Navigation – Plan du site

Anne Carol, Isabelle Renaudet (dir.), La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art

Orianne Guy
La mort à l'oeuvre
Anne Carol, Isabelle Renaudet (dir.), La mort à l'oeuvre. Usages et représentations du cadavre dans l'art, Presses universitaires de Provence, coll. « Corps & âmes », 2013, 312 p., ISBN : 978-2-85399-904-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’Homme face à sa finitude. Telle est la problématique commune des articles composant le présent ouvrage, qui est le premier volet d’une série de trois volumes. L’originalité de cette réflexion réside dans la diversité des spécialistes rassemblés : historiens (histoire contemporaine, moderne, de la photographie, de l’art), anthropologue médico-légal, spécialistes en littérature, en sociologie ou encore l’artiste photographe Sophie Zénon. Cette pluridisciplinarité offre ainsi un large éventail de réflexions concernant la place du cadavre dans la société européenne, du XVIIsiècle jusqu’à nos jours. Dans l’évolution des mentalités, le XIXe siècle joue un rôle fondamental concernant l’appréhension de la mort, du corps mort. En effet, rappelons ici le tournant décisif qu’a pris notre société avec les progrès scientifiques (machine à vapeur, photographie, etc.) mais aussi les avancées médicales (Marie Curie, Louis Pasteur). Outre l’affaiblissement du taux de mortalité, entraînant une visibilité moindre des cadavres, les théories hygiénistes repoussent la mort aux abords des villes (décret impérial relatif au lieu d’inhumation, 23 prairial an XII, 21 juin 1804). Le cadavre devient un inconnu aux yeux des hommes des XXe et XXIe siècles alors qu’auparavant il faisait partie du quotidien (mises à mort publiques, famines, maladies, morts gardés dans les maisons pendant plusieurs jours, etc.). Le regard porté sur le corps mort tend à disparaître dans la réalité tandis qu’il perdure dans les représentations esthétiques. Les articles de cet ouvrage s’efforcent donc de comprendre l’évolution de cette relation si particulière, voire « taboue », que nous entretenons avec la vision de notre corps voué à la putréfaction. Pour étudier au mieux ce sujet, les chercheurs ont opté pour la représentation artistique car « [si] aujourd’hui on tait la mort, on maquille et on cache les cadavres, ils ressurgissent dans les mondes de l’art, présentés et représentés dans leur dérangeante beauté ou leur laideur esthétisée au travers des formes de création les plus actuelles ».

2L’étude est divisée en trois parties : la première rassemble des textes autour des modes de représentations ainsi que des normes esthétiques et sociales ; la seconde cherche à comprendre quelles sont les fonctions et les utilisations des cadavres mis en scène dans les productions artistiques ; enfin, la dernière partie est axée sur l’art funéraire et s’inspire principalement des photographies post mortem.

  • 1 Nous retrouvons aussi des photographies post mortem au Mexique. Voir à ce sujet l’article de Virgin (...)
  • 2 Guy de Maupassant, En Sicile, Bruxelles, Éditions Complexe, 1999.
  • 3 La plastination est une technique de préparation d’objets anatomiques à partir de matière première (...)

3Au travers de la lecture, nous découvrons la place du cadavre dans notre société. Ainsi, au XIXsiècle, la Morgue de Paris était ouverte au public afin que les corps retrouvés morts dans la Seine soient reconnus et identifiés ; au même siècle, l’invention de la photographie a permis aux individus de garder une trace de l’existence de l’être chéri, perdu et d’attester « de la réalité de la perte de l’autre ». La pratique de la photographies post mortem s’est développée en France (texte de Joëlle Bolloch), en Espagne (article d’Isabelle Renaudet) et en Italie (contributions de Bérangère Soustre de Condat et de Gian Marco Vidor) jusque très récemment1. Ce procédé pose la question de « l’identité lisible » : nous existons en tant qu’individu, nominativement et visuellement parlant, malgré notre disparition. Dans les textes de Bérangère Soustre de Condat et Sophie Zénon, nous découvrons qu’en Sicile, le couvent des Capucins de Palerme préserve les cadavres de la putréfaction grâce à la technique de l’embaumement. Les momies sont mises en scène et revêtent leurs plus beaux habits, afin de permettre la « survivance du statut social de l’individu au-delà de sa mort biologique ». Ayant visité ce couvent, Guy de Maupassant décrit ces galeries avec ironie et s’exclame de dégoût2. En effet, nous imaginons fort bien que des cadavres mis en scène et ayant un semblant de vie au travers des postures et des vêtements doivent engendrer des sentiments de tous ordres face à cette étrangeté. Nous retrouvons un phénomène similaire dans l’article de Rafael Mandressi avec les plastinations3 du médecin et anatomiste allemand Gunther von Hagens au XXIe siècle. La différence tient au fait que celui-ci utilise le corps mort comme support d’objet d’art : la finalité est purement esthétique. Le spectateur découvre de vrais cadavres, retravaillés par l’artiste, mais cette fois ils sont nus, dépouillés voire dépecés, et sont représentés en mouvement. La réaction est double : répulsion et interrogation. Cette dernière pratique pose la question des limites à respecter quant au corps mort. Où se situe la limite de l’art ? Où se situe notre degré d’acceptation face à cette chair qui peut nous renvoyer l’image de la viande morte (contribution d’Anne Carol) ? Le cadavre peut-il être une œuvre d’art en soi ? Ces questions font fi de l’esthétique pour éveiller l’éthique. En effet, voir le cadavre de l’autre revient à percevoir notre propre condition.

