Navigation – Plan du site

Édouard Schaelchli, Jean Giono, pour une révolution à hauteur d’hommes

Éric David
Jean Giono, pour une révolution à hauteur d’hommes
Édouard Schaelchli, Jean Giono, pour une révolution à hauteur d’hommes, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 116 p., ISBN : 978-2-916952-99-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarienne en France, Paris, Albin Michel, 1974, p. 224

1Lorsque Michel Ragon écrit qu’aujourd’hui, « la société industrielle est remise en question au nom de la pollution et de la déshumanisation des villes », et que de fait « l’œuvre de Giono retrouve une singulière résonance1 », nous sommes en… 1974 ! Quarante ans plus tard, Édouard Schaelchli se propose précisément de redonner de la résonance à cette œuvre, du moins à une partie, en présentant une série de textes de Jean Giono issus de ses essais. Car l’auteur bien connu d’Un Hussard sur le toit ne fut pas qu’un romancier de la paysannerie ou de la vie pastorale : il fut aussi un penseur, « un penseur qu’on ignore volontairement pour toutes sortes de raisons », affirme E. Schaelchli qui considère que Giono, finalement, « a le malheur d’être à la fois trop bien et très mal connu ». Il entre donc dans l’ambition de ce livre de remédier à ce travers. Écrit par un professeur de lettres anciennement gardien de chèvres, l’opus se divise en deux parties : la première est consacrée à introduire sous un angle historique la personnalité de l’écrivain et l’apport « théorique » de son œuvre ; la seconde, riche de textes, entend conforter par des extraits issus de trois essais écrits entre 1934 et 1939, les perspectives soutenues en introduction, notamment celle d’un Giono précurseur de la décroissance.

2Dans les années 1930, Bernard Charbonneau voyait en Giono « un indépendant qui défendait une conception révolutionnaire nouvelle », une conception visant à refonder la communauté humaine à partir d’un approfondissement de son rapport à la terre. On ignore souvent que le livre le plus lu de Giono, durant ces années, est un court essai destiné à répondre aux questions de ses lecteurs, Les vraies richesses. L’idée en est simple : le bonheur de l’humanité exige la destruction d’une société fondée sur le pouvoir de l’argent, et le système social impulsé par la production industrielle ne peut mener qu’au chaos.

3Mais ces années 1930 sont des années troublées par un contexte instable et tendu qui, peu à peu, remet en cause l’idée de pacifisme née après 1914-1918. Jusqu’ici, alors qu’il n’avait montré aucune disposition pour la scène politique, Giono adhère à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), liée au Parti communiste français. L’originalité et la personnalité du romancier le poussent cependant à se détacher de cette mouvance : foncièrement pacifique, Giono a vite conscience de son horreur absolue de la guerre et de toute forme d’embrigadement de l’individu, comme il a conscience que son pacifisme le met en porte-à-faux avec tous les partis et idéologies de son temps, notamment le communisme, véritable « mystique du travail » ayant le défaut de toutes les mystiques, selon E. Schaelchli : créer des besoins. À cet égard, sa critique de l’idéologie du travail est « intéressante » car elle pose la question de savoir s’il faut déterminer le futur par le présent ou le présent par le futur, s’il convient de travailler pour vivre ou de vivre pour travailler. La réponse de Giono est claire : « le présent seul compte et construit », et le fait de refuser de sacrifier le présent revient à réfuter une logique de développement faisant dépendre la valeur du présent d’un résultat aléatoire. L’économie souhaitée n’est donc pas tournée vers un système d’accumulation de capital, mais plutôt vers un système où la diversité des possibles satisfasse pleinement les besoins. Affranchi de tout esprit partisan, Giono a la volonté d’amorcer une action collective où les hommes seraient appelés à se comporter réellement comme des individus et non comme des molécules ayant à s’agréger à une masse (le parti). Ainsi, son désir de réunir ses disciples en un lieu abandonné des hommes – le Contadour –, en vue d’un retour à la nature, nature qu’il sera essentiel de réapprendre pour redonner sens à une existence collective respectueuse du rythme cosmique, est-il un appel à redécouvrir une joie de vivre que la condition urbaine, dévoreuse de ressources, ne permet pas ou plus.

