Navigation – Plan du site

Michel Dévoluy, Comprendre le débat européen. Petit guide à l’usage des citoyens qui ne croient plus à l’Europe

Benoît Ladouceur
Comprendre le débat européen
Michel Dévoluy, Comprendre le débat européen. Petit guide à l'usage des citoyens qui ne croient plus à l'Europe, Points, coll. « Points Essais », 2014, 156 p., ISBN : 978-2-7578-3659-0.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que se profilent les élections du Parlement européen, il est à craindre un taux d’abstention record pour ces élections qui auront lieu fin mai. On sait depuis longtemps grâce aux travaux de sociologie politique qu’une des principales causes de l’abstention réside dans la complexité d’un système politique1. Force est de constater, en effet, que le fonctionnement des institutions européennes a encore des progrès à faire en matière de clarté et de démocratie. Le dernier ouvrage de Michel Dévoluy pourra alors peut être aider nos concitoyens à voir plus clair dans les institutions européennes. L’auteur est un spécialiste de l’économie européenne, cofondateur de l'Observatoire des politiques économiques en Europe2 et membre du collectif des économistes atterrés3.

2Constatant les crises (économique, financière, sociale) dans laquelle s’enlise l’Europe depuis la crise des subprimes, et la crise de confiance concernant la capacité de l’Europe à améliorer le bien être de ses concitoyens, Michel Dévoluy propose un plaidoyer pour une autre Europe. Pour bon nombre l’Europe serait non plus une solution mais un problème. Et ils n’ont pas tort nous dit Michel Dévoluy. Pour autant si ces crises révèlent les limites du modèle européen, tant d’un point de vue économique, que politique et institutionnel, elles peuvent être surmontées et dépassées en accentuant l’intégration des économies européennes et en donnant aux Européens un modèle social unique et protecteur.

3Le propos est résolument optimiste et souhaite poser les bases d’une nouvelle Europe. Michel Dévoluy a une posture modérée concernant les avancées de l’Europe. C’est en particulier le cas du volet économique qui, nous dit l’économiste, est une réussite à l’échelle mondiale. Ainsi, le niveau de vie des Européens est-il bien supérieur à la majorité des autres habitants de la planète. L’auteur aurait pu cependant fournir une analyse moins favorable, montrant les très fortes inégalités qui persistent, voire s’accroissent au sein de l’Union Européenne. L’économiste a néanmoins conscience que la logique libérale qui guide la construction européenne ne peut être une politique soutenable à plus long terme.

4On peut apprécier que Michel Dévoluy ne limite pas ses analyses au seul domaine de l’économie européenne, sa spécialité. Il s’interroge sur le fonctionnement des institutions européennes et son constat est sans appel : les institutions européennes sont peu démocratiques. Cette lacune est emblématique de la manière dont s’est créée l’Europe, sous l’impulsion d’une poignée de hauts fonctionnaires français, dont Jean Monnet fut la figure centrale, en dehors des préoccupations des citoyens européens. Cette déconnexion entre les instances décisionnelles européennes et les citoyens est la première cause du manque de légitimité du pouvoir européen explique Michel Dévoluy. Pour l’auteur, afin d’enrayer cette crise de légitimité, il faudrait « rompre avec les eurocrates » qui ont en quelque sorte confisqué le pouvoir européen. La complexité de ses institutions est une deuxième source de défiance des citoyens envers l’Europe. Celle-ci résulte de l’absence de choix clair au niveau de la construction européenne entre une logique fédérale et une logique intergouvernementale. Michel Dévoluy se prononce en faveur d’un consolidation de la dimension fédérale de l’Europe, notamment par le renforcement de la Commission Européenne et du Parlement européen. Or, depuis sa création en 1974 le Conseil européen n’a cessé de prendre de l’importance, notamment grâce à la procédure de codécision avec le Parlement européen. Dans les faits, les grandes orientations de la politique européenne sont déterminées par les chefs d’État et de gouvernement qui siègent au Conseil européen. Cette logique antidémocratique est un moyen pour les États de préserver leur souveraineté. Dès lors si l’Europe doit changer nous dit l’auteur ce ne sera pas sous l’impulsion des représentants politiques mais sous la pression des citoyens qui doivent se mobiliser pour faire entendre leur voix, notamment par l’intermédiaire du Parlement.

5Le défaut de représentation démocratique se retrouve également au niveau de la politique économique européenne. L’indépendance de la Banque centrale européenne, les limites contraignantes du Pacte de stabilité et de croissance et plus récemment la fameuse « règle d’or » sont autant de contraintes qui privent les Européens de la possibilité d’exprimer leurs choix en matière de politique économique. Pour Michel Dévoluy ce « fédéralisme tutélaire » doit être combattu au profit d’un véritable fédéralisme démocratique. L’auteur a cependant conscience qu’il ne suffit pas d’énoncer un tel programme pour le voir se mettre en place comme par magie. La crise a renforcé le poids des règles et des experts en même temps qu’elle a accentué la défiance des citoyens envers ses institutions. Michel Dévoluy propose une « planification fédératrice » définissant un agenda politique qui permettrait de construire une véritable Europe politique au sein de la zone euro, le reste de l’Europe gardant la seule base d’un marché commun. Ce changement de cap reposerait sur deux piliers : la construction d’une fédération au niveau politique et social et une planification au niveau économique et financier. L’idée est louable, il reste à la faire advenir. Michel Dévoluy pense que seuls les citoyens sont en mesure d’initier un tel changement. Dans cette perspective, il faut favoriser la démocratie délibérative et participative par le biais de débats et pétitions. Il s’agit pour le moins d’une vision optimiste tant aujourd’hui l’Europe nous semble peu intéresser les citoyens et reposer sur une élite inamovible et sourde aux revendications populaires.

Haut de page

Notes

1 Daniel Gaxie, Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation démocratique, 1978.

2 http://opee.unistra.fr/

3 http://www.atterres.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Michel Dévoluy, Comprendre le débat européen. Petit guide à l’usage des citoyens qui ne croient plus à l’Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13725

Haut de page

Rédacteur

Benoît Ladouceur

Professeur de sciences économiques et sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page