Navigation – Plan du site

Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles

Salih Dogan
Le Parlement des invisibles
Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Paris, Seuil, Raconter la vie, 2014, 68 p., ISBN : 978-2-37021-016-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rosanvallon a écrit une première trilogie autour de l’histoire de la démocratie française : Le peup (...)

1Avec ce nouvel opus, Pierre Rosanvallon signe un manifeste indissociablement lié à la collection de livres et au site participatif que représente le projet « Raconter la vie ». En adoptant la posture du spectateur engagé, l’auteur rompt avec les monologues du Collège de France pour donner cette fois-ci la parole aux sans-voix. Rosanvallon s’affranchit ainsi de la posture intellectuelle distante et bienveillante de l’« historien du peuple », à la manière d’un Michelet, pour descendre dans l’arène politique et sociale1.

2Le choix du titre Le Parlement des invisibles est à ce sujet très évocateur. Il s’agit de jeter une lumière nouvelle sur les « profondeurs de la société », sur ceux qui ont le sentiment d’être abandonnés, oubliés, incompris et qui précisément sont « invisibles » parce qu’ils sont en manque de reconnaissance et ne disposent pas des moyens organisationnels pour se faire reconnaître. Cette masse indistincte, qui constitue pourtant le peuple dans sa majorité, se nourrit des désillusions que provoque cette distanciation vis-à-vis des institutions et des médias. Elle génère à son tour des mouvements de protestations sourdes, diffuses et mal définies. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est question des classes populaires, lorsque l’on parle d’« invisibles », puisque toutes les strates de la société sont touchées. Le projet « Raconter la vie » entend encourager cette sortie de l’invisibilité en se fondant sur un mouvement de solidarité placé sous le signe de la société globale, ce qui l’éloigne d’un quelconque mouvement de « pipolisation » auquel il peut être à première vue apparenté. Le « Parlement » qui est concédé aux invisibles est une tribune offerte au peuple dans l’intention de permettre son expression.

  • 2 « [Le Parlement des invisibles] entend ainsi répondre au besoin de voir les vies ordinaires raconté (...)

3Le cœur de la démonstration de l’auteur repose sur l’idée que la démocratie actuelle est minée par le dysfonctionnement des mécanismes de la représentation. Invisibilité et représentation sont donc antinomiques chez Rosanvallon puisque « être représenté […] c’est être pris en compte, être reconnu dans la vérité et la spécificité de sa condition » (p. 11). C’est donc à partir de la déclinaison du concept de représentation, que celle-ci soit d’ordre politique, citoyenne ou simplement intellectuelle, qu’il entend mener l’analyse. On observe ainsi que la représentation échappe au processus électoral et ouvre la voie au désenchantement du politique et à son avatar, la montée des idéologies et du populisme. Le pays ne se sent plus représenté, la dignité des citoyens se trouve bafouée, la démocratie perd de sa vitalité et c’est ce qui l’amène à rechercher les origines de ce déficit de représentation que Rosanvallon appelle la « mal-représentation ». Il constate tout d’abord que l’écart entre la société et ceux qui sont censés la représenter ne cesse de se creuser ; à la faillite des élites, qui ne sont plus capables de renouer avec les préoccupations de leurs mandants, s’ajoute également une séparation plus tranchée des deux fonctions de la représentation au sein du processus électoral : la fonction de « délégation du pouvoir des citoyens » ne recouvre plus la fonction « d’expression des besoins de la société ». Enfin, il note une tension plus fondamentale encore : celle de la contradiction entre le principe politique de la démocratie et son principe sociologique. D’un côté, la constitution d’une société d’individus a consolidé les fondements de l’égalité, mais de l’autre, la société moderne a payé le prix fort de cette mutation qui a conduit à une altération de sa visibilité. Tout un pan de la société ne dispose plus des structures adéquates permettant d’organiser et de relayer les revendications du peuple. Ce Parlement des invisibles qui serait à ce lieu d’expression du social ce que le Parlement est au monde politique2 viendrait en somme pallier, à travers un mouvement social, les lacunes de cette « mal-représentation ».

4Dans la première partie, axée sur l’analyse conceptuelle de la représentation, l’auteur s’interroge sur la nature de la société et pose le diagnostic qui permet de comprendre la crise que subissent nos démocraties. La raison principale de cette crise sociétale repose sur la perception que l’on se fait de la société en tant que substrat, car de son identification dépend la représentation. Comment cependant la définir lorsque les critères qui permettaient jusqu’ici son analyse se trouvent être obsolètes ? La complexification croissante de la société, la crise du capitalisme, la disparition des classes, l’explosion de nouvelles formes de travail qui échappe à l’organisation syndicale, etc. : tout concourt à engendrer une perte de repères qui fait préjudice à la représentation et plonge le citoyen dans « l’invisibilité ».

  • 3 Pierre Rosanvallon procède de deux sortes : il s’attarde d’une part sur les genres littéraires pour (...)

