Navigation – Plan du site

Frédéric Regard (dir.), Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler

Lilian Mathieu
Féminisme et prostitution dans l'Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler
Frédéric Regard (dir.), Féminisme et prostitution dans l'Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Joséphine Butler, Lyon, ENS Éditions, coll. « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », 2013, 316 p., ISBN : 978-2-84788-392-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 171.

1Le portrait de l’entrepreneur de morale proposé par Howard Becker dans Outsiders1 semble avoir été spécialement dressé pour dépeindre Josephine Butler (1828-1906). Elle aussi s’est montrée « fervent[e] et vertueu[se], souvent même imbu[e] de sa vertu », « inspiré[e] d’une éthique intransigeante » après avoir découvert une réalité qui lui a paru « mauvais[e] sans réserve ni nuances » et « tous les moyens lui [ont] sembl[é] justifiés pour l’éliminer ». Elle aussi a consacré sa vie à « une croisade pour la réforme des mœurs » parce qu’elle estimait qu’il subsistait dans la société anglaise de son époque une « forme de mal qui [la] choqu[ait] profondément » et que « le monde ne [pouvait] être en ordre tant que des normes n’aur[aient] pas été instaurées pour l’amender ». Ce mal, ce fut la réglementation de la prostitution, progressivement instaurée en Angleterre à partir de 1864, et pour l’abolition de laquelle elle se fit une propagandiste exaltée, n’hésitant pas à braver les restrictions imposées par la morale victorienne à l’expression politique des femmes.

  • 2 Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (19e siècle), Paris, Aubier, 1978

2L’ouvrage coordonné par Frédéric Regard permet de redécouvrir cette personnalité complexe, surtout connue en France au travers de qu’en a dit Alain Corbin dans Les Filles de noce2, et du travail de mémorialisation hagiographique des mouvements contemporains favorables à l’abolition de la prostitution. Il est divisé en quatre parties d’inégales longueurs mais complémentaires. Le propos s’ouvre sur une biographie (rédigée par Florence Marie) de J. Butler, issue de la grande bourgeoisie anglaise, progressiste d’un point de vue politique et non-conformiste sur le plan religieux. Cousin du Premier ministre Lord Grey, son père était un anglican investi dans le camp libéral, notamment engagé pour l’élargissement du droit de vote et pour l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques. Il familiarisa très tôt ses dix enfants, filles comme garçons, à l’action publique. Josephine fut également fortement influencée par sa mère, membre fervente de l’Église des Frère Moraves, ainsi que par sa tante aux fermes convictions féministes. Elle se maria à l’âge de vingt-trois ans avec George Butler, un pasteur anglican directeur d’un collège de Liverpool, dont elle eut quatre enfants.

3C’est après la mort accidentelle de sa fille Eva qu’elle commença à s’intéresser à la prostitution. Initié sur le mode traditionnel des « bonnes œuvres » accomplies par les bourgeoises dévotes auprès des miséreux, cet intérêt prit rapidement une tournure plus militante et politique. Le projet d’étendre à l’ensemble de l’Angleterre les lois sur les maladies contagieuses (CD Acts) suscita en effet une vague de protestation à laquelle J. Butler se rallia rapidement, au point d’en devenir très vite la principale figure de proue. Instaurés en 1864 dans plusieurs ports et villes de garnison et directement inspirés du système réglementariste inventé en France, les CD Acts imposaient aux femmes prostituées de se faire enregistrer et de subir des examens gynécologiques réguliers, cela afin de détecter celles atteintes de syphilis dans l’objectif de mieux « protéger » leur clientèle, en grande partie composée de jeunes militaires célibataires. Devant ce qu’elles considéraient comme une officialisation et une organisation d’un « vice » qu’il aurait au contraire fallu combattre, différentes personnalités fondèrent une Association nationale pour l’abrogation des lois sur les maladies contagieuses. Considérant qu’il serait indécent que des fammes aient à traiter d’un sujet aussi scandaleux, cette association refusa leur présence à ses premières réunions. Fut par conséquent fondée son pendant féminin, l’Association nationale féminine (Ladies’ national association), dont J. Butler devint la principale et inlassable animatrice. Le succès finalement remporté par la campagne abolitionniste en 1886, date de l’abrogation des CD Acts, ne mit pas pour autant fin à la croisade de J. Butler, décidée à internationaliser son mouvement. Son engagement, dès le milieu des années 1880, dans la dénonciation de la « traite des blanches » lui en offrit à la fois l’opportunité et les moyens.

