Navigation – Plan du site

Christel Bosc, Faire carrière dans l’écologie. Dynamiques françaises de politisation de l’environnement urbain

Maryvonne Dussaux
Faire carrière dans l'écologie
Christel Bosc, Faire carrière dans l'écologie. Dynamiques françaises de politisation de l'environnement urbain, L'Harmattan, coll. « Logiques politiques », 2013, 386 p., ISBN : 978-2-343-01545-3.
Haut de page

Texte intégral

1A l’heure où plus personne ne conteste que la question environnementale relève d’une gestion locale de l’action publique, Christel Bosc revient aux sources de la construction de ces politiques publiques pour décrire le processus de politisation de la gestion des espaces naturels et la légitimation politique donnée par le ralliement à la cause environnementale. Pour cela, elle observe et compare deux dynamiques territoriales : celles de Lyon et de Montpellier.

2L’auteur appuie son analyse sur des travaux antérieurs, en particulier ceux de Pierres Lascoumes, et rappelle dans un premier temps que l’idée d’agir pour protéger la nature remonte au XIXème siècle. Des sociétés savantes, composées de scientifiques et d’amateurs éclairés, se sont constitués avec l’objectif d’inventorier et de classifier la faune et la flore. Des associations comme le club alpin (créé en 1874) à la fois découvrent les milieux naturels et agissent pour leur protection. C’est en 1906 que, sous leur impulsion, une première loi décide de la nécessité de protéger les paysages. Une controverse qui perdure encore aujourd’hui dans le débat public émerge alors : faut-il protéger la nature contre l’homme ou bien inclure l’action de l’homme dans la politique de protection et par conséquent développer des actions d’éducation envers les publics ? Dès 1825, ce débat a lieu au sein de l’administration du corps des eaux et forêt. La dégradation des sols observée risquait d’augmenter les inondations dans les villes. Certains pensaient que les habitants étaient responsables et qu’il fallait que l’Etat impose des mesures de protection et de contrôle ; d’autres qu’il fallait au contraire associer les autochtones pour qu’ils soient acteurs dans la protection de la forêt. C’est une coalition d’experts protectionnistes composée de scientifiques, d’artistes et de représentants administratifs ou politiques de l’Etat qui impose son point de vue et crée dès 1913 l’association des parcs nationaux de France.

3Christel Bosc structure son analyse du réseau des associations à partir de la mise en évidence de deux modes de conduite différents  : le mode de conduite expert, très présent au XIXème siècle, et le mode de conduite participatif qui s’est imposé à partir des années 1970. De fait, les sociétés savantes se réclamant de la protection de la nature ont été progressivement concurrencées puis évincées par les associations militant pour « la défense de l’environnement ». Le contexte post-1968 favorise l’engagement d’universitaires spécialisés en écologie, mal reconnus par la communauté scientifique. Selon l’auteur, ils trouvent ainsi un accès à la parole publique. Ils s’engagent dans deux directions : la diffusion de leurs savoirs au travers des associations d’éducation à l’environnement, et la valorisation de leur expertise en demandant à être intégré dans les processus décisionnels. L’apparition de la notion « d’environnement » et la naissance de l’écologie politique vont bouleverser l’organisation du mouvement associatif. L’évolution de la FRAPNA (Fédération Régionale des Associations de Protection de la Nature), puissante association rhonalpine qui compte huit sections départementales, regroupe 300 associations, a 7 000 adhérents et 30 salariés, illustre ces changements. A l’origine, ce sont des enseignants de l’université qui créent en 1959 le Groupe Ornithologique Lyonnais (GOL) pour œuvrer à la connaissance et à la protection des oiseaux. Le constat de la raréfaction des espèces incite les membres de l’association à entrer dans une démarche plus militante et à créer la FRAPNA, qui s’engage dans des luttes symboliques comme celles du parc de la Vanoise en 1969 ou la contestation du surgénérateur Superphénix en 1976. A partir de cette période la base sociale de l’association change. Les nouveaux membres sont plus des militants que des spécialistes. Ce sont eux qui entrent dans les instances politiques, par exemple au moment de l’élection de Michel Noir à la mairie de Lyon en 1989.

