Navigation – Plan du site

Chloé Langeard, Les intermittents en scènes. Travail, action collective et engagement individuel

Francesca Quercia
Les intermittents en scènes
Chloé Langeard, Les intermittents en scènes. Travail, action collective et engagement individuel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, 325 p., ISBN : 978-2-7535-2213-8.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1980 et de manière récurrente, plusieurs tentatives de remise en cause du régime des intermittents du spectacle se sont succédées, suscitant chaque fois la mobilisation des travailleurs du secteur artistique. Avec la crise de 2003, le conflit s’est radicalisé pour ensuite s’épuiser de nouveau, suite à l’échec de différents essais de montée en généralité et d’élargissement de la mobilisation à d’autres catégories socioprofessionnelles. La cause de cet essoufflement réside, en grande partie, dans l’ambivalence qui caractérise ce mouvement. Les intermittents revendiquent à la fois la défense d’un système d’emploi hyperflexible tout en s’opposant aux logiques néo-libérales, l’élargissement de leur lutte à d’autres travailleurs précaires tout en soulignant leur singularité, et l’autonomie de leur acte créateur tout en demandant la protection de l’État. Comment comprendre cette profonde ambivalence ?

2Pour saisir ce phénomène, Chloé Langeard propose de revenir sur l’analyse du régime d’indemnisation spécifique qui caractérise ces salariés. Loin de se réduire à une étiquette administrative, ce régime a en effet une influence importante sur les identités individuelle et collective des intermittents et il est au fondement d’un long conflit social, dont la crise de 2003 constitue un des moments les plus intenses. L’auteur invite donc à saisir l’« expérience » (p. 12) des intermittents du spectacle afin de mettre en évidence une série d’« épreuves » communes, en se penchant sur l’analyse de trois dimensions : le travail, l’action collective et l’engagement individuel. L’ouvrage présente les résultats d’une enquête de terrain, fondée sur une quarantaine d’entretiens individuels approfondis et sur l’observation participante.

3Dans la première partie, l’analyse se concentre sur le travail des intermittents, en questionnant à la fois leurs pratiques et le sens qu’ils accordent à leur travail. La chercheuse commence par interroger la catégorie administrative des intermittents du spectacle. Ces derniers constituent un groupe professionnel hétérogène mais cohérent, dans la mesure où ils sont confrontés à des expériences professionnelles spécifiques et à un processus de professionnalisation atypique, empreint d’incertitude. Leur expérience professionnelle est caractérisée par un certain nombre de contradictions. D’une part, ils se réfèrent largement au « modèle du créateur » artistique et leur éthique professionnelle tourne autour des valeurs de liberté, de transgression, de singularité, d’authenticité et d’engagement moral. D’autre part, ils se confrontent à une extrême précarité et aux incertitudes du marché du travail, qui les obligent à développer sans cesse un certain nombre de ressources et de compétences individuelles (autonomie, flexibilité, connexion), afin de réduire les coûts identitaires et économiques liés à ces risques (exclusion du marché du travail, déclassement, isolement, perte des repères d’identification professionnelle). Si ces ressources sont moins présentées comme une nécessité que comme des moyens pour atteindre leur propre épanouissement à travers le travail, elles ne constituent pas pour autant la garantie d’une protection stable contre la précarité, car les trajectoires professionnelles de ces travailleurs dépendent aussi de facteurs structurels.

4Dans ce contexte, le régime d’indemnisation joue un rôle central pour ces professionnels, car il agit comme un « support » individuel et collectif qui prend valeur de statut en ce qu’il vient apaiser leur expérience de travail, atténuer les contradictions entre le désir de liberté et d’autonomie et le désir de sécurité et de protection. Les intermittents se réapproprient des règles du régime de l’intermittence et ils trouvent dans ce dispositif une sorte de compromis identitaire. C’est pourquoi la remise en cause récurrente de ce régime déclenche, chaque fois, d’importantes mobilisations.

  • 1 Avec la notion de « régime de justification », la chercheuse fait référence au modèle proposé par B (...)
  • 2 Dans l’ouvrage, la référence à la critique artiste et à la critique sociale proposées par Boltanski (...)

5C’est dans la deuxième partie de l’ouvrage que Chloé Langeard se penche sur l’action collective des intermittents du spectacle et, plus particulièrement, sur le mouvement social de 2003. Elle analyse la naissance des collectifs de lutte et leurs différents « régimes de justification »1 (p. 146). Pendant l’été 2003, ces collectifs revendiquaient la défense d’un régime d’exception pour une culture d’exception. En affirmant la nécessité de protéger la culture contre la mondialisation et sa marchandisation, les intermittents du spectacle dénonçaient l’abandon de l’État, le seul à pouvoir contrer les règles du marché. Dans une première phase de mobilisation, ce registre de justification, que la chercheuse appelle « la critique artiste »2, a permis aux acteurs mobilisés de s’allier aux enseignants, aux chercheurs et aux altermondialistes. Suite aux démobilisations de l’été 2003, les collectifs de lutte se sont concentrés sur la défense d’un régime exemplaire pour des droits sociaux exemplaires. Ce deuxième registre de justification, que la chercheuse appelle « la critique sociale » permet au mouvement de s’allier à d’autres catégories socioprofessionnelles précaires. Selon cette deuxième critique, l’intermittent est érigé en travailleur salarié dans un monde du travail marqué par la précarité et le régime d’intermittent devient un « statut » exemplaire pour l’ensemble des salariés à l’emploi discontinu.

