Navigation – Plan du site

Landry Ebang, La logique de l’enquête en science sociale. Sortir d’une méthodologie du mimétisme expérimental

Laetitia Ogorzelec-Guinchard
La Logique de l'enquête en science sociale
Landry Ebang, La Logique de l'enquête en science sociale. Sortir d'une méthodologie du mimétisme expérimental, Connaissances et Savoirs, coll. « Sciences humaines et sociales », 2013, 282 p., ISBN : 978-2-7539-0211-4.
Haut de page

Texte intégral

1L’auteur présente cet ouvrage comme un « traité de méthodologie » explicitement adossé à une démarche de philosophie des sciences. Il s’agit pour lui de procéder à un examen de l’intégralité du processus de recherche en sciences sociales. La première partie du livre cherche surtout à nous expliquer à quel point la « méthode expérimentale » propre aux sciences « nomologiques » (c’est-à-dire capables de formuler des lois et d’en tirer toutes les conséquences dans leurs démarches de recherche) bute sur la nature irréductiblement singulière des objets peuplant le monde social. Remontant ainsi aux fondements ontologiques et logiques des énoncés propres aux sciences sociales, il tente de montrer comment, d’après lui, « le méthodologue attend de l’épistémologue qu’il lui fournisse par ses travaux une image plus juste de leur objet d’étude » (p. 45).

2Sur la base de cette division du travail scientifique, s’installant à la place qu’il accorde à l’épistémologue, Landry Ebang propose dix « points de repères » permettant de caractériser « la nature de l’objet social ». On passe ainsi des difficiles conceptualisations du monde social à la reconnaissance d’un « régime de la plausibilité » caractérisant la scientificité des sciences sociales. L’accent est mis sur l’irréductible « casualité de la causalité propre au monde social », qui rend ici « le raisonnement expérimental inopérant » (p. 56) et conduit nécessairement le chercheur à adopter une méthode inductive fondée sur l’exploration et la comparaison de cas singuliers.

3Affirmant que « le versant logique » précède et « guide » la mise en œuvre des techniques d’investigation, la seconde partie de l’ouvrage nous présente « la méthode casuelle de raisonnement dans la méthodologie de l’enquête » telle qu’on peut la déduire de ce qui précède. Dans cette perspective, le chercheur doit élaborer une « stratégie de recherche » définissant, en amont de tout ancrage empirique, les concepts fondamentaux qu’il lui faut mobiliser.

4Afin de mieux caractériser les types de problématiques et de méthodes adaptées à cette manière d’envisager l’élaboration des stratégies de recherche, Landry Ebang distingue une approche « hypothético-inductive » qu’il nomme « vérificationniste » (p. 146), une démarche « anhypothético-inductive » qu’il nomme « productiviste » (p. 153) ainsi qu’une démarche « hypothético-inductive » qu’il nomme « interventionniste » (p. 159).

  • 1 Kershaw Ian, Hitler, Paris, Gallimard, 1995.

5Dans la démarche vérificationniste, le chercheur mobilise un ensemble de concepts et de méthodes élaborés dans le cadre de précédentes recherches empiriques qu’il met à l’épreuve en les appliquant à la compréhension de nouveaux objets. Pour se donner une idée de ce que voudrait désigner l’auteur, on peut penser ici à l’ouvrage de l’historien I. Kershaw sur Hitler dans lequel il teste la pertinence du concept de « domination charismatique »1. Landry Ebang rappelle que, dans ce type de recherche, le test empirique fonctionne à la manière d’un prélèvement ne permettant que la vérification de l’ensemble de concepts pour laquelle il a été élaboré.

  • 2 Céfaï Daniel, Gardella Edouard, L’urgence sociale en action. Ethnographie du Samu social de Paris, (...)

6Dans une perspective productiviste, sans s’attacher d’emblée à une théorie unique, le chercheur explore davantage la pertinence de plusieurs pistes d’investigation dont il confronte la portée explicative face à son objet. L’attitude de l’enquêteur est alors plus explicitement exploratoire et directement inductive que dans la démarche vérificationniste où les cadres de l’investigation sont en quelque sorte pré/donnés par les résultats d’anciennes recherches. À titre d’exemple, on peut se référer ici à la manière dont, partant de leur ancrage empirique, D. Céfaï et E. Gardella reconstruisent l’activité sociale des maraudeurs du Samu social2.

  • 3 Dubet François, La Galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987.

7Tout risque de confusion entre la démarche interventionniste que décrit l’auteur et la méthode expérimentale doit être soigneusement écarté. S’il est possible de reconnaître que les sciences sociales ont également une dimension active, il ne s’agit pas de transformer la société en s’appuyant sur des lois scientifiques qui n’existent pas. En revanche, mobilisant les acquis des sciences sociales, le chercheur peut élaborer des hypothèses d’action et intervenir dans la trame de la vie sociale afin de maintenir ou transformer certains phénomènes. Afin de se donner une idée d’une démarche interventionniste tentant de mesurer son impact, si l’auteur mentionne essentiellement les travaux de la sociologie des organisations, on peut penser également à la manière dont F. Dubet intégrait les réactions des enquêtés à l’enquête qu’il menait sur les conduites des jeunes des cités de banlieue3.

