Navigation – Plan du site

Jieun Shin, Le flâneur postmoderne. Entre solitude et être ensemble

Simon Ridley
Le flâneur postmoderne
Jieun Shin, Le flâneur postmoderne. Entre solitude et être-ensemble, Paris, CNRS, 2014, 380 p., ISBN : 9782271077165.
Haut de page

Texte intégral

1L’homme sans qualité, homo œconomicus, homo sociologicus, homo fractalis, homo erraticus… Sous nos masques et dans l’ombre de la foule, nous serions tous des caméléons flânant dans la masse pour y rechercher notre individualité. C’est ce paradoxe existentialiste de l’homme postmoderne que Jieun Shin cherche à mettre en lumière avec Le flâneur postmoderne. Entre solitude et être ensemble, ouvrage issu de sa thèse de doctorat sous la direction de Michel Maffesoli, qui en signe la préface.

  • 1 Jieun Shin renvoie ici en note à l’ouvrage de Michel Maffesoli, Du nomadisme. Vagabondages initiati (...)

2C’est au détour d’une parenthèse que nous est livrée la problématique de l’ouvrage : « (“le terme même de l’existence (ek-sistence) évoque le mouvement, la coupure, le départ, le lointain. Exister c’est sortir de soi, c’est s’ouvrir à l’autre”1. La flânerie est-elle ainsi une forme d’existence ?) » (p. 15-16). L’auteure nous annonce que l’analyse des figures du flâneur permettra de comprendre le thème de l’identité et celui de la résistance timide.

  • 2 Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes, Panoramas du monde urbain contemporain, (...)

3Pour réaliser ses études de cas, l’auteure propose comme méthode la sociologie littéraire, en s’inspirant de la sociologie figurative de Tacussel, sans oublier la sociologie compréhensive de Maffesoli. Elle choisit d’éclairer la figure du flâneur solitaire à travers le prisme de la littérature classique, qui fait office de véritable miroir de la société et permet de décrypter ses mystères, de Lire les villes2. L’objectif annoncé est de « dépasser les limites du positivisme » en pensant « la sociologie comme une phénoménologie herméneutique du vécu en société » (p. 28).

4L’ouvrage se découpe alors en trois chapitres. Le premier, intitulé « Aimer la solitude dans la foule », mobilise largement le concept de « fêlure ». L’auteure navigue de Fitzgerald à Deleuze et Guattari, passe par les romans de Camus et de Kundera, et reste toujours sous l’influence de Maffesoli, pour nous dire que « vouloir être multiple et personne, c’est le propre de la condition humaine » (p. 40). C’est l’idée de la dissolution de l’individu, de son engloutissement dans la masse, qui mène l’auteure à développer le thème de l’eau car « cet élément transparent et liquide nous permet de comprendre les caractéristiques de la foule dans laquelle les hommes se mélangent les uns avec les autres » (p. 43). Le flâneur est alors décrit comme un corps « spongieux », au sein de « la ville flottante », dans un « océan humain ».  L’auteure émet le point de vue suivant, qui nous semble être un lieu commun de la sociologie : « la vie urbaine […] se nourrit non seulement de phénomènes déterminés par les pouvoirs de contrôle, mais aussi des phénomènes tels que le surgissement imprévu d’un événement […]. Certains éléments architecturaux, extraits de leur contexte par une attention flottante et flâneuse, prennent des allures inattendues » (p. 81). Les observations de l’auteure restent dans le registre de l’imaginaire avec l’analyse de diverses analogies littéraires. Elle enchaîne les métaphores, le flâneur étant comparé tour à tour aux figures du caméléon, du bateau, du marin, du poisson dans l’eau, etc.

  • 3 Quentin Meillassoux, Après la finitude. Essai sur la nécessité de la contingence, Paris, Seuil, 200 (...)