4La deuxième partie de l’ouvrage est un essai de Frédéric Regard sur J. Butler. Il revient sur son engagement abolitionniste en centrant l’analyse sur ses registres argumentaires privilégiés et sur son rapport au féminisme de l’ère victorienne. La troisième partie rassemble différents textes relatifs au débat sur la réglementation de la prostitution, émanant tant de défenseurs des CD Acts que de leurs contempteurs. La quatrième partie est une anthologie de divers textes (courriers, articles, extraits d’ouvrages, conférences, etc.) de J. Butler elle-même, qui rendent directement sensibles les ressorts d’un engagement manifestement « fervent et vertueux », tant il apparaît tout aussi véhément qu’empreint de religiosité chrétienne.

5L’essai de Frédéric Regard n’esquive pas les ambiguïtés du personnage de J. Butler, qui expliquent que son intégration au féminisme n’aille pas de soi et qu’elle soit fréquemment oubliée ou écartée des anthologies ou panoramas du féminisme victorien. La défense de l’égalité des sexes est pourtant indéniablement au cœur de sa réflexion et de son combat, mais elle y est associée à une dévotion chrétienne quelque peu envahissante (au point qu’elle ait pu être considérée comme une « sainte protestante »), et la question de savoir si elle était une féministe chrétienne ou une chrétienne féministe est restée longtemps posée. S’il plaide de manière convaincante pour la première option, l’essai paraît lui-même pris dans cette ambiguïté et hésiter entre réhabilitation d’une figure féministe sous-estimée et critique de ses excès rhétoriques. J. Butler fut incontestablement à la pointe d’une lutte dénonçant le pouvoir exorbitant accordé à la police par les CD Acts sur le corps des femmes dans leur ensemble, puisque toute femme suspectée de se livrer à la prostitution pouvait se voir imposer un contrôle gynécologique, dont les conditions – que J. Butler n’hésita pas à dépeindre dans toute leur violence – en faisaient de véritables viols. Elle fut d’une certaine manière une pionnière de la réflexion sur l’intersectionnalité puisque cette violence s’exerçait sur le corps de femmes appartenant, dans leur écrasante majorité, aux couches les plus pauvres, et que les deux dimensions de domination de classe et de genre lui apparaissaient clairement indissociables. Elle fut plus globalement une critique véhémente du « double standard » accordant aux hommes des privilèges sexuels dont les femmes étaient non seulement exclues mais surtout les victimes. À rebours des conceptions de l’époque, elle n’hésitait pas à avancer « l’idée selon laquelle l’impureté des prostituées était partagée par les hommes eux-mêmes », une critique qu’elle appuyait sur un argument religieux : « il ne pouvait exister plusieurs lois morales puisque la loi morale était l’œuvre de Dieu » (p. 71).

6Les textes de la troisième partie donnent une idée de la violence du mépris et des insultes que devaient subir les femmes qui, comme J. Butler, osaient prendre publiquement la parole, qui plus est lorsqu’elles le faisaient sur des sujets aussi scandaleux, et supposés devoir leur rester étrangers, que la prostitution. L’ouvrage livre également des éléments intéressants sur le répertoire d’action déployé par les dames de l’Association nationale – pétitions, réunions publiques, journées de jeûnes ou de prières sous les fenêtres de parlementaires, rassemblements devant Westminster ou encore cette préfiguration des « marches blanches » contemporaines que fut la mise en scène de la manifestation de 1885 contre la traite des blanches, où « des milliers de femmes vêtues de noir, portant chacune un bouquet de fleurs blanches, furent appelées à défiler en signe de protestation contre le commerce sexuel des enfants ; une voiture de petites filles toutes de blanc vêtues venait fermer le cortège » (p. 121).

