Navigation – Plan du site

Zygmunt Bauman, What Use is Sociology? Conversations with Michael Hviid Jacobsen and Keith Tester

Pauline Adenot
What Use is Sociology?
Zygmunt Bauman, What Use is Sociology? Conversations with Michael Hviid Jacobsen and Keith Tester, Polity, 2013, 180 p., EAN : 9780745671253.
Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’assez peu connu en France, Zygmunt Bauman est considéré comme l’un des sociologues contemporains les plus influents à travers le monde. Cet ouvrage est l’occasion de se familiariser davantage avec la pensée délibérément engagée de ce sociologue d’origine polonaise qui a réalisé l’ensemble de sa carrière universitaire en Grande-Bretagne.

2What use of sociology? est composé de discussions informelles, de lettres et d’extraits de textes, et se présente sous la forme d’un dialogue entre Bauman et deux sociologues (Michael-Hviid Jacobsen et Keith Tester) sur la définition, le rôle ou encore l’utilité de la sociologie aujourd’hui. Les nombreuses références de Bauman tout au long du texte (de Bourdieu à la Boétie en passant par Austin ou Adorno) marquent l’éclectisme d’une pensée qui essaie de dépasser les clivages théoriques.

3Dans le premier chapitre intitulé « What is Sociology? », Bauman développe sa conception de cette discipline qu'il définit essentiellement comme un dialogue avec l’expérience humaine. Mais derrière cette représentation, la pensée est éminemment politique : le sociologue a pour vocation de remettre en cause une certaine forme de fatalisme, de déterminisme qui imprègne tout le corps social et l'a conduit à se résigner face aux situations ou aux évènements subis. Or c'est en mettant en lumière les liens d’interdépendance entre les individus que le sociologue peut contribuer au développement d’une conscience éclairée des acteurs et d'une certaine façon, à leur libération. Dans une perspective que n’aurait pas reniée Bourdieu, Bauman considère que le rôle de la sociologie est ainsi de donner du pouvoir aux impuissants, sous peine de révéler son incapacité à comprendre le monde social. Dans cette optique, il revendique une certaine parenté entre entre la sociologie et la littérature romanesque du XXe siècle (de Flaubert à Zola), littérature à laquelle il donne le crédit de souvent mieux rendre compte de la complexité de la nature humaine que bon nombre d’ouvrages sociologiques.

4Bauman remet par ailleurs en question la prétention de la sociologie au même statut scientifique que les sciences de la nature. Il envisage en effet le travail sociologique comme une coopération avec le sens commun, s’inscrivant ainsi dans la tradition simmelienne, travail qui ne peut donc opérer une séparation absolue entre le sujet et l’objet : la différence essentielle entre les sciences sociales et les sciences de la nature repose selon lui sur la subjectivité de l'être humain. De sorte que la sociologie lui semble plus proche du travail artistique qui, lui, traite son objet en tant que sujet et permet donc de l’envisager dans son ensemble. Si le statut scientifique de la sociologie est parfois mis à mal, Bauman l’explique davantage par l’inadéquation des outils d’analyse, transposés d’une science à l’autre au mépris des règles internes à chacune d’elles, qu’aux caractéristiques intrinsèques de la discipline. Cet « état de crise perpétuel » que traverse la sociologie démontrerait ainsi son adéquation avec la tâche qu’elle s’est donnée, plutôt que sa faiblesse scientifique.

5Dans le deuxième chapitre, « Why do Sociology? », Bauman poursuit sa pensée en précisant son « herméneutique sociologique » : les choix des individus sont ici interprétés comme la manifestation de stratégies construites en réponse aux défis de la situation sociale dans laquelle ils se trouvent. De sorte que, dans la mesure où les situations et les choix individuels ne sont jamais totalement déterminés, la sociologie est contrainte de renoncer aux prédictions et, par là-même, à un statut purement scientifique.

6Bauman réaffirme ici sa conception engagée de la vocation sociologique et remet en cause l’ensemble de ce qui lui semble être une sociologie académique, paralysée par l’inertie institutionnelle, valorisant la carrière universitaire et sa reproduction plutôt que la prise de risque et l’engagement dans des valeurs humaines, que Bauman considère comme supérieures à toute autre.

7Il ne destine d’ailleurs pas ses ouvrages à un public précis, initié ou non : il se représente son message sociologique comme une « bouteille à la mer » (message in a bottle) qui sera tôt ou tard reçue par des individus prêts à s’en saisir, qu’ils soient ou non ses contemporains. Revendiquant son inspiration marxiste, Bauman n’a pas renoncé à la lutte pour l’émancipation de l’individu, après la disparition de « l’agent historique » tel que le définissaient les intellectuels du siècle dernier. C’est pourquoi il lui semble essentiel que le message sociologique soit porteur de valeurs supérieures et non contingentes à une époque, pour qu’il puisse être reçu au-delà de l'existence de son émetteur. Suivant la même idée, Bauman affirme la nécessité de renoncer au jargon disciplinaire, qu’il conçoit davantage comme une barrière protectrice entre les sociologues et le sens commun que comme une réelle nécessité. Si la sociologie a vocation de fournir une orientation aux individus dans un monde sans cesse changeant, alors elle doit pouvoir être comprise.

