Navegación – Mapa del sitio

Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche

Laure Ferrand
Charles Fourier ou la pensée en contre-marche
Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, col. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p., ISBN : 978-2-916952-91-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Une note synthétique proposée par l’Observatoire des inégalités montre l’évolution des inégalités s (...)
  • 2 Dans un article, Michel Messu s’interroge sur la notion de lien social. Il propose une réflexion su (...)

1Lire ou relire Charles Fourier au prisme du contexte social, économique et culturel actuel, et plus particulièrement en le confrontant au concept de décroissance, tel est l’objectif que se fixe Chantal Guillaume dans cet ouvrage. Les utopistes du XIXe siècle, dont Charles Fourier fait partie, semblent retrouver un nouveau souffle à l’heure où les inégalités sociales se creusent de plus en plus1 et où l’individualisme devient un facteur explicatif de la carence du lien social qui grandit dans notre société2.

2Précurseur de la pensée socialiste, Charles Fourier a su développer une double réflexion. Tout d’abord, il nourrit une approche sociologique qui consiste à décrire le contexte socio-historique du XIXe siècle. En pleine révolution industrielle, il remet clairement en cause l’économie capitaliste qui se développe à travers les industries, les technologies et les nouvelles organisations du travail. L’économisme, dont l’industrialisme et le commerce découlent, engendre une accumulation sans fin des richesses. L’économie capitaliste est synonyme d’un « enrichissement [qui] repose sur l’artifice de la spéculation et de l’endettement, opposé à l’économie des besoins » (p. 18). Production sans limite, règne de la consommation et de l’accumulation, concurrence économique à outrance, réduction de l’homme à sa dimension économique, telles sont les observations que Fourier fait de son époque. C’est aussi le portrait qu’il dresse de la société occidentale à venir. Pour Chantal Guillaume, en ce sens, les constats établis par les objecteurs de croissance, porteurs de projets écosocialistes, rejoignent ceux de Fourier. En effet, la théorie de la décroissance, portée notamment par l’économiste Serge Latouche, pointe les limites et les impasses d’une organisation basée sur une croissance économique infinie. D’ailleurs, tel est le mot d’ordre des décroissants : « une croissance infinie de la production et de la consommation matérielles ne saurait être tenable dans un monde fini » (p. 5).

  • 3 Sur ce point, nous renvoyons au livre de Paul Ariès, Décroissance ou barbarie, Villeurbanne, Golias (...)

3Face à ce constat, Chantal Guillaume se saisit du deuxième aspect des écrits de Fourier : l’approche utopiste, « extrograde », prônant la « dissidence totale » et érigeant un « écart absolu » par rapport à la pensée sociale et économique de son époque. À travers une réflexion « en contre-marche » (p. 11), l’auteure signifie les liens qui unissent Fourier à la théorie de la décroissance. Le lien politique et social pointe les limites du capitalisme en proposant pour le premier une organisation sociale basée sur l’Harmonie, et pour la seconde une organisation reposant sur la simplicité volontaire et la production locale3.

  • 4 Stébé Jean-Marc, Qu’est-ce qu’une utopie ?, Paris, Vrin, 2011, coll. « Chemins Philosophiques ». Co (...)

4La théorie sociétaire de Charles Fourier est une utopie, telle qu’elle est définie par Jean-Marc Stébé4. Elle invite à construire un « nouveau monde social » où les passions et leur équilibre déterminent l’infrastructure et la superstructure de la société. Fourier fait l’anthropologie d’un Homme nouveau et total. La passion « papillonne », recensée par le pensée, qui consiste à aller de plaisir en plaisir, est à la base de l’organisation sociale envisagée. À une époque où les classes populaires sont pauvres, Fourier prône l’abondance, l’émancipation des classes sociales et celle des femmes face à la domination masculine. Le travail doit être rendu attrayant et répondre aux passions des individus. Comme lieu de réalisation de son utopie, Fourier imagine le phalanstère, projet communautaire et associatif, où les passions sont régulées et équilibrées. Expression de l’Harmonie basée sur une association domestique et agricole entre les individus, le phalanstère imaginé par Fourier est un lieu capable de réunir une communauté de 1800 personnes. Pour que ce projet soit viable, le Moi individuel de ses membres doit être mis au service de l’intérêt commun. Comme le souligne Chantal Guillaume, Fourier valorise la socialité et la jouissance des sens bien avant le rapport aux choses (p. 38).

