Navigation – Plan du site

Didier Fassin, Mariella Pandolfi (dir.), Contemporary States of Emergency. The Politics of Military and Humanitarian Interventions.

Élise Rousseau
Contemporary States of Emergency
Didier Fassin, Mariella Pandolfi (dir.), Contemporary States of Emergency. The Politics of Military and Humanitarian Interventions, Zone Books, 2013, 408 p., ISBN : 978-1-935408-01-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction personnelle: « the generalization, at the international but also at the national level, (...)

1Les interventions militaires et humanitaires s’imposent progressivement comme la réponse classique à un état d’exception permanent. C’est du moins l’idée développée par Didier Fassin et Mariella Pandolfi dans Contemporary States of Emergency. Pour les deux auteurs, il s’agit de la manifestation d’un nouveau paradigme : « la généralisation, au niveau international mais aussi national, d’états d’urgence et l’institution d’un gouvernement militaire et humanitaire comme mode de réponse aux situations de désordre »1. Ce phénomène se serait développé à partir de 1971, date de l’intervention indienne en territoire pakistanais dans le but de protéger les civils des attaques de l’armée nationale.

2Depuis lors, les interventions à motif humanitaire n’ont fait que croître avec les années. Réunissant les contributions de dix-sept spécialistes, le livre Contemporary States of Emergency interroge ce nouveau paradigme sous les angles anthropologique, sociologique, légal, politique et philosophique. Le désir d’établir des liens entre réflexion théorique, travail de terrain et engagement des auteurs anime toute l’œuvre. La première partie, « Foundations », regroupe les textes interrogeant les racines du nouvel ordre militaire et humanitaire. La deuxième partie, « Scenes », présente cinq études de cas analysant des interventions dans différentes régions du monde : les Balkans, l’Afrique centrale, l’Amérique latine, l’Océanie et l’Asie du Sud-Est. Enfin, la troisième partie, « Landscapes », présente les logiques sous-jacentes aux politiques contemporaines d’interventions militaires et humanitaires.

  • 2 Benjamin Walter, « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, trad. M. de Gandillac, R. Rochlitz et P (...)
  • 3 Agamben Giorgio, Etat d’exception. Homo Sacer, II,1, trad. J. Gayraud, Paris, Editions du Seuil, co (...)
  • 4 À titre d’exemple, la loi autorise le gouvernement des États-Unis à détenir tout individu suspecté (...)

3Le livre s’inscrit dans la lignée des réflexions sur l’état d’exception menées par Giorgio Agamben. Selon le penseur italien, ce phénomène ne possède plus de caractère temporaire. En reprenant une formule de Walter Benjamin2, Agamben souligne en effet que « ‘‘l’état d’exception [...] est devenu la règle’’, non seulement il se présente toujours plutôt comme une mesure exceptionnelle, mais laisse aussi venir au jour sa nature de paradigme constitutif de l’ordre juridique »3. Un exemple classique d’état d’exception est le USA Patriot Act, voté quelques semaines après les évènements du 11 septembre 2001. Cet acte prévoit la suspension d’une série de libertés individuelles au nom de la lutte contre le terrorisme4. Un autre exemple est la création de zones pénitentiaires extraterritoriales et extralégales, à l’image de Guantánamo.

  • 5 Traduction personnelle : « to sustain legal transformations that, while presented as being in the i (...)
  • 6 Traduction personnelle: « how to adapt the use of force to a situation where lives matter? ».

4Dans la première partie du livre, « Foundations », cinq auteurs décortiquent, voire déconstruisent, les notions clés sur lesquelles repose la pensée humanitaire contemporaine. Les contributions de Craig Calhoun, « The Idea of Emergency: Humanitarian Action and Global (Dis)Order », et de Vanessa Pupavac, « Between Compassion and Conservatism: A Genealogy of Humanitarian Sensibilities », ont une dimension presque historique. Elles étudient les évolutions de l’imaginaire de l’urgence, d’un côté, et de l’humanitarisme anglais, de l’autre. Les trois autres chapitres présentent l’état d’urgence comme une technique permettant aux gouvernements de légitimer certaines actions exceptionnelles. Pour Adi Ophir, lorsque le discours devient l’instrument utilisé à cette fin, il y a processus de « catastrophisation ». Ugo Mattei démontre que l’état d’urgence est mobilisé « pour soutenir des transformations juridiques qui, alors que présentées comme étant dans l’intérêt de tous, cachent des projets de domination » (p. 89)5. En partant des concepts de « sécurité humaine » et de « responsabilité de protéger », Chowra Makaremi pose une question cruciale : « Comment adapter l’usage de la force à une situation où la vie est importante ? » (p. 117)6.

