Navigation – Plan du site

Christelle Avril, Marie Cartier, Delphine Serre, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits

Alexandra Bidet
Enquêter sur le travail
Christelle Avril, Marie Cartier, Delphine Serre, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, La Découverte, coll. « Guides », 2010, 284 p., EAN : 9782707154668.
Haut de page

Texte intégral

1A destination pédagogique et d'une lecture très agréable, l'ouvrage nous fait cheminer à travers de nombreuses enquêtes menées dans le monde du travail. Il se présente comme un ensemble organisé et raisonné de consignes, toujours précisément illustrées, et énoncées à travers des tournures infinitives : « Ne pas présupposer des frontières de l'activité professionnelle étudiée », « Envisager les atteintes à la santé au travail comme des enjeux de lutte », « Ne pas confondre mixité et égalité », « Ne pas préjuger des contraintes effectives des conditions d'emploi », etc.

2Le livre comporte quatre grandes parties. La première entre classiquement par la description des situations de travail : les dimensions officielles du travail, les pratiques informelles des travailleurs, le travail comme produit d'un système d'interactions. Le lecteur est invité à se saisir des « pistes » avancées pour décrire le travail « tel qu'il s'impose » mais aussi « tel qu'il est » en faisant jouer la plus grande diversité possible de points d'observation, de types de matériaux et de méthodes d'enquête.

3La deuxième partie introduit, dans son intitulé, l'expression de « dispositions professionnelles en acte », sans relever sans doute ses difficultés - faisant pencher l'attention du côté de la mémoire et du groupe professionnel, au détriment de l'exercice du travail et de ses problèmes concrets. Les « pistes » proposées ici prennent le parti, sans l'expliciter vraiment, de rattacher à la notion de disposition les variations des pratiques de travail et des rapports au travail entre groupes professionnels, ou au sein d'un même groupe. Cette perspective est illustrée à travers notamment les enquêtes respectives d'A. Paillet sur la réanimation néonatale et de D. Serre sur les assistantes sociales. Le peu d'espace consacré dans l'ouvrage à la discussion conceptuelle, malgré l'argument introductif « pour une sociologie du travail maîtrisée conceptuellement » et quelques encadrés, peut laisser un peu sur sa faim.

4La troisième partie prolonge cette perspective à travers un intérêt particulier porté aux variables de sexe, d'origine sociale et d'âge : les questions que le lecteur est invité à traiter sont alors, respectivement, celles de la division sexuée du travail, de la stratification sociale et des socialisations générationnelles. Enfin, la quatrième et dernière partie est consacrée aux conditions d'emploi. On y retrouve l'intérêt communément porté aux conditions d'emploi, aux logiques de gestion de la main d'œuvre et à aux conflits du travail.

5L'ouvrage présente l'immense intérêt, par ses petits résumés analytiques, d'introduire les étudiants à des enquêtes, et de les inciter ainsi à investir davantage la lecture de travaux sociologiques. Il rassemble un ensemble de rappels salutaires, dont l'indexation à des illustrations précises saura, on l'espère, marquer l'attention du chercheur débutant, en l'incitant à élaborer des dispositifs d'enquêtes ambitieux. Celui-ci est invité notamment à « ne pas renoncer aux entretiens pour cerner les pratiques informelles », à « ne pas négliger les documents non prescriptifs », ou encore à « envisager les collectifs de travail comme des processus », etc. L'ouvrage documente la façon dont une sociologie classique de la socialisation a investi le terrain de l'espace professionnel, et fait son miel de certains développements en sociologie de l'emploi, des professions ou des relations professionnelles, plus d'ailleurs qu'en sociologie du travail stricto sensu, dont on trouve peu trace ici des questionnements typiques, qui visent pourtant eux aussi une sociologie générale. Mais si le terrain du travail n'est pas épuisé par cette transposition, les observations rapportées autour de la question du rapport au travail sont-elles, pour soulever un point de discussion, subsumables sous la catégorie de disposition ? Une disposition en acte est-elle encore une disposition, et de quoi celle-ci est-elle précisément faite ? Sommes-nous aussi, avec cette catégorie, suffisamment équipés pour saisir ce qui se forme dans des épreuves limitées dans le temps, et pour appréhender la plasticité des apprentissages, sans doute aussi décisive dans le quotidien de l'activité que leur dimension routinisée (si tant est qu'on puisse les distinguer) ? Une vaste littérature, absente de l'ouvrage alors qu'elle trouve des prolongements en France et qu'elle emprunte elle aussi à P. Bourdieu, a déjà largement travaillé ces questions, d'une façon souvent très outillée empiriquement et conceptuellement, au sein des corpus de recherches, pour partie sécants, des Workplace Studies, Organization Studies, et Practice-based Studies. Ainsi, parmi les différentes stratégies repérables aujourd'hui pour désenclaver le travail, l'ouvrage en présente une seule, sans discuter les dialogues possibles, ni les modes respectifs de montée en généralité.

6Enfin, relativement aux « ficelles » de H. S. Becker, dont la principale visée est de nous aider à lutter très pratiquement contre tout ce qui entrave notre imagination sociologique, on regrettera que les pistes présentées se referment parfois sur des problématiques déjà fixées, comme quand il s'agit d'« étudier les usages de l'humour au travail pour faire ressortir les différences hiérarchiques », ou de « partir des désaccords au travail pour rendre visible les dispositions professionnelles ». La démarche est alors plus hypothétique qu'empirique, au risque de perdre les phénomènes. De même, concernant la nature de l'objet « travail ». L'absence de définition unifiée du travail, au sein de chacune des nombreuses sciences qui s'en saisissent, suffit à signaler la fausse évidence de l'objet. Enquêter sur le travail : qu'est-ce à dire ? Si le livre amène le lecteur à se poser cette question, il aura réussi son pari.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Bidet, « Christelle Avril, Marie Cartier, Delphine Serre, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 31 janvier 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1341

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Bidet

Chargée de recherche au CNRS, Centre Maurice Halbwachs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page