats qui entourent la réception de l’œuvre d’Elias.

2D’entrée de jeu, les textes de ce collectif se démarquent par des styles et des propos très diversifiés. S’y côtoient des commentaires critiques, des débats de méthode et des témoignages. Concernant les propos plus personnels, soulignons ceux de Hermann Korte et Éric Dunning qui ouvrent l’ouvrage par des hommages bien sentis à leur collègue et ami. Ils nous font connaître l’homme qu’était Elias à travers ses voyages en Afrique, ses projets de publication, ses influences intellectuelles et sa réputation dans la communauté scientifique. Considérons également le texte d’Anton Block qui évoque sa rencontre avec Norbert Elias à l’université d’Amsterdam (p. 179), et ce lui de Roger Chartier qui adresse une réponse critique au polémiste Daniel Gordon attaquant ouvertement les thèses de son ami Elias (p. 363).

3Elias étant un grand érudit, il a lu et connu plusieurs intellectuels du siècle dernier. Pour fuir les nazis, il a dû s’exiler. Il arrive à Londres en 1935, Freud le suivra bientôt en 1938. Elias connaît les théories freudiennes et s’en inspire tout en gardant quelques réserves. D’ailleurs, plusieurs auteurs du présent collectif soulignent la couleur freudienne des théories éliasiennes, alors que d’autres mettent en perspective sa dette envers les anthropologues et les sociologues de son époque. Au demeurant, dans quelle discipline classer Elias ? Considérons, avec Wolfgang Kaschuba qui fréquente l’œuvre d’Elias depuis les années 1970, que sa démarche est résolument interdisciplinaire (p. 109). Ce professeur d’ethnologie de Berlin défend ici différents aspects des thèses riches et diverses de Norbert Elias. Il nuance les propos de l’anthropologue anglais Jack Goody qui dans son texte bien argumenté (p. 63) lui reproche un parti pris évolutionniste et ethnocentriste. Il va de soi que la valeur scientifique de la grande théorie d’Elias sur le processus de civilisation est examinée dans cet ouvrage.

4Bien que l’on puisse soutenir que les idées éliasiennes n’échappent pas aux biais culturels de son temps, on doit par contre reconnaître qu’il a largement discuté du défi épistémologique de l’usage des concepts de culture et de civilisation. Les quatre auteurs de la seconde partie de l’ouvrage, André Burguière, Jeroen Duindam, Jurandir Malerba et Johan Goudsblom, mettent en perspective les principales critiques adressées à Elias concernant sa thèse centrale sur le développement de la civilisation occidentale.

5Cette thèse, souligne André Burgière, connaît un retentissement chez les historiens de l’école des Annales. Il explique qu’Elias répond aux questions des intellectuels soixante-huitards sur l’intériorisation des contraintes sociales. L’époque s’intéresse alors aux raisons pour lesquelles un individu accepterait de se conformer aux normes de sa société.

6Dans La civilisation des mœurs (1973) et La dynamique de l’Occident (1975), qui constituent la traduction française de son ouvrage Über den Prozee der Zivilisation que les Allemands ont pu lire dès les années 1930, Elias tente de montrer que le processus de civilisation repose sur une lente et tranquille socialisation aux mœurs de son temps. Burguière écrit : « La civilisation des mœurs a séduit des historiens français parce que le livre proposait un modèle de modernisation par la transformation des catégories mentales et des usages, assez proche du changement décrit par Philippe Ariès dans L’enfant et la famille et par Michel Foucault dans l’Histoire de la folie à l’âge classique » (p. 120).

7En cherchant à savoir pourquoi nous utilisons aujourd’hui la fourchette, le mouchoir et le papier hygiénique, Norbert Elias souligne l’importance de prendre en compte les pratiques culturelles par lesquelles les individus se forment une image d’eux-mêmes comme Occidentaux, et par lesquelles ils se comprennent. En fait, il voit dans le développement de nouveaux rites de civilité les bases de la civilisation occidentale. Il comprend que ces rites sont au fondement toutes les formes de la vie sociale et qu’ils touchent des règles de savoir-vivre, de politesse et de bienséance. Ses travaux présentent la lente évolution des mœurs occidentales depuis la Renaissance. C’est notamment ce que montrent les quatre auteurs réunis dans le second chapitre.