5Le second chapitre, intitulé « La vie flâneuse », cherche à montrer que l’action de flâner n’a pas de visée utilitaire : « la flânerie est un moment qu’on aspire à vivre poétiquement » (p. 97) et, de ce fait, elle est structurée par le hasard. Ainsi, Jieun Shin se fonde sur le concept de « l’homme dé » forgé par le psychiatre Luke Rhinehart pour nous expliquer que « le flâneur marche comme on lance le dé » (p. 101). Le « flâneur comme artiste du hasard » (p. 104) résiste à l’utilitarisme dans « le monde sans imaginaire », ne cherchant pas à expliquer les choses, mais plutôt à les vivre ; le flâneur aurait alors une vision du « monde comme loterie ». Jieun Shin, s’appuie sur la philosophie de la tyché (déesse du hasard) et, à l’instar de Leibniz, elle pose la contingence comme une « non-nécessité ». Des approfondissements supplémentaires, tels que ceux réalisés par Quentin Meillassoux3, auraient été profitables ici car l’auteure glisse, avec l’homo complexus de Morin, vers ce qu’elle nomme « le secret », un « univers bis » où « le flâneur rebrasse le réel, l’irréel, le présent, l’imaginaire, le vécu, le souvenir, le rêve au même niveau mental commun » (p. 117). Jieun Shin insiste ici sur l’aspect absurde de la flânerie, avec un raisonnement philosophique visant à démontrer que flâner est un acte qui ne s’explique pas. L’auteure se replonge ainsi dans les mêmes romans, ce qui nous laissent une vague impression de déjà-vu, avec une redondance du thème de la fêlure largement présent dans le premier chapitre, et la récurrence du Livre de l’intranquillité de Pessoa, dont les fragments sont éparpillés tout au long de ce travail.

  • 4 Voir Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle, Paris, L’Échappée (...)
  • 5 Voir entre autres Merlin Coverley, Psycho-géographie ! Poétique de l’exploration urbaine, Lyon, Les (...)
  • 6 Modèle descriptif deleuzo-guattarien emprunté à la botanique, le rhizome est caractérisé par l’abse (...)

6Le dernier chapitre, « Le flâneur comme homo erraticus », est de loin le plus décousu. Avec l’hospitalité en toile de fond, on trouve surtout des analyses de poèmes de Baudelaire et de Rimbaud ; « la flânerie peut être considérée, dans une certaine mesure, comme un type de la sainte prostitution au sens baudelairien » (p. 170). C’est la figure de l’étranger, classique en sociologie, qui est ensuite explorée par notre flâneuse littéraire, de Camus à Kristeva en passant par l’inévitable Simmel. Les développements sont un peu fades pour celui qui cherche le postmoderne dans tout cela. Seules quelques pages décidemment trop courtes sont réservées à la flânerie en groupe, avec comme exemple le fameux Flashmob (mobilisation de foule éclair). L’auteure nous parle rapidement du flâneur comme d’un « anarchiste paisible » (p. 206), c’est le thème de la résistance tranquille ; cependant, l’auteure préfère se concentrer sur la découverte de soi par la flânerie, l’accès à la conscience existentielle. Les développements sur le détour(nement) et les apports faits par les situationnistes4 sont beaucoup trop laconiques, ce qui laisse le lecteur, au mieux dans un sentiment de déception (Debord, mentionné en quatrième de couverture, ne fait l’objet que d’une citation – floue qui plus est), au pire dans une impression d’omission volontaire des thèses situationnistes, dont de concept de « psychogéographie »5 est enrichissant pour qui veut étudier la figure du flâneur. C’est en s’appuyant sur l’approche classique du rhizome6 couplée à une citation vague de Pierre Lévy, que Jieun Shin consacre trois pages succinctes à « l’intelligence collective via internet » (p. 232), ce que l’on regrette, car c’est un aspect qu’il aurait été appréciable d’approfondir étant donnée la croissance exponentielle de l’espace virtuel. L’auteure retourne une fois de plus sur les questions existentielles, l’étranger que nous portons en nous : « pour exister en tant que soi-même, il faut d’abord sortir de soi-même » (p. 247), nous dit-elle.

