Navigation – Plan du site

Nicolas Kaciaf et Jérémie Nollet (dir.), « Journalisme : retour aux sources »

Audrey Arnoult
Journalisme : retour aux sources
Nicolas Kaciaf, Jérémie Nollet (dir.), « Journalisme : retour aux sources », Politiques de communication, n° 1, automne 2013, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, EAN : 9782706118449.
Haut de page

Texte intégral

1Ce premier numéro de la revue Politiques de communication est consacré à la question des sources dans le journalisme. L’objectif affiché en est d’« appréhender les processus de mise en visibilité médiatique, en se focalisant sur les interactions entre les journalistes et leurs interlocuteurs, que ces derniers soient ou non cités en tant qu’informateurs et/ou érigés en protagonistes de l’actualité » (p. 5). Pour cela, des contributions très diversifiées sont réunies, proposant des pistes de réflexion sur les figures de la source, les enjeux de l’accès aux médias pour les interlocuteurs des journalistes, la question de l’autonomie des journalistes et celle des effets de la mise en visibilité médiatique d’un événement.

2Trois contributions s’intéressent aux relations entres sources et journalistes dans les activités diplomatiques. Etienne Ollion étudie les relations entre les salariés des ONG et les journalistes lors des sommets internationaux. Les salariés des ONG accrédités comme journalistes afin de pénétrer les coulisses de ces sommets entendent-ils uniquement mettre en avant leurs revendications auprès des journalistes ? Quels intérêts peuvent avoir les médias à entretenir des relations avec ces interlocuteurs ? Une enquête ethnographique menée lors du sommet du G7 en Allemagne en 2007 permet de montrer que si les représentants des ONG constituent des « sources informelles d’information factuelles » précieuses pour les journalistes, ils sont aussi des « fournisseurs explicites de commentaires sur la situation ». L’auteur observe également que le fait d’établir des contacts avec les journalistes n’est pas une fin en soi mais permet aux ONG d’exercer indirectement une pression sur les décideurs politiques en « [construisant] la parole publique ». Les médias ont alors une fonction de « chambre d’enregistrement » : en citant les propos des décideurs politiques, ils les « poussent » à l’action. Une autre contribution prend pour terrain les activités diplomatiques mais à l’échelle nationale : Yves Buchet de Neuilly étudie les relations entre les conseillers diplomatiques de la cellule de l’Elysée et les journalistes. Il constate que les diplomates s’intéressent peu à la médiatisation de leurs dossiers alors qu’ils sont des sources d’information « prisées » par les journalistes. Le cadre théorique utilisé nuance l’idée de l’existence d’un « champ politico-journalistique » : les diplomates n’ont pas besoin des médias et les médias ne s’intéressent qu’à quelques dossiers de politique étrangère. L’auteur propose plutôt de distinguer les usages intra-sectoriels et extra-sectoriels de l’information diplomatique. Il montre ainsi que les diplomates se servent de la presse pour leur activité professionnelle (usage intra-sectoriel) mais également de façon stratégique pour peser sur les représentations médiatiques de la politique étrangère, voire pour agir dans le champ politique (usage extra-sectoriel). Au final, un faible nombre de diplomates est en position de source par rapport aux journalistes, qui s’appuient massivement sur des dépêches d’agence et sur les informations de leurs pairs pour produire leurs articles. La troisième contribution s’intéresse à une situation plus particulière : celle du journalisme en temps de guerre civile. Yeny Serrano, questionne la couverture du conflit armé par les médias nationaux en Colombie, et plus précisément la place discursive accordée aux sources (sources officielles, civiles et armées). A qui donne-t-on la parole dans les reportages télévisés ? Comment se positionnent les journalistes par rapport aux mots et aux expressions employées par les sources armées, qui visent stratégiquement à imposer leur vision du conflit ? Le corpus étudié permet de montrer que la place accordée par les journalistes aux différents acteurs armés est inégale (le nombre de prises de paroles des sources officielles étant majoritaires). L’analyse qualitative identifie les procédés mobilisés par les journalistes pour mettre à distance le lexique de guerre des acteurs armés.

