Navigation – Plan du site

Thomas Sauvadet, Jérôme Monnet (dir.), « Espaces notoires de trafic », Espaces et sociétés, n° 155, 2013

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke
Espaces notoires de trafic
Thomas Sauvadet, Jérôme Monnet (dir.), « Espaces notoires de trafic », Espaces et sociétés, n° 155, 2013, Erès, ISBN : 9782749239705.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dominique Kalifa (2013), Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil. Voir la recension r (...)

1Le dossier de cette nouvelle livraison de la revue Espaces et sociétés s’intéresse au paradoxe attaché aux « espaces notoires de trafic ». Ces espaces sont caractérisés par les pratiques illégales, ou à tout le moins immorales, qui s’y déroulent. La pérennité des trafics requiert en effet de ces lieux qu’ils soient à la fois « notoires » et discrets, voire « invisibles ». Ce dossier, coordonné par Thomas Sauvadet et Jérôme Monnet, propose de dépasser les représentations véhiculées par une part importante des médias et des enquêtes en sciences sociales qui, en stigmatisant certains espaces urbains et leurs populations, nourrissent un imaginaire collectif, celui des « bas-fonds »1, superposition de « peurs » et de « fantasmes » vis-à-vis de ces lieux de débauche. Les six contributions qui constituent ce dossier cherchent à mettre en avant la place occupée par les « espaces notoires de trafic » au centre de la vie sociale : que les illégalismes soient le fait d’individus appartenant aux classes populaires ou aux élites, il ne s’agit pas de phénomènes marginaux. Deux préoccupations transversales émergent des articles ainsi rassemblés. D’abord, une volonté d’identifier les formes prises par des espaces marqués par les contextes particuliers dans lesquels ils s’inscrivent. Ensuite, des interrogations et analyses essayant d’en dévoiler les logiques internes. Les auteurs ici réunis ont l’immense mérite de s’intéresser aux soubassements de phénomènes sociaux le plus souvent étiquetés négativement. De plus, plusieurs déplacent avec brio le regard porté sur certaines réalités sociales, ce qui fait émerger des logiques restées jusqu’alors peu visibles et intelligibles.

2L’interdisciplinarité et l’étude de divers contextes nationaux sont également un atout de ce numéro de la revue et accroissent sa pertinence à l’égard d’un objet d’étude imbriqué dans des logiques tant locales que globales. Plusieurs types d’espaces sont analysés au travers d’études de cas menées dans des contextes spécifiques, tant au niveau géographique (Sicile, Corse, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Brazzaville et Kinshasa ou encore Paris) qu’au niveau social (des petits arrangements avec les normes sociales aux trafics plus ou moins violents, du détournement du droit à des fins privées à l’économie de la débrouille, et ainsi de suite). Une série de dynamiques similaires traversent ces espaces de trafic, même s’ils ont leurs particularités. On observe ainsi des transactions à la fois informelles, invisibles, et connues de tous, des lieux auxquels s’attachent une réputation et un imaginaire souvent déconnectés de la réalité, des États affaiblis dont l’autorité est concurrencée par des acteurs plus ou moins puissants et organisés.

3Certains espaces sont marqués par des activités à la fois illégales et réprouvées par la morale, la prostitution par exemple, qui s’inscrit aussi bien dans des « fragments de l’espace public » que dans des espaces privés moins visibles tels que les « bars à hôtesses ». L’étude du quartier de la Goutte d’or à la fin du XIXe siècle, réalisée par A. Frondizi, met en évidence le détournement de l’espace public opéré par les pratiques prostitutionnelles à des fins commerciales. Dans les bars corses, étudiés par M. Peretti-Ndiaye et G. Ducrettet, réputés pour les tentations qu’ils offrent et présentant un certain attrait touristique, la personne prostituée attend son client. À l’inverse, dans les espaces publics, la prostituée développerait, à la façon du vendeur dans un bazar, une « hexis corporelle » ou un « art de la prostitution », c’est-à-dire des techniques de séduction et de racolage ayant pour but de transformer les passants en clients. Si les lieux réputés de la vie nocturne corse participent d’une construction identitaire plus large, passant notamment par la promotion d’une certaine virilité et le rejet de ce qui est étranger à l’île, la prostitution de rue a des externalités négatives sur le quartier où elle s’implante puisqu’en découle une confrontation entre des « conceptions économiques incompatibles » et une atteinte à la réputation de l’espace, non sans conséquences sur le devenir du quartier.

4Les espaces résidentiels, qu’ils soient fermés ou ségrégés, ne sont pas épargnés par des arrangements plus ou moins radicaux avec les normes sociales ou juridiques. Dans les copropriétés fermées de Buenos Aires, étudiées par E. Elguezabal, certains habitants sympathisent avec les employés de l’immeuble et recourent à leurs services à titre privé. Cela contrevient aux règlements et à la volonté de certains habitants qui désirent se distinguer des classes populaires pour affirmer leur position sociale. Pour l’auteure, la fermeture de l’espace résidentiel ne provient pas de la construction du lotissement mais bien des tensions entre des habitants aux attentes différenciées. Quant aux favélas de Rio de Janeiro étudiées par M. Chétry, il s’agit d’enclaves populaires, à la fois physiques et sociales, où se concentre le trafic de drogue. Les réseaux criminels contrôlent facilement ces territoires compte tenu de leur configuration particulière et du désinvestissement de l’État, ce qui stigmatise plus encore ces espaces, accroît la fragmentation socio-spatiale et écorne la conception « d’une ville en tant qu’unité dans la diversité ».

