Navigation – Plan du site

Jean-François Dupeyron, Montaigne et les Amérindiens

François Cloutier
Montaigne et les Amérindiens
Jean-François Dupeyron, Montaigne et les Amérindiens, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Des Mondes ordinaires », 2013, 220 p., ISBN : 978-2-35687-256-2.
Haut de page

Texte intégral

1Jean-François Dupeyron propose une lecture des chapitres des Essais portant sur le Nouveau Monde et sur les cannibales, pour mieux comprendre le jeu complexe des mobiles et des circonstances ainsi que les processus à l’œuvre dans l’écriture de Montaigne. Il réalise une enquête pour expliquer comment les textes ont été écrits, quels sont les documents qui ont été utilisés, quel a été le rôle des témoignages oraux et quelle était exactement la représentation des autochtones à cette époque. L’auteur réfléchit également sur l’hypothèse ethnologique afin de savoir si Montaigne a vraiment été l’ancêtre de l’ethnologie en inaugurant la démarche fondamentale de cette discipline, qui s’éloigne des abstractions conceptuelles et de l’ethnocentrisme.

2L’enquête se divise en trois parties. Tout d’abord, l’auteur s’intéresse à la philosophie montanienne et il rappelle les deux axes unifiant les Essais, soit la relativité de tout savoir, nos idées étant des habitudes mentales, et la reconnaissance de la diversité des formes culturelles, car il y a mille et une façons d’être un homme. Par conséquent, l’Amérindien est aussi digne d’intérêt que l’Européen parce que les coutumes du premier valent peut-être celles du second. Montaigne privilégie ainsi une écriture construite sous forme de collages pour noter les différentes coutumes se rapportant à diverses activités humaines, comme se vêtir, se nourrir, etc. En compilant ces collections, il ne se demande pas quelle est la « bonne » coutume, mais il indique plutôt qu’il a compris que nous suivons des traditions par habitude, par accoutumance.

3L’auteur se penche ensuite sur les façons employées pour connaître les Amérindiens du Nouveau Monde. Il rappelle le contexte de l’époque en expliquant que la société française était troublée par la montée de la religion réformée. De plus, les changements au calendrier opérés par Charles IX (faisant passer le commencement de l’année le 1er janvier) et par le pape Grégoire (instaurant le calendrier grégorien en avançant le début de la chrétienté de dix jours) auraient troublé Montaigne qui aurait eu l’impression que le monde n’était qu’une « branloire perenne ». Celui-ci aurait préféré lire les auteurs de l’Antiquité pour trouver des exemples intemporels afin de juger les événements de son temps. L’hypothèse ethnologique se trouve mise à mal, car Montaigne n’était pas un observateur impartial, mais plutôt un homme qui tentait de décrypter les réalités du Nouveau Monde à partir de ses souvenirs de lecture. Il possédait également dans sa bibliothèque certains récits de voyage sur les Amérindiens dont la valeur scientifique est plus que douteuse. Il ne semble pas les avoir lus de façon exhaustive, préférant plutôt, en dilettante, goûter au plaisir de lire ces textes. L’auteur souligne qu’il est toutefois difficile de savoir précisément quels ouvrages ont été lus, bien que les nombreuses citations présentes dans les Essais permettent d’identifier certaines sources, comme la Cosmographie Universelle de Sebastian Munster, qui rapporte l’existence de « bestes estranges », telles que la chimérique licorne, dans les nations du Brésil. Montaigne a aussi voulu saisir lui-même la matérialité des faits culturels sur les Amérindiens, en constituant une collection d’objets exotiques : hamacs, cordons de coton, etc. Il a également recueilli des témoignages oraux, comme celui d’un homme d’origine normande qui a servi d’interprète lors de communications avec les autochtones. Il se méfie en effet des informations de seconde main, comme les livres des cosmographes, qui tendent parfois à accentuer la distance entre la réalité brute et sa représentation, et il préfère souvent s’en remettre aux faits rapportés par les marchands ou les colons qui ont visité le Nouveau Monde.

