Navigation – Plan du site

Marc Loriol (dir.), « Humour au travail », Les Mondes du Travail, n° 13, juin 2013

Alban Chaplet
L'humour au travail
Marc Loriol (dir.), « L'humour au travail. Dépasser les lectures fonctionnalistes et critiques », Les Mondes du Travail, n° 13, juin 2013, 176 p., ISSN : 1778-0306.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Humour et dérision », Revue des sciences sociales, n° 43, 2010.
  • 2 « Rire », Terrain, n° 61, septembre 2013. Compte rendu de Pierre France pour Lectures : http://lect (...)

1La revue Les Mondes du Travail nous propose dans ce numéro un dossier immergeant sur les pratiques de l’humour dans divers milieux professionnels. Ce dossier s’ajoute aux autres dossiers sur l’humour : celui de la Revue des sciences sociales1 en 2010 et celui de la revue Terrain2 en septembre 2013. Cette publication s’inscrit donc dans un contexte scientifique réactualisant les études sur les pratiques du rire.

  • 3 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 2012 (1900) ; et Eugène (...)

2Marc Loriol amorce ce dossier original sur l’humour au travail en nous présentant l’état des lieux de la recherche sur l’humour en sciences sociales. Il y distingue deux approches dominantes. La première, fonctionnaliste, est une approche majoritaire et séculaire3 dans le milieu académique. Marc Loriol énumère les différentes fonctions de l’humour mises au jour par différents chercheurs. Ainsi, l’humour peut « servir d’exutoire aux tensions psychologiques générées par le travail », « être un moyen de désamorcer ou d’euphémiser les conflits » ou encore « renforcer la cohésion du groupe et sa définition par rapport aux autres », et enfin il peut « stimuler l’imagination, la créativité et le plaisir au travail ». Dans cette perspective, l’humour au travail apparaît comme une panacée face aux conflits et aux dysfonctionnements dans le monde du travail. C’est à noter, cette approche est utilisée et repensée pour développer des stratégies managériales et nourrir une littérature gestionnaire. La seconde approche, plus critique, que Marc Loriol qualifie de néo-marxiste, soulève les rapports de domination que peuvent engendrer les manifestations d’humour dans le monde du travail. De ce fait, l’humour peut être un « vecteur d’humiliation ou de domination » selon la position hiérarchique du rieur dans l’entreprise, les plaisanteries incarnent « des formes de violence latente ou explicite », comme peuvent l’être les blagues envers les femmes. Et enfin, l’humour peut être un moyen de « manipulation des salariés ou des clients », la publicité en est l’archétype. Ces deux approches s’opposent, mais ne permettent pas de comprendre complètement la complexité des interactions humoristiques, selon l’auteur. Il relativise ces approches en insistant sur le fait que chaque contexte professionnel a sa culture propre qui donne sens à la plaisanterie. Ce dossier expose la diversité des pratiques et des usages que recouvre l’humour au travail.

3Éliane Le Port présente dans son article une rétrospective du rire ouvrier. À travers des témoignages écrits de travailleur, l’auteure montre comment la pratique du rire s’inscrit dans un contexte professionnel et temporel. Les témoignages d’après-guerre, des années 1970 ou encore des années 1980 illustrent le rapport au rire de ses travailleurs. En contextualisant ces déclarations du passé, l’historienne renvoie à des problématiques générales. En effet, les témoignages ouvriers évoquent « la monotonie ouvrière », « l’absurdité du travail à la chaîne », « l’aliénation », « la contestation de l’autorité », etc. À travers l’analyse du rire dans les mémoires ouvrières, Éliane Le Port révèle une pluralité d’enjeux sociaux dans le monde du travail et différents répertoires de pratique de l’humour.

4Emmanuelle Zolesio s’est plongée dans le milieu carabin ; elle évoque la nécessité de la mise en situation pour comprendre les manifestations d’humour. Dans cet article qui relate son expérience des pratiques du rire, elle distingue trois formes d’humour professionnel à l’hôpital. La première s’incarne dans une stigmatisation des autres disciplines ; pour chaque professionnel, cette forme est un outil de distinction et d’affirmation de la légitimité de sa propre discipline. Une seconde forme d’humour apparaît dans les relations entre le personnel. Des relations de domination se font jour, selon le sexe des individus ou leur position hiérarchique ; le personnel soignant féminin et les internes sont les cibles privilégiées de ce type de plaisanteries. Et enfin, la troisième forme prend un sens cathartique, l’humour ayant alors fonction de distanciation face à un contexte professionnel parfois générateur d’émotions fortes. Ces manifestations d’humour, Emmanuelle Zolesio les a observées loin du regard des patients. Ses conclusions témoignent des pratiques variées de l’humour dans les coulisses du monde hospitalier, qui confirment la nécessité pour le chercheur de s’immerger pour que la plaisanterie fasse sens pour l’observateur.

