Navigation – Plan du site

Graham Allan, Graham Crow, Sheila Hawker, Stepfamilies

Marianne Modak
Stepfamilies
Graham Allan, Graham Crow, Sheila Hawker, Stepfamilies, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Macmillan Studies in Family and Intimate Life », 2013, 216 p., EAN : 9781137324085.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Allan, G. (1979). The Sociology of Friendship and Kinship. Allen & Unwin ; Allan, G. & Crow, G. (19 (...)
  • 2 On soulignera la démarche d’enquête consistant à s’intéresser à une large palette de statuts famili (...)
  • 3 « In all families ways of doing family are emergent ; routinely renegotiated (…)by those involved a (...)

1Dans la continuité de leurs travaux en sociologie de la famille1, et poursuivant la veine empirique qui les caractérise, les auteur·e·s présentent dans ce nouvel ouvrage une étude qualitative consacrée au processus de la recomposition familiale. Conduite en Angleterre auprès de quatre-vingt personnes, d’âge, de statut familial, de génération et de sexe diversifiés vivant en famille recomposée2, cette étude, basée sur des entretiens approfondis, analyse les familles recomposées comme des familles ordinaires : mobilisant des pratiques et des interactions routinières pour accomplir des fonctions de production et de reproduction, en partie construites par les individus, ces familles sont également structurées par la division sexuelle du travail et la norme de biparentalité. C’est ce « faire famille » que les auteur·e·s de l’étude veulent mettre en évidence3, pour laisser ensuite progressivement émerger la singularité des familles recomposées, notamment leurs tensions et leurs dilemmes qui sont propres au caractère incomplet, juridiquement inachevé de la définition des statuts dans ces groupes.

2Les questions clés du livre, présentées aux chapitres un et deux, traitent du sens de la famille dans ces groupes et de la manière dont leurs membres partagent ou non la même idée de l’unité familiale : qui en est membre, qui en est implicitement exclu, autrement dit quelles sont les frontières d’une famille lorsqu’on ne peut se reposer, pour les tracer, ni sur le « ménage » ni sur la parenté légale. Les auteur·e·s vont montrer tout au long de l’ouvrage que ces frontières ne sont pas fixées une fois pour toutes ; elles se transforment au gré des sentiments, des pratiques quotidiennes, des tensions dépassées ou non, des loyautés exprimées, des aménagements divers, bref au gré de relations « fluides » qui se structurent pas à pas. L’action des acteurs et actrices sur l’institution familiale est donc fondée sur des relations changeantes d’où émergent des normes, des modèles d’interaction, du sens, qui progressivement s’institutionnalisent. Les chercheur·e·s présentent cette institutionnalisation comme un travail particulièrement difficile en famille recomposée, étant donné l’incertitude des droits et devoirs des « parents non statutaires », selon une expression de Virginie Descoutures.

  • 4 Terme utilisé par les auteur·e·s.
  • 5 « I think you’ve got to pick one side of the family for being family, you can’t have two families I (...)
  • 6 « Rather than being rooted in the realm of kinship, most of these ties were seen as essentially per (...)

3Au chapitre trois, le lecteur accède au corpus empirique et c’est là un des principaux apports du livre : quatre longs récits donnent à voir quatre situations familiales emblématiques de l’ensemble de l’échantillon. On suit pas à pas leur histoire familiale, avant et après la recomposition ; on prend la mesure des difficultés rencontrées, des sentiments exprimés ; un génogramme permet de les situer dans leur parenté. Dans les chapitres suivants, ces récits illustreront les questions centrales du livre. Le chapitre quatre revient sur la délicate définition de la famille ; les chapitres cinq et six sont consacrés à la parentalité en famille recomposée. Premier cas envisagé, celui de la belle-mère qui réside avec son bel-enfant, une situation peu courante (les enfants ayant souvent leur résidence principale chez leur mère « naturelle »4), mais dont l’avantage, dans un contexte institutionnel marqué par une division sexuelle du travail omniprésente, est de montrer que l’assignation des femmes au travail domestique rend la relation de belle-parentalité particulièrement difficile. L’implication en première ligne de la belle-mère dans le soin à l’enfant complexifie ou conflictualise les relations. Les auteur·e·s décrivent son rôle comme un mélange de management et de gestion, de cajolerie et de discipline. Le beau-père résident, comme on le lit au chapitre six, est relativement épargné puisqu’il a la légitimité de limiter fortement son implication parentale et aussi caril n’est pas, comme la belle-mère, en concurrence directe avec la mère « naturelle ». Ce retrait beau-paternel semble être la norme, sauf lorsque la recomposition s’est effectuée à un âge très jeune de l’enfant et que le père « naturel » s’est retiré, laissant la place vide pour le beau-père. Une telle absence d’implication a une conséquence à terme : chez les personnes interviewées, le beau-père résident n’est pratiquement jamais considéré5, et il ne se considère pratiquement jamais, comme un membre à part entière de la famille. Le chapitre sept reprend la question de l’unité de la famille recomposée : produit-elle un sens de l’appartenance qui se manifesterait par des comportements de solidarité ? L’analyse des chercheur·e·s est nuancée, mais sans ambiguïté : à l’exception des recompositions datant de la prime enfance de l’enfant, et nourries de visites et pratiques routinières, les entretiens ne témoignent pas de cette solidarité, les beaux-parents restant comme à la périphérie de la « famille »6 et étant réunis par des liens de « cordialité » sans engagement fort à l’entraide.

