Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Bianca Botea, Territoires en part...

Bianca Botea, Territoires en partage, politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie

Anatole Danto
Territoires en partage
Bianca Botea, Territoires en partage. Politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie, Paris, Editions Pétra, coll. « Usages de la mémoire », 2013, 350 p., ISBN : 9782847430790.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Botea Bianca, La Transylvanie entre coexistence et négociation sociale : une approche anthropologiq (...)
  • 2 Un judeţ est une subdivision administrative roumaine, équivalant au département français.

1Bianca Botea poursuit dans ce nouvel ouvrage les travaux entamés avec sa thèse1, il y a une dizaine d’années. La région roumaine de Transylvanie, où cohabitent encore différentes populations, majoritairement roumaines ou hongroises, mais aussi allemandes, juives, slovaques, serbes, roms..., n’a pas de frontières administratives définies, et est le lieu de conceptions territoriales différentes, voire opposées suivant les groupes ethniques et/ou confessionnels en présence. L’analyse se focalise principalement sur des éléments spatiaux ou temporels de la ville de Cluj-Napoca (chef-lieu de l’actuel judeţ2 éponyme et troisième ville du pays) : musées, espaces publics et fêtes urbaines.

  • 3 Alain Chiron, « Gavin Bowd, Un géographe français et la Roumanie. Emmanuel de Martonne (1873-1955)  (...)

2Les questionnements majeurs du territoire étudié soulevés dans le texte sont à la fois géographique, historique, politique et ethnologique. Ils pourraient, de prime abord, être associés aux acceptions différentes des substantifs « position » (géographique, donc absolue, définitive) et « situation » (historique, donc mouvante et, dans le cas présent, plusieurs fois modifiée). La problématique globale de l’ouvrage repose sur les tiraillements culturels engendrés par la cohabitation au sein d’un même espace de deux populations historiquement rivales pour la domination du territoire transylvain. Ce dernier n’a cessé, au cours des décennies, d’être tour à tour maîtrisé par différents groupes ethniques, générant de fréquents mouvements de frontières, suivis par Emmanuel de Martonne3 il y a déjà près d’un siècle. Pour preuve, la ville actuelle de Cluj-Napoca est connue sous diverses appellations dont l’emploi n’est pas toujours anodin : Cluj en roumain (jusqu’en 1974), Kolozsvár en hongrois, Klausenburg en allemand, Kluž en tchèque, Kloinzburg en yiddish, etc. Ces controverses linguistiques se retrouvent même dans les toponymes de la ville, les noms de rues médiévales qui évoquaient les métiers exercés le long de la voie ou la population majoritaire qui y résidait étant rebaptisées sous le patronyme d’hommes politiques ou de héros nationaux.

3Après un bref aperçu de la région, l’universitaire lyonnaise expose sa méthode de recherche, axée sur une importante phase d’immersion sur le terrain entre 2001 et 2005, avec de nombreux entretiens, aussi bien en Transylvanie qu’à Budapest. La plupart des lieux pivots de la politique culturelle historique et ethnographique de la région ont été analysés, faisant clairement apparaître un clivage idéologique entre les institutions roumanophones (administrations, associations, établissements culturels publics) et magyarophones (presque ’exclusivement universitaires, médiatiques ou associatives, et fortement soutenues par la Hongrie). Ces dernières ne sont que peu consensuelles à l’évocation du passé local (autochtonie présumée, fouilles sujettes à divergences, appropriation des œuvres de certains personnages historiques locaux, etc.). Il est cependant à noter l’existence d’associations culturelles dont le but est la rencontre de populations différentes, notamment d’un point de vue ethnique, pour la construction d’un « espace transylvain de coopération “transethnique” ».

  • 4 Hervé Guillorel et Patrick Michels, « Continuité territoriale, continuité nationale », Balkanologie(...)

