Navigation – Plan du site

Valelia Muni Toke, La grammaire nationale selon Damourette et Pichon. 1911-1939

Rossana Curreri
La grammaire nationale selon Damourette et Pichon. 1911-1939
Valelia Muni Toke, La grammaire nationale selon Damourette et Pichon. 1911-1939. L'invention du locuteur, Lyon, ENS Éditions, coll. « Langages », 2013, 346 p., préface de Michel Arrivé, ISBN : 9782847883701.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de Michel Arrivé et soutenue à l’université de Paris X–Nanterre.

1Si le grammairien se doit d’étudier systématiquement les mécanismes d’une langue à des fins descriptives ou normatives, il n’est pas obligé d’expliquer l’identité linguistique dont celle-ci est le produit, comme le font l’architecte Jacques Damourette et son neveu, le médecin Édouard Pichon. Dans cette version remaniée de sa thèse de doctorat en sciences du langage1, Valelia Muni Toke met en évidence « l’obsession de l’identité linguistique » (p. 79) de ce couple singulier qui affirme que le discours de chaque locuteur est représentatif du génie national. Les deux grammairiens des années 1930 légitiment même leur discours sur le français par leur identité française, en arguant que « le locuteur est un grammairien-né » (p. 230) et que son idiome national ne construit pas seulement son identité mais que celle-ci garantit également sa compétence métalinguistique.

2Dans le premier chapitre de cette intéressante monographie, Valelia Muni Toke démontre par une argumentation rigoureuse, et soutenue par de nombreuses citations, que la réflexion linguistique de Damourette et Pichon est pluridisciplinaire, car elle fait appel à la philosophie, à la psychologie, à la psychanalyse, à la médecine, et qu’elle privilégie une méthode ascendante remontant de la forme au fait psychique (Des mots à la pensée est en fait le titre principal de cette œuvre, oublié généralement au profit du sous-titre Essai de grammaire de la langue française), méthode qui est « la plus apte à prendre en charge la collaboration entre linguistes et psychologues » (p. 44).

3Dans le deuxième chapitre, la chercheuse rétablit la portée de la théorie de l’énonciation dans l’œuvre de Damourette et Pichon, qui sont d’ailleurs les inventeurs du terme linguistique « locuteur » (p. 119) : leur méthode s’inscrit en fait dans une perspective sociolinguistique qui classifie les locuteurs et répertorie les usages.

4Le troisième chapitre démontre enfin que l’originalité de ce couple est ailleurs : optant pour une perspective « avant tout idiomatique » (p. 115), les deux grammairiens confèrent une dimension idéologique à leur projet car, selon eux, seuls des locuteurs unilingues sont en mesure « d’exercer leur sentiment linguistique sur le discours des autres locuteurs, auxquels [ils] se trouv[ent] lié[s] par l’appartenance à une communauté linguistique » (p. 117). Ainsi, le locuteur de Damourette et Pichon n’existe-t-il que relativement à un idiome, et plus précisément à un inconscient linguistique national que son discours contiendrait en puissance.

  • 2 Mode de classification intuitive des substantifs en relation au genre et au sexe.
  • 3 Tendance des mots homophones à se confondre en une seule unité.

5Pour montrer l’articulation entre l’individuel et le collectif, entre discours et inconscient collectif national, Valelia Muni Toke choisit bien à propos deux exemples : la sexuisemblance2 et la sysémie homophonique3. Ainsi, la répartition de la sexuisemblance entre masculin et féminin, est le reflet de l’imagination nationale du peuple français et crée, d’après Damourette et Pichon, une « opposition entre dynamique et passif » (p. 205), qui révèle sans aucun doute la façon dont le locuteur français envisage le monde ; cependant Valelia Muni Toke prend ses distances par rapport à cette taxinomie, la jugeant parfois discutable et souvent contradictoire. Dans le cas du deuxième exemple d’articulation entre l’individuel et le collectif, les deux grammairiens soulignent la loi naturelle de la sysémie homophonique, suivant laquelle les sens des vocables homophones ont tendance à se confondre pour créer une idée nouvelle plus générale, la forme phonique étant le « corps mémoriel du mot » (p. 226).

6Cette étude se clôt enfin sur de longs annexes concernant les auteurs et ouvrages cités dans L’Essai de grammaire de la langue française, et par la transcription intégrale des manuscrits cités dans l’argumentation et tirés de la correspondance Tesnière-Pichon et Tesnière-Damourette.

  • 4 Faisceaux de traits sémantiques minimaux.

7Outre la qualité de l’argumentation, le grand mérite de cet ouvrage - qui est la première monographie consacrée à ces deux grammairiens - est celui d’avoir pris en compte la dimension idéologique de L’Essai de grammaire de la langue française : d’une part Valelia Muni Toke révèle que la théorisation de Damourette et Pichon s’appuie sur une nouvelle catégorie de référence pour les exemples, à savoir la bourgeoisie francienne, et qu’elle se base sur les sémèmes4 ainsi que sur les idées grammaticales ; d’autre part la chercheuse démontre que les deux grammairiens, tout en justifiant leur projet apologétique de la langue française par la situation de danger dans laquelle elle se trouverait (p. 125), favorisent la « vitalité de l’idiome » (p. 213) et, entre autres, la créativité lexicale, pour défendre la nation d’un point de vue linguistique.

8Dans cet ouvrage dense et serré, Valelia Muni Toke réussit donc bien à démontrer l’originalité théorique de Damourette et Pichon qui tient surtout à leur maurrassisme, et qui se révèle notamment dans l’assimilation de la communauté linguistique à la nation.

Haut de page

Notes

1 Sous la direction de Michel Arrivé et soutenue à l’université de Paris X–Nanterre.

2 Mode de classification intuitive des substantifs en relation au genre et au sexe.

3 Tendance des mots homophones à se confondre en une seule unité.

4 Faisceaux de traits sémantiques minimaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rossana Curreri, « Valelia Muni Toke, La grammaire nationale selon Damourette et Pichon. 1911-1939 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 février 2014, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13764

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page