  • 7 Sa nouvelle L’homme des foules a largement inspiré Baudelaire et Benjamin.
  • 8 Voir Laurent Mucchielli, « La sarko-astro-pseudo-sociologie de Michel Maffesoli », Lectures, Les no (...)
  • 9 Colette Pétonnet, « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, (...)
  • 10 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques, Paris, Payot, 2009. (...)

7Ce travail vogue de manière erratique sur l’océan de littérature cité par Jieun Shin. Elle reprend Benjamin sur le « besoin de porter l’art de la citation sans guillemets à la plus haute perfection » (p. 61-62), qui est ici l’un des plus grands succès de l’auteure, en ce qu’elle pousse cette technique à son paroxysme. Mais est-ce que cela justifie l’absence de bibliographie ? On trouve simplement un index révélateur : Maffesoli, en tête de liste, est cité 34 fois, tandis que les écrits d’Edgar Allan Poe n’y figurent pas, malgré leur pertinence7. Nous estimons que c’est un indice de faiblesse de la méthode de l’auteure, qui nous donne rendez-vous, sans guillemets, pour flâner dans les nombreux passages qu’elle a choisis, afin de nous décrire ce flâneur postmoderne qu’elle ne parvient pourtant pas à définir. Cette non-définition, ou plutôt cette définition caméléon, est sans doute le seul aspect véritablement postmoderne de ce travail. Le surf de l’auteure sur les flux de l’écume littéraire fait que sa « flânerie en tant que petit voyage est avant tout désirée comme un désir de vomir » (p. 259), l’arrière-goût que nous laisse ce livre n’est donc pas des plus agréables. Certains se demanderont, à juste titre si l’on en croit les critiques faites à Michel Maffesoli8 et aux travaux de ses disciples, s’il s’agit bien de sociologie. Finalement, on regrette que l’auteure ne se livre à aucune observation de terrain, car c’est justement des « observations flottantes » telles que celles pratiquées par Colette Pétonnet9 qui manquent à ce travail. Une promenade sociologique, au sens des Pinçon-Charlot10, aurait été bénéfique, car l’action de flâner, à suivre Jieun Shin, doit avant tout se vivre.

Haut de page

Notes

1 Jieun Shin renvoie ici en note à l’ouvrage de Michel Maffesoli, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Librairie générale française, Le livre de poche, « Biblio essai », 1997, p. 28.

2 Anna Madoeuf et Raffaele Cattedra (dir.), Lire les villes, Panoramas du monde urbain contemporain, Presses Universitaires Francois Rabelais, coll. « Villes et Territoires », 2012. Compte rendu d’Eddy Banaré pour Lectures : http://lectures.revues.org/10707.

3 Quentin Meillassoux, Après la finitude. Essai sur la nécessité de la contingence, Paris, Seuil, 2006, rééd. augmentée en 2012, préface d’Alain Badiou.

4 Voir Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle, Paris, L’Échappée, 2012. Compte rendu de Yann Calbérac pour Lectures : http://lectures.revues.org/10338.

5 Voir entre autres Merlin Coverley, Psycho-géographie ! Poétique de l’exploration urbaine, Lyon, Les moutons électriques, 2011.

6 Modèle descriptif deleuzo-guattarien emprunté à la botanique, le rhizome est caractérisé par l’absence de subordination hiérarchique, il ne comporte pas de centre unique. Voir Gilles Deleuze et Félix Guattari, Rhizome, Paris, Les Éditions de Minuit, 1976, repris dans Mille plateaux.

7 Sa nouvelle L’homme des foules a largement inspiré Baudelaire et Benjamin.

8 Voir Laurent Mucchielli, « La sarko-astro-pseudo-sociologie de Michel Maffesoli », Lectures, Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 21 mai 2011 : http://lectures.revues.org/5576.

9 Colette Pétonnet, « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, vol. 22, n° 4 : « Études d’anthropologie urbaine », 1982, p. 37-47.

10 Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques, Paris, Payot, 2009. Compte rendu d’Eric Keslassy pour Lectures : http://lectures.revues.org/6633.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Jieun Shin, Le flâneur postmoderne. Entre solitude et être ensemble », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 février 2014, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13597

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, socio-anthropologie urbaine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page