  • 3 Alain Corbin, op. cit. ; Judith Walkowitz, Prostitution and Victorian Society, Cambridge, Cambridge (...)

7La volonté de réhabilitation féministe de J. Butler amène cependant F. Regard à passer un peu rapidement sur certains aspects plus problématiques du personnage, dont la rhétorique relève fréquemment de la théorie du complot. Pour J. Butler, le réglementarisme a tout du « système » cohérent, sciemment élaboré dans l’ombre au moyen de la collusion machiavélique des représentants de l’État, de l’armée et du corps médical, « mobilisés au service des riches et des puissants pour assurer sécurité et impunité aux débauchés issus de leur classe » (p. 42). Il semble également traiter comme un fait secondaire les exagérations et affabulations dont elle se rendit complice, avec le journaliste William Stead, dans l’élaboration et la diffusion du mythe de la traite des blanches. Présenter comme un « travail d’enquête » relevant de « l’accumulation d’informations fiables » et présentées « de manière quasi-scientifique » (p. 112-113) ce que les historien-ne-s considèrent, désormais de longue date3, comme de grossières déformations de la réalité de la circulation internationale des prostituées, est pour le moins gênant. Les similarités relevées, au terme de l’essai, entre la présentation de soi de J. Butler et la figure de la femme détective qui allait nourrir peu après la littérature policière anglaise sont tout à fait pertinentes, mais elles auraient à ce titre pu souligner l’importance de leur dimension largement fictionnelle. On aurait également aimé que les textes de la quatrième partie soient davantage contextualisés, spécialement en regard des évolutions de l’engagement de J. Butler. Cela aurait notamment permis de mieux apprécier son attitude devant le tournant conservateur et puritain que prit l’abolitionnisme après l’abrogation des CD Acts, sous l’influence de la National Vigilance Association.

  • 4 Lilian Mathieu, La Fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Par (...)

8Ces réserves ne doivent pas masquer l’intérêt de ce volume pour la compréhension des ambivalences et des ambiguïtés du féminisme naissant de l’ère victorienne, spécialement dans son abord des questions sexuelles et des rapports de classe, ainsi que dans son inspiration (imprégnation, vaudrait-il mieux dire, dans le cas de J. Butler) religieuse. Le travail éditorial, qui permet d’accéder à des traductions de textes aujourd’hui difficiles d’accès, ouvre à une compréhension d’enjeux anciens mais non exempts d’une étonnante modernité : les procédés rhétoriques et argumentatifs – misant sur le sensationnalisme, le sentimentalisme, le complot et l’affabulation dramatisante – privilégiés dans sa croisade par J. Butler sont largement ceux que l’on retrouve, à peine transformés, dans la rhétorique des abolitionnistes contemporains qui se réclament de son héritage4.

Haut de page

Notes

1 Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 171.

2 Alain Corbin, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (19e siècle), Paris, Aubier, 1978.

3 Alain Corbin, op. cit. ; Judith Walkowitz, Prostitution and Victorian Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 et City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Londres, Virago, 1992 ; Jean-Michel Chaumont, Christine Machiels (dir.), Du sordide au mythe. L’affaire de la traite des blanches (Bruxelles, 1880), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2009 ; Jean-Michel Chaumont, Le Mythe de la traite des blanches, Paris, La Découverte, 2009.

4 Lilian Mathieu, La Fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Paris, François Bourin, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Frédéric Regard (dir.), Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du XIXe siècle : la croisade de Josephine Butler », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13461

Haut de page

Rédacteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Max Weber à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page