Navigation – Plan du site

Michèle Monte, Sylvaine Remi-Giraud (dir.), « Les discours sur l'enseignement supérieur et la recherche », Mots. Les langages du politique, n° 102, 2013

Emmanuelle Picard
Les discours sur l'enseignement supérieur et la recherche
Michèle Monte, Sylvaine Remi-Giraud (dir.), « Les discours sur l'enseignement supérieur et la recherche », Mots. Les langages du politique, n° 102, 2013, 170 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847884142.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pauline Ravinet, « Comment le processus de Bologne a-t-il commencé ? La formulation de la vision de (...)

1La revue Mots propose un dossier consacré aux réformes récentes de l’enseignement supérieur en Europe, en focalisant son approche sur les phénomènes discursifs qui les accompagnent. Le processus, engagé en 1998 dans la perspective de la construction d’un espace européen d’enseignement supérieur, se met institutionnellement en place à partir de la déclaration de Bologne de 1999. C’est une réforme des parcours, visant à harmoniser les diplômes autour de trois niveaux [L (icence)-M (aster)-D (octorat)], à la mise en place d’un enseignement modulable organisé sous forme d’unités validant des crédits reconnus dans tout l’Espace européen d’enseignement supérieur et à la mise en place de compétences transversales. En parallèle, la stratégie de Lisbonne assigne la concurrence comme principe de fonctionnement de l’espace européen de la recherche. Ces réformes prennent forme dans un contexte plus générale d’affirmation de l’accountability de l’enseignement supérieur, dans lequel le recours aux classements internationaux (du type Shanghai) tient une part croissante. Ces transformations ont fait l’objet de nombreux travaux en sociologie et en science politique, interrogeant en particulier la question de la déclinaison locale des réformes et de son articulation avec le contexte international. Ils ont mis en évidence un processus de justification des réformes par un contexte discursif articulé autour de mots-clés récurrents (compétence, autonomie, évaluation, attractivité et qualité) qui en viennent à créer une « matrice cognitive »1. On observe alors la mise en place de collocations récurrentes (économie de la connaissance), de néologismes (entrepreneuriat) et un processus de labellisation des termes (excellence qui se décline en Idex, Labex…).

2C’est à des analyses plus détaillées de ces éléments de langage, adossées à des traitements variés (lexicométrie, lexicologie, analyse de discours, politologie, sociologie, communication), que se consacre ce numéro de la revue Mots, au travers de sources diverses : textes officiels, discours produits par les institutions, documents promotionnels (sites Web), entretiens avec des acteurs, enquêtes, médias. La première contribution (Scholz, Angermuller) s’intéresse aux discours « médiatiques » sur Bologne, en France et en Allemagne, à travers l’étude d’articles parus dans la presse des deux pays entre 2001 et 2011. Elle met en évidence des divergences de fond, opposant un modèle français « qui a tendance à désigner comme responsables du processus certains acteurs, notamment les instances gouvernementales imposant les réformes activement avec leurs partenaires européens, et un modèle allemand qui a plutôt tendance à dissimuler les acteurs derrière des tendances plus générales de portée internationale » (p. 35), ce que l’on peut fortement corréler avec l’antinomie centralisation/fédéralisme. La seconde contribution (Lemaire, van Campenhoudt) s’intéresse aux effets de dénomination impliquée par la mise en place du LMD en Belgique, et la création d’une terminologie spécifique, le bachelier pour désigner la licence en opposition avec le sens commun. La troisième contribution (Gaspard) se penche sur la communication institutionnelle des universités (belges, françaises, luxembourgeoises et suisses) et leurs discours promotionnels dont elle souligne à quel point elle s’inspire du lexique des textes officiels européens et produit une harmonisation des représentations qu’elles veulent donner d’elles-mêmes. La quatrième contribution (Barats, Leblanc) revient sur les usages du classement de Shanghai dans la presse francophone et montre qu’ils sont le produit d’une interaction constante entre l’espace académique et le monde des médias, contribuant à sa légitimation et à son appropriation comme schéma d’analyse pertinent de la politique universitaire. La cinquième (Stavrou) s’intéresse aux discours sur l’évaluation et conclut à leurs effets performatifs en matière de gestion des universités. La sixième (Chambard) analyse le succès d’un terme, l’entrepreneuriat, et sa traduction concrète dans l’offre de formation. La dernière (Tauveron) propose une analyse logométrique du terme d’excellence. Privilégiant une approche méthodologique, elle utilise ce terme pour illustrer la pertinence d’une approche par niveau de profondeur. Elle conclut, moins que les autres, sur les effets sociaux ou institutionnels qu’une telle analyse pourrait mettre en évidence.

3L’un des apports principaux de ce dossier consiste dans la mise en évidence d’un espace discursif neuf, en rupture avec le champ lexical traditionnel du monde académique, et qui se révèle extrêmement cohérent au travers des différents supports, produisant « un discours promotionnel standard, uniformément travaillé par l’idéologie néolibérale » (p. 14) et finalement performatif. Ces mots et discours « contribuent à façonner les représentations et à naturaliser les transformations voulues par les pouvoirs politiques » (p. 17). Comme le notent les directrices du numéro, il manque cependant une analyse des discours des opposants aux réformes, et de l’usage qu’ils font des ces mêmes mots et formules. On peut, de façon plus générale, regretter l’absence de mise en perspective sociologique des acteurs impliqués, pour ou contre, ces processus de transformation de l’enseignement supérieur. La mise en relation de celui qui parle et de ce qu’il dit contribuerait ainsi grandement à nous informer sur la structure même du champ de l’enseignement supérieur au sein duquel le discours ici analysé et permettrait d’interroger en profondeur la réalité sociale et institutionnelle du phénomène d’harmonisation constaté.

Haut de page

Notes

1 Pauline Ravinet, « Comment le processus de Bologne a-t-il commencé ? La formulation de la vision de l’Espace européen d’enseignement supérieur », Education et sociétés, n° 24/2, 2009, pp. 29-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Picard, « Michèle Monte, Sylvaine Remi-Giraud (dir.), « Les discours sur l'enseignement supérieur et la recherche », Mots. Les langages du politique, n° 102, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13931

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Picard

Maître de conférences en histoire contemporaine, ENS de Lyon, membre du LARHRA (UMR 5190)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page