4Face à ces « ambitions », droite et gauche raillent, non sans condescendance, les élucubrations philosophico-mystiques du « penseur », son panthéisme, son idéalisme, son simplisme angélique. Mais paradoxalement, le phénomène Giono inquiète car il touche un public large, mal déterminé et étranger aux sollicitations politiques. D’ailleurs, malgré son pacifisme, ses projets n’ont en fait rien de totalement angélique. Si, entre 1934 et 1939, Giono rêve de la possibilité d’une jacquerie généralisée, son intention de créer une « organisation Contadour » (1935) pour résister à tout ordre de mobilisation s’inscrit assurément dans le cadre d’un mouvement de désobéissance civile.

5Mais en 1943, en dépit d’un dernier essai contre la fatalité de la guerre (Triomphe de la vie), Giono décide de déserter le combat et la réflexion théorique : le divorce entre l’homme d’imagination et l’histoire est consommé, même si cette dernière le rattrape. Car, avec le thème du « retour à la terre », la propagande – vichyste notamment – s’empare de l’écrivain. Bête noire du Comité des écrivains de la Résistance (depuis son retournement contre Staline en 1935), emprisonné en 1944 et interdit de publier pendant quatre ans, son nom est resté attaché au rêve supposé passéiste d’une paysannerie heureuse et libre, synonyme pour certains d’une nostalgie malsaine. Ne daignant se défendre, Giono mourut le 6 octobre 1970, soit quelques mois avant les évènements du Larzac (1972) qui verront, d’une certaine manière, son rêve se réaliser : d’authentiques paysans qui, soucieux de faire marcher leurs petites exploitations, lutteront pour conserver leurs terres face à une décision expropriatrice de l’État. La lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix (1938) deviendra un véritable manifeste politique.

6Au même titre que Les vraies richesses et Le poids du ciel, cette Lettre participe à illustrer l’idéal « gionien » : fonder un vaste mouvement pacifiste dans lequel les paysans auraient été l’élément moteur d’une révolution anti-industrielle, anticapitaliste, antiétatique et anti-technicienne. Les extraits de texte, présentés thématiquement, vont d’une critique radicale des « temps présents » (où le social domine et détruit le naturel) à une ouverture sur un horizon nouveau intégrant, dans le quotidien de l’homme, la dimension des « gestes premiers » (puiser de l’eau, cuire le pain…) capables d’inspirer une véritable refondation de celui-ci comme être naturel et individu.

  • 2 On lira avec intérêt l’article de Richard Golsan, « Jean Giono et la collaboration : nature et dest (...)

7À l’instar des autres titres publiés dans la collection « Les précurseurs de la décroissance », ce petit livre a l’incontestable mérite de vivifier l’histoire des idées. Certes, on peut ne pas être en accord total avec les rapprochements opérés par E. Schaelchli. Il demeure que cette collection, à la fois dynamique et militante, permet de stimuler le débat intellectuel : Giono, précurseur de la décroissance ? Peut-être bien. Mais il convient également d’être attentif aux annexions trop rapides et artificielles. Outre le régime de Vichy et la presse collaborationniste, ce sont aussi les nationaux-socialistes allemands qui avaient, à la même époque, célébré l’écrivain provençal pour son « néo-primitivisme » ou son « tarzanisme »2. Implicitement, l’auteur de ce travail reconnaît les risques potentiels à ce sujet : « sur le chemin de la décroissance, dit-il, Giono fait sans doute faire un détour ». Mais il en est ainsi de l’histoire des idées : passionnante, stimulante, parfois insolente, elle est aussi gênante, déroutante. Donc inconfortable.

Haut de page

Notes

1 Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarienne en France, Paris, Albin Michel, 1974, p. 224.

2 On lira avec intérêt l’article de Richard Golsan, « Jean Giono et la collaboration : nature et destin politique », Mots, n° 54, mars 1998, p. 86-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Édouard Schaelchli, Jean Giono, pour une révolution à hauteur d’hommes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 janvier 2014, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13380

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), ministère de l’Éducation nationale (Paris)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page