  • 7 « processes of adjustment in which anger, jealousy, frustration, hate, love, guilt, loyalty and alt (...)
  • 8 « Stepkin and stepgrandparents, stepaunts and stepsiblings » (p.181)

4Le chapitre huit conclut avec quelques constats généraux. Premier constat, le déclin, durant ces vingt dernières années, de l’idée selon laquelle la recomposition pouvait faire du passé table rase (fresh start), le beau-père, par exemple, se substituant au père non résident. Dans l’esprit des personnes interviewées, il va de soi que ce père doit pouvoir conserver ses droits auprès de l’enfant, mais elles préféreraient qu’il en soit autrement. Les auteur·e·s décrivent les tensions vécues par les couples écartelés entre le respect du droit de l’enfant du parent non résident, et leur envie de former une famille débarrassée du fardeau de cet héritage. Deuxième constat, si c’est bien par leurs pratiques routinières et leurs interactions que les individus construisent laborieusement leur vivre ensemble, le dépassement des tensions et des conflits qui accompagnent ce processus ne passe pas par la voie de la négociation. Trop rationnelle, trop stratégique, celle-ci ne convient pas à des relations souvent dominées par des émotions de « colère, jalousie, frustration, haine, amour, culpabilité, loyauté et altruisme »7. De fait, si les situations se régulent avec le temps, si les tensions s’apaisent, c’est moins suite à des discussions raisonnées, que sous l’effet de leur propre dynamique d’ajustement. Troisièmement, l’enquête a mis au jour trois modèles de relations entre beaux-parents et enfants qui impactent le système familial dans son ensemble : certaines ne sont des relations que de nom, sans contenu aucun ; certaines existent bel et bien pour les individus mais de manière contingente, médiatisées par la relation de couple (situation fréquente des beaux-grands-parents par exemple) ; d’autres enfin, plus rares, incluent sous le vocable « famille » l’ensemble des parents et beaux-parents8, une situation qui est essentiellement liée à une recomposition lors du très jeune âge de l’enfant et au fait que le beau-parent endosse un rôle parental complet. Encore une fois, les chercheur·e·s veulent montrer que c’est à travers les interactions banales, routinières et des pratiques partagées qu’un sens de la famille comme unité se construit. Sans ce partage d’expériences les relations recomposées restent périphériques à la construction familiale.

5En conclusion, les lecteurs et lectrices impatient·e·s regretteront que les témoignages, les descriptions détaillées et nuancées n’aboutissent pas à des synthèses claires, sous forme de modèles ou d’idéal type, plutôt que d’être rapportées à des références sociologiques, par ailleurs fort riches. Ces témoignages longuement retranscrits constituent cependant la richesse de l’ouvrage, la clé pour entrer de manière compréhensive non seulement dans le vécu de la famille recomposée contemporaine, mais également dans le questionnement, d’une actualité brûlante, concernant la reconnaissance du parent non statutaire dans les familles homoparentales.

Haut de page

Notes

1 Allan, G. (1979). The Sociology of Friendship and Kinship. Allen & Unwin ; Allan, G. & Crow, G. (1989). Home and the Family. Creating the Domestic Sphere. Macmillan.

2 On soulignera la démarche d’enquête consistant à s’intéresser à une large palette de statuts familiaux et à interviewer plusieurs membres d’une même famille : trente interviewé·e·s sont lié·e·s par un lien de famille (dyades parent/enfant ; beau-père/bel/enfant ; demi-frères ou sœurs, etc.).

3 « In all families ways of doing family are emergent ; routinely renegotiated (…)by those involved as their circumstances alter. family relationships » (p.168)

4 Terme utilisé par les auteur·e·s.

5 « I think you’ve got to pick one side of the family for being family, you can’t have two families I don’t think. You’ve got one group of a family, and the other group are going to be friends… You have got to put your flag in the ground one side » (p.53).

6 « Rather than being rooted in the realm of kinship, most of these ties were seen as essentially peripheral to family, defined as kin of parent’s or child’s partner rather than kin of one’s own » (p.165).

7 « processes of adjustment in which anger, jealousy, frustration, hate, love, guilt, loyalty and altruism figured alongside more calculating states of mind » (p.178).

8 « Stepkin and stepgrandparents, stepaunts and stepsiblings » (p.181)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Modak, « Graham Allan, Graham Crow, Sheila Hawker, Stepfamilies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13559

Haut de page

Rédacteur

Marianne Modak

Sociologue, professeure à la Haute école de travail social et de la santé, Lausanne ; recherches dans les domaines de la famille, du travail social, du travail de care

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page