Navigation – Plan du site

Yves Charles Zarka, Refonder le cosmopolitisme

Éric David
Refonder le cosmopolitisme
Yves Charles Zarka, Refonder le cosmopolitisme, Presses universitaires de France, coll. « Intervention philosophique », 2014, 100 p., ISBN : 978-2-13-062741-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Isabelle de Mecquenem, « Cosmopolitisme », in P.-A Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et crit (...)
  • 2 Il est ici fait allusion à l’instrumentalisation antisémite de la notion, ibid. p. 392.

1« Nom flamboyant »1 s’il en est, la notion de « cosmopolitisme » n’a pourtant pas toujours eu bonne presse. Employé parfois à titre d’injure, voire « d’injure exterminatrice sous l’action d’idéologies funestes »2, le terme cosmopolitisme exprime en fait une idée très ancienne qui tient « le Cosmos pour une cité au sens propre, et l’homme comme citoyen du monde ». Non content de s’en tenir à cette approche un peu vague et descriptive, le philosophe Yves Charles Zarka propose, dans un livre en forme de traité, de repenser et revitaliser l’idée cosmopolitique, notamment au vu des enjeux de notre temps.

2Initialement, l’idée cosmopolitique recouvre tout ce qui concerne l’humanité, laquelle n’est pas une abstraction : elle est le principe qui fait qu’un être humain est identique à n’importe quel autre, malgré la diversité humaine existante. Et ce qui importe à cette humanité, c’est la Terre : celle-ci n’est pas seulement humaine mais aussi animale et vivante. De fait, l’homme a une responsabilité particulière dans la mesure où sa condition lui permet de s’arracher à une existence immédiate pour configurer le monde dans lequel il vit. Ainsi déployé, le concept d’humanité implique la notion de responsabilité et, avec elle, des droits et devoirs naturels.

  • 3 Ulrich Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006.

3Mais Zarka observe des équivoques possibles entre des notions en vogue, comme la « mondialisation » ou la « globalisation » et le cosmopolitisme. Ce dernier est d’ailleurs aujourd’hui moins un idéal philosophique et normatif qu’une sociologie des transformations économiques, sociales, politiques et juridiques.3Au passage, il note que l’usage contemporain du terme se fait le plus souvent dans l’oubli de sa conception ancienne (stoïcienne), dont le principe fondamental repose sur une ontologie cosmique présupposant l’existence de la cité universelle, seule naturelle, et dans laquelle l’homme – les hommes, tous égaux en dignité malgré leurs différences – occupe une place éminente et supérieure sur tous les autres êtres.

4Avec Kant, s’opère une mutation « moderne » du cosmopolitisme, qui devient un idéal régulateur de la raison politique : le progrès culturel du genre humain étant constant, selon le philosophe, on se doit d’aboutir à la reconnaissance d’un droit cosmopolitique et d’un droit international reposant sur la convergence des États, en vue d’une paix universelle. Pour autant, il n’en résulte pas un État universel despotique mais « un état juridique de fédération selon un droit des gens convenu en commun ». Au-dessus de l’ordre juridique interne des États (qui pense la paix civile), il doit y avoir un ordre juridique externe pour la paix perpétuelle : c’est le droit cosmopolitique, qui fixe les « conditions d’une hospitalité universelle ». Ni morale, ni philanthropique, cette « hospitalité » est une notion juridique intervenant sur la question du statut de l’étranger et de son droit à ne pas être traité en ennemi dans le pays d’arrivée.

5Après avoir abordé le cosmopolitisme sous ses formes ancienne et moderne, Zarka envisage ce que pourrait être un cosmopolitisme contemporain. Alors que Kant se fondait sur une vision optimiste de l’histoire – un progrès vers la réalisation du droit –, cet optimisme n’est aujourd’hui plus de mise, en raison d’un progrès technique qui ne conduit pas nécessairement vers le meilleur : l’exploitation sans limites de la nature ne défigure pas seulement cette dernière mais aussi le monde humain dans son ensemble. Ne connaissant pas de frontières, les questions environnementales se trouvent au centre de la problématique cosmopolitique. Il faut alors, selon Zarka, reconsidérer fondamentalement notre rapport à la « Terre-sol », qui n’est pas seulement le globe se mouvant dans le système solaire, mais est avant tout le champ d’existence et d’expérience commun de l’humanité, à partir duquel nous percevons, voulons et rêvons : c’est de cette donnée primordiale que les diversités se constituent, tissu même de l’existence. La responsabilité cosmopolitique pour l’humanité inclut donc de repenser entièrement notre rapport pré-originaire à la Terre dans une perspective d’inappropriabilité, notamment en œuvrant à une régulation de la propriété (individuelle ou collective) et de la logique capitaliste du profit.