4Suite à cet examen des sources et des conditions d’émergence du texte sur les Amérindiens, Dupeyron s’intéresse aux précautions d’écriture prises par Montaigne. Ce dernier aurait tenté de faire passer son œuvre comme anodine et dénuée d’intention critique, sans doute pour éviter la censure. Il affirme sa « bonne foy » au lecteur en insistant sur le fait qu’il écrit des exercices maladroits et non des traités ou des doctrines. Lors de son voyage à Rome en 1581, son exemplaire des Essais fut saisi pour subir l’examen de la censure. Le dominicain Sisto Fabri critiqua alors, entre autres, l’emploi du mot « fortune » et exigea qu’il soit modifié. Montaigne resta prudent, mais ne fit pas les modifications demandées. Il aurait plutôt organisé une stratégie de dissimulation dans les Essais pour s’accommoder de la censure, tentant de concilier ce qui relève de la liberté d’opinion et ce qui relève de la soumission religieuse. Il y aurait une pratique d’un art de l’esquive par la dissimulation de certains éléments dans le texte, pour éviter des ennuis avec l’Église, mais de façon à attirer l’attention du « suffisant lecteur ». Un exemple de cette stratégie d’écriture serait l’emploi d’un titre anodin, comme « des coches », dans un chapitre présentant certaines critiques contre la papauté laquelle, en accordant des libéralités aux Espagnols et aux Portugais, aurait été indirectement responsable du génocide de peuples autochtones (p. 125).

5En vertu des éléments dégagés, Dupeyron pense que l’image des Amérindiens dans les Essais est le fruit de rumeurs savantes et populaires et de souvenirs de lecture exposés selon des procédés d’écriture prudents, sur un arrière-plan politique et moral. Nous retrouverions une tolérance relativiste chez Montaigne qui, d’un côté, refuse de condamner le cannibalisme des Tupinambas, mais, d’un autre côté, condamne des principes contraires à l’humanité, comme la torture, le bûcher, la cruauté, etc. Il apparaît donc être, non un précurseur de la démarche anthropologique, mais plutôt un « ancêtre » (p. 152) des fantasmes naturalistes sur le bon sauvage.

  • 1 François Hartog, « De si subtils barbares », dossier « Montaigne », Le Magazine littéraire, n° 526, (...)

6Dupeyron commente ainsi certains chapitres des Essais et montre comment Montaigne a utilisé les savoirs de son temps. Il semble n’avoir eu qu’une connaissance approximative des Tupinambas, puisqu’il est resté trop influencé par sa culture classique et par la figure du bon sauvage. En choisissant de tenir compte des coutumes et des traditions de son époque, il évite toutefois les spéculations universalistes de la raison et met en valeur ses convictions humanistes. Certaines hypothèses de l’auteur auraient peut-être mérité un plus ample développement pour être plus convaincantes, comme cette idée que le titre du chapitre « des coches » aurait servi à dissimuler des critiques contre le pape. Il aurait aussi été intéressant d’expliquer davantage le rôle des auteurs de l’Antiquité qui, pour Montaigne, servent de point de départ à une réflexion sur les Amérindiens, non pour effectuer une réduction à la figure du bon sauvage, mais peut-être plus pour faire ressortir « une singularité qui aurait été digne d’être connue des Anciens »1. Néanmoins, la grande qualité de cet ouvrage nous semble être sa présentation des procédés ambigus de l’écriture montanienne, de façon claire, nuancée quoique prudente, grâce à des extraits pertinents et bien choisis tirés des chapitres des Essais portant sur les Amérindiens.

Haut de page

Notes

1 François Hartog, « De si subtils barbares », dossier « Montaigne », Le Magazine littéraire, n° 526, décembre 2012, p. 153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cloutier, « Jean-François Dupeyron, Montaigne et les Amérindiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13423

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page