Navigation – Plan du site

David Graeber, La démocratie aux marges

Marie Peretti-Ndiaye
La démocratie aux marges
David Graeber, La démocratie aux marges, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La Bibliothèque du Mauss », 2014, 120 p., préface d'Alain Caillé, traduit de l'anglais par Philippe Chanial, ISBN : 9782356872968.
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit ouvrage, qui résulte de questionnements nés à la faveur de l’engagement de l’auteur dans des mobilisations altermondialistes, explore les liens entre anarchisme et démocratie à la lumière d’une distinction entre conceptions dominantes, et normatives, de la démocratie et pratiques démocratiques. C’est en se basant sur des exemples diversifiés – tels les « communautés des frontières à Madagascar ou dans l’Islande Médiévale, les bateaux de pirates, les communautés de commerçants de l’Océan Indien » ou encore ces « institutions fédérales iroquoises [qui] pourraient bien avoir eu une influence sur la Constitution des États-Unis » – que l’anthropologue David Graeber invite à rompre avec les conceptions dominantes de la démocratie.

2Cette rupture opère en plusieurs étapes, présentées sous forme de « thèses » dans l’introduction. En premier lieu, il faut considérer que la démocratie n’est pas une conception occidentale car l’on ne peut envisager la civilisation occidentale autrement que comme une tradition intellectuelle qui s’avère « aussi hostile que la tradition indienne, chinoise ou méso-américaine à quoi que ce soit qu’on puisse considérer comme relevant de la démocratie ». En deuxième lieu, les pratiques démocratiques ont généralement émergé dans des espaces interstitiels qui échappent au contrôle de l’État. En troisième lieu, l’idéal démocratique est le fruit d’une conjoncture spécifique, propice à l’élaboration de nouveaux récits politiques par les intellectuels et les hommes politiques. Les destructions liées à l’expansion européenne au cours des XVIIIe et XIXe siècles se sont révélées favorables au brouillage des frontières et, en définitive, à la récupération de telles pratiques au bénéfice d’un processus « de refondation démocratique ». Ce processus est inclus dans un mouvement plus vaste – il déborde largement ce que l’on nomme aujourd’hui l’« Occident ». L’opposition entre « républiques » – entités de nature généralement peu démocratique – et « démocratie » relève des contradictions inhérentes à cet idéal et, plus spécifiquement, de son souhait d’unir l’appareil coercitif de l’État et les pratiques démocratiques. Enfin, si la démocratie a aujourd’hui un avenir, c’est en dehors des frontières de l’État. La réfutation des travaux de plusieurs auteurs nourrit cette démonstration.

  • 1 Samuel P. Huntington, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997 ; « The West: Unique, Not (...)
  • 2 Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, Alcan, 1922.
  • 3 Slavoj Žižek, « A Leftist Plea for Eurocentrism », Critical Inquiry, n° 24, 1998, p. 989-1009.

3Samuel P. Huntington est la première « cible » visée par David Graeber qui attaque, à travers lui, l’inconsistance des notions de « civilisation » ou de « culture » occidentale1. L’auteur critique également Lucien Lévy-Bruhl2 dont les écrits, à l’instar de ceux de « la plupart des anthropologues contemporains », mettent en scène cet « observateur rationnel et sans visage », détaché de toute appartenance communautaire, qui semble constituer l’essence de l’individu occidental. David Graeber conteste également la conception de la démocratie comme patrimoine européen de Slavoj Žižek3 et celle de la théorie du choix rationnel, qui associe la démocratie à un marché visant la satisfaction d’intérêts économiques.

4Les fondements de la « démocratie majoritaire » sont ensuite questionnés et cette dernière conception se voit opposer des exemples de « communautés égalitaires », où la « prise de décision consensuelle » supplée les contraintes liées à l’acceptation d’une décision majoritaire. Pour autant, c’est cette dernière conception qui prévaut aujourd’hui, ce qui ne va pas sans soulever plusieurs questionnements : comment la « démocratie majoritaire » a-t-elle pu gagner sa légitimité et s’imposer comme un « idéal démocratique » impératif ? David Graeber contextualise les étapes de ce travail de légitimation tout en insistant sur les détournements auxquels il a donné lieu. Il souligne alors l’influence, majeure, de la Constitution romaine – avec son « chef suprême », son « aristocratie » et son « public » – sur une Constitution américaine qui vise, selon lui, au « contrôle populaire de l’affectation des impôts ». Aux mythifications induites par ce travail, il oppose une réflexion volontairement décalée sur les influences chinoises ou africaines de la démocratie. C’est sur cette base qu’il caractérise un « processus planétaire : la cristallisation de pratiques démocratiques très anciennes dans la formation d’un système global au sein duquel les idéaux allaient et venaient dans toutes les directions, et l’adoption progressive […] de certaines d’entre elles par les élites ».

  • 4 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pari (...)
  • 5 Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005, p. 10.

5David Graeber met l’accent de manière très stimulante sur les processus d’hybridation et de récupération aux fondements des conceptions politiques dominantes – processus souvent gommés par les intellectuels et les hommes politiques dans une dynamique qui apparaît, par bien des aspects, proche de celle mise en exergue par Benedict Anderson à propos de la nation4. On ne trouve ici aucune trace de cette nouvelle « haine de la démocratie », mise en exergue par Jacques Rancière, qui se désintéresse de la mécanique des institutions et se fascine pour « l’énergie de la guerre »5. L’analyse de David Graeber n’en est pas moins prise dans des enjeux militants qui peuvent le conduire à occulter – et c’est l’objet de la critique formulée, dans la préface de cet ouvrage, par Alain Caillé – l’absence d’alternatives envisageables à cette « forme républicaine » qui, bien « qu’imparfaitement démocratique », n’en peut pas moins rester « préférable à toutes les autres formes de pouvoir et de domination existantes ».

Haut de page

Notes

1 Samuel P. Huntington, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997 ; « The West: Unique, Not Universal », Foreign Affairs, n° 5, hiver 1996, p. 28-46.

2 Lucien Lévy-Bruhl, La mentalité primitive, Paris, Alcan, 1922.

3 Slavoj Žižek, « A Leftist Plea for Eurocentrism », Critical Inquiry, n° 24, 1998, p. 989-1009.

4 Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, [1983] 2002.

5 Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « David Graeber, La démocratie aux marges », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13511

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page