Navigation – Plan du site

Marc Ferracci, Évaluer la formation professionnelle

Guillaume Arnould
Évaluer la formation professionnelle
Marc Ferracci, Évaluer la formation professionnelle, Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2013, 118 p., ISBN : 978-2-7246-1451-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre de Marc Ferracci peut faire l’objet de deux modes de lecture. Deux approches qui, loin d’être opposées, montrent la richesse de l’ouvrage : d’un côté, on peut voir dans Évaluer la formation professionnelle une revue de littérature empirique d’économie du travail et de l’éducation sur l’efficacité des pratiques de formation ; de l’autre, on peut y lire un plaidoyer en faveur d’une culture de l’évaluation rigoureuse s’appuyant sur l’économétrie.

2L’auteur est en effet économiste, spécialisé en économie du travail, et a mené des recherches empiriques novatrices dans le domaine de la formation professionnelle. Son livre paraît dans une nouvelle collection des presses de Sciences Po, intitulée « Sécuriser l’emploi », et fait le pari de présenter, en un peu plus d’une centaine de pages, l’ensemble des travaux académiques menés sur la question. Cette démarche est louable car il faut bien déplorer l’absence de recherche prouvant concrètement l’intérêt de la démarche de formation des adultes.

3Par formation professionnelle il faut en principe entendre l’apprentissage des compétences propres à un métier. Cela recouvre, dans le système éducatif français, l’enseignement professionnel et technologique, sous statut scolaire ou par apprentissage. Le livre de Marc Ferracci s’intéresse plus précisément à la formation professionnelle continue, c’est-à-dire celle des adultes (chômeurs ou salariés) ayant achevé leur cursus de formation initiale. Il pose donc des questions primordiales, tant en termes de politique sociale que de gestion des ressources humaines, d’autant que les analyses développées ici forment le miroir des systèmes éducatifs.

4L’auteur expose au début de son livre ce qu’il entend sous le terme d’« évaluation » : il s’agit de l’approche économétrique établissant la causalité entre deux phénomènes grâce à la méthode contrefactuelle. En clair, il faut d’une part identifier l’effet d’une variable sur un résultat pour une population. D’autre part il faut dans le même temps montrer sur un échantillon témoin que l’absence de la variable ne se traduit pas par une modification de comportement. L’analogie souvent mobilisée est celle de l’effet d’un médicament : il faut prouver qu’il guérit et vérifier qu’il n’existe pas d’effet placebo. C’est dans ce cadre que se développent notamment les méthodes par appariement, l’expérimentation aléatoire, les expériences naturelles ou les séquences d’évènements.

5Cet ouvrage choisit donc d’éclairer l’analyse d’un point de vue méthodologique. En effet, dès lors qu’il s’agit d’un enjeu aussi important que la formation des adultes, il convient d’utiliser des techniques fiables. À l’image du débat sur l’administration de la preuve en sciences de l’éducation (incarnée par le courant en faveur de l’evidence base education), l’existence de résultats rigoureux et fiables serait une condition nécessaire pour sortir du terrain de l’idéologie et mener des politiques publiques efficaces. On ne peut que souscrire à une telle démarche et approuver la volonté de se doter d’outils de mesure et d’analyse irréprochables.

6Pourtant, de nombreuses limites freinent le développement de cette approche. Ainsi, les données disponibles pour l’analyse sont extrêmement différentes d’un pays à l’autre mais aussi d’une enquête à l’autre. Le cadre théorique mobilisé est également variable : la formation des adultes pouvant relever d’une logique de capital humain (investissement en éducation) comme d’une logique d’incitation au retour à l’emploi. Chaque étude évoquée par Marc Ferracci est ainsi passée au crible d’un point de vue méthodologique. On cite souvent l’étude de Dominique Goux et Eric Maurin pour préciser les précautions nécessaires quant à l’analyse des résultats de ce type de travaux. Leur article montrait que la participation de salariés à des formations se traduisait par des gains salariaux significatifs. Mais une analyse fine des caractéristiques des participants fait apparaître que c’est parce qu’ils avaient été sélectionnés préalablement pour être formés (en raison de leur potentiel) que leur salaire augmentait. La formation n’est donc pas causale en termes de revenu… même si elle est pourtant associée à une amélioration de carrière.

7C’est donc avec à la fois un certain pessimisme et une grande satisfaction que l’on se promène dans l’ouvrage de Ferracci, en notant que la plupart des résultats présentés obéissent à des contextes différents bien spécifiques (marché du travail ou législation sociale, notamment). Car c’est bien l’objectif de l’analyse de montrer qu’il n’existe, en matière de formation professionnelle, aucune recette simple à appliquer qui en garantirait le succès. Ce n’est en tout cas pas en généralisant la formation des chômeurs ou celle des salariés que l’on améliore le fonctionnement d’une économie… L’intérêt de ce livre est de rappeler que l’appréciation des effets d’une politique ou d’une pratique de gestion doit être conçue de manière rigoureuse.

8Parmi les éléments à prendre à compte pour évaluer réellement une formation, il faut être attentif par exemple aux externalités. Une personne formée peut entraîner une modification du comportement des personnes avec lesquelles elle travaille ; elle modifie également le fonctionnement du marché du travail puisqu’elle sera plus qualifiée sans que son entreprise n’ait forcément adapté son poste. De même, le fait de suivre une formation éloigne par nature de l’emploi puisqu’une personne en formation dispose de moins de temps pour en rechercher un : c’est l’effet « lock-in ». Il est donc nécessaire de s’intéresser à la durée des formations mises en œuvre. La combinaison de ces facteurs incite à présenter les résultats avec précaution, malgré quelques invariants : les rendements salariaux de la formation sont plutôt modestes, la formation est associée à des emplois plus stables, les entreprises qui forment leurs salariés voient leur productivité s’accroître…

9Au final, le livre de Marc Ferracci permet de tirer deux conclusions : pour évaluer l’impact de l’accès à la formation sur les individus et sur la société, il est primordial d’instaurer un protocole d’évaluation rigoureux et robuste, permettant d’identifier la causalité des phénomènes observés ; avant d’envisager toute réforme dans un sens ou dans l’autre, il conviendrait de mettre en valeur les conséquences du fonctionnement actuel des systèmes de formation. Ainsi, la spécificité française d’une obligation légale de participer financièrement à l’effort de formation devrait pouvoir être analysée et évaluée empiriquement. De même on ne peut que souhaiter que se développe une évaluation plus qualitative du contenu des formations suivies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Marc Ferracci, Évaluer la formation professionnelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13386

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue – Académie de Strasbourg – Agrégé d’économie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page