4Vient alors l’analyse détaillée des querelles liées au patrimoine, notamment immobilier, pour certaines aussi vieilles que l’entre-deux-guerres, voire séculaires. Avec les changements de nation, le centre-ville de Cluj est en réalité un centre bicéphale, tiraillé entre deux places, dont les significations diffèrent suivant les populations. De même, les propriétaires des bâtiments privés marquants du cœur de la cité sont majoritairement hongrois (ou juifs magyarisés), à l’inverse des bâtiments publics, rétrocédés à l’administration roumaine, du moins à une certaine époque. Des luttes urbanistiques variées s’expriment dans l’aménagement les deux places, des simples coloris des poubelles à la volonté d’ériger une église orthodoxe. Un focus est également fait sur plusieurs événements qui ponctuent la vie culturelle de la ville, comme les fouilles archéologiques de la fin du XXe siècle, censées apporter la preuve de l’antériorité de l’installation roumaine sur le site par rapport à celle des populations magyares. La notion de continuité est mise en avant dans les politiques du pays liées à la culture historique, comme dans différentes nations – dites récentes – en Europe centrale et orientale, à commencer par la Yougoslavie4. Les « Journées de la Transylvanie » sont aussi largement décryptées, et richement documentées par des extraits d’entretiens menés pendant leur déroulement. Événement folklorique annuel incontournable à Cluj (chants et danses traditionnelles, foire aux objets d’arts ruraux essentiellement roumains), ces trois jours tentent de montrer un visage cohérent de la Transylvanie (et de la Roumanie toute entière), dont l’essence est liée à sa diversité ethnique. Pareillement, les musées d’histoire et d’ethnographie de Cluj semblent avoir été conçus pour promouvoir auprès des populations locales le sentiment d’une nation roumaine unifiée. Toutefois, des actions récentes, comme le renouvellement partiel de la muséographie, ou des expositions temporaires, permettent d’observer quelques signes de changement renoncement à la conception d’évolutions culturelles juxtaposées des ethnies, au profit de la théorie d’une évolution commune au sein du territoire), malgré la persistance d’un fonctionnement quotidien de la cité et de ses composantes culturelles encore fortement ethnicisé et l'indifférence inter-communautaire.

  • 5 Károly Kocsis, « Fluctuations du peuplement hongrois depuis un millénaire », Revue Géographique de (...)

5Mais les populations locales sont-elles demandeuses d’une telle description de l’histoire locale ? On peut se le demander, au vu des réponses apportées par les membres d’associations interrogés par Bianca Botea, le manque de curiosité ou la méconnaissance de l'autre culture étant souvent mises en avant (coexistence des ethnies : vie archipélagique, mais réticulaire, de ces populations). De plus, même au sein de la communauté hongroise, attachée à la notion de patrie magyare et à sa symbolique, les sources de tensions sont nombreuses et les discordes proviennent essentiellement des chiffres des recensements démographiques. La chute vertigineuse du nombre de hongrois à Cluj5, aussi bien en valeurs brute que relative, fait perdre à la ville sa légitimité à garder le statut symbolique de capitale magyare de Transylvanie, face à un Pays Sicule toujours majoritairement hongrois, et malgré des frontières physiques inexistantes.

6Néanmoins, une partie des élites locales s’investit, depuis la chute du régime de Ceauşescu et des gouvernements suivants, dans la promotion d’une identité transylvaine, au travers d’associations ou de groupes de réflexion, dont les idées s’inscrivent petit à petit dans le paysage culturel et politique de la région. Prônant une coopération accrue entre Magyars et Roumains, plusieurs initiatives ont émergé, telles la création de revues bilingues ou l’organisation de manifestations culturelles. L’une de ces revues est analysée en profondeur par la chercheuse : en dépit d’une courte durée d’existence, elle a participé à la démocratisation de certains concepts, à l’apparition de réseaux d’individus concernés par ces questions et à l’acceptation de certains mots (comme régionalisation) par la société. En parallèle, on assiste à la création politique d’une identité transylvaine dissociable du reste de la Roumanie. La Transylvanie territoire physiquement séparé de l’autre partie du pays par les Carpates, serait plus industrialisée, plus aisée, et culturellement plus proche de l’Europe centrale que des Balkans.