5La partie « Scenes » regroupe cinq études de cas analysant des interventions militaro-humanitaires, tant au niveau national qu’international, présentées comme étant les réponses à des situations d’exception. Pour Mariella Pandolfi, les interventions occidentales dans les Balkans ont permis l’instauration d’un état de transition permanent dans la région. Peter Redfield étudie les situations au « bord de la crise », susceptibles de s’améliorer comme d’empirer du jour au lendemain. Pour illustrer son propos, il décrit l’histoire de Médecins Sans Frontières en Ouganda. Mary-Jo DelVecchio Good, Byron J. Good et Jesse Grayman étudient quant à eux l’impact d’une opération humanitaire dans une zone de conflit après une catastrophe naturelle. À partir de leur expérience professionnelle dans la province d’Aceh en Indonésie, ils interrogent le rôle de l’anthropologue sur le terrain. Les chapitres rédigés par Paula Vásquez Lezama et Deirdre Howard-Wagner explorent deux cas d’interventions menées par des États dans une zone de leur propre territoire. Les gouvernements y ont décrété l’état d’urgence et y ont envoyé des troupes pour aider les populations. La première étude analyse les actions menées par le gouvernement vénézuélien suite à la tragedia, une série de catastrophes naturelles qui se sont déroulées dans l’État de Vargas en décembre 1999. Le second cas présente les mesures mises en place par John Howard en 2007 pour contrer des abus sexuels sur les enfants des communautés aborigènes du Nord de l’Australie.

6La troisième section du livre, « Landscapes », expose les logiques contemporaines qui animent le nouveau paradigme. Les réflexions développées dans cette partie apportent un éclairage particulier sur la variable humaine de l’intervention, que ce soit dans sa dimension corporelle, ou dans sa dimension morale et politique. Laurence McFalls utilise une métaphore médicale pour étudier la relation de domination entre les acteurs intervenants et les victimes. Elle forge le concept de « violence iatrogénique », en référence à la souffrance du patient produite par inadvertance suite à des soins promulgués par le médecin. Selon l’auteure, cette dimension est inhérente à la nature thérapeutique de l’intervention militaire et/ou humanitaire. Dans le chapitre suivant, Anne Orford étudie la relation entre la vulnérabilité du corps humain et la logique guerrière de l’État. Elle souhaite comprendre le paradoxe du discours américain qui, d’un côté, justifie les interventions à l’étranger au nom du devoir de protection des populations en souffrance, et de l’autre, accepte la torture de détenus dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Didier Fassin étudie en profondeur les aspects de l’humanitarisme : « deux dimensions (la raison et l’émotion), un domaine dual (historique et sémantique), et un sujet (la politique) » (p. 274). À partir de ces différents éléments, il décrit le monde tel qu’il est perçu par les humanitaristes. Alex de Waal compare ensuite les opérations humanitaires en Somalie (1992) et la mobilisation pour le Darfour (2005) dans le but de montrer l’évolution de l’envie d’intervenir dans ce genre de situation. Enfin, George E. Marcus clôture l’ouvrage par une réflexion sur le rôle que peut jouer l’anthropologue sur le terrain, et plus particulièrement sur sa fonction de témoin.

  • 7 Traduction personnelle: « a government [...] resting on a logic of security and a logic of protecti (...)

7La première originalité du livre dirigé par Didier Fassin et Mariella Pandolfi réside dans l’affirmation que la réponse à l’état d’exception permanent est l’intervention militaire et humanitaire, c’est-à-dire « un gouvernement [...] reposant sur une logique de sécurité et une logique de protection, sur une loi à la fois extérieure et supérieure à la loi, enracinée dans la légitimité des actions destinées à protéger la vie » (p. 15-16)7. La deuxième originalité de Contemporary States of Emergency est d’approcher ces thématiques hautement théoriques à l’aide d’exemples très concrets, tirés des recherches personnelles de ses auteurs. S’il fallait faire un reproche à cet ouvrage, ce serait sans doute l’absence de conclusion. En effet, l’œuvre s’achève sans qu’un chapitre final n’en reprenne les principaux enseignements. Le livre est toutefois à conseiller à toute personne intéressée par les modalités contemporaines de l’intervention. En plus d’offrir une analyse très précise de ce sujet, Contemporary States of Emergency est intellectuellement stimulant et excelle dans l’art de poser les bonnes questions.

Haut de page

Notes

1 Traduction personnelle: « the generalization, at the international but also at the national level, of states of emergency and the institution of a military and humanitarian government as a mode of response to situations of disorder » (p.10).

2 Benjamin Walter, « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, trad. M. de Gandillac, R. Rochlitz et P. Rusch, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 2000, p.433.

3 Agamben Giorgio, Etat d’exception. Homo Sacer, II,1, trad. J. Gayraud, Paris, Editions du Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2003, p.18.

4 À titre d’exemple, la loi autorise le gouvernement des États-Unis à détenir tout individu suspecté de mener « une activité qui met en danger la sécurité nationale des États-Unis » (traduction personnelle: « activity that endangers the national security of the United States » (USA Patriot Act, 236A(a)(3)).

5 Traduction personnelle : « to sustain legal transformations that, while presented as being in the interest of everybody, cover projects of domination ».

6 Traduction personnelle: « how to adapt the use of force to a situation where lives matter? ».

7 Traduction personnelle: « a government [...] resting on a logic of security and a logic of protection, on a law external to and superior to law, rooted as it is in the legitimacy of actions aimed at protecting life ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Rousseau, « Didier Fassin, Mariella Pandolfi (dir.), Contemporary States of Emergency. The Politics of Military and Humanitarian Interventions. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 mars 2014, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13909

Haut de page

Rédacteur

Élise Rousseau

Étudiante de Master en relations internationales, diplomatie et résolution de conflits (Université catholique de Louvain, Belgique).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page