5Dans la deuxième partie, l’auteur retrace l’histoire des intellectuels qui se sont posés en représentants du peuple3 pour montrer que cette préoccupation s’inscrit au sein d’une tradition déjà ancienne. Il ne s’en tient plus à un cadre restrictif de la représentation puisque le processus électoral a montré ses limites : cette tradition autour du peuple souverain s’était d’ailleurs instituée avant même le suffrage universel qu’elle dépasse en l’intégrant à une connaissance du social. Il étend ainsi la catégorie des représentants aux intellectuels dans leur ensemble à partir du moment où ceux-ci traitent de la vie ordinaire à travers ses multiples manifestations. La représentation implique l’idée d’un enchevêtrement d’intérêts, de conditions sociales et de subjectivités pour devenir un bien public. Toute cette littérature lui paraît essentielle dans la mesure où les intellectuels nous dressent un portrait de la société permettant de mieux la cerner et ainsi de mieux définir ses attentes. S’intéresser aux différentes manifestations de l’écriture, c’est redonner du lustre à la littérature comme étant une fonction sociale : celle de dresser les traits de la société de son époque. À travers un périple qui va des sociologues aux romanciers en passant par les poètes, Rosanvallon propose purement et simplement la fin des frontières entre culture savante et populaire, d’une part, et entre la littérature et les sciences sociales, de l’autre. Il existe en effet différente manière de « raconter », selon l’auteur. On distingue généralement la littérature des sciences sociales. La frontière entre ces deux types de connaissance du social a été plus ou moins tranchée à travers l’histoire. Le roman se trouve à la limite de cette frontière plus ou moins poreuse car l’exemple de romanciers qui ont enquêté à la manière des sciences sociales modernes nous est connu. Cette frontière est également extensible car il arrive que la dichotomie se fige, comme entre les années 1960 et 1980, lorsque les sciences sociales cherchaient à s’ériger en science. Elle renoue de temps à autre également avec l’ordinaire. Rosanvallon appelle quant à lui, à travers le projet Raconter la vie, à une « reconquête du sensible », en abolissant ces hiérarchies puisqu’il s’agit de renouveler les anciennes catégories.

6C’est à partir de cette double déconstruction que l’auteur entend consolider son projet dans sa troisième partie. Cette initiative est une invitation à recréer du lien social autour d’un nouveau type de sociabilité par les moyens de l’écriture : les acteurs eux-mêmes seraient en position de mettre en place des récits de vie et des témoignages, d’établir des « lieux producteurs et d’expression du social » et de retracer les « moments de la vie ».

7C’est en redonnant la parole aux citoyens, en leur offrant la possibilité de s’exprimer que l’auteur entend faire participer le peuple à un nouveau projet de société qui, grâce à son site participatif, prendra la dimension d’un « Facebook sociétal » puisqu’il « permettra de lier un projet de transformation sociale avec un changement personnel ». Ce plaidoyer en faveur d’une revitalisation de la démocratie, qui peut parfois prendre les traits d’un vœu pieux, cherche, en définitive, à exorciser par des substituts qui puissent suppléer la représentation défaillante, les vieux démons qui guettent le « peuple ».

Haut de page

Notes

1 Rosanvallon a écrit une première trilogie autour de l’histoire de la démocratie française : Le peuple introuvable : histoire de la représentation démocratique en France (Gallimard, 1998) ; La démocratie inachevée : histoire de la souveraineté du peuple en France (2000) ; Le sacre du citoyen : histoire du suffrage universel en France (2001). A suivi ensuite une nouvelle trilogie centrée sur les transformations de la démocratie au XXe siècle, dans le sillage duquel s’inscrit ce nouvel ouvrage : La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance (Seuil, 2006), La légitimité démocratique (2008), La société des égaux (2011).

2 « [Le Parlement des invisibles] entend ainsi répondre au besoin de voir les vies ordinaires racontées, les voix de faible ampleur écoutées, les aspirations quotidiennes prises en compte. Il entend aussi donner un cadre à ces aspirations et leur permettre de se constituer en un mouvement social d’un nouveau type, fondé sur l’interaction et l’échange » (p. 13-14).

3 Pierre Rosanvallon procède de deux sortes : il s’attarde d’une part sur les genres littéraires pour montrer que la chanson, la poésie et la littérature étaient des manifestations artistiques qui redonnaient de la voix au peuple. Rosanvallon retrace ensuite des courants intellectuels aux contours mieux définis : c’est le Federal Writer’s Project chez les écrivains américains avec L’homme invisible de Ralph Ellison, l’École de Chicago avec les récits de vie minutieusement analysés par Robert Park et Everett Hughes chez les sociologues outre-Atlantique et, plus proche de nous, le tournant qu’a pris Bourdieu dans La Misère du monde ou encore la participation d’intellectuels de tous bords à l’ouvrage collectif publié en 2006 intitulé La France invisible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salih Dogan, « Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13865

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page