8Elias réfère aux premiers traités européens de civilité pour montrer comment s’élaborent et se propagent les nouvelles règles du savoir-vivre-ensemble. Il relève qu’entre 1525 et 1550, le terme de civilité prend le sens spécifique que nous lui attribuons de nos jours, à savoir un art de vivre avec les autres. Dans les ouvrages qu’il étudie, notamment De civilitate morum puerilium d’Érasme publié en 1530, la civilité concerne les manières externes de se comporter, c’est-à-dire l’aspect extérieur des relations avec autrui. Puisque la civilité a pour objet de régler les interactions entre individus, il s’intéresse à l’intériorisation de ces règles. Par les rites de civilité, autant les enfants que les adultes apprennent à intérioriser des normes sociales qui touchent à la contenance, à la retenue, à l’hygiène, au maintien corporel et à la pudeur.

9Pour Elias, tous les comportements s’apprennent, aucun n’est naturel. Or, à l’opposé de l’hypothèse répressive, il montre que le processus de « civilisation » opère par imitation et par identification. Son modèle lui permet donc de penser le changement des mœurs sous un angle différent de celui d’un pouvoir contraignant. Les individus arrivent à s’autocontraindre pour ressembler à la classe sociale à laquelle ils s’identifient. Dans La société de cour, il insiste sur la diffusion du culte de l’apparence (raffinement langagier, gestuel et vestimentaire) parmi la bourgeoisie qui cherche ainsi à reproduire les rites de la noblesse. Elias mise sur le puissant désir de promotion ou d’ascension sociale (la curialisation) pour expliquer, du moins en partie, le changement des mœurs et l’autodiscipline. On doit lire à cet égard les textes de Jeroen Duindam (p. 149) et de Goudsblom (p. 165) qui montrent les limites de cette thèse.

10Elias a analysé, à côté de ces développements théoriques sur la transformation des mœurs en Occident, des phénomènes aussi éloignés l’un de l’autre que le sport, l’exclusion sociale, la sociologie des communautés, la solitude devant la mort, le temps, le processus de « décivilisation » et la transformation des relations entre hommes et femmes. Il considère chaque fois un phénomène selon une diversité de points de vue sociologiques, ethnographiques et historiques. On pourra à cet égard lire des discussions sur chacun de ces thèmes dans les trois dernières parties du collectif.

11On peut notamment attirer l’attention sur l’excellent texte d’Eirick Prairat qui compare les thèses d’Elias avec celles de Michel Foucault dans le cadre de la socialisation scolaire. Le texte de Freddy Raphaël et Geneviève Herberich-Marx sur le processus de décivilisation est également très éclairant. Soulignons aussi, parce qu’ils ouvrent des nouvelles perspectives pour réfléchir sur les idées d’Elias, le texte de Jean-Paul Callède sur les rites dans le sport moderne, celui de Jean-Hugues Déchaux sur la mort solitaire et celui de Jean-Marc Leverato sur l’art et le théâtre.

12L’ouvrage se termine avec un texte érudit de Nathalie Heinich sur la question de l’universalisme de la civilisation occidentale. Si l’œuvre de Norbert Elias a depuis peu acquis une renommée dans le monde francophone, c’est que ses thèses nous obligent à nous voir autrement. En cela, il rejoint Michel Foucault qui nous invitait, dans les années 1970, à penser autrement.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Denis Jeffrey, « Sophie Chevalier et Jean-Marie Privat (dir.), Norbert Elias, Vers une science de l’homme », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 27 enero 2014, consultado el 24 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13368

Inicio de página

Redactor

Denis Jeffrey

Professeur titulaire, Université Laval, Québec, Canada

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página