Navigation – Plan du site

« Statuts sociaux », Annales, n° 4, Oct.-déc. 2013

Hélène Rougier
Statuts sociaux
« Statuts sociaux », Annales, n° 4, Oct.-déc. 2013, Paris, Armand Colin, EHESS, ISBN : 978-2-2009-2831-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume des Annales aborde la question des statuts sociaux selon deux thèmes, stratifications et identités, qui ne sont pas exclusifs l’un de l’autre comme le montrent les articles eux-mêmes. Après une brève historiographie sur les concepts utilisés pour la classification sociale, l’introduction vante l’efficacité de la notion de « statuts sociaux » d’un point de vue épistémologique pour la science historique, ce qu’illustrent les articles suivants.

2Le premier article relatif à la partie « Stratifications » est celui de Julien Zurbach, qui met en relief la façon dont les statuts sociaux prennent part à la formation des cités grecques archaïques. Son approche concerne avant tout les statuts juridiques de la main-d’œuvre, donc les différents modes d’asservissements, dont il relie l’évolution aux transformations des modes d’exploitations de la terre, à l’introduction de la monnaie métallique pesée, aux crises politiques qui conduisent à des redéfinitions statutaires. L’aspect de l’identité civique est abordé en fin d’article à travers le problème des distributions foncières et de la répartition des ressources alimentaires de la cité. Le statut dont il est question dans cet article est avant tout juridique.

  • 1 Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, (...)

3Nicolas Tran quant à lui s’attaque aux différents statuts sociaux présents au sein des catégories juridiques des affranchis et des esclaves, dans le milieu portuaire. Les statuts sociaux ne recouvrent pas les statuts juridiques. Les esclaves n’ont par exemple pas tous le même statut social ; il distingue notamment les esclaves de confiance des travailleurs de peine. L’intérêt de l’espace portuaire est la diversité et la spécialisation des activités, ainsi que la nature même des échanges économiques sur de longues distances, rendant nécessaire pour les patrons et maîtres l’envoi d’affranchis et d’esclaves loin d’eux. Pour son étude, N. Tran utilise notamment la notion de statut de travail élaborée par Jean Andreau, en mettant l’accent surtout sur les gradients d’autonomie. Le statut de travail est également au cœur de l’article d’E. Anheim. Ce dernier revient sur une publication de 2009 de Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée1. Cet ouvrage cherche à comprendre comment l’idée d’une tripartition maître-valet-apprenti s’est imposée dans l’historiographie française depuis le XIXsiècle jusqu’à aujourd’hui comme base institutionnelle de l’organisation artisanale au Moyen Âge dans le contexte d’un XIIIsiècle perçu comme harmonieux, par opposition au XIVsiècle, qui serait période de crise. P. Bernardi choisit alors, non pas de proposer un modèle général alternatif mais de s’intéresser à une documentation relevant de la pratique et non de la norme, et hors de Paris, en Provence, contrairement aux habitudes historiographiques précédentes. Son étude du vocabulaire concret du monde du travail le conduit à y voir en fait de nombreuses bipartitions à travers des couples de termes qui s’opposent. Il apparaît ainsi que la dimension relationnelle des statuts est primordiale, d’où leur diversité et leur enchevêtrement. Pour en avoir les détails, reste donc à aller lire l’ouvrage de Philippe Bernardi.

4L’article de Thomas Amossé clôt la partie « Stratifications » en s’intéressant aux coulisses d’une classification a priori bien connue, celle de la nomenclature socio-professionnelle. Il rend compte de la difficulté de prendre en compte les évolutions à la fois sociales et juridiques pour la définition de catégories statistiques pertinentes. L’histoire de la construction de ces catégories socio-professionnelles à partir de 1949 met bien en valeur les enjeux sociaux et politiques variables selon les époques, les problèmes méthodologiques, par exemple dans le choix du vocabulaire : doit-on utiliser les mots courants, considérant ainsi que les groupes sociaux existent et se nomment d’eux-mêmes par des termes dont le statisticien fait l’inventaire, ou bien des catégories complètement construites par les statisticiens ? T. Amossé retrace donc les différentes étapes, depuis une approche très empirique de la construction des catégories sociales, jusqu’à une ouverture aux théories sociologiques comme celles de Bourdieu ou plus tard de L. Boltanski et L. Thevenot, ainsi que l’introduction dans le débat d’autres acteurs, notamment dans le domaine de l’emploi.