5Deux autres articles exemplifient le contournement des règles de droit aux deux extrémités de l’échelle sociale par des populations aux légitimités et aux moyens d’action fort différents. S. Ayimpam, dans son étude sur un « port-frontière » qui joue véritablement le rôle d’« interface » entre Brazzaville et Kinshasa, démontre que les normes légales s’effacent au profit de normes sociales négociées par les acteurs en présence. Des « critères informels » coconstruits régissent les interactions entre les commerçants, les passeurs et les agents de l’État chargés du contrôle et censés lutter contre cette contrebande qui se réalise à la vue de tous, dans un contexte de faiblesse de l’État. Les détenteurs du pouvoir, de l’autorité et de la légitimité peuvent eux aussi prendre des libertés avec les règles de droit. Ainsi, F. Maccaglia démontre comment des autorités publiques ont détourné « l’idée de bien commun » à des fins privées dans le cadre d’un appel d’offres pour la gestion des déchets ménagers en Sicile. La « symbolique étatique » ainsi que le cadre légal et formel ont été mobilisés pour entériner des « transactions informelles » et une entente, conclues en dehors de ce cadre. Dans ce cas, la norme légale est transgressée non pas par « [les] sujets dont elle est censée régir les actes et les pratiques », mais par « les acteurs institutionnels chargés de son application ».

6Hors dossier, la revue offre encore trois articles dont deux qui abordent des enjeux connexes à la thématique du numéro, à savoir les effets de l’aménagement ou de la rénovation urbaine sur la composition de quartiers. P. Dietrich-Ragon et Y. Fijalkow soulèvent les contradictions qui apparaissent dans les opérations de rénovation régies par de nouvelles méthodes managériales et impliquant différents types d’acteurs, aux visions, méthodes et objectifs propres. Ces visions « expertes » de l’évolution du quartier ne prennent que peu en compte les perceptions des habitants qui se sont attachés à un lieu malgré ses inconvénients. Dès lors, l’enjeu pour ces professionnels sera de canaliser les tensions et les critiques et de faire adhérer la population au projet de rénovation en établissant un lien de confiance et en tentant de décrypter la demande sociale. L. Roulleau-Berger, quant à elle, présente les transformations des villes chinoises initialement unitaires, organiques et solidaires, puisque bâties en fonction de principes collectivistes. Cependant, l'intensification de la mobilité des populations dans les villes chinoises et entre les villes asiatiques et européennes a transformé la composition des quartiers et affaibli les relations de voisinage et les liens sociaux au sein de la population. La métropole chinoise deviendrait réticulaire et multipolaire, traversée par des frontières sociales et physiques intérieures et marquée par la présence de « villes invisibles » et de « minorités ». Enfin, A. Bergamaschi, L. Schuft et B. Massiera étudient la fusion de deux parcs naturels (français et italien) en un parc transfrontalier. Ces deux parcs partagent un même environnement naturel mais se différencient par leurs règlementations qui témoignent de conceptions opposées de la protection de la nature. Tandis que l’approche française « radicale » tend à exclure les humains pour protéger la nature, ce qui provoque des tensions, la règlementation et les usages italiens prônent la cohabitation. Désormais, on tend à prendre en compte les populations locales et à les impliquer, en liant protection de la nature et développement local.

7Au vu de l’interdisciplinarité de ce dossier, qui regroupe notamment des articles de sociologues, de géographes et d’historiens, il devrait susciter un large intérêt chez les chercheurs qui étudient les phénomènes urbains, mais pas seulement. D’autres questionnements prennent une place importante dans ce riche dossier : les normes, l’instrumentalisation de l’appareil étatique à des fins privées, la mixité sociale, la délinquance, etc. Des acteurs de terrain pourraient tout à fait tirer profit de la lecture de ces contributions dont le propos est généralement très clair et invite efficacement à interroger ses représentations. Notons que la dernière cinquantaine de pages de la revue est, comme toujours, consacrée à des recensions et à la vie de la revue.

Haut de page

Notes

1 Dominique Kalifa (2013), Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil. Voir la recension réalisée pour Lectures par Igor Martinache : http://lectures.revues.org/10864.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou et Sarah Van Hollebeke, « Thomas Sauvadet, Jérôme Monnet (dir.), « Espaces notoires de trafic », Espaces et sociétés, n° 155, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13918

Haut de page

Rédacteurs

Lionel Francou

Étudiant en sociologie, master à finalité approfondie, UCL (Université catholique de Louvain).

Articles du même rédacteur

Sarah Van Hollebeke

Sociologue, diplômée du master à finalité recherche et intervention sociale, UCL (Université catholique de Louvain).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page