Navigation – Plan du site

Irena Salina, Pour l’amour de l’eau

Simon Calla
Pour l'amour de l'eau
Irena Salina, Pour l'amour de l'eau, Paris, Éditions Montparnasse, 2014.
Haut de page

Texte intégral

1Si l’eau est indispensable à la vie, toutes les eaux ne sont pas forcément propices au bien-être des sociétés humaines. Voilà en quelque sorte le paradoxe qui est au cœur de ce documentaire réalisé par Irena Salina.

2Le ton y est résolument militant et le film se termine par un appel aux signatures. Sur le site internet flowthefilm.com, une pétition a même été lancée pour demander à l’ONU d’ajouter un article à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il est envisagé comme tel : « Article 31 : Tout le monde a le droit à une eau saine et accessible, respectant la santé et le bien-être des familles, et personne ne doit être privé de cet accès et de cette qualité à cause de problèmes financiers personnels ».

3Globalement, on comprend donc que la cause défendue par la réalisatrice est celle de l’accès, pour tous, à une eau non nuisible du point de vue sanitaire. Toutefois, cette question est surtout abordée au travers d’une dichotomie entre dominants et dominés qui dénonce les activités des multinationales de l’eau (Nestlé, Suez, Coca-Cola, etc.) et des instances supra-étatiques (FMI, Banque Mondiale, ONU). De fait, c’est à l’indignation morale plutôt qu’à l’étude d’un phénomène social qu’appelle ce documentaire. Si ce film risque de laisser certains chercheurs en sciences sociales sur leur faim, parce que cette posture tend à occulter la complexité de la situation, il a tout de même le mérite de soulever certains enjeux liés à l’eau – ou plutôt aux eaux.

4Le premier enjeu concerne le fait que, dans de nombreuses situations, il est désormais nécessaire de recourir à des dispositifs qui acheminent l’eau auprès des populations. La question de l’accès à l’eau se trouve alors déléguée à d’immenses réseaux d’alimentation mis en place et plus ou moins bien entretenus par des sociétés ne masquant pas la poursuite d’intérêts économiques ; ce qui provoque des situations conflictuelles concernant la propriété de l’eau. Elles peuvent notamment être expliquées par le stockage de l’eau, qui se fait au moyen d’immenses barrages dont la construction a provoqué le déplacement de populations s’étant installées au plus près de cette ressource ; ou encore, parce que cette prise en charge déléguée de l’accès à l’eau contribue à transformer la question de son accès en celle d’un service rémunéré.

  • 1 Sur ce point, on pourra se référer à la réflexion menée par Ulrich Beck sur les « taux limites » en (...)

5Ensuite, le deuxième enjeu qui est évoqué concerne la question de l’accès à une eau qui soit dite « potable » – bien que cette dénomination ne soit qu’extrêmement relative, et qu’elle dépende essentiellement de normes en vigueur ou de la résistance physique et biologique des individus1. En fait, si la majorité des habitants de la planète semble avoir la possibilité d’accéder à un point d’eau, le fort développement de l’agriculture et de l’industrie en a toutefois considérablement amoindri la qualité. On observe alors que l’eau directement puisée à la source, dans une rivière ou dans une nappe phréatique, n’est plus nécessairement propre à la consommation ; et que celle acheminée des barrages aux villages doit très souvent être rendue potable par l’achat de pastilles d’assainissement.

6Dès lors, on comprend que ce sont les habitants des pays les plus pauvres et les moins dotés en dispositifs de prise en charge et de traitement des ressources en eau qui ressentent le plus fortement le poids des enjeux qui y sont liés. Toutefois, ce film montre également que les habitants des pays les plus développés sont, eux aussi, confrontés à des questions problématiques.

7Il s’agit par exemple de la diminution des ressources jugées consommables sans une potentielle prise de risques pour la santé. Car si l’eau est abondamment présente sur notre planète, la proportion qui est contaminée par divers actants pathogènes ne fait qu’augmenter, tandis que son volume global ne change pas. Ainsi, même les individus dont on pourrait penser qu’ils sont les moins susceptibles de rencontrer des problèmes vis-à-vis de l’eau ne restent pas à l’abri de tout un panel de risques. Risques qui ne se trouvent d’ailleurs pas forcément là où on pourrait les attendre et sont le plus souvent d’ordre sanitaire. En effet, si les marques d’eau minérale utilisent l’argument de la pureté d’une eau de montagne claire et directement captée à la source pour vendre leurs produits, cette pureté est bien souvent sujette à caution : dans de très nombreux cas, les analyses montrent que ces eaux peuvent, elles aussi, être nocives pour la santé.

8Personne n’est donc à l’abri de la contamination croissante des ressources en eau. Ni les individus qui consomment telle ou telle marque d’eau minérale, mis en confiances par l’image des sommets enneigés qui figure sur l’étiquette ; ni ceux qui s’abreuvent aux robinets qui alimentent leur foyer ; et encore moins les personnes qui doivent constamment batailler pour trouver l’eau nécessaire à leur vie quotidienne.

9En somme, on retiendra que toutes les sociétés humaines sont confrontées à des problématiques en rapport avec l’eau, dont les enjeux sont liés aux conditions de son accès et/ou à sa qualité ; et puisque chacun de nous risque tôt ou tard d’en subir les conséquences, il convient également d’observer que ces questions essentielles peuvent devenir les vecteurs de conflits sociaux partout sur la planète. Le film en présente certains (en Inde, en Bolivie, en Thaïlande, en Afrique du Sud et aux États-Unis) et de nouveaux ne tarderont pas à poindre. En tant qu’elle est absolument nécessaire à la vie, l’eau se trouve à l’origine des plus belles heures de l’humanité, mais aussi à la source de ses maux les plus intenses.

  • 2 « Anthropologie et Eau(x) », Journal des anthropologues, n° 132-133, MSH, Paris, 2013.

10Enfin, puisque l’eau s’immisce partout, du plus profond du géologique aux confins du biologique en passant par le social, le visionnage de ce documentaire devrait être un appel de plus pour inciter les chercheurs à contribuer au développement d’une anthropologie des eaux2.

  • 3 Latour Bruno, Politiques de la nature, La Découverte, Paris, 2004.

11Il s’agit de ne pas laisser l’étude de cette ressource aux seules sciences naturelles, et dans cette optique, on doit relever que ce documentaire d’Irena Salina constitue un matériau intéressant à analyser. Il présente certaines séquences au fort potentiel heuristique comme par exemple : ce moment où un représentant de Suez en Afrique du Sud se fait interpeller par une militante au sujet de l’installation de compteurs dans un village ; lorsque, durant une manifestation contre l’installation d’une usine d’embouteillement dans sa région, une femme américaine perchée sur une estrade proteste à l’égard du surgissement de puits qui vont changer son « paysage » ; ou encore, quand un Indien se demande « comment peut-on acheter l’eau ? », et qu’il nous renvoie de ce fait à notre supposée modernité3

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, on pourra se référer à la réflexion menée par Ulrich Beck sur les « taux limites » en matière d’évaluation des risques liés à la pollution dans Ulrich Beck, La société du risque, Flammarion, Paris, 2008, p. 116.

2 « Anthropologie et Eau(x) », Journal des anthropologues, n° 132-133, MSH, Paris, 2013.

3 Latour Bruno, Politiques de la nature, La Découverte, Paris, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Calla, « Irena Salina, Pour l’amour de l’eau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13852

Haut de page

Rédacteur

Simon Calla

Doctorant au Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) de l’université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page