Navigation – Plan du site
La sociologie de Max Weber

La sociologie de Max Weber

Catherine Colliot-Thélène, La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2014, 128 p., 1ère ed., 2006, ISBN : 978-2-7071-7825-1.
Notice publiée le 25 février 2014

Présentation de l'éditeur

L'oeuvre de Max Weber (1864-1920) est d'accès difficile, du fait de sa composition (articles et manuscrits inachevés), de la diversité de ses objets et du caractère déconcertant d'une pensée qui échappe aux alternatives théoriques fixées par un siècle d'histoire des sciences humaines.

Écartant ces alternatives, le présent ouvrage propose une lecture transversale qui éclaire les unes par les autres les positions épistémologiques de Weber et ses études concrètes. Ce chassé-croisé permet de dégager le programme de la « sociologie compréhensive » : un comparatisme combinant les échelles d'analyse, dont l'objectif est de distinguer les « conduites de vie » et de peser l'importance relative des différentes « puissances » qui leur donnent forme (économie, politique, droit, religion). Ce comparatisme est travaillé par une ambivalence, que condense la notion de « rationalisation ». Reconnaître et résoudre cette ambivalence permet d'adapter le projet wébérien au traitement des questions de notre époque.

Haut de page

Auteur

Catherine Colliot-Thélène

est professeur de philosophie à l’université de Rennes-I. Elle a publié plusieurs livres sur Max Weber et a traduit, seule ou en collaboration, divers ouvrages de cet auteur, dont (à La Découverte) : Économie et société dans l’Antiquité (1998) et Le savant et le politique (2003). Elle collabore actuellement à une nouvelle traduction des textes de Max Weber sur la communauté (à paraître en 2015 à La Découverte).

Publications du même auteur

Haut de page