Navigation – Plan du site

Benoît Majerus, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle

Julien Bourdais
Parmi les fous
Benoit Majerus, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2013, 305 p., ISBN : 978-2-7535-2180-3.
Haut de page

Texte intégral

1La monographie des deux pavillons de psychiatrie de l’hôpital Brugmann de Bruxelles qu’a réalisé Benoît Majerus s’inscrit dans le renouvellement de l’historiographie et de l’anthropologie médicale, qui entendent donner, depuis une trentaine d’années, une plus grande place aux points de vue des patients, sans pour autant négliger l’asymétrie de pouvoir qui existe entre personnel et usagers au sein des lieux d’hospitalisation, et plus particulièrement en psychiatrie. Les dossiers de patients dans lesquels figurent les notes des infirmières, des médecins et parfois la correspondance personnelle des patients constituent la source principale de cette étude, qui s’ouvre avec la création de « l’Institut » (nom donné aux deux pavillons) en 1931 et se referme quelques années avant la reconstruction des bâtiments, en 1980. L’unité de lieu et la période historique étudiés permettent à l’auteur de faire systématiquement le lien entre son travail de terrain et les nombreuses transformations de la psychiatrie hospitalière sur ce court XXe siècle (succès de la psychiatrie biologique, contestation sociétale, ouverture sur les prises en charge extra hospitalières et internationalisation des classifications diagnostiques).

  • 1 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les Éditions de (...)

2Ce travail, résolument descriptif, restitue l’ensemble des cadres (culturels, juridiques, cliniques et matériels) au sein desquels sont prises les hospitalisations psychiatriques. Le lecteur a régulièrement accès aux dires et aux comportements des différents acteurs (patients, infirmières et médecins). Benoît Majerus vise ainsi à reconstituer la totalité du sens de ces hospitalisations tout en discutant la notion « d’institution totale »1.

3L’expérience de l’hospitalisation est saisie dans le livre par un découpage en six chapitres abordant des thèmes classiques tels que les espaces physiques du service de psychiatrie (chapitre 1) et la composition socio démographique des différents groupes d’acteurs (chapitre 2). L’intérêt de l’étude est de restituer les points de vue des différents groupes au sein de chacun de ces thèmes, ce qui rend particulièrement stimulante la lecture des chapitres suivants : sur les admissions et les sorties (chapitre 3), sur les manières de dire la maladie mentale (chapitre 4) et sur les traitements médicamenteux (chapitre 5). Un dernier chapitre s’ouvre sur une description des dispositifs de prise en charge des troubles psychiques en dehors de l’hôpital, à Bruxelles et en Belgique.

4Les deux pavillons que compte le service de psychiatrie (soit une centaine de lits environ) sont intégrés au plan d’ensemble de l’hôpital Brugmann mais s’en démarquent par un relatif isolement (ils sont situés à l’extrémité nord-est du complexe hospitalier) que redouble des principes d’organisation propres. L’architecture est conçue en fonction de principes thérapeutiques (offrir aux patients un lieu calme et aéré) mais aussi classificatoires. Les patients sont ainsi répartis en fonction de leur mode d’admission (les personnes hospitalisées sans leur consentement dans le pavillon B, les autres dans le pavillon A), de leur dangerosité (les plus agités dans le pavillon B, les plus calmes dans le pavillon A) et de leur sexe (les femmes dans la partie sud, les hommes dans la partie nord de chaque pavillon). La description fine des pratiques quotidiennes des patients, des infirmières et des médecins permet à l’auteur de montrer comment les acteurs s’approprient et transforment ce dispositif de surveillance. Si certains des patients les plus agités du pavillon B (astreints à ne pas quitter leur chambre, selon le règlement) peuvent accéder au jardin, ceux du pavillon A (pourtant entrés librement) ne peuvent, de fait, quitter l’hôpital sans autorisation médicale ; les lits ne sont pas fixés au sol pour faciliter le travail des infirmières... La présentation d’un ordre négocié au sein du service de psychiatrie suppose une grande attention aux détails et cela permet bien souvent au lecteur d’avoir accès au ressenti des différents acteurs.