7En effet, un autre acteur de taille est entré en scène depuis une à deux décennies en Transylvanie, comme dans les régions voisines de la Mitteleuropa : l’Union européenne (UE), partisane d’un échelon régional fort, qui plus est quand il est transfrontalier. L’UE associe cependant région à aire culturelle (espace aréolaire), à distinguer d’un espace réticulaire, correspondant mieux à la Transylvanie de par la coexistence des ethnies sus-citées. Les idéologies culturelles occidentales de l’Union bouleversent toutefois certains concepts, comme ceux du territoire vécu (et conçu), du patrimoine ou du passé (mémoire), pouvant participer à une reconstruction sociale de certaines théories, et ouvrant de multiples perspectives.

  • 6 Léger Louis, « Histoire des roumains de Transylvanie [Jorga N., Histoire des Roumains de Transylvan (...)

8Dense et détaillé, cet ouvrage est richement appuyé par de nombreux éléments issus du travail de terrain (traductions de documents, études toponymiques, expériences personnelles, rencontres diverses et variées, …), permettant de se faire une idée exhaustive des questionnements que pose l’histoire de cette région aux politiques culturelles actuellement menées en Transylvanie. Des entretiens (en quantité et de qualité), pour certains menés avec quelques difficultés, sont cités ou retranscrits partiellement, et étayent les explications. De même, l’iconographie est idéalement choisie, et illustre clairement les thèses proposées par l’auteure. Les deux dernières parties exposent habilement des approches récentes, voire novatrices en sciences humaines et sociales, applicables dans des régions comme la Transylvanie, en pleine (re-)construction identitaire et territoriale. L'autre théorie étymologique du toponyme Siebenbürgen, équivalent germanique de Transylvanie, discutée de longue date6 et s’érigeant contre la version des « sept cités allemandes » est malheureusement absente du livre. Enfin, une cartographie de meilleure qualité permettrait sans doute au lecteur une compréhension accrue des problématiques associées au territoire (une carte actuelle des échelons administratifs de la région transylvaine serait peut-être judicieuse, tout comme une carte du centre de Cluj et des lieux cités dans la ville, notamment pour les néophytes).

Haut de page

Notes

1 Botea Bianca, La Transylvanie entre coexistence et négociation sociale : une approche anthropologique de la construction du territoire, sous la direction de F. Laplantine et T. Rotariu, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 2005.

2 Un judeţ est une subdivision administrative roumaine, équivalant au département français.

3 Alain Chiron, « Gavin Bowd, Un géographe français et la Roumanie. Emmanuel de Martonne (1873-1955) », Compte-rendu de Alain Chiron pour Lectures : http://lectures.revues.org/9152.

4 Hervé Guillorel et Patrick Michels, « Continuité territoriale, continuité nationale », Balkanologie, vol. I, n° 1, juillet 1997, en ligne (consulté le 10 mars 2014) : http://balkanologie.revues.org/206.

5 Károly Kocsis, « Fluctuations du peuplement hongrois depuis un millénaire », Revue Géographique de l'Est, vol. 43, n° 1-2, 2003, en ligne (consulté le 10 mars 2014) : http://rge.revues.org/1790.

6 Léger Louis, « Histoire des roumains de Transylvanie [Jorga N., Histoire des Roumains de Transylvanie et de Hongrie ; Sirianu M., La question de Transylvanie et l’unité politique Roumaine] », Journal des savants, n° 16, 1918, p. 252-260, en ligne (consulté le 10 mars 2014) : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jds_0021-8103_1918_num_16_5_4923.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Danto, « Bianca Botea, Territoires en partage, politiques du passé et expériences de cohabitation en Transylvanie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13925 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.13925

Haut de page

Rédacteur

Anatole Danto

Étudiant en double-cursus Master 1 Géographie et Licence 2 Langues et Cultures Étrangères à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search