6Si cette perspective ne devait aboutir, Zarka envisage un « droit de résistance » et un « principe de précaution ». Le droit de résistance ne relève pas du droit positif : il lui est antérieur et peut s’exercer contre elle quand cela apparait légitime. Métapolitique, ce droit cosmopolitique de résistance s’exerce dans le champ politique, mais ne se fonde ni politiquement, ni socialement, ni historiquement, ni au nom d’une tradition : il doit avoir, de l’existence individuelle et collective, une dimension antérieure et plus fondamentale que l’existence sociale et politique. Il en découle l’idée d’une inappropriabilité de la Terre-sol qui inclut, de fait, une exigence normative : la « responsabilité pour l’humanité », principe supérieur objectif et prescriptif renvoyant à notre lien d’humanité.

7Quant au principe de précaution, il n’est pas moral mais pragmatique et juridique : il est la réponse des sociétés démocratiques à de nouveaux risques irréversibles liés à l’excès de la puissance technique. Il ne peut donc être considéré qu’a posteriori, en fonction d’un constat : celui de l’accroissement considérable de cette puissance et de l’extension de sa mise en œuvre industrielle. Si ce principe, qui n’est pas un dispositif de prévention, a donné lieu à des controverses, il a aussi posé des enjeux philosophiques autour de questions importantes : par exemple, celle de l’émancipation de la (surpuissance) technique par rapport au savoir, ou encore celle de la finitude de la Terre.

8Prônant un « humanisme cosmopolitique », Zarka sait que la notion d’humanisme a été ébranlée dans son contenu par un courant antihumaniste contemporain fort (Schopenhauer, Nietzsche et surtout Heidegger) qui a consisté, au XXe siècle, à déconstruire l’humanisme par les thèmes de la destitution et de la mort de l’homme, et que l’on retrouve aujourd’hui dans la deep ecology dénonçant, entre autres, les effets dévastateurs de la multiplication des hommes sur la Terre.

9Conscient de ces paramètres idéologiques et soucieux de préserver à la fois la Terre comme monde habitable et l’humanité qui lui est corrélative, Zarka convient que l’humanisme cosmopolite doit surmonter les deux limites de l’humanisme traditionnel : la séparation ontologique radicale de l’homme par rapport au vivant, et l’universalisation d’une figure particulière de l’homme, généralement occidentale, donc réductrice.

10L’auteur conclut sa réflexion sur une problématique intimement liée au cosmopolitisme : l’étranger et le migrant. Régulateur du politique, le cosmopolitique doit être distingué de ce dernier car il échappe à la contingence des faits et des évènements, donc à l’histoire. Sauf que les frontières tiennent précisément leur existence de l’histoire : doivent-elles alors être remises en cause au nom du cosmopolitisme ? Si le cosmopolitique est sans frontières et si le politique naît précisément avec la frontière, Zarka reconnaît cependant des vertus à cette dernière : elle n’est pas uniquement ce qui sépare, mais permet aussi la reconnaissance et la rencontre de l’autre. Et le philosophe de s’interroger avec raison : que serait finalement un monde sans frontières, sinon un désert homogène et sans différences collectives ?

11Assurément, ce livre a un accent de manifeste politique et entend s’adresser au plus grand nombre. Par certains côtés, il peut apparaître séduisant d’autant que l’auteur tente de rendre concret l’aspect spéculatif et abstrait de son discours. Il n’en demeure pas moins que structuré par un idéalisme prégnant, son exposé peine parfois à convaincre : la naïveté qui s’en dégage ne fait pas toujours le poids face à la realpolitik.

Haut de page

Notes

1 Isabelle de Mecquenem, « Cosmopolitisme », in P.-A Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, « Quadrige », 2013, p. 389.

2 Il est ici fait allusion à l’instrumentalisation antisémite de la notion, ibid. p. 392.

3 Ulrich Beck, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Yves Charles Zarka, Refonder le cosmopolitisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13859

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), ministère de l’Éducation nationale

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page