Navigation – Plan du site

Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques, XIXe-XXIe siècle

Anne Stelmes
Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle)
Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle), Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2013, 274 p., ISBN : 978-2-7535-2776-8.
Haut de page

Texte intégral

1Ce recueil d’articles est issu des travaux réalisés à l’occasion du colloque intitulé « genre et techniques » organisé en deux temps. La première rencontre a eu lieu à Besançon, à l’Université de Franche-Comté, les 10 et 11 mai 2012. La seconde s’est déroulée à Nancy, sur le campus lettres et sciences humaines de l’Université de Lorraine, les 10 et 11 septembre 2012.

  • 1 Schwartz Cowan R., « The Industrial Revolution in the Home : Household Technology and Social Change (...)

2L’ouvrage a pour ambition de remettre en question le stéréotype bien ancré qui relie systématiquement technique et masculinité. L’objectif de ces deux rencontres était donc de combler un manque de l’historiographie francophone qui a encore peu analysé la question de la technique sous le prisme des questions de genre, pourtant largement étudiées dans la littérature anglo-saxonne. Cette approche tente de renouveler les études historiques et sociologiques nées dans les années 1970 et 19801 sur les femmes au travail, en mettant en exergue la domination masculine. Questionner la technique offre une approche supplémentaire à cette problématique du genre, tant féminin que masculin.

  • 2 Cockburn C., “The Material of Male Power” in D. MacKenzie et J. Wajcman (dir.), The Social Shaping (...)
  • 3 Gardey D., Löwy I., “Pour en finir avec la nature”, in D. Gardey et I. Löwi (dir.), L’invention du (...)

3Le concept de genre déployé dans ces actes se nourrit donc de travaux anglo-saxons2 aussi bien que francophones3, dont les angles respectifs diffèrent quelque peu. Toutefois, ces deux traditions décrivent des rapports entre les genres asymétriques et défavorables pour les femmes, au sein desquels le « rôle » social de chacun se détermine à travers des inégalités de toutes sortes (salaires, statuts, etc.) et des enjeux de pouvoirs. Ainsi, les recherches historiques développées ici cherchent à démontrer comment les capacités accordées au corps féminin se sont vues limitées au cours du XIXe et du XXe siècle par une vision naturaliste, qui a assigné au masculin les tâches techniques lourdes et exigeant de la dextérité, alors que le cadre éducatif et familial s’est chargé de relayer cette perception dans la sphère privée.

  • 4 Leroi-Gourhan André, Évolution et techniques. L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943.
  • 5 Haudricourt André-Georges, La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie de (...)
  • 6 Gille Bertand, Histoire des Techniques, Paris, Encyclopédie de la Pléiade, 1978. Pour Gille, le sys (...)

4Le concept de technique4 est, quant à lui, analysé dans cet ouvrage sur la base d’une riche historiographie française5, qui l’envisage comme une action finalisée et efficace, issue d’une tradition et inscrite dans la transmission de celle-ci. Cette action est pensée, suivie d’un acte réfléchi et entraine un mouvement mécanique. Cela forme un ensemble qui comprend le geste, l’intellect et la machine. En découle la définition du système technique de Gille6, que les contributions réfléchissent dans le contexte social au sein duquel se construit la question du genre. Les études de cet ouvrage décrivent, au cours des deux siècles passés un univers où l’homme est considéré comme le seul apte à maîtriser les subtilités des outils, s’élevant vers une culture technique, tandis que la femme, habitée « par sa nature », est destinée à s’en tenir aux tâches ménagères.

5De la sorte, les auteurs étudient la problématique des techniques affectées par la construction du genre suivant quatre thématiques : la formation, la médecine, le travail et enfin, dans la quatrième partie de l’ouvrage, assez hétérogène, les thèmes de la vie quotidienne et des médias.

  • 7 Ce qui nous renvoie à un précédent ouvrage édité aux Presses universitaires de Rennes qui analysait (...)

6À travers ces seize articles, on voit combien la place du corps7 de la femme, considérée comme faible, a pu et continue à orienter la vie et la carrière des filles et des garçons. Par exemple, Marianne Thivend (p. 25-38) montre comment les tâches délicates, dévolues aux femmes, sont les seules dans lesquelles elles pourront trouver une reconnaissance. En outre, la recherche de Julie Thomas (p. 101-114) explique que lorsqu’une femme ambitionne d’occuper une fonction dite « masculine », elle a tendance, consciemment ou pas, à adopter un comportement plus agressif, une tenue et un maintien qui camouflent ses caractéristiques morphologiques féminines.

