Navegación – Mapa del sitio

Maurice Blanc, Nasser Fakouhi et Anne Raulin (dir.), « Minorités, métropoles, mondialisations », Espaces et sociétés, n° 154, 2013

Ludovic Lepeltier-Kutasi
Minorités, métropoles, mondialisations
Maurice Blanc, Nasser Fakouhi, Anne Raulin (dir.), « Minorités, métropoles, mondialisations », Espaces et Sociétés, n° 154, 2013, 221 p., Erès, ISBN : 978-2-7492-3881-4.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Tarrius Alain, « Nouvelles formes migratoires, nouveaux cosmopolitismes », in Michel Bassand, Vince (...)
  • 2 Wirth Louis, Le ghetto, traduit par Pierre-Jacques Rojtman, Grenoble, Presses universitaires de Gre (...)
  • 3 Sassen Saskia, La ville globale : New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996.

1La mondialisation contemporaine, caractérisée notamment par l’ampleur inédite de l’urbanisation de la planète et l’intensification de la mise en réseaux du monde, bouscule de nombreuses certitudes sur les modes de structuration et d’organisation des sociétés humaines. Ces processus sociaux et économiques remettent notamment en cause l’hypothèse de rapports au monde très largement définis par des rapports sociaux ou des compositions territoriales ancrés dans la sédentarité1. La question du réajustement des appartenances collectives et des allégeances identitaires à ces transformations mérite d’autant plus d’être soulevée que de nombreux auteurs prêtent aux « minorités urbaines »2 un rôle prépondérant dans le nouvel ordre de légitimité de la « ville globale »3. Selon Maurice Blanc, Nasser Fakouhi et Anne Raulin, coordonnateurs du dossier, au-delà des phénomènes bien connus de relégation ou de ségrégation, ces groupes seraient ainsi désormais en position de produire des « centralités minoritaires » nouvelles, perçues comme des « pôles d’attraction pour les citadins aux multiples appartenances » (p. 12) et conçues comme le support de diffusion à l’échelle mondiale de leurs modes d’expression.

2Les contributions du dossier donnent une vraie épaisseur à cette problématique en questionnant le « fait minoritaire » dans six contextes urbains situés dans des métropoles de l’Ancien comme du Nouveau monde. Malgré la grande diversité des thématiques abordées, on retrouve dans chacun des six articles trois ensembles de questionnements qui structurent l’analyse. Le premier d’entre eux porte sur la construction des groupes minoritaires dans le temps et dans l’espace, à la manière d’une « ethnogenèse » dont il s’agirait d’éclairer les conditions du « rapport de force vis-à-vis de la population majoritaire » (p. 74). Ces processus renvoient soit à la réification de groupes opposés dans la stratification sociale, où parfois l’ethnicité joue un rôle particulier dans la fixation du stigmate (p. 18) ; soit à des formes de « lutte des places » entre la société sédentaire et les migrants, et ce quelles que soient leurs origines (étrangers versus nationaux, ruraux versus urbains) ; soit encore à l’inscription spatiale de groupes « déviants » du point de vue de la norme dominante, dont l’article de Colin Giraud sur le Village Gai de Montréal est une belle illustration.

3Le deuxième ensemble de questionnements renvoie à l’inscription spatiale de ces groupes, en prenant soit le parti d’une entrée par les trajectoires résidentielles à l’échelle de l’espace métropolitain, soit celui d’une entrée par les quartiers. Si l’entrée par les groupes présente le risque d’une substantialisation excessive de certaines minorités urbaines, elle a le mérite d’interroger l’évolution des logiques d’implantation résidentielle et leur articulation avec les diverses formes de différenciation spatiale (relégation, marginalisation, ségrégation). Didier Desponts et Pierre Bergel privilégient une approche distributive quantifiée et cartographiée concernant les acquéreurs étrangers en Ile-de-France, tandis que Yoann Morvan (les Juifs turcs à Istanbul) et Gwenn Pulliat (les « migrants » à Hanoï) adoptent des méthodes d’enquête fondées sur des récits de vie. La contribution d’Hossam Adly sur les fonctionnaires internationaux à Genève s’inscrit quant à elle dans une perspective diachronique fondée d’une part sur une enquête de nature ethnographique, et d’autre part sur un important travail d’archives. L’article d’Ariela Epstein sur la communauté afro-descendante de Montevideo ainsi que celui de Colin Giraud, centrés sur la trajectoire des quartiers, mettent particulièrement bien en évidence les modes d’appropriation de l’espace urbain, que ce soit par les habitants, de façon ascendante (ici autour de revendications identitaires, par différentes techniques de mise en visibilité dans l’espace public) ou par les pouvoirs publics, de façon descendante (politiques urbaines de patrimonialisation ou de requalification).