4La recherche conduite par Christel Bosc ajoute à l’analyse du milieu associatif, la comparaison entre deux territoires que tout semble opposer. Lyon, deuxième agglomération de France, constitue depuis la renaissance un carrefour commercial et bancaire. Elle reste en dépit de la désindustrialisation, un grand centre industriel qui a su se reconvertir dans les activités du secteur tertiaire. Sa population, à l’origine ouvrière, augmente peu en nombre. Les classes moyennes et les retraités sont de plus en plus représentés. Traditionnellement, l’électorat est plutôt conservateur (deux tiers à la droite, un tiers aux partis de gauche). Beaucoup plus petite par la taille (230 000 habitants contre un million pour Lyon), Montpellier s’est structurée autour des activités de commerce, d’artisanat et de services publics en particulier l’université (la faculté de médecine s’est formée dès le XIIIème siècle). Sa population, pour un quart composée d’étudiants, de chercheurs et d’enseignants, a toujours évolué sous l’effet des migrations. Ainsi, le nombre d’habitants de l’agglomération a augmenté de 50% entre 1975 et 1999 du fait de l’accueil des rapatriés d’Algérie. Historiquement, le Languedoc a la réputation d’être une terre de révolte, même si la ville de Montpellier a été gérée pendant vingt ans par un représentant du mouvement giscardien.

5Pourtant dans les deux cas, ce sont les ruptures politiques portées par le suffrage universel au moment de l’élection du maire qui ont favorisé la prise en compte de la question environnementale dans la politique publique locale. George Frêche est élu en 1977 et Michel Noir en 1989. Les nouveaux élus veulent montrer que leurs territoires s’engagent dans une dynamique de changement et valoriser ainsi leurs « technopoles » à l’échelle européenne. Pour cela, les revendications des associations écologistes sont inscrites dans les programmes politiques puis imprègnent progressivement l’action municipale. La ville de Montpelier ouvre en 1990 une maison de l’environnement, signe avec le Ministère de l’environnement une charte de l’environnement en 1996 et rejoint deux ans plus tard le réseau européen des villes qui s’engagent pour la durabilité. A Lyon, la création d’une maison de la nature est décidée dès 1989 et la communauté urbaine du grand Lyon signe en 1992 une charte d’écologie urbaine. L’auteur montre comment ces deux personnalités politiques, inscrites dans des mouvances différentes, mais toutes deux atypiques dans leur parcours, n’ont pas trouvé leur légitimité politique dans les instances politiques traditionnelles qui les rejetaient mais dans les réseaux des associations écologistes. Cet ancrage a également permis l’entrée en politique de certains militants qui ont pu alors occuper des postes importants dans l’organisation politico-administrative.

6Cet ouvrage a l’intérêt de présenter une étude quasiment ethnographique de deux territoires différents et décrit de façon très précise la façon dont la question environnementale entre dans les jeux de pouvoir des acteurs locaux. L’auteur analyse de façon très fine les liens entre les élus et les représentants des associations, tout en montrant la diversité des approches. On peut regretter toutefois le manque d’ancrage historique afin que le lecteur non averti ne puisse pas penser que les politiques publiques présentées sont encore en vigueur aujourd’hui. Entre la fin de l’étude qui date des années 1970-1990 et la publication du livre, le contexte a énormément évolué : approfondissement de la décentralisation, introduction de la notion de développement durable, renforcement des pouvoirs des intercommunalités dans l’aménagement du territoire (lois Grenelle). Il aurait été intéressant d’inscrire cette période charnière dans une dynamique plus large en focalisant l’analyse sur la question de la légitimité politique dans les jeux de pouvoirs locaux qui est l’apport majeur de cette recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Christel Bosc, Faire carrière dans l’écologie. Dynamiques françaises de politisation de l’environnement urbain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 février 2014, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13728

Haut de page

Rédacteur

Maryvonne Dussaux

Maître de conférences en sciences de l'éducation, université Paris Est Créteil, laboratoire STEF- ENS Cachan-IFE

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page