5C’est ce projet communautaire que Chantal Guillaume reprend pour en souligner la portée et l’intérêt social aujourd’hui. « Si le mouvement de la décroissance porte un projet sociétaire avant de proposer un programme politique, il peut prendre la forme d’une utopie concrète, locale, qui resterait ouverte et inachevée afin d’éviter toute dérive autoritaire. C’est ainsi que Fourier et les utopistes du XIXe siècle montrent, paradoxalement, la voie d’une alternative réaliste : l’utopie peut devenir réalité ! » (p. 48-49) La valorisation des circuits de production et de consommation courts, l’agriculture associée à une philosophie du goût : les objecteurs de croissance trouvent de nombreux points d’accroche avec l’utopie de Fourier. On pense notamment à la démarche engagée par l’association Slow Food qui valorise la production alimentaire selon ces trois points5.

  • 6 Freitag Barbara, « Le familistère de Guise, un projet utopique réussi », Diogène, n° 209, 2005, p.  (...)

6Enfin, soulignons le ton enthousiasmé et enthousiasmant de l’auteure pour cette pensée fouriériste qui demeure porteuse de sens. Si Chantal Guillaume pointe à plusieurs reprises, comme pour s’en excuser, les « exagérations » de Fourier et sa tendance à l’hyperorganisation sociale, n’oublions pas que les expérimentations de « familistères » – à l’image de celui de Godin au cours du XIXe siècle – montrèrent qu’il est possible d’élaborer une organisation sociale basée sur la coopération des travailleurs, le respect de la démocratie et la gestion d’une économie viable6.

Inicio de página

Notas

1 Une note synthétique proposée par l’Observatoire des inégalités montre l’évolution des inégalités sociales sur une période de 10 ans (2003-2013) : les inégalités de salaire se creusent, la pauvreté augmente : http://www.inegalites.fr/spip.php?page=analyse&id_article=1771&id_groupe=14&id_rubrique=28&id_mot=28.

2 Dans un article, Michel Messu s’interroge sur la notion de lien social. Il propose une réflexion sur les appartenances des individus dans nos sociétés. Messu Michel, « Qu’est-ce qu’avoir une appartenance dans nos sociétés dites individualistes ? », SociologieS, Théories et recherches, 6 juillet 2011. En ligne : http://sociologies.revues.org/3543.

3 Sur ce point, nous renvoyons au livre de Paul Ariès, Décroissance ou barbarie, Villeurbanne, Golias, 2005.

4 Stébé Jean-Marc, Qu’est-ce qu’une utopie ?, Paris, Vrin, 2011, coll. « Chemins Philosophiques ». Compte rendu de Thomas Le Guennic pour Lectures : http://lectures.revues.org/6459.

5 Site Internet de l’association : http://www.slowfood.fr/.

6 Freitag Barbara, « Le familistère de Guise, un projet utopique réussi », Diogène, n° 209, 2005, p. 101-108. Disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-diogene-2005-1-page-101.htm.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Laure Ferrand, « Chantal Guillaume, Charles Fourier ou la pensée en contre-marche  », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 19 febrero 2014, consultado el 19 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13685

Inicio de página

Redactor

Laure Ferrand

Docteur en sociologie de l’université Paris 5. Membre du laboratoire du CEAQ (Centre d’étude sur l’actuel et le quotidien).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página