Navigation – Plan du site

Jonathan H. Turner, Contemporary Sociological Theory

Marc Loriol
Contemporary Sociological Theory
Jonathan H. Turner, Contemporary Sociological Theory, Sage, 2013, 768 p., EAN : 9781452203454.
Haut de page

Texte intégral

1Jonathan H. Turner, professeur de sociologie à l’université de Californie, a développé, en une quarantaine d’ouvrages depuis 1972, un volumineux travail de théorisation et de conceptualisation de la connaissance sociologique. Pour lui, une théorie sociologique doit pouvoir expliquer les comportements humains, les interactions ou les formes d’organisation à partir de propositions causales générales et indépendantes des contextes sociaux ou économiques. La sociologie ne doit donc pas être différente des sciences naturelles, tout en évitant de naturaliser ou de généraliser abusivement des constats empiriques particuliers. Par exemple, postuler que « l’industrialisation conduit à un recul de l’illettrisme » ne peut être considéré comme une proposition théorique car cela met en relation deux phénomènes qui n’ont rien d’universel dans la longue histoire humaine. Ce n’est donc que par un haut niveau d’abstraction, c’est-à-dire le recours à des concepts capables de rendre compte de tous les types de sociétés, que l’on peut parvenir, selon Jonathan H. Turner, à la production de véritables schèmes théoriques. Armé de cette grille d’analyse particulière, il se propose de revenir sur les sept grands courants qui selon lui traversent la théorie sociologique contemporaine pour, à chaque fois, en dégager par abstraction et généralisation quelques propositions de base. En ne retenant que les auteurs ayant, dans chacune des traditions, le plus formalisé leurs analyses, ou au besoin en poussant l’abstraction plus loin que les auteurs concernés, il vise à rédiger des schémas graphiques ou des listes d’hypothèses ou de propositions synthétisant les principales approches. Pour chacun des axes étudiés, un rappel sur les auteurs fondateurs est suivi de présentations d’auteurs plus contemporains.

2Le premier axe théorique exploré est le fonctionnalisme, dont l’une des principales limites est, pour Jonathan H. Turner, le risque téléologique d’expliquer les fonctionnements observés par les fins qu’ils sont sensés satisfaire. Selon lui, remettre au cœur de l’analyse la notion de sélection naturelle, telle qu’elle est héritée des travaux de Spencer et Darwin, doit permettre de trouver des principes explicatifs causaux plus rigoureux en postulant, par exemple, que la croissance de la population pousse les acteurs à la diversification et la spécialisation des fonctions sociales et productives.

3Cela le conduit au deuxième axe théorique, l’évolutionnisme et les théories écologiques, dans lequel il place pêle-mêle les travaux fondés sur l’analogie entre les sociétés et les organismes vivants, la sociobiologie, les théories de l’évolution ou les études d’écologie sociale. Outre le fait que seules les données qui semblent conforter ces approches sont évoquées, le rapprochement entre des auteurs qui ne prennent le vivant que comme une simple métaphore du social et d’autres qui en font le principe agissant principal (comme le capital génétique) nous semble discutable.

4Le troisième axe regroupe les théories du conflit comme moteur du social, de Marx et Simmel aux théorisations plus récentes comme celle de Randall Collins sur les cultures de classe, les contrôles organisationnels, les fonctions idéologiques de l’État, ou la géopolitique. La capacité des acteurs de classe ou politiques à mobiliser différentes ressources, la répartition et le niveau de concentration de ces ressources, le niveau et les moyens de communication, la taille et la répartition des populations sont les principales variables mises en avant pour expliquer ces dynamiques conflictuelles.

5L’importance accordée par Randall Collins aux rituels d’interaction comme moyens de réguler les émotions liées aux conflits permet de faire la transition avec les théories interactionnistes, quatrième axe exploré par l’auteur. Après avoir rappelé l’importance des travaux de Mead sur le soi et les rôles sociaux, Jonathan H. Turner résume l’apport interactionniste à la prise en compte – à côté des approches fonctionnalistes sur la prescription de rôle et la prise de rôle (ou de statut) – de la fabrication des rôles (et des statuts) par les acteurs sociaux dans les interactions et le jeu d’attentes réciproques et d’ajustements mutuels entre l’identité pour ego et celle pour autrui. Tout un chapitre est consacré à la métaphore dramaturgique d’Erving Goffman et à ses prolongements, comme les recherches de Peggy Thoits sur le travail de gestion des émotions, afin de les faire correspondre aux exigences normatives. Le chapitre suivant porte sur l’ethnométhodologie (l’ordre social est produit en situation par les participants à une activité qui lui conférant son intelligibilité) et l’analyse conversationnelle (analyse des procédés du parler en interaction qui permettent le maintien et la co-construction en continu de l'organisation sociale). Ces théories apparaissent, aux yeux de Jonathan H. Turner, comme des développements trop spécifiques pour marquer véritablement la sociologie.