6Cependant, ces deux tentatives de politisation et de montée en généralité de la lutte s’épuisent et l’association de ces deux critiques repose sur un compromis extrêmement fragile. Une tension très forte semble apparaître entre les intermittents et les autres groupes professionnels. D’une part, les intermittents ne cessent pas de mettre en avant leur singularité et adhèrent à un ethos artiste, selon lequel la précarité est considérée comme consubstantielle à leur mode de vie. D’autre part, les autres groupes professionnels vivent leur condition de précarité sur le mode de l’exclusion sociale.

7La troisième partie de l’ouvrage, plus transversale, est consacrée à l’engagement individuel des intermittents du spectacle. Elle vise à analyser l’expérience vécue par les individus engagés ainsi que leur rapport au collectif et à soi. Le principal résultat de cette partie peut être résumé dans la phrase suivante : « l’engagement s’éprouve autant qu’il éprouve » (p. 282). Il s’éprouve parce qu’il permet à l’intermittent d’entretenir un nouveau rapport au monde, il concourt au développement de ses potentialités personnelles, il lui permet d’accéder à une communauté professionnelle et de nouer des relations « authentiques ». Mais l’engagement éprouve et peut aller jusqu’à « vider » le militant « au niveau physique, psychologique ou encore émotionnel » (p. 290), s’il devient totalisant pour l’individu.

8En conclusion, les intermittents du spectacle peuvent apparaître comme une figure exemplaire du « nouveau travailleur », flexible, inventif, autonome et responsable de sa propre trajectoire professionnelle. Non seulement ils ne remettent jamais en cause ces caractéristiques de leur travail, mais ils revendiquent toujours davantage de liberté et d’autonomie. Cependant, cette figure emblématique du nouveau travailleur ne peut se comprendre qu’au regard du rapport que ces travailleurs entretiennent avec leur régime d’indemnisation. Ce régime constitue pour eux un véritable compromis identitaire, qui leur garantit à la fois une certaine marge de liberté et d’autonomie et une importante protection collective contre la précarité. Toute remise en question de ce régime représente donc pour eux une véritable atteinte à leur équilibre identitaire. Cette tentative des intermittents de jongler entre valeurs opposées (autonomie de l’artiste vs protection de l’État providence, liberté vs égalité) sur reflétait aussi sur leurs registres de mobilisation, toujours ambivalents, ce qui a empêché une réelle montée en généralité du mouvement de 2003.

9Cependant, au-delà de cet échec, l’analyse de l’expérience ambivalente et plurielle des intermittents du spectacle révèle des épreuves qui dépassent largement ce groupe professionnel, car « elle renseigne, de manière plus générale, sur la construction de l’individualité dans notre société contemporaine » (p. 304).

10Cet ouvrage est très intéressant dans la mesure où, contrairement à d’autres travaux, il analyse la population des intermittents du spectacle dans son ensemble, sans se concentrer sur une sous-catégorie particulière (comédiens, cinéastes, artistes, techniciens etc.). Cette approche est pertinente car, au-delà de leurs différents emplois, les intermittents vivent une relation au travail commune et souvent les frontières entre techniciens et artistes ne sont pas nettes (il y a beaucoup d’intermittents qui sont à la fois techniciens et artistes).

11Une majeure précision dans la définition de la notion d’« identité » individuelle et collective aurait été la bienvenue, ainsi que des notions d’« individualisme » et d’« individualité ». On aurait apprécié aussi plus d’informations sur les trajectoires et les propriétés sociales des enquêtés. Si l’auteur se concentre, en effet, sur les formes d’engagement synchroniques, une analyse de type diachronique aurait pu rendre l’ouvrage plus complet.

Haut de page

Notes

1 Avec la notion de « régime de justification », la chercheuse fait référence au modèle proposé par Boltanski et Thévenot. Cette notion renvoie à un ensemble de critiques ou de justifications prétendant à une validité générale que les acteurs mettent en œuvre dans les moments de disputes, de conflits et de controverses publiques. Cf. Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1999.

2 Dans l’ouvrage, la référence à la critique artiste et à la critique sociale proposées par Boltanski et Chiapello est explicite. Cf. Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Quercia, « Chloé Langeard, Les intermittents en scènes. Travail, action collective et engagement individuel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 mars 2014, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13824

Haut de page

Rédacteur

Francesca Quercia

Doctorante en Sociologie Politique auprès du laboratoire Max Weber de Lyon, sa thèse porte sur les projets de théâtre participatif dans les quartiers populaires, au prisme d’une comparaison franco-italienne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page