3La communication policière en Suisse constitue le champ d’investigation de deux autres contributions. Michaël Meyer étudie les stratégies d’accès aux médias mises en place par ce corps professionnel. Il montre comment la communication est devenue progressivement une préoccupation pour les policiers, se traduisant par un « travail institutionnalisé de prise de parole, d’accès aux médias et de (re)présentation de l’institution policière effectué activement sur tous les supports sans exception » (p. 60). Une partie, consacrée aux médias sociaux, est particulièrement intéressante en ce qu’elle montre que les policiers sont placés en situation de « sous-veillance » : les actions policières peuvent être filmées et rapidement mises en ligne par tout un chacun. Le rôle des communicants est alors de contrôler ces images de la police et d’en « policer l’image ». La communication policière, c’est aussi une mise en visibilité de la profession qui passe par une diversité de supports (spots de recrutement, films, séquences multimédias, sites Internet...). La police entend développer une « communication du succès » auprès des médias pour ne pas réduire la vision de ce métier à des actes de répression mais mettre en avant les réussites du corps policier. David Pichonnaz poursuit cette réflexion sur la communication policière en étudiant les discours tenus sur la délinquance. Il s’appuie principalement sur un corpus de communiqués de presse commentant les bilans de criminalité publiés par la police vaudoise. Il entend montrer comment la police revendique une expertise dans le domaine de la délinquance, se posant ainsi en entrepreneur de morale sur le problème public de la « délinquance juvénile ». L’analyse des discours permet de pointer une évolution des modalités d’énonciation (les catégories d’infraction pénale sont remplacées par des thématiques du débat public, par exemple), ainsi qu’un cadrage plus pessimiste qu’avant de l’évolution de la délinquance, même lorsque les statistiques ne le confirment pas. Derrière l’évolution des discours se joue une légitimation de revendications professionnelles dans un contexte politique favorable à une lecture du problème en termes de laxisme judiciaire, de déresponsabilisation parentale et d’ethnicisation de la délinquance.

4Dans un registre plus généraliste, les articles de Jérémie Nollet, Nicolas Kaciaf et Eric Lagneau proposent une réflexion sur la figure de la source. Le premier analyse la production des interviews dans un cabinet ministériel français. Il montre qu’elle résulte d’une division du travail précise entre différents agents sociaux engagés dans la fabrication de la communication ministérielle, la répartition des rôles étant fluctuante. À partir d’un corpus d’interviews de Lionel Jospin, télévisées ou publiées dans la presse écrite, l’auteur détaille les spécificités des rôles des communicateurs composant le cabinet ministériel. Il montre que les interviews sont l’objet de négociations et de discussions entre ces agents du cabinet, les journalistes ayant au final peu de marge de manœuvre. Paradoxalement, le Premier ministre n’est pas toujours impliqué dans la production de l’interview. En outre, loin d’être uniquement un exercice intellectuel, l’interview implique également une préparation sur la forme (attitude de l’homme politique, détails vestimentaires, etc.). L’étude du processus de fabrication de ce type d’intervention politique permet in fine de démontrer que le Premier ministre n’est pas une source d’information homogène étant donné la multiplicité des agents impliqués dans la gestion de sa communication. Nicolas Kaciaf et Eric Lagneau se saisissent de leur côté de l’affaire Anelka (le joueur aurait insulté le sélectionneur de l’équipe de France dans les vestiaires d’un match au moment de la mi-temps), lors de la coupe du monde de football en 2010, pour confronter deux approches de l’événement (naturaliste versus hyperconstructiviste). Après en avoir exploré les écueils, ils proposent une lecture continuiste de la dynamique événementielle, prenant en compte l’amont et l’aval de la mise en visibilité médiatique. Ils montrent ainsi comment les conditions de production et le travail des sources pèsent sur la mise en récit médiatique, ce « scandale » n’étant pas par essence un scandale. Une partie de l’article s’attache à décrire de façon minutieuse les « règles » de la communication dans le secteur du football professionnel, pour montrer que les joueurs s’en affranchissent, faisant passer leurs intérêts individuels avant ceux de l’équipe de France. Ce n’est pas tant la Fédération française de football qui constitue une source pour les journalistes que les joueurs eux-mêmes. Enfin, les auteurs mettent en évidence le rôle des reprises médiatiques et des réactions d’autorités politiques dans la dynamique événementielle, qui a conduit à une désectorisation de la controverse. Un troisième article montre que la frontière entre sources et journalistes peut parfois être poreuse. Dans un article intitulé « Au service de “La Profession” : journalistes et communicants dans le secteur agricole », Ivan Chupin et Pierre Mayance s’interrogent : pourquoi les diverses tentatives d’autonomisation du journalisme agricole n’ont-elles pas fonctionné ? Ils montrent que le sentiment d’appartenance au monde agricole des communicants et des journalistes passe avant leur identité professionnelle. Les frontières entre les deux professions sont poreuses. C’est aussi la technicité de l’information agricole qui permet d’expliquer cette co-production de l’information : « la nature de l’information agricole participe à cette coopération forcée entre journalistes et communicants qui, dans le cas d’une presse professionnelle, se distinguent selon des modalités particulières » (p. 255). La porosité et l’interdépendance entre ces deux métiers tient à leur objectif commun : promouvoir « une vision unifiée et positive de l’agriculture ».

5Pour conclure, ce dossier très riche propose de multiples pistes d’analyse pour étudier les « sources » des journalistes. La diversité des terrains et des méthodologies proposées montre que cet objet scientifique peut être saisi de différentes manières, tout en établissant clairement la nécessité de ne pas occulter les spécificités des organisations au sein desquelles se trouvent les interlocuteurs des journalistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Nicolas Kaciaf et Jérémie Nollet (dir.), « Journalisme : retour aux sources » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 février 2014, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13752

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page