8Le troisième chapitre thématique intitulé « How do Sociology? » permet à Bauman de revenir sur le rôle et le devoir du sociologue envers le corps social : présenter et rendre intelligibles les choix qui s’offrent aux individus, tout en mettant en évidence les responsabilités qui en découlent. Il en appelle ainsi à une autre sociologie qui deviendrait « une science et une technologie de la liberté », une science qui engage un dialogue continu entre la doxa et le savoir de l’acteur, tout en observant les préceptes de la communication informelle (dialogue sans règles a priori), de la franchise (ouverture à l’idée de l’autre) et de la coopération (chacun étant à la fois professeur et élève de l’autre).

9Mais pour agir, encore faut-il que le sociologue soit compris. Bauman revient ici sur son usage des métaphores et sur leur intérêt pour l’explicitation des thèses sociologiques. Alors que la plupart des sciences ressentent le besoin de se détacher du sens commun en créant, par exemple, un langage indigène, il appartient presque à l’essence de la sociologie, selon lui, d’utiliser des métaphores : non pas uniquement comme stratégie cognitive, mais aussi comme choix éthique.

10Il envisage ainsi sa propre métaphore de la « modernité liquide » comme un véritable outil de compréhension de ce concept : la « modernité liquide » renvoie en effet à un état de changement permanent dans les sociétés contemporaines, c'est-à-dire que les conditions dans lesquelles les individus agissent changent avant même que les modes d'action n'aient pu devenir des automatismes. Or cette liquidité tend à régir tous les aspects de la vie sociale, de l'économie de marché aux relations interpersonnelles. Au cœur de cette modernité liquide, le sociologue doit donc créer son audience, dans la mesure où il a le devoir moral d'un certain engagement social. Mais le travail sociologique est un art difficile puisqu’il suppose la coopération du sociologue et de son « objet », une clarification conjointe des questions sociales et non pas l’imposition d’un point de vue. Au plan méthodologique, l'opinion du chercheur n'est pas considérée comme plus objective que celle de l'acteur : le sociologue n'est plus le seul à déterminer la vérité d'un fait social. Mais la qualité du travail sociologique s'évalue alors selon de nouveaux critères : elle se mesure désormais à la progression de la compréhension mutuelle.

11Le dernier chapitre « What does Sociology achieve? » permet à Bauman d’exposer son point de vue sur la sociologie contemporaine et sur le monde qui l’entoure. Il importe pour lui qu’au sein de notre modernité liquide, la sociologie parvienne à montrer aux individus que l’engagement sur le long terme est encore utile et demeure une valeur essentielle. C’est ainsi qu’il réaffirme le lien fondamental entre ontologie et épistémologie : pour changer la réalité du monde, il faut changer la perception que l’on en a.

12L'ouvrage se conclut sur les préoccupations actuelles de Bauman, portant sur la séparation entre le pouvoir (entendu comme la capacité de faire) et la politique (entendu comme la capacité de décider de ce qui doit être fait). Il note ainsi qu’au sein de la modernité liquide, beaucoup du pouvoir politique des États s’est évaporé : la question cruciale est, selon lui, de savoir « qui va décider » et non plus « ce qui va être décidé ». Il s’ensuit une double conséquence : d’une part, un paradoxe que les individus doivent résoudre eux-mêmes et qui repose sur la progressive collectivisation des problèmes, associée à la privatisation des outils et des moyens pour leur résolution ; d’autre part, un changement radical de la morphologie du tissu social qui découle du passage d’une société de producteurs à une société de consommateurs : le prolétariat est ainsi devenu précariat, en lequel la critique sociale ne peut pas investir l’espoir d’un nouvel agent historique. Bauman porte ainsi un regard relativement pessimiste sur la société actuelle, dans laquelle il perçoit la disparition généralisée de la notion de respect, fait qui s’exprime dans de nombreux aspects de la vie sociale (l’auteur fait ici écho à sa recherche sur les implications sociales de la télé-réalité). C’est la tâche qu’il assigne désormais à la critique sociale : mettre la question du respect en haut de ses priorités, pour espérer voir renaître celle de la solidarité.

13La pensée de Zygmunt Bauman n’est encore que trop peu connue en France et cet ouvrage permet de se familiariser avec les thèses de ce chercheur qui continue à influencer le monde contemporain. Sociologue engagé, humaniste, éminemment moderne dans un monde sans cesse en mouvement, Bauman est l’héritier des grandes théories sociales du XXe siècle, tout en ayant su garder une distance critique et un regard aigu sur une discipline scientifique qu’il revendique aujourd’hui encore comme une vocation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Adenot, « Zygmunt Bauman, What Use is Sociology? Conversations with Michael Hviid Jacobsen and Keith Tester », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 février 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13682

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page