Navigation – Plan du site

Julien Damon, Petit précis de culture économique

Igor Martinache
Petit précis de culture économique
Julien Damon, Petit précis de culture économique, PUF, 2013, 295 p., ISBN : 978-2-13-062554-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur cette dimension formatante des formats d’épreuves de concours d’accès aux « grandes » écoles, v (...)
  • 2 Docteur en sociologie et professeur associé à Sciences-po Paris, celui-ci dirige également une soci (...)
  • 3 Thématique pas totalement incongrue dans la mesure où le programme de sciences économiques et socia (...)

1Quel est le comble pour un site de comptes rendus ? Rendre compte d’un ouvrage uniquement composé de... comptes rendus ! Voici donc, avec un certain sens de l’absurde, ce dont il va s’agir ici. Car, contrairement à ce que son titre indique, ce nouvel opus de Julien Damon n’est pas un manuel pour gens pressés – ou étudiants stressés –, répondant à leur désir d’acquérir à peu de frais un vernis de connaissances économiques permettant de briller en société ou lors de concours formatés1. Encore que. Cet ouvrage est en réalité une compilation des chroniques que son auteur, aussi prolifique qu’inclassable – tant d’un point de vue disciplinaire que politique2 –, a publié depuis 2007 dans le quotidien économique Les Échos. Celui-ci y propose en effet mensuellement une courte recension de trois ouvrages de ce qu’il est convenu d’appeler la « non-fiction », parus en langue anglaise – mais pas seulement d’auteurs anglo-saxons, puisqu’on y retrouve aussi quelques Français « internationalisés », comme Bruno Palier, Marion Fourcade ou Olivier Blanchard – sur une thématique donnée, qu’elle soit économique, sociale ou politique – si tant est que l’on puisse réellement dissocier ces trois dimensions. Ces chroniques sont reprises dans cet ouvrage, légèrement réactualisées pour certaines, et classées suivant dix grandes entrées qui ne sont pas elles-mêmes sans se recouper, des « questions et politiques sociales » à la prospective, en passant par la famille, la ville, la philosophie sociale, la pauvreté (et la richesse), l’innovation et l’éducation – rangées dans la même rubrique –, la crise ou encore les « questions et positions d’économistes »3.

  • 4 Ce que certains ont d’ailleurs esquissé, comme par exemple Bernard Lahire qui, dans son dernier ess (...)
  • 5 Julien Damon, Questions sociales, analyses anglo-saxonnes. Socialement incorrect ?, Paris, PUF, 200 (...)

2Ce sont ainsi près de 150 ouvrages différents, publiés depuis le milieu des années 2000, que l’auteur présente assez succinctement, de nature et d’horizons assez divers, tant académiquement que politiquement. Cet assemblage constitue de ce fait davantage une cartographie aérienne – nécessairement subjective – du champ intellectuel anglophone qu’un coup de projecteur sur la substantifique moelle de l’un ou l’autre des livres abordés. Néanmoins, l’entreprise est déjà louable en soi, tant le champ intellectuel français apparaît à bien des égards cloisonné, au plan international autant qu’intérieur, aboutissant à des situations où, fréquemment, les spécialistes français de tel objet assez circonscrit ne vont discuter qu’entre eux, sans porter attention aux débats plus généraux ou survenant dans les sous-champs disciplinaires voisins. Le constat apparaîtra sans doute assez sévère, voire injustifié à certains, et mériterait surtout qu’on analyse plus avant les ressorts sociaux de cette division croissante du travail scientifique, plutôt que de l’attribuer à un supposé tropisme moral des agents considérés4 ; quoi qu’il en soit, quiconque partage un tant soit peu ce constat conviendra de trouver l’entreprise de Julien Damon originale et utile. Celle-ci n’est cependant pas un coup d’essai, en réalité, car elle fait suite à un premier opus dans lequel, de son propre aveu, l’auteur traitait des ouvrages chroniqués de manière un peu plus approfondie5.

3Julien Damon livre donc un avant-goût d’une impressionnante quantité d’ouvrages en resituant leurs auteurs dans le paysage intellectuel et en restituant leur thèse ainsi que quelques éléments de leurs démonstrations, afin de susciter l’envie à ses lecteurs de devenir les leurs. On ne peut pas accuser l’auteur de sectarisme, puisqu’il fait se côtoyer William Julius Wilson ou Philippe Van Parjis avec le libertarien extrémiste Charles Murray, pour ne citer que ses trois auteurs qui semblent recevoir une attention plus particulière de la part de Damon. Le tout foisonne d’idées, qu’il s’agisse, concernant l’État social, de mettre en place une dotation de 80 000 $ pour tous les jeunes arrivant à l’âge de 21 ans, financée par un impôt sur le patrimoine, comme le préconisent Van Parjis, Bruce Ackerman et Anne Alscott, dans une logique d’« investissement social », de remplacer toutes les prestations sociales par une allocation annuelle unique et uniforme à chaque adulte, comme y invite Murray, ou encore de donner chaque année un chèque santé à chaque États-unien et lui laisser « choisir » la compagnie d’assurance qui lui convient, comme le propose l’économiste Laurence Kotlikoff. Difficile de trancher entre ces options à leur seul énoncé, sinon à s’interroger non pas tant sur leur faisabilité « technique » que sur le modèle de société qui les sous-tendent.

4À côté de ces ouvrages « de propositions », forcément normatifs, ou d’autres, prospectifs, qui le sont aussi d’une autre manière, amatrices et amateurs de sciences sociales se sentiront sans doute davantage attirés par les livres se « contentant » d’établir des constats, par exemple sur l’évolution des formes familiales, avec l’émergence de concepts comme l’« enfant boomerang », qui revient adulte au bercail parental, ou de la « famille accordéon » qui lui est associée. Sur les enjeux posés par l’urbanisation croissante, une série d’ouvrages mettent en avant ses externalités positives, notamment écologiques, là où l’on pointe le plus souvent les nuisances de la ville. La qualité du travail – question qu’a tendance à occulter l’obsession pour l’emploi –, est analysée par exemple par Duncan Gallie, surtout connu en France pour avoir travaillé avec Serge Paugam. Sans pouvoir être exhaustif, on peut également trouver quelques réflexions intéressantes en matière de justice sociale et d’inégalités, dont des dimensions comme l’apparence physique ou le rapport aux langues, souvent impensées, sont prises au sérieux par certains chercheurs. Les parties sur l’entreprise et le « management », ainsi que sur l’innovation et l’éducation, s’avèrent assez décevantes, sinon que la première a le mérite de relayer la charge sévère d’Henry Mintzberg, l’un des papes de la discipline, contre le MBA (Master in Business Administration), ce diplôme vendu à prix d’or attestant de l’excellence managériale, en rappelant que le « management » est une pratique qui ne peut s’enseigner.

  • 6 Dont on peut lire une recension sur le site de La Vie des Idées par Emilie Frienkel : <http://www.l (...)

5En raison notamment du format réduit de l’ouvrage, les controverses qui clivent les débats intellectuels sur tel ou tel sujet restent malheureusement le plus souvent implicites, à quelques exceptions près – comme l’opposition entre Jeffrey Sachs et William Easterly concernant les politiques d’« aide au développement ». Le lecteur doit savoir lire entre les (quelques) lignes pour hiérarchiser le flot d’arguments assénés et repérer les ouvrages qui ont marqué fortement le débat public outre-Atlantique ou Outre-Manche, comme le problématique Nudge de Cass Sunstein et Richard Thaler (2008)6, ou d’autres, plus anecdotiques, comme l’ouvrage de Peter Leeson sur l’économie des pirates, malicieusement intitulé The Invisible Hook (2009). À vouloir peut-être afficher une certaine objectivité – qui cache mal cependant un tropisme libéral laissant bien peu de place (sinon aucune) aux ouvrages de la gauche radicale, pourtant intellectuellement prolixe aux États-Unis comme ailleurs –, Julien Damon s’abstient de hiérarchiser les ouvrages présentés suivant un critère de « popularité » ou de pertinence subjective, ce qui laisse le sentiment assez mitigé d’avoir parcouru de nombreuses d’idées sans en avoir conservé beaucoup de traces. Dans la bibliographie récapitulative, les quinze titres qui ont particulièrement marqué l’auteur-lecteur sont surlignés en gras, sans que ce choix ne soit argumenté, sinon par cette pirouette, en référence à Montaigne et La Boétie, « parce que c’était eux, parce que c’était moi ».

Haut de page

Notes

1 Sur cette dimension formatante des formats d’épreuves de concours d’accès aux « grandes » écoles, voir par exemple Claire Oger, Le façonnage des élites de la République, Presses de Sciences Po, 2008, dont une recension est disponible à ce lien : <http://lectures.revues.org/697>.

2 Docteur en sociologie et professeur associé à Sciences-po Paris, celui-ci dirige également une société de conseil baptisée « Éclairs » et exerce en tant qu’« experts » auprès de diverses structures privées et publiques. Il a publié un nombre impressionnant d’’ouvrages sur des thèmes variés, de La question SDF (PUF, 2002) à Intérêt général : que peut l’entreprise ? (Les Belles Lettres, 2013), en passant par un récent « Que-sais-je ? » sur Les familles recomposées (2012). Un véritable entrepreneur intellectuel multipositionnel, comme l’objective bien son site Internet : <http://eclairs.fr/>.

3 Thématique pas totalement incongrue dans la mesure où le programme de sciences économiques et sociales de la classe de 1re ES commence par « les grandes questions que se posent les économistes ».

4 Ce que certains ont d’ailleurs esquissé, comme par exemple Bernard Lahire qui, dans son dernier essai, appelle à un décloisonnement des sciences sociales, y compris vis-à-vis des neurosciences (voir Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social, Paris, La Découverte, 2013).

5 Julien Damon, Questions sociales, analyses anglo-saxonnes. Socialement incorrect ?, Paris, PUF, 2009.

6 Dont on peut lire une recension sur le site de La Vie des Idées par Emilie Frienkel : <http://www.laviedesidees.fr/Nudge-ou-le-paternalisme.html>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Julien Damon, Petit précis de culture économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13444

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page