Navigation – Plan du site

Jonathan Smolin, Moroccan Noir. Police, Crime, and Politics in Popular Culture

Candice Martinez
Moroccan Noir
Jonathan Smolin, Moroccan Noir. Police, Crime, and Politics in Popular Culture, Bloomington, Indiana University Press, coll. « Public Cultures of the Middle East and North Africa », 2013, 308 p., ISBN : 9780253010650.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une enquête menée par Jonathan Smolin, professeur associé à l’Université de Dartmouth, Etats-Unis, spécialiste des langues et littératures asiatiques et moyen-orientales, sur les rapports complexes entre médias, policiers et régime politique au Maroc. L'enquête repose sur de nombreux documents d’archives non exploités auparavant. L'auteur montre comment, à partir des années 1990, médias et romans policiers véhiculent une image positive de la police marocaine. Ce moment correspond à la transition entre le roi Hassan II et son fils, Mohammed VI. Le nouveau roi entreprend de changer l'image de la police, jusqu'alors très critiquée. L'ouvrage vise à décrire les relations d'interdépendance complexes qui se tissent entre le roi, son gouvernement et les médias autour de la transformation de l'image de la police et, au-delà, de l'État. Il aborde un sujet non traité : le rôle de la police dans les pays du Maghreb et du Moyen Orient, et ses transformations entre le moment des indépendances et la période actuelle. Enfin, il renouvelle les études sur les relations entre État et médias d'une part, et entre médias et « opinion publique » d'autre part.

2En se basant sur de nombreuses archives de quotidiens marocains francophones et arabophones, J. Smolin décrit les liens complexes qui se nouent, au cours de cette période, entre des acteurs de la sphère politique et des acteurs de l’espace médiatique. Plutôt qu’une manipulation des médias par le régime politique, cette transformation s’explique par des intérêts convergents et les négociations entre des acteurs politiques, économiques et médiatiques. Plus précisément, il montre comment cette transformation permet au régime d’améliorer l’image de la police sans pour autant véritablement réformer son organisation et ses modes d’action. Pour les médias, elle permet de toucher un public élargi. Smolin n’aborde pas directement la question de la réception de ces représentations par la population marocaine. Les sources qu’il mobilise ne le permettent pas et son enquête reste centrée sur les transformations de l’image de la police que les médias véhiculent. Néanmoins, il souligne que, si les lecteurs sont friands de faits divers, ils ne sont pas pour autant des récepteurs passifs et continuent, dans une large mesure, à craindre les policiers marocains.

3L'enquête s'inscrit dans une perspective historique. Jonathan Smolin revient sur le rôle particulier joué par la police dans les régimes autoritaires qui ont vu le jour dans plusieurs pays du Maghreb et du Moyen Orient après les indépendances (années 1940 à 1960). En Tunisie, en Egypte et au Maroc, les régimes qui se mettent en place s’appuient sur les forces de police pour se maintenir au pouvoir. Dans ce contexte, la police a une mission de répression et de contrôle de l’opposition politique, donnant lieu à de nombreuses violations des droits de l’homme. J. Smolin revient sur les liens entre police et politique dans le Maroc de Hassan II, avant de décrire et d’expliquer la transformation du régime au moment de l’accession de Mohamed VI. Ce dernier va chercher à assoir sa légitimité politique sur l'adhésion des citoyens. On assiste donc à une ouverture politique, quoique relative.

4Dans ce contexte, les médias acquièrent un nouveau rôle. Alors que ces derniers étaient peu indépendants et s'adressaient surtout à une élite urbaine lettrée, de nouveaux quotidiens et chaînes de télévision apparaissent et tentent de capter un public élargi. Dans le même temps, un nouveau genre fictionnel se développe et remporte un succès croissant : le roman policier. Les médias se saisissent de cet engouement du public et on constate une médiatisation croissante, dans la presse écrite et à la télévision, des faits divers criminels. J. Smolin mobilise de nombreux exemples de romans policiers arabophones et des archives de quotidiens arabophones et francophones. Un des intérêts de cette recherche réside dans l'analyse des influences réciproques entre écriture journalistique et écriture romanesque. L'auteur montre que les médias couvrent les affaires policières selon un mode qui emprunte au style de la fiction, copiant les codes du roman policier notamment. Les policiers sont mis en scène comme des figures sympathiques, honnêtes et proches du citoyen ordinaire. Cette image correspond peu à la réalité, la police conservant des pratiques abusives et autoritaires, mais elle devient utile pour le gouvernement marocain.

5Au début de cette décennie, un commissaire de police de Casablanca est mis en cause dans une sombre affaire d’abus sexuels. Les médias s’en emparent et l’affaire fait la une des journaux écrits et télévisuels, ouvrant la voie à une remise en question du rôle et des manières d’agir des policiers. Le régime politique tente alors d’améliorer l’image de la police. Pour cela, il va s'appuyer sur les médias et encourager la couverture médiatique des enquêtes policières. Néanmoins, le récit de ces enquêtes révèle l’inefficacité des policiers. C’est notamment le cas lorsque les médias couvrent les agissements d’un tueur en série dans la ville de Casablanca, tueur en série qui se révélera être une invention médiatique. Cette histoire révélera à la fois l’incompétence de la police, incapable de résoudre l’affaire, et la manière dont les médias extrapolent à partir de faits réels. Ainsi, les réformes mises en place par le régime de Mohamed VI pour tenter de transformer la Direction Générale de la Sécurité Nationale et les différentes forces qui en dépendent sont restées superficielles et n’ont pas eu les effets escomptés. Jonathan Smolin montre les effets ambigus de la stratégie mise en place par le régime : appuyés par le pouvoir politique, les médias couvrent les faits divers et enquêtes de police en tentant de véhiculer une image plus positive des policiers. Dans le même temps, cette médiatisation croissante contribue à révéler l’inefficacité des policiers et met à jour l’échec des réformes mises en place par le gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Candice Martinez, « Jonathan Smolin, Moroccan Noir. Police, Crime, and Politics in Popular Culture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13387

Haut de page

Rédacteur

Candice Martinez

Docteure en sociologie, formatrice DEIS à l’Institut Régional du Travail Social de Haute Normandie (IDS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page