Navigation – Plan du site

Ducange Jean-Numa, Marlière Philippe, Weber Louis, La gauche radicale en Europe

Ruggero Iori
La gauche radicale en Europe
Jean-Numa Ducange, Philippe Marlière, Louis Weber, La gauche radicale en Europe, Editions du Croquant, coll. « Enjeux et débats », 2013, 124 p., ISBN : 978-2-36512-029-6.
Haut de page

Texte intégral

1S’attachant à rendre compte de la radicalité des partis de la gauche européenne, cet ouvrage sort en pleine actualité. Les auteurs s’appliquent à faire le point sur la gauche « radicale » en rassemblant sous cet étendard les partis,les réseaux associatifs et partisans qui se situent à la gauche des partis socialistes ou socio-démocrates, ou plus généralement de centre-gauche, à savoir les partis à tradition communiste, anti-libéraux, rouge-verts, souvent à l’opposition de la plupart des gouvernements libéraux (de gauche, de centre ou de droite) en Europe. Dans un contexte politique où les décisions se prennent de moins en moins à un échelon national, où les gouvernements de grosse koalition sont à l’ordre du jour et mènent des politiques d’austérité, les partis minoritaires de la gauche dite « radicale » se rassemblent pour les prochaines élections européennes de 2014 autour d’Alexis Tsipras, secrétaire de la force politique grecque Syriza1. Cet ouvrage s’adresse à un lectorat informé et mobilisé, déjà familier des mouvements européens créés en opposition à la « doxa néolibérale ». Contrairement au livre Pour une gauche de gauche2 sorti chez le même éditeur, ou à d’autres publications de la Revue Savoir/Agir3, cet ouvrage interdisciplinaire (histoire, science politique, sociologie) ne cache pas son caractère militant.

  • 4 Réseau des fondations politiques affilié au Parti de la Gauche Européenne (PGE).
  • 5 Voir à ce propos l’interview à Philippe Marlière par l’Observatoire de la Vie Politique de la Fonda (...)
  • 6 p. 12.

2Publié par les Éditions du Croquant en collaboration avec l’Espace Marx, membre de Transform4, ce repère se propose de retracer en trois chapitres l’histoire « institutionnelle » des partis à gauche de la social-démocratie en Europe, d’en présenter un état des lieux pays par pays, de plaider enfin pour cette mouvance. En le préférant à « extrême gauche » ou à « gauche anticapitaliste » ou encore à « autre gauche »5, ils regroupent dans ce terme de « gauche radicale » les partis « qui combattent en premier lieu les inégalités économiques, culturelles et de genre que crée le capitalisme » et qui veulent « refonder fondamentalement les règles d’une démocratie que le néolibéralisme a détournée au bénéfice du capitalisme »6.

3Dans la première partie, Louis Weber présente un état des lieux des organisations identifiées sous ce label. Il débute par la présentation des différents groupements européens (le PGE, le réseau Transform, l’Alliance Gauche Verte Nordique, la Gauche Anticapitaliste européenne – aujourd’hui disparue -, et le Groupe Gauche unie européenne/Gauche verte nordique - GUE/NGL - au Parlement européen) pour ensuite se pencher sur la situation nationale des différents pays, ceux où la gauche est « faiblement implantée » (Luxembourg, Grande-Bretagne, Irlande, Pays de l’Est) ou ceux dans lesquels « elle compte » : pays du Nord, du Sud et de l’Europe centrale. C’est au sujet de ces derniers qu’il s’intéresse aux résultats électoraux récents, en se focalisant dans le détail sur le cas où ces organisations ont participé (ou non) au gouvernement local ou national.

4Dans le deuxième chapitre, Jean-Numa Ducange retrace d’un point de vue historique le parcours de cette gauche « radicale », de la révolution de 1789 au XXe siècle, en passant par la Commune, la naissance des grands partis et le développement du mouvement ouvrier. Il relate des moments de rupture, de radicalisation, d’échec et de reconfiguration, en plaçant la focale sur les pays de l’Europe centrale et du Sud. Si les références bibliographiques sont peu nombreuses, ce chapitre permet de bien réinscrire les revendications d’aujourd’hui dans une histoire plus ancienne, faite d’alliances, de crises et de reconfigurations au sein de cette nébuleuse organisationnelle.