4De ce fait, comment représenter au mieux, non pas la mort, mais bien le cadavre ? Magali Théron nous expose les questions techniques que se posaient les Écoles de peinture française au XVIIe siècle quant à l’esthétisme du corps mort. Outre la théorie, les auteurs des articles se sont intéressés aux multiples modes de représentations du cadavre dans l’art. Pour ce qui est de la peinture, nous découvrons les dessous du tableau La Justice et la Vengeance divine poursuivant le crime de Pierre-Paul Prud’hon dans la contribution de Régis Bertrand, ou encore les critiques de la peinture faisandée au XIXe siècle dans l’article de Frédérique Desbuissons. De son côté, la littérature n’est pas en reste et offre à ses lecteurs des descriptions plus ou moins détaillées de corps morts : nous apprécions ainsi les études concernant la représentation de la « belle mort » dans le récit de Julie de Marguerrittes, renvoyant au thème shakespearien de la mort d’Ophélie (contribution de Bruno Bertherat), le Dr Frankenstein de Mary Shelley et les cadavres de Wilkie Collins (texte de Laurence Talairach-Vielmas), ou encore le passage où est décrite l’exhumation de Marguerite Gautier dans La dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils (article d’Anne Carol). Concernant les arts plastiques, nous découvrons les montages photographiques de Joel-Peter Witkin dans l’article de Rafael Mandressi ainsi que le cabinet de curiosités de Murielle Belin dans la contribution d’Anne Carol et de Régis Bertrand. Cette artiste contemporaine espère susciter « un sentiment d’attirance et de répulsion chez le spectateur » en lui proposant des sculptures en bocaux ou empaillées et des reliquaires revisités par son imaginaire. En ce qui concerne la représentation musicale, Martine Lapied traite le sujet de l’opéra romantique italien qui s’empare quant à lui du thème du passage à la mort plus que du cadavre qui ne peut plus chanter. De son côté, l’art photographique prend une place importante dans l’ouvrage car des études détaillées offrent leurs regards sur la photographie post mortem dans différents pays de l’Europe, comme nous l’avons déjà énoncé. Toutefois, une autre pratique originale est celle de Sophie Zénon qui prend la parole pour expliquer ses recherches esthétiques : elle honore la vie des morts en leur recréant une place dans notre réalité, ici visuelle. Son approche est très philosophique et l’artiste propose la réflexion suivante : « le medium photographique, “cette écriture du vacillement”, […] pose d’un même mouvement l’absence et la présence passée d’un même objet, d’un même être ? ». Selon l’artiste, « [un] tel travail s’engage et engage au-delà de la photographie : il constitue une véritable expérience de vie. […] S’intéresser à la mort, n’est-ce pas être au plus près de la vie ? ».

5Toutes ces approches révèlent le rapport de la société au corps mort au travers du temps et tentent de répondre à ces questions esthético-ontologiques. Le cadavre, au travers de la représentation artistique, continue à exister : ne serait-ce pas là une réponse à la quête de l’immortalité ? L’art sublimerait la condition humaine pour la rendre pérenne. Ce volume promet un début de décryptage de la complexité de l’Homme, soumis à sa finitude, en tant qu’être réfléchi et créateur d’imaginaires infinis. Nous attendons avec intérêt les deux volets à venir pour compléter ces réflexions.

Haut de page

Notes

1 Nous retrouvons aussi des photographies post mortem au Mexique. Voir à ce sujet l’article de Virginie de La Cruz Lichet, « Image de la mort et la mort en images », Amerika, n° 9, 2013, [En ligne], URL : http://amerika.revues.org/4228, DOI : 10.4000/amerika.4228.

2 Guy de Maupassant, En Sicile, Bruxelles, Éditions Complexe, 1999.

3 La plastination est une technique de préparation d’objets anatomiques à partir de matière première cadavérique. Gunther von Hagens est le titulaire de ce brevet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Orianne Guy, « Anne Carol, Isabelle Renaudet (dir.), La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13545

Haut de page

Rédacteur

Orianne Guy

Docteure en espagnol, membre du laboratoire ERIMIT, Université Rennes 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page