6La cinquième partie de l’ouvrage traite des « théories de l’échange », étiquette sous laquelle sont présentés, entre autres, des travaux comme ceux de Mauss sur le don, de Blau sur l’équilibre entre conflits et échanges, les théories du choix rationnel et le dilemme du prisonnier, etc. Au-delà de ces rapprochements discutables, certain travaux intéressants sont exposés comme ceux de Lawler sur l’engagement des individus dans les collectifs et les institutions à travers les échanges émotionnels lors des interactions répétées et favorables à la réalisation de tâches conjointes (dont le succès dépend des efforts coordonnés de plusieurs personnes et dont on ne peut attribuer le mérite à un seul).

7Le sixième axe rassemble les approches structurelles et culturelles dans lesquelles on trouve le structuralisme français, le « constructivisme structuraliste » de Bourdieu, la théorie de la structuration de Giddens, et les théories des réseaux dont les possibilités de mathématisation apparaissent comme très prometteuses à Jonathan H. Turner.

8La dernière partie, plus courte, est consacrée aux théories critiques, que Jonathan H. Turner fait remonter au rejet des Lumières, de la science et de la modernité. Surtout développé en Europe, avec notamment l’école de Francfort et le postmodernisme, ce mouvement a touché tardivement une sociologie américaine plus pragmatique et tournée vers la résolution des « problèmes sociaux ». Mais il aurait fini par s’y installer de façon assez radicale, comme l’illustre la posture de Richard Rorty sur l’absence de réalité extérieure en dehors du langage et des représentations, reprise en sociologie par Richard Harvey Brown qui définit le social comme discours, acte de communication, ou, pour Jonathan H. Turner, par les études de genres ou de discriminations ethniques. Toutefois, en mettant en avant les approches les plus radicales, Jonathan H. Turner, qui ne cache pas son désaccord avec ces travaux, condamne sans doute un peu vite les recherches qui s’intéressent aux interactions entre les représentations et la réalité sociale.

  • 1 Citations traduites par Marc Loriol.

9D’une lecture aride (mais peu ardue, du fait d’un véritable effort de pédagogie et de clarification), l’ouvrage de Jonathan H. Turner et sa démarche d’abstraction et de production de propositions théoriques causales pose question. Certaines approches semblent mises à mal par une épistémologie qui ne leur correspond pas. Elles risquent d’être trahies par la méthode et la mise en forme choisies. C’est notamment le cas des approches interactionnistes, qui se prêtent en fait peu à l’établissement de liens de causalité universels. Les propositions retenues par Jonathan H. Turner peuvent alors sembler être essentiellement des conséquences logiques des concepts et modèles développés (voire de simples tautologies), par exemple : « l’intensité des émotions négatives qui résultent de la non-confirmation par autrui de l’identité d’ego est lié au caractère saillant de cette identité en situation, à l’importance pour ego de ces autruis et au degré de l’écart entre les attentes et les réponses d’autrui »1 (p. 348) ou encore : « plus une personne fait l’expérience d’un statut élevé, plus grande sera sa satisfaction et plus elle appréciera les personnes qui lui ont accordé ce statut » (p. 401).

10Par ailleurs, le haut niveau d’abstraction n’est pas une garantie absolue contre les risques de naturalisation du social ou de généralisation abusive de constats propres à des systèmes sociaux particuliers. Une telle naturalisation nous semble à l’œuvre quand Jonathan H. Turner propose une liste de cinq besoins fondamentaux des acteurs dans toute transaction ou interaction, par exemple le besoin que toute interaction donne lieu, pour l’acteur, à un excédent de ressources obtenues par rapport aux coûts : il n’est pas démontré en quoi ce calcul et cette rationalité émotionnelle peuvent être considérés comme universels ; rien n’est dit sur l’origine des exigences normatives ou des valeurs sociales des différentes formes de ressources. Tout au long du livre, d’ailleurs, l’accent est essentiellement mis sur l’individu comme principe actif et explicatif de base, plutôt que sur les interactions, les dynamiques de groupe ou les institutions.

11Plus généralement, la question de la validation des hypothèses par la confrontation aux données empiriques est peu discutée, en dehors de remarques rapides dans l’introduction. En fait, l’appétence de Jonathan H. Turner pour les approches qui en naturalisant le social ou en le simplifiant (comme dans le modèle d’un homo œconomicus élargi au symbolique), lui donnent un caractère plus prévisible et causaliste comme sa méfiance pour les approches qui introduisent la variabilité culturelle sont la conséquence de son postulat de départ (la sociologie une science comme les autres) et non le fruit une démonstration convaincante.

12Finalement, l’ouvrage présente deux mérites dont le second n’est sans doute pas volontaire : présenter de façon claire et pédagogique un certain nombre d’approches théoriques, dont certaines sont peu connues en France (notamment dans le domaine de la sociologie des émotions) et démontrer, presque par l’absurde, que la sociologie ne peut se résumer à un ensemble articulé de propositions théoriques causales et universelles, que l’on pourraient comparer les unes avec les autres pour en faire ressortir les mérites respectifs.

Haut de page

Notes

1 Citations traduites par Marc Loriol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Jonathan H. Turner, Contemporary Sociological Theory  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13846

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page