5C’est dans la troisième partie de Philippe Marlière qu’on voit mieux la position de ces chercheurs et l’objectif de l’ouvrage. Sur un ton fortement engagé, l’auteur montre comment, en dépit des discours mainstream sur une présupposée « mort » de la gauche, cette mouvance se porte bien, et vit aujourd’hui un nouvel essor. Le socialisme par voie parlementaire est le but de ces partis, cependant partagés entre deux structures organisationnelles pour y arriver. Certains se fédèrent au niveau d’un cartel électoral, d’autres créent une nouvelle structure partisane, cette dernière option étant souvent source de difficultés selon l’auteur. En dernière partie de chapitre, il revient sur les résultats électoraux, en cherchant à généraliser les tendances diverses observées au niveau national. S’il reconnaît qu’il n’existe pas une « tendance électorale uniforme », il tente de revenir sur les cas d’alliance avec la social-démocratie en présentant l’idée d’une « autre Europe » prônée par ces partis, à la frontière entre analyse des stratégies organisationnelles et critique de la construction libérale de l’Europe.

  • 7 Voir par exemple pour une dernière sortie le compte-rendu de l’ouvrage d’Emmanuel Bellanger et Juli (...)

6Si cet ouvrage a l’avantage de rendre compte de l’évolution de la nébuleuse de la gauche, dont il présente les différentes facettes, il faut cependant souligner quelques absences. L’approche très hétéroclite et engagée risque de présenter ces partis comme des structures organisationnelles homogènes présentes uniquement à l’échéance électorale et de laisser un peu de côté une analyse attentive du « pourquoi » ou du « comment » se structure cette gauche radicale en Europe (mouvements sociaux, partis, associations…). Une analyse des militants7, une étude sociologique plus poussée de son électorat, ou encore un approfondissement des différents « courants » des cadres de ces partis dans les différents pays, auraient permis d’éclairer mieux certains passages et particularités nationales, en donnant à ce repère un caractère plus complet. Un index de sigles et de noms ainsi qu’un récapitulatif des pourcentages de votes reçus selon les différents partis et pays (au niveau national et européen, avec des graphiques et des tableaux) auraient sûrement aidé et répondu à cet important objectif de diffusion. Il convient toutefois de souligner l’effort de vulgarisation de ces auteurs qui, entre engagement scientifique et militant, produisent une très utile et courageuse cartographie des partis d’une « gauche de gauche », et permettent de faire connaître (à l’enseignant et à l’étudiant, au militant et au citoyen), grâce à une lecture simple et agréable, une synthèse des actuels enjeux dans la gauche française et européenne.

Haut de page

Notes

1 http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/16/alexis-tsipras-candidat-du-parti-de-gauche-europeen-pour-la-commission_4335262_3214.html

2 http://lectures.revues.org/635

3 http://www.savoir-agir.org/ dont Louis Weber cordonne la rédaction.

4 Réseau des fondations politiques affilié au Parti de la Gauche Européenne (PGE).

5 Voir à ce propos l’interview à Philippe Marlière par l’Observatoire de la Vie Politique de la Fondation Jean Jaurès, disponible ici : http://www.jean-jaures.org/Publications/Notes/La-gauche-radicale-en-Europe-ou-l-emergence-d-une-famille-de-partis

6 p. 12.

7 Voir par exemple pour une dernière sortie le compte-rendu de l’ouvrage d’Emmanuel Bellanger et Julien Mischi : http://lectures.revues.org/11913

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruggero Iori, « Ducange Jean-Numa, Marlière Philippe, Weber Louis, La gauche radicale en Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13432

Haut de page

Rédacteur

Ruggero Iori

Doctorant en sociologie à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Laboratoire PRINTEMPS (Professions Institutions Temporalités)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page