Navigation – Plan du site

Sylvain Rouanet, Dans la peau d’un athlète

Delphine Moraldo
Dans la peau d'un athlète
Sylvain Rouanet, Dans la peau d'un athlète, Armand Colin, coll. « Dans la peau de », 2013, 155 p., ISBN : 978-2-200-28755-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage Dans la peau d’un athlète, Sylvain Rouanet entreprend une étude sociologique et anthropologique du monde « sensoriel, tactile, ordinaire des athlètes » de haut niveau : principalement des lutteurs et des nageurs, mais également des rugbymen et des volleyeurs. La population étudiée est relativement limitée puisque l’enquête ethnographique repose sur 17 entretiens. Les mêmes enquêtés, en particulier une lutteuse et un entraineur de natation, sont souvent cités, et la richesse des entretiens, la diversité des sports étudiés (six en tout, alors qu’il en est surtout fait mention dans l’ouvrage des quatre cités précédemment) apparaissent sous-exploitées. L’auteur s’en excuse en introduction. En effet, la visée de l’ouvrage semble surtout être de fournir un état des lieux des recherches en anthropologie et en sociologie des sens et des sensations tactiles, en regard des travaux en biologie et neurobiologie, éclairé par les cas concrets de sportifs de haut niveau. Sylvain Rouanet présente d’ailleurs le sport de haut niveau comme un « miroir », un « laboratoire offrant des exemples extrêmes de bio-enculturation ». L’ouvrage remplit parfaitement cet objectif : les références aux travaux anthropologiques, sociologiques, psychologiques, biologiques et neuroanthropologiques, sont nombreuses, les concepts clés sont clairement rappelés et mobilisés – des concepts tels que « dispositions », « socialisation », « enculturation », « encapacitation », « plasticité cérébrale » –, tout cela permet à l’auteur d’émettre des hypothèses sur l’apprentissage sensoriel qui dépassent le seul champ du sport, « miroir parfait pour comprendre ce que devenir humain veut dire, et comment le devenir ». En six chapitres consacrés chacun à un aspect des capacités ou de l’apprentissage sensoriel de ces athlètes, l’ouvrage résume les positions des différentes disciplines scientifiques qui se sont intéressées à l’enculturation, en tentant de voir comment elles s’emparent des mêmes questionnements et comment les connaissances qui en découlent peuvent être confrontées et cumulées en vue de répondre à une question centrale : « comment la culture se glisse-t-elle sous la peau ? ». « Plus que l’adhésion aux réponses, c’est à la manière de poser les questions qui dissout les barrières disciplinaires et qui traque l’influence de la culture jusque dans les plis de nos organismes que je me suis attaché », explique l’auteur en conclusion (p. 155). Plutôt que de fournir un résumé par chapitre, nous avons préféré revenir sur quelques grands thèmes transversaux de l’ouvrage.

2Le premier thème est celui des sens développés par les athlètes, des expériences sensorielles qu’ils peuvent connaître. Ces expériences a priori indicibles font l’objet de tentatives de mises en mots par les athlètes dans les entretiens : un nageur parle ainsi « d’attraper l’eau » ou « d’appuyer » dessus, des lutteurs expliquent comment ils tentent « d’ouvrir » leur adversaire qui se « ferme ». Ces « cartographies tactiles », comme les nomme Sylvain Rouanet, ces éléments de l’expérience sensorielle quotidienne d’athlètes ayant consacré la majeure partie de leur vie à l’exercice d’une activité sportive, sont le fruit de milliers d’heures d’entrainement. C’est grâce à cet entrainement répété que ces sensations perdurent. Dans un autre chapitre, l’auteur fait d’ailleurs appel aux neurosciences pour montrer que, chez ces athlètes habitués à une sollicitation sensorielle inhabituelle pour l’être humain (par exemple se mouvoir dans l’eau), mais constante du fait de la répétition des entrainements, la carte du cortex sensoriel pouvait se modifier après seulement une semaine d’arrêt.

3Le deuxième thème sur lequel nous voudrions revenir est celui de l’enculturation, entendue ici comme l’acquisition de sensations et de compétences sensorielles chez les athlètes, et à partir de là chez les êtres humains en général. C’est la question principale posée dans cet ouvrage, et le thème transversal à tous les chapitres. C’est en particulier pour répondre à cette question que l’auteur convoque des études aussi bien anthropologiques que biologiques et physiologiques, et tente d’établir un lien entre les disciplines. En effet, en faisant appel à des disciplines comme la biologie, il ne vise pas à minorer l’influence de l’environnement culturel de l’individu dans l’acquisition de compétences sensorielles qui sont aussi inscrites physiologiquement dans le cortex cérébral. Les expériences vécues par l’individu se manifestent, s’impriment dans le cerveau, et le modèlent. Dans le cas des sportifs, il s’agit des entrainements répétés et orientés explicitement vers la performance, à la différence de la pratique sportive amateur. Ainsi, le sport de haut niveau joue ici le rôle de laboratoire privilégié pour étudier ces phénomènes de « bio-enculturation ».

4Enfin, un troisième thème abordé tout au long de l’ouvrage est celui du transfert de dispositions acquises via le sport dans d’autres domaines de l’existence. Des compétences d’organisation, de planification, d’abnégation, de sérieux, sont mobilisées dans le sport et transférées dans d’autres domaines, comme l’école ou le monde professionnel. En particulier, on peut voir que les athlètes sont des individus qui possèdent une capacité (ou une disposition) à préférer une récompense future (la victoire, la performance) à une récompense immédiate (faire la fête, bien manger, etc.). Faisant le lien avec des travaux en psychologie, dont le célèbre « test du marshmallow » de Mischel (p. 134), et en neurosciences, l’auteur montre que la capacité à accepter les sacrifices immédiats en prévision de récompenses futures, inculquée progressivement au fil de la carrière sportive et au fur et à mesure des entrainements, et transférable dans le cadre scolaire, est visible par l’activation accrue de certaines zones du cerveau chez ces sportifs.

5Outre les données issues de l’enquête ethnographique sur les sportifs de haut niveau, Sylvain Rouanet illustre ses propos par de nombreux travaux, classiques ou plus récents, de sociologie, d’anthropologie, de psychologie, qui portent sur l’acquisition des compétences sensorielles. Il en résulte un ouvrage riche, au propos extrêmement clair, qui fait le lien entre les disciplines s’étant intéressées à la question de l’incorporation culturelle. Volontairement simplificateur, Dans la peau d’un athlète pose les bonnes questions, au-delà des frontières disciplinaires. Le lecteur qui souhaitera approfondir à partir de cet ouvrage pourra se reporter aux références citées en notes dans l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Sylvain Rouanet, Dans la peau d’un athlète », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13914

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page