5Le second chapitre montre que si le nombre des personnes présentes à « l’Institut » augmente au cours de la période, les trois groupes considérés (médecins, infirmières et patients) ne présentent pas le même degré d’homogénéité, les uns par rapport aux autres et d’une période sur l’autre. Si tous sont concernés par le stigmate que constitue la folie, les ressources dont ils disposent pour s’en démarquer ne sont pas égales. La mission de service public que remplit l’Institut l’amène à recruter majoritairement des personnes issues de milieux modestes, dont l’âge moyen augmente au cours de la période. Comme dans l’ensemble des lieux d’hospitalisation psychiatrique en Europe, le nombre de patients réhospitalisés augmente à l’Institut après la Seconde Guerre mondiale ; en revanche, fait singulier, les durées d’hospitalisation ne baissent pas. L’Institut se distingue également par le recrutement de son personnel. À l’inverse de ce qui se passe dans les autres lieux d’hospitalisation psychiatrique en Europe, dès1931, ce sont des infirmières (majoritairement des femmes) et non des gardiens (majoritairement des hommes) qui assurent la prise en charge quotidienne. En outre, Majerus note que la « sensibilité féminine de l’infirmière » est considérée comme le corollaire de l’autorité masculine des médecins. L’association entre qualités féminines et compétences professionnelles des infirmières se décline jusque dans l’organisation de leur vie privée puisqu’elles sont tenues de vivre à l’internat de l’hôpital. Toutefois, si les infirmières occupent une position dominée au sein de « l’Institut », leur travail jouit depuis le début des années 1930 d’une reconnaissance institutionnelle : elles peuvent suivre une spécialisation en « hygiène mentale » à l’hôpital Brugmann. Le recrutement des médecins est plus homogène (socialement, géographiquement, culturellement) puisque ceux-ci viennent pour la plupart de la ville de Bruxelles et ont fait leurs études à l’Université Libre de Bruxelles. En revanche, la reconnaissance de la psychiatrie comme spécialité médicale n’est pleinement acquise qu’à partir des années 1960.

6La présentation des traitements médicamenteux et des registres discursifs mobilisés pour dire la maladie dans le service de psychiatrie est l’occasion pour Benoît Majerus de se démarquer des études qui abordent la médicalisation de la psychiatrie au travers de plusieurs ruptures historiques. L’auteur insiste sur la continuité des usages, le partage d’un répertoire de représentations communes au sein de l’Institut et les mobilisations différenciées qu’en font les individus en fonction de leur statut au sein de l’établissement. Ainsi, l’utilisation plus systématique des neuroleptiques à partir des années 1950 donne lieu à des débats entre médecins et au sein du monde de la recherche mais aussi à de nouvelles pratiques de la part des patients, s’appropriant ou non leur traitement. En outre, ces nouveaux médicaments ne remettent pas en cause l’hétérogénéité des traitements utilisés au sein du service depuis les années 1930. De la même manière, la description fine de la façon dont les patients, les infirmières et les médecins ont recours au terme de « guérison » ou à l’explication des troubles psychiques par des causes sociales (certaines patientes expliquent qu’elles sont ici parce qu’elles n’ont pas été de bonnes mères ; d’autres patients, plus souvent des hommes, parce qu’ils ont été victimes d’une erreur policière…) permet d’approfondir l’étude des enjeux de pouvoir tels qu’ils se formulent au quotidien.

7Enfin, il faut souligner l’intérêt particulier du chapitre portant sur les admissions et les sorties des personnes internées à l’Institut. Jusque dans les années 1970, ces dernières sont en grande majorité hospitalisées sans leur consentement, population pour laquelle il existe un corpus dense de règles médico-administratives. L’étude des situations concrètes d’admission et de sortie de l’Institut révèle que ces moments décisifs dans les trajectoires de soin dépendent moins de l’encadrement règlementaire et législatif que des cultures professionnelles des personnes prenant ces décisions (médecins, policiers, élus municipaux). Ainsi, les différents canaux d’admission prévus par la loi (la police, la famille ou un médecin) sont souvent confondus et, de la même façon, les « sorties à l’essai » se substituent aux trois seules modalités de sorties officiellement prévues (la guérison, la décision judiciaire ou l’intervention de la personne ayant provoqué le placement). L’intérêt de l’approche anthropologique est de dégager trois pistes nouvelles pour appréhender concrètement les admissions et les sorties : l’implication croissante de la famille, la tendance des médecins à écarter les personnes âgées ou présentant des signes d’alcoolisme, et l’importance des réhospitalisations.

8Parmi les fous constitue un travail conséquent qui ouvre des pistes pour renouveler les monographies hospitalières. Il permet également de continuer à penser la façon dont peuvent se faire les liens entre l’étude d’un établissement particulier et une question sociale qui le dépasse. En revanche, on regrette que les développements du dernier chapitre, portant sur l’extra hospitalier, n’aient pas donné lieu à une étude plus approfondie, tant le regard sur les alternatives à l’hospitalisation constitue désormais un enjeu scientifique, politique et social. Sur le plan méthodologique, on regrette également que les sources autres que les archives médicales ne fassent pas l’objet d’une présentation explicite. Cela aurait permis au lecteur de mieux identifier le cadre de la recherche. De la même façon, l’absence de conclusion finale (ou de chapitres) rend l’identification d’un fil conducteur difficile à certains moments. Enfin, si l’outil analytique que constitue le genre est souvent convoqué, il est dommage que ces descriptions ne soient pas discutées à l’aide de travaux désormais classiques dans ce domaine, tant en histoire qu’en sociologie.

Haut de page

Notes

1 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bourdais, « Benoît Majerus, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13850

Haut de page

Rédacteur

Julien Bourdais

Doctorant au Cermès3, Université Paris Descartes, et moniteur à l’ENS de Cachan.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page