Navigation – Plan du site

Guillaume Devin, Un seul monde. L’évolution de la coopération internationale

Romaric Jannel
Un seul monde
Guillaume Devin, Un seul monde. L'évolution de la coopération internationale, CNRS, 2014, 60 p., ISBN : 978-2-271-07783-7.
Haut de page

Texte intégral

1Les relations internationales sont souvent décrites comme une alternance entre guerre et paix. Ce type d’analyse des relations entre États est d’autant plus commun que la guerre bénéficie d’études riches et nombreuses s’attachant à en commenter avec précision tous les aspects, alors que la paix, ou les paix comme le défend Guillaume Devin, sont comparativement bien moins étudiées. L’objet de cette parution est d’expliciter et de mettre en exergue « ce qui ressemble à un processus de pacification, lent et irrégulier, d’un monde imparfait ». C’est par l’analyse de la coopération internationale à partir du XIXe siècle que procède l’auteur. L’approche, c’est là une singularité de cet ouvrage, est marquée par un certain optimisme. Après lecture complète de ce livre, la perspective adoptée par Guillaume Devin apparaît avant tout objective, argumentée, et pleine d’espoir.

  • 1 Cette citation reprise par Guillaume Devin est tirée de Bairoch Paul, Victoires et déboires : histo (...)

2Le XIXe siècle est connu, selon Paul Bairoch, comme « le siècle par excellence d’un décloisonnement total du monde »1. C’est en effet la période au cours de laquelle le monde, mis en face de l’insuffisance des traités bilatéraux, vit éclore les premières organisations internationales. Pour n’en citer que quelques-unes, l’Union télégraphique internationale est créée en 1865 et l’Union postale l’est en 1874. La voie est ainsi ouverte à la création en 1890 de l’Union pour le transport de marchandises par le chemin de fer et l’Union pour la publication des tarifs douaniers. Les événements de la Première Guerre mondiale montrent sans nul doute que ce processus de pacification est irrégulier. À la suite de ce conflit, la Société des Nations est créée par la signature du traité de Versailles, en 1919. Elle constitue la « première organisation politique internationale à vocation universelle ». Si la Société des Nations est souvent citée comme un échec de la coopération internationale, car n’ayant pas évité la survenue de la Seconde Guerre mondiale, elle n’en constitue pas moins une structure représentative de ce vers quoi tend peu à peu l’exercice des relations internationales dans un monde où émergent de « nouvelles pratiques de paix ».

3Guillaume Devin mentionne que, dans l’analyse de la scène internationale, il est habituel de remarquer les conflits, mais plus rare de remarquer les coopérations. Depuis le XIXe siècle, la coopération internationale ne disparaît plus à la défaveur de conflits. Elle en est même accentuée par « un réseau toujours plus dense de relations politiques, économiques et sociales ». Après la Deuxième Guerre mondiale se développe le multilatéralisme dont l’engouement, selon l’auteur, « doit beaucoup aux États-Unis qui impulsent le mouvement (et consacrent le mot) ». L’Organisation des Nations Unies, qui comptait 51 États en 1946, est aujourd’hui constituée de 193 États. Avec actuellement plus de 250 organisations internationales, ou intergouvernementales, le monde voit aussi croître le nombre des organisations non gouvernementales : s’il en existait une quarantaine en 1946, l’auteur en dénombre près de 4 000 en 2013.

4Dans leur participation aux coopérations internationales, les entreprises ne sont désormais plus en reste. Les partenariats public-privé, par exemple, permettent au secteur privé de s’engager en faveur de grandes causes. Le partenariat public-privé Roll Back Malaria Partnership constitué en 1998 en est un modèle. Regroupant plus de 500 partenaires, notamment des entreprises du secteur privé, des organisations non gouvernementales et des institutions universitaires, il vise une lutte coordonnée contre le paludisme2.

5Le développement de la coopération internationale va de pair avec la recherche par les États d’une sécurité optimale. Cette « globalisation de la sécurité » concerne aussi bien la sécurité politique et militaire que celle des citoyens puisque, comme l’indique l’auteur, « lorsque la sécurité des citoyens dans leurs déplacements ou leurs communications n’est pas assurée, c’est la sécurité des États concernés qui est engagée ». Bien que les dépenses d’armement dans le monde en 2012 représentent 250 fois plus que le budget des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, force est de constater que le recours à la force a décliné. Et ce sont les « guerres intra-étatiques qui constituent la quasi-totalité des conflits armés au début du XXIe siècle ».

  • 3 Écouter à ce propos l’interview en deux parties de Guillaume Devin par Pierre-Edouard Deldique sur (...)

6L’auteur dresse un tableau convaincant du développement des coopérations internationales en faveur de ce qui semble être une pacification du monde. Si cet aspect des relations internationales reste méconnu, c’est aussi que le domaine, nommé peace research dans les pays anglophones, est la spécialité des pays scandinaves et des pays anglo-américains3 ; une spécialité en « circuit fermé, avec ses chercheurs, ses revues, ses instituts et ses banques de données », au demeurant peu connue par le monde journalistique.

7À la lecture de ce compte-rendu, il ne faudrait pas penser que Guillaume Devin s’adonne à un exercice d’optimisme irréaliste. Mettant en valeur le fait que s’intensifie graduellement la coopération internationale, et ce sur divers plans, il insiste parallèlement sur la fragilité d’une paix. Si les guerres interétatiques ont quasiment disparu, certaines situations de non-belligérance restent fragiles. Gardons à l’esprit les désaccords opposant la Chine et le Japon qui ont rythmé l’actualité diplomatique asiatique de l’année 2013, du fait de leur intensification.

8L’auteur de ce petit livre conserve un propos mesuré. Cette lecture conviendra au néophyte comme au spécialiste des sciences politiques. Tous deux trouveront en fin d’ouvrage une courte bibliographie, ainsi qu’en conclusion ce qui peut être considéré comme une définition de la coopération internationale : « La coopération internationale n’est ni la paix ni la coexistence. À la fois moins que la paix et plus que la coexistence, elle apparaît comme un lent processus d’unification et de pacification du monde. Un processus à l’histoire récente ; brisé par les deux guerres mondiales, mais relancées par elles ; réversible mais à l’orientation probable. Un processus dont l’évolution est une des grandes transformations des relations internationales contemporaines ». Un seul monde s’orientant vers une pacification des relations interétatiques par l’usage fait de la coopération internationale, telle est l’analyse de notre temps faite ici par Guillaume Devin.

Haut de page

Notes

1 Cette citation reprise par Guillaume Devin est tirée de Bairoch Paul, Victoires et déboires : histoire économique et sociale du monde du XVIe siècle à nos jours (3 vol.), Paris, Gallimard, 1997.

2 Voir le site internet de Roll Back Malaria : http://www.rbm.who.int/fr/index.php.

3 Écouter à ce propos l’interview en deux parties de Guillaume Devin par Pierre-Edouard Deldique sur RFI, le 18 janvier 2014 : http://www.rfi.fr/emission/20140118-1-guillaume-devin-specialiste-relations-internationales/ et http://www.rfi.fr/emission/20140118-2-guillaume-devin-specialiste-relations-internationales/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Guillaume Devin, Un seul monde. L’évolution de la coopération internationale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 février 2014, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13684

Haut de page

Rédacteur

Romaric Jannel

Étudiant en master sciences historiques, philologiques et religieuses, mention études asiatiques, à l’École pratique des hautes études. Conduit des travaux sous la direction de Frédéric Girard (EFEO) sur le philosophe japonais Yamauchi Tokuryū (1890-1982)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page