  • 4 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, (...)

8Dans la partie consacrée à la « cumulativité du savoir et à la généralisation », l’auteur propose de réorganiser les outils permettant de comprendre le cours historique du monde. Il s’appuie ici sur la théorie wéberienne de la typologie telle qu’on peut la réactualiser à partir des travaux de J.-C. Passeron4. Dans ce cadre, il oppose les typifications (généralement entachées de jugements de valeurs et caractérisées par la désignation de causes univoques) que nous mettons en œuvre dans nos activités quotidiennes et les typologies reconstruites par des chercheurs respectant la neutralité axiologique et conscients de cet enchevêtrement des causes propres au monde social. Partant de la logique casuelle sous-tendant les typologies, il différencie le raisonnement prévisionniste des sciences expérimentales et nomologiques du raisonnement probabiliste des sciences sociales. Sur ces bases, échappant à la falsifiabilité caractérisant les sciences nomologiques selon K. Popper, la cumulativité du savoir propre aux sciences sociales est fondée sur la comparaison, la juxtaposition des cas, et non sur leur superposition. D’après l’auteur, elle serait ainsi non additionnelle mais « dynamique ».

9Comme son nom l’indique, la « péroraison » proposée en guise de conclusion reprend les principaux arguments de son traité en quatre « topiques » concernant l’adéquation du régime scientifique (nomologique ou casualiste) d’une science avec le domaine de réalité qu’elle vise, la conceptualisation de l’enquête, le recueil et le traitement des données, la cumulativité et la généralisation propres aux sciences sociales.

10Le propos se veut ambitieux mais, dans la mesure où l’emploi de certains termes semble parfois problématique, on perd le fil de démonstrations qui tentent d’être rigoureuses. Ainsi, par exemple, lorsque l’auteur nous parle de la « nature épistémique des phénomènes du monde social », on se demande s’il adopte une perspective constructiviste dans laquelle les phénomènes sociaux ne sont que ce qu’en affirment les scientifiques ou, au contraire, s’il choisit une position plus réaliste, désignant une essence de ces phénomènes, en confondant alors l’ontologie et l’épistémologie.

11D’autre part, la bataille qu’entend mener l’auteur contre tout usage de la méthode expérimentale en sciences sociales n’est-elle pas un combat d’arrière garde ? Il est regrettable, à cet égard, que la mobilisation de l’histoire des sciences et des techniques ne vienne pas nuancer une conception caricaturale de la recherche bien éloignée des pratiques actuelles des physiciens et des biologistes. Une unique référence à C. Bernard, coupée de toute intégration à l’histoire de la médecine, de la biologie et des autres sciences, fragilise considérablement le propos de ce traité. Dès lors, on ne peut que relever le paradoxe d’une telle décontextualisation dans un ouvrage qui, afin de souligner l’autonomie épistémologique des sciences sociales, ne cesse de rappeler leur historicité irréductible !

  • 5 Lahire Bernard, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2 (...)

12On peut s’étonner de ne trouver aucune référence précise au travail d’enquête de terrain dans un ouvrage visant « une explicitation de l’ensemble du parcours méthodologique de l’enquête en science sociale » ! Mais cela est sans doute inhérent à l’affirmation de l’existence d’un « plan logique » qui nous est présenté comme une sorte de forme pure de l’entendement sociologique, indépendant de toute expérience pratique ou de toute autre connaissance préalable. Reconduisant les oppositions depuis longtemps périmées entre théorie et pratique, faut-il vraiment penser que les enquêteurs doivent « appliquer » les conseils méthodologiques des auteurs de traités ? Malgré d’intéressantes remarques concernant la distinction des démarches vérificationnistes, productivistes et interventionnistes, le lecteur se sent face à l’œuvre d’un de ces « sociologues à idées » que fustige B. Lahire dans ses Portraits sociologiques5.

13Cette confusion des choses de la logique avec la logique des choses, ne repose-t-elle pas, en fin de compte, sur l’absence de toute réflexion concernant les conditions sociales d’exercice de la sociologie, tant dans l’enseignement que dans la recherche ? Ne faut-il pas reconnaître qu’avant de s’engager dans la moindre enquête, le sociologue est d’abord formé par des enseignants, intégré dans une équipe de recherche ? Ainsi, par exemple, à partir de la distinction pertinente des trois stratégies de recherches formulée par Landry Ebang, ne faudrait-il pas surtout se demander, à propos de chacune, par quel type de chercheurs, à partir de quelles places dans le champ, ces stratégies sont mises en place dans les sciences sociales ?

Haut de page

Notes

1 Kershaw Ian, Hitler, Paris, Gallimard, 1995.

2 Céfaï Daniel, Gardella Edouard, L’urgence sociale en action. Ethnographie du Samu social de Paris, Paris, La Découverte, 2011.

3 Dubet François, La Galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987.

4 Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

5 Lahire Bernard, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Ogorzelec-Guinchard, « Landry Ebang, La logique de l’enquête en science sociale. Sortir d’une méthodologie du mimétisme expérimental », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13857

Haut de page

Rédacteur

Laetitia Ogorzelec-Guinchard

Docteure en sociologie et en anthropologie, LASA-UFC Université de Franche-Comté.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page