7Ce qui nous interpelle également est le constat que font certains auteurs,comme par exemple Mikaël Duarte,(p. 181-203) de la perte en autonomie de la femme au fur et à mesure de la mécanisation des machines et de l’industrialisation de la production. Dans le contexte d’une économie artisanale, d’une agriculture encore peu technicisée, telle que décrite par Sylvain Brunier (p. 85-100) ou d’une médecine plus humaine, comme celle évoquée par Etienne Thévenin (p. 115-126), les femmes trouvaient et jouaient un rôle organisationnel moteur. Cependant, à mesure qu’évolue la technique, les femmes sont reléguées aux travaux ménagers, sous prétexte de faiblesse, et sont ainsi écartées du monde du travail et de l’industrie, perdant cruellement de leur indépendance.

  • 8 Despret, Vinciane et Stengers, Isabelle, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée (...)

8On peut enfin regretter et s’étonner de trouver en postface l’énumération des sujets de recherche qui n’ont pas, ou trop peu, été évoqués dans le présent ouvrage, ce qui nous donne l’impression que les directeurs de cette publication n’ont pas réussi à faire aboutir les ambitions annoncées dans la préface. En outre, ces derniers déplorent l’aspect «quelque peu misérabiliste » (postface, p. 270) d’une grande majorité des articles qui, en somme, ne rendent pas assez compte d’une théorie des grandes femmes, qui ferait donc la part belle à la théorie des grands hommes, selon laquelle ce sont de fortes personnalités, majoritairement masculines, qui sont à l’origine des événements majeurs (techniques, politiques, sociaux) qui jalonnent l’histoire. Nous préfèrons au contraire donner en exemple l’approche d’Isabelle Stengers et Vinciane Despret8, qui affirment l’intérêt de comportements dit « féminins » qui dépassent et ne cherchent pas à imiter les caractères dits « masculins». En fin de compte, l’ouvrage reste descriptif, alors qu’il pourrait encore davantage critiquer la construction des genres tels que notre société contemporaine l’a bâtie et fondée à travers une approche de la technique dominante et opprimante.

Haut de page

Notes

1 Schwartz Cowan R., « The Industrial Revolution in the Home : Household Technology and Social Change in the 20th Century », Technology and culture, 17, 1976, p. 1-24 ; Trescott M. (dir.), Dynamos and Virgins Revisited : Women and Technological Change in History, New Jersey, Scarecrow Press, 1979.

2 Cockburn C., “The Material of Male Power” in D. MacKenzie et J. Wajcman (dir.), The Social Shaping of Technology, Philadelphia, Open University Press, 1999, p. 17-198 ; A. Oakley, Sex, Gender and Society, Londres, Temple Smith Editions, 1972.

3 Gardey D., Löwy I., “Pour en finir avec la nature”, in D. Gardey et I. Löwi (dir.), L’invention du naturel. Les sciences et la fabrication du feminine et du masculin, Paris, EAC, 2000, p.1-28. ou Laqueur Th., La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992.

4 Leroi-Gourhan André, Évolution et techniques. L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943.

5 Haudricourt André-Georges, La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, MSH, 1987, p. 45 ou Mauss Marcel, Techniques, technologie et civilisation, Paris, PUF, coll. Quadrige, 2012.

6 Gille Bertand, Histoire des Techniques, Paris, Encyclopédie de la Pléiade, 1978. Pour Gille, le système technique est un ensemble de cohérences qui se tissent à une époque donnée entre différentes techniques et qui constituent un stade plus ou moins durable de l’évolution des techniques.

7 Ce qui nous renvoie à un précédent ouvrage édité aux Presses universitaires de Rennes qui analysait le rapport du corps à la technique et où la place de la femme était déjà questionné, de manière moins directe. Voir Guignard Laurence, Raggi Pascal et Thevenin Etienne (dir), Corps et machines à l’âge industriel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. http://lectures.revues.org/6860.

8 Despret, Vinciane et Stengers, Isabelle, Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?, Paris, La Découverte / Les Empêcheurs de penser en rond, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Stelmes, « Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques, XIXe-XXIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 février 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13773

Haut de page

Rédacteur

Anne Stelmes

Responsable scientifique - Maison de la Métallurgie et de l’Industrie de Liège - Musée d’histoire technique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page