5Dorina Coste, enseignante dans une école de management, nous livre le compte rendu d’une enquête effectuée dans le cadre d’un cours d’arts graphiques. L’auteure s’est appuyée sur un corpus d’images produit par ses étudiants. L’exercice pour les étudiants consistait à exprimer artistiquement leur propre représentation du monde du travail après avoir effectué un stage en entreprise de plusieurs mois. Les étudiants ont exprimé avec humour leur représentation de l’avenir, non pas de manière idéalisée, mais plutôt sur le ton de la dérision. Ainsi, les thèmes abordés vont des « luttes internes » au sein de l’entreprise aux singularités idéologiques et politiques caractéristiques de l’univers managérial et mercantile ou encore de la mise en scène de soi. À travers l’analyse de ces différentes œuvres symptomatique, Dorina Coste nous fait part de l’inquiétude latente de ces étudiants en management et en même temps de la lucidité dont ils font preuve, deux postures liées au « contexte de la modernité d’aujourd’hui ».

6Valérie Broussard nous présente un article sur l’humour de conseillers financiers dans un cabinet-conseil en finance. L’auteure a effectué une enquête ethnographique au sein du département « Transaction Services », une centaine de conseillers y exercent leur fonction. À l’instar des auteurs précédents, elle insiste sur la nécessité de se fondre dans le décor pour saisir les enjeux des pratiques d’humour. Ainsi, l’humour dans ce cabinet de conseil structure les rapports sociaux entre les différents conseillers et dessine les frontières entre le monde de l’extérieur (plaisanteries sur les clients, les conseillers concurrents) et celui de l’intérieur (plaisanteries sur les supérieurs hiérarchiques et sur les subordonnés). L’humour définit le groupe professionnel des conseillers en finance et agit comme une ressource « professionnelle et sociale » permettant leur intégration à un milieu qui se définit comme bourgeois. L’humour est donc un élément structurant dans ce cabinet, qui modèle les rapports sociaux des conseillers et favorise leur réussite professionnelle.

7Le dernier article de ce dossier est la traduction d’un article de deux auteurs britanniques, Phil Taylor et Peter Bain, qui analysent les manifestations d’humour dans deux centres d’appels sous-traitant, ayant des activités plus ou moins variées. Dans l’un, les chercheurs ont conduit une enquête ethnographique, dans l’autre ils ont suivi de l’extérieur de la structure la création du syndicat. Ils montrent comment l’humour devient un outil de subversion sur le lieu de travail ; ce faisant, ils s’inscrivent à l’opposé des analyses qui voient l’humour comme un outil « d’harmonie organisationnelle ». Par exemple, dans un des centres d’appel, l’humour permet de populariser le syndicat de salarié et d’affaiblir l’autorité managériale. Les pratiques de la plaisanterie contribuent à la constitution d’une contre-culture professionnelle, d’une culture « oppositionnelle » face à l’autorité des superviseurs.

8Ce dossier sur l’humour au travail s’inscrit dans une démarche de dépassement des lectures fonctionnalistes et critiques des pratiques de l’humour. Chacun des auteurs insistent d’ailleurs sur la nécessité d’être dans les « coulisses » du monde du travail étudié pour saisir les enjeux de la plaisanterie, puisque cette dernière peut être contestatrice, emphatique, satirique, cynique, etc., chacun de ces caractères revêt un sens spécifique selon le contexte. De fait, le chercheur ne peut s’en tenir à une lecture exclusivement fonctionnaliste ou néo-marxiste étant donné le caractère protéiforme de la plaisanterie.

Haut de page

Notes

1 « Humour et dérision », Revue des sciences sociales, n° 43, 2010.

2 « Rire », Terrain, n° 61, septembre 2013. Compte rendu de Pierre France pour Lectures : http://lectures.revues.org/12875.

3 Henri Bergson, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 2012 (1900) ; et Eugène Dupréel, Le problème sociologique du rire, Paris, L’Harmattan, 2012 (1928).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Chaplet, « Marc Loriol (dir.), « Humour au travail », Les Mondes du Travail, n° 13, juin 2013  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13615

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page