  • 4 Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, University of Minnesota (...)
  • 5 Wei Li, « Ethnoburb versus Chinatown: Two Types of Urban Ethnic Communities in Los Angeles », Cyber (...)

4Le troisième et dernier ensemble de questionnements concerne les processus de recomposition identitaire des groupes minoritaires et leur inscription dans les différents paysages globaux4. La première observation porte sur le renversement du stigmate, que les enquêtes sur les conventillos de Montevideo et sur le Village Gai de Montréal montrent bien, notamment à travers l’exemple des identités ethno-culturelles des Afro-descendants et de genre des homosexuels. Ce renversement du stigmate, au-delà de marquer l’ancrage spatial des groupes concernés, fait l’objet d’une appropriation par le reste de la société urbaine qui en garantit la diffusion à l’échelle de l’espace métropolitain, mais aussi à l’intérieur de nouveaux cadres de projection de soi qui se définissent de plus en plus à l’échelle mondiale. Pour autant, cet apparent syncrétisme a pour principal revers une atténuation du socle revendicatif à l’origine de la genèse des groupes concernés, ainsi qu’une conversion des marqueurs culturels sur le marché des valeurs immobilières et locatives, moteur bien connu des processus de gentrification. La deuxième observation porte sur les logiques de marginalisation socio-spatiale des groupes les plus vulnérables, qu’il s’agisse des « migrants » de Hanoï ou des catégories sociales inférieures à Genève. Dans ces deux cas, le stigmate est d’autant plus important que l’un des groupes engagés dans l’arène bénéficie de privilèges juridico-administratifs qui lui garantissent une position sociale dominante. À Hanoï, le passeport intérieur (hộ khẩu) empêche les « migrants » d’origine rurale d’accéder aux mêmes droits sociaux que les résidents urbains, tandis qu’à l’inverse, à Genève, ce sont les fonctionnaires internationaux, décrits par l’auteur comme une « minorité privilégiée », qui bénéficient d’une « carte de légitimité » leur accordant un avantage décisif sur le marché du logement. Enfin, les contributions portant respectivement sur les acquéreurs étrangers en Île-de-France et sur les Juifs d’Istanbul décrivent des trajectoires diffuses de ces groupes dans l’espace urbain, lesquelles s’accompagnent dans les deux cas d’une certaine désactivation des logiques de regroupement communautaire. L’analyse des mobilités de logement des nouveaux propriétaires d’origine immigrée en région parisienne montre bien que les logiques de proximité l’emportent sur les logiques de regroupement par nationalité dans l’équation résidentielle. Dans les portions d’espace caractérisées par leur fonction d’accueil des populations étrangères, ces dynamiques résidentielles tendent alors à transformer des quartiers ethniquement et socialement homogènes en des territoires marqués par le brassage culturel (ethnoburb5). Selon Yoann Morvan, ces formes de diffusion et d’intégration des groupes ethno-culturels dans l’espace urbain ne sont pas incompatibles avec la réactivation ponctuelle de ressources symboliques communautaires, qui se traduit dans le cas des Juifs d’Istanbul par une « visibilité calculée et subie » notamment mise au service d’un positionnement comme « minorité intermédiaire » dans le secteur immobilier (p. 117).

  • 6 À l’exception notable de la contribution de Hossam Adly (p. 72).
  • 7 Céfaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? : Les théories de l’action collective, La Découverte, 200 (...)

5La notion même de « minorité urbaine », définie par les coordonnateurs du dossier, en opposition aux « majoritaