Navigation – Plan du site

Elliot Liebow, Tally's Corner. Les Noirs du coin de la rue

Patrick Bruneteaux
Tally's Corner
Elliot Liebow, Tally's Corner. Les Noirs du coin de la rue, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2011, 157 p., EAN : 9782753512535.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage classique d’Elliot Liebow, Tallys’s Corner, publié en 1967, et édité pour la première fois en France en 2010, s’inscrit dans la filiation des grandes enquêtes ethnographiques auprès des populations les plus pauvres des minorités ethniques : populations noires entre les petits boulots, le vol et le chômage, homeless entre l’errance et l’assistance, jeunes en bandes racialisées, voleurs professionnalisés. Cependant, son mode de découpage du terrain, initialement réalisé dans le cadre d’une commande collective du National Institute of Mental Health (équivalent au mode de financement de P. Bourgois lors de son enquête sur les homeless drogués et publiée sous le titre Righteous Dopefiend), le rapproche plus, selon lui, des anthropologues des sociétés traditionnelles (Malinowski, Evans-Pritchard, Mead) que des anthropologues urbains (cf l’annexe du livre rédigée par l’auteur). La préface nous apprend aussi que cette anthropologie le séduit « par le choix qu’elle faisait de s’intéresser à des unités sociales spatialement délimitées (permettant d’embrasser) par l’observation, l’ensemble des relations sociales du fait de la taille même de ces unités…(et par la volonté) de restituer le point de vue des natifs » (point de vue dit émique en anthropologie sociale). Ceci étant dit, sur ces deux points, la correspondance avec la méthodologie de l’Ecole de Chicago est très forte, comme l’atteste un ouvrage comme celui de W.F. Whyte Street Corner Society.

2Sorti originellement sous le titre Tally’s Corner. A study of Negro Streetcorner Men - un sous-titre daté on le constate - l’ouvrage d’E. Liebow peut dérouter le lecteur français peu habitué au cadre culturel urbain américain. La préface, fort documentée, vient à point pour fournir les éléments de sociologie destinés à contextualiser l’œuvre du double point de vue des traditions de recherches américaines et des pratiques culturelles qui entourent ces « carrefours », véritables institutions sociales, notamment pour les « noirs pauvres qui vivent dans un quartier défavorisé de Washington ».

3L’ouvrage se présente comme un inventaire des types de liens sociaux des hommes noirs que l’auteur reconstruit à partir de son ancrage de terrain sur un coin de rue où ils passent une partie de leur temps. Qu’ils soient sur leur « territoire » (bande), en bas des barres (jeunes des cités) ou « dans la rue » (SDF), les fractions les plus paupérisées des surnuméraires n’en sont pas moins immergés dans des cadres sociaux et des formes relationnelles spécifiques que le sociologue américain décrit finement à partir de reconstructions ex post de matériaux cueillis dans les interactions autour du Carry out, le bar/snack qui sert de point de ralliement au groupe d’hommes étudiés. L’ouvrage offre de larges extraits de conversations et des synthèses biographiques segmentées en fonction du thème du chapitre. Il y a en fait cinq grandes zones d’activités balayées par l’auteur.

4Le premier chapitre introduit le lecteur dans les données structurales qui ont l’immense mérite, dès les premières pages, de casser les stéréotypes habituels sur les « assistés », les « fainéants » ou encore les « incapables ». La plupart d’entre eux sont non diplômés et ils sont confinés aux petits métiers de manutentionnaires (bâtiment, comptoir d’un magasin, plongeur) ou de service (livreur, concierge), « employé de catégorie inférieure ». La circulation entre le travail et le non travail est clairement expliquée par le « cumul des handicaps », cette fois-ci du côté de l’offre : travail mal payé (le patron intègre le coût du vol), risques d’accidents, licenciements sans préavis, travail saisonnier. La précision des faits suffit à inscrire l’analyse dans une sorte de sociologie compréhensive du dégoût à l’égard de métiers non qualifiés qui, pour E. Liebow, ne leur permettent pas de « passer aisément à des métiers d’ouvriers ». Ce prolétariat non qualifié, entre le sous-prolétaire et le prolétariat de métier, circule bien davantage vers le bas que vers le haut. D’où, finalement, en filigrane dans l’ouvrage, cette présence incessante de l’illégalité, du vol, de la débrouille et des bagarres, multi-positionnement contextuel des sous-prolétaires que l’on retrouve quelles que soient les monographies sociales ou socio-raciales.

5Mais ce qui intéresse le chercheur américain consiste à rendre compte de la vie ordinaire et banale de ces hommes noirs dont la propriété sociologique commune est, confrontés à ce type d’emplois, de vivre une partie de leur vie sur leur portion de trottoir et leur bar/snack au coin de la rue. C’est la raison pour laquelle la violence physique ou la prison sont effacées tandis que les relations inter-individuelles territorialisées (dans le couple, la famille, le bar, la portion de quartier) sont disséquées de façon entomologique.

6Le chapitre suivant « Des pères dans enfants » traite la question de ce que J.F Laé nommait « le grand célibataire ». La constellation post-esclavagiste des Noirs pauvres en Amérique ou en Caraïbe est affectée du même phénomène de distance entre hommes et femmes qu’il ne faut pas amalgamer avec la monoparentalité (lire la belle thèse de S. Mulot en 2000 à l’EHESS). L’ouvrage entier détaille ces relations post-coloniales compliquées (non pensées comme telles par l’auteur), tendues, instrumentalisées, entre hommes et femmes noirs, surdéterminées par la pauvreté. E. Liebow évoque pour sa part la trame de ces relations hyper-conflictuelles dans tous les segments familiaux, en particulier la tension entre la norme (avoir des enfants) et la pratique (l’incapacité à gérer les enfants). Tout comme il montre que les attachements latéraux existent, soit avec ses propres enfants vus en pointillés, soit avec les enfants de la compagne du moment. Quand le père reconnaît sa responsabilité, c’est la vision d’une charge matérielle qui prime, tandis que l’obstacle que pose la progéniture dans les affaires sexuelles du père multipartenaire contribue à l’évincer. Quand le père est présent, c’est pour endosser un rôle répressif qui se double -par corps interposés- d’une violence de vengeance où l’enfant écope de coups en fait mentalisés contre la mère.

7Dans le chapitre « maris et femmes », la distance familiale s’approfondit dans l’analyse des relations statutaires entre partenaires. Le mariage est résiduel parce que, pour l’homme concerné, son « univers lui dit que ça ne fonctionne pas » (ses ascendants, ses copains). Et les hommes ne se marient guère plus quand ils ont un enfant avec leur amie. Et l’auteur d’expliquer, avec la « théorie des imperfections viriles », vision émique des hommes, le pourquoi de cet échec. Dans les milieux étudiés, qui recoupent d’ailleurs le multipartenariat des hommes de la Caraïbe, la sexualité débridée est incontrôlable et les hommes se rabaissent volontiers à l’animalité pour en rendre compte. C’est plus fort qu’eux. E. Liebow se contente de cette explication, sans rapporter cette compulsion à ses déterminants socio-historiques.

8Dans le cadre de ces relations épisodiques de sexe ou de mariages ratés, ou de liaisons conjugales avec des amies qui débouchent sur une infidélité, les hommes entretiennent des relations instrumentales avec des femmes qui, elles aussi, tentent de sortir leur épingle du jeu. Dans le chapitre « Amants et exploiteurs », le sociologue démontre que les hommes sont « utilisateurs de femmes tout autant objets sexuels qu’objets de revenus ». Il peut arriver que ce soit le contraire, comme dans le cas abondamment développé de Sea Cat et Gloria.

9Dans ce couplage de désillusions et de gestion à distance des rapports sexuels, les hommes n’investissent finalement que très peu la famille ou les rapports conjugaux. Le cinquième chapitre « Amis et réseaux » apporte la touche finale au mode de fonctionnement de cette vie sociale au coin de la rue. Dans un spectre qui court des copains/amis à la vie à la mort jusqu’aux simples interconnaissances vagues dans la rue, chaque homme dispose d’une carte relationnelle qui se tisse dans la proximité et les relations « quotidiennes en présence les uns des autres ». Avec les vrais potes (walking buddies), l’amitié s’enroule autour de relations symboliques de filiation, comme dans le candomblé brésilien. Les relations entre « frères », voisins, collègues, débouchent sur un réseau précaire d’entraides financières ou matérielles (loger provisoirement, aider à trouver un job) et aussi de soutiens psychologiques informels. Il en découle un statut social, on pourrait dire en définitive le seul statut visible et légal, qui combine le respect de soi en aidant les autres et le plaisir d’être soutenu réciproquement : « les amis sont particulièrement importants dans le sentiment de sécurité physique et émotionnelle que chacun développe ». D’où, aussi, une part d’onirisme social, quand certains idéalisent telle ou telle amitié (E. Liebow parle « d’amitié romancée ») qui, à l’examen, ne résiste pas aux tracasseries incessantes quand il faut faire les comptes « à cause de ressources limitées ». Là encore, en dépit de ces îlots de vie sociale, les hommes se brisent sur les « conflits d’intérêt » et il se dégage de cette ethnographie des relations de « vie quotidienne » un bilan global rendant compte de vies qui ne sont pas « quotidiennes » au sens de routinières ; mais des vies qui sont plutôt à la dérive avec des « attitudes perpétuellement changeantes ». En conclusion de cette recherche empirique brossant « le monde intime des hommes » sous-prolétaires noirs dont on peut observer la position « relationnelle » spécifique en la comparant à celle des ouvriers d’O. Schwartz et de leur monde privé, E. Liebow établit un parallèle structural entre la maltraitance économique de ces hommes non qualifiés sur le marché de l’emploi et ses répercussions sur la structuration des relations entre les enfants, les pères et les mères, les hommes et les femmes. « Ce monde interne est en contact continu et intime avec la société au sens large ». La leçon magistrale de cet ouvrage est là : dans la déconstruction des causalités « familiales » chères aux travailleurs sociaux et à certains chercheurs reconnus (Paugam & Clemençon) qui cherchent dans « un système auto-suffisant et qui s’auto-génère » selon l’expression E. Liebow, la source des parcours qui aboutiront à la rue. « La pauvreté » constitue sans conteste, selon lui, la « véritable cible » de l’intervention publique. A l’heure où le psychologisme et la sociologie culturaliste des « pauvres » dominent, le regard porté sur la pauvreté, autrement dit ses déterminants économiques, révèle la violence du monde dit « normal » qui est au principe du décrochage - adaptations secondaires dirait Goffman - de ces hommes en quête, eux aussi, de bonheur.

10L’autre grande force du chercheur américain est d’avoir pu recueillir un regard interne modulé des acteurs, à la fois engagés dans leurs plans et leurs combines plus ou moins « heureuses » et, en même temps, capables de s’analyser comme des « chiens » ou des « exploiteurs » lorsqu’ils évoquent leurs conduites vis-à-vis des femmes. Ce faisant, cette sociologie a atteint son objectif : celui de restituer les relations ordinaires et intimes de ces hommes qui savent qu’ils sont marginalisés mais qui savent aussi, au cœur de leurs souffrances sociales, se rendre compte de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font subir aux autres. Et de même que la sociologie des classes populaires montre que la fuite dans le jeu ou l’addiction (alcool, drogues) est un comportement permettant de diminuer le fardeau d’une vie « sociale » faite de couches de contraintes, la sexualité débridée matérialise, lorsqu’elle est vécue dans le groupe des pairs, l’accès à une forme de bonheur qui a pour contrepartie une évacuation des sentiments et des attaches avec les membres de ce qui constitue une famille. L’amitié virile des hommes façonne une micro-société où, au coin de la rue, s’oublient les violences d’un monde qu’ils contribuent aussi pour leur part, en toute logique, à rendre plus violent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Bruneteaux, « Elliot Liebow, Tally's Corner. Les Noirs du coin de la rue », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 22 février 2011, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1345

Haut de page

Rédacteur

Patrick Bruneteaux

Chercheur CNRS au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page