5Trois articles sont ensuite regroupés sous le thème « Identités », ce qui est une manière parmi d’autres d’aborder les statuts sociaux en mettant l’accent sur ce qui fait la cohésion de groupe et le sentiment d’appartenance à ce dernier. La définition des élites et les stratégies liées aux maintiens de position au Haut Moyen Âge sont très bien analysées par F. Bougard, G. Bührer-Thierry et Régine Le Jan. La classification juridique à cette époque n’est pas aussi détaillée que ne le font apparaître les périodes antiques. La distinction juridique entre libres et non-libres est la seule réellement reconnue par la loi. L’identité sociale du groupe élitaire est alors déclinée en plusieurs dimensions : la hiérarchie sociale, la reconnaissance (par les pairs, par les hors-groupes, et par les autorités légitimantes), la stratégie, la distinction et la conscience de groupe. Les critères mobilisés comme le corps, les vêtements et la coiffure, le mode de vie ostentatoire, le contrôle de l’espace et la transmission du patrimoine mêlent tous étroitement classification sociale et identité. Ceci permet aux auteurs, après une délimitation générale des élites dans l’occident médiéval, de distinguer plusieurs niveaux d’élite. Le dernier paragraphe est une ouverture, sur le thème de la mobilité sociale à partir des crises comme moments privilégiés de l’étude des changements structurels de la société et donc des repositionnements de certains individus et recompositions de groupes. Le thème de l’article est finalement vaste et incite à aller chercher les détails des mécanismes mis au jour.

6Le texte suivant de C. Judde de Larivière et R.M. Salzberg allie définition et identité plutôt vers le bas de la hiérarchie. Il concerne en effet le popolo de Venise et en particulier les « conditions de son existence sociale et juridique » dans une des villes les plus riches et les plus peuplées à la fin du Moyen Âge. Les nombreuses études menées sur ce popolo n’ont pas réussi à identifier des statuts légaux particuliers. La définition du popolo est donc d’abord négative : il s’agit de ceux qui n’ont pas de droits politiques, pas de privilèges économiques ni de patronymes. Les auteurs émettent ainsi une distinction intéressante : le statut des membres du popolo était déterminé par rapport aux patriciens et leur position de « dominés » pouvait en cela être un point commun partagé par tous. Toutefois, dans la vie de tous les jours ils n’avaient pas affaire à ces membres de l’élite. Leur identité dépendait alors bien plus du contexte quotidien que de leur rapport aux patriciens. Plusieurs espaces d’exercice de leur condition de popolani sont repérés et sont autant d’éléments qui les identifient au sein du popolo : la justice, le métier et la guilde. Cette dernière a même la capacité de construire des catégories sociales qui dépassent les métiers. Cet aspect illustre d’ailleurs les préoccupations mises en avant par T. Amossé sur la possibilité pour le scientifique de reprendre à son compte les catégories des acteurs étudiés, ici celles créées par les guildes. Ces dernières, ainsi que les scuole, les paroisses et le voisinage étaient autant de lieux permettant de rassembler les popolani. Les espaces et événements quotidiens ou exceptionnels permettent aux individus de partager, de communiquer, et potentiellement de leur donner un sentiment d’appartenance à un même groupe.

  • 2 C. Duhamelle, La frontière au village. Une identité catholique au temps des Lumières, Paris, EHESS, (...)

7Enfin D. Julia synthétise un ouvrage de 2010 de C. Duhamelle2 sur les identités religieuses dans l’Allemagne du XVIIIsiècle. Ce dernier article est un peu à part dans la mesure où il ne s’intéresse qu’à l’aspect religieux des identités. On y ressent parfaitement les mécanismes de l’identité et de la reconnaissance collective, et comment les confessions religieuses peuvent être des moteurs de divisions d’une part et de cohésion d’autre part. Toutefois nous n’avons pas, contrairement aux autres articles, de réflexion sur la hiérarchie sociale en lien avec ces identités.

8L’ensemble de l’ouvrage montre à la fois la richesse et la complexité de la notion de « statut social ». Sa souplesse est à la fois son point fort et sa faiblesse. Il apparaît que l’utilité du concept de « statuts sociaux », par la recherche des nuances qu’elle permet, est d’autant plus grande qu’elle n’est pas une fin en soi mais sert de support à la compréhension d’autres phénomènes. J. Zurbach s’en sert pour l’étude de la naissance des cités archaïques, N. Tran ou É. Anheim peuvent ainsi mieux comprendre l’organisation et la structure du travail, et trois autres interventions ont étroitement lié statuts sociaux et identités, que ce soit au sommet de la hiérarchie ou vers les catégories plus modestes. L’intérêt de relier ces deux notions de statuts et d’identités est également méthodologique : la notion de statut social conduirait presque à individualiser les classifications sociales car elle pousse à chercher la diversité ; au contraire la notion d’identité conduit à trouver des groupes cohérents, voir ce qui les rassemble. Avoir ces deux notions à l’esprit permet d’éviter l’écueil schématique et trop généraliste du concept d’identité et celui au contraire trop fragmentaire du concept de statut social.

9Ce volume des Annales est enfin un outil d’actualité bibliographique grâce à ses comptes-rendus finaux d’ouvrages récents.

Haut de page

Notes

1 Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, CNRS/Université de Toulouse Le Mirail, 2009.

2 C. Duhamelle, La frontière au village. Une identité catholique au temps des Lumières, Paris, EHESS, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rougier, « « Statuts sociaux », Annales, n° 4, Oct.-déc. 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 février 2014, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13780

Haut de page

Rédacteur

Hélène Rougier

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée d’histoire, actuellement en doctorat à l’Université d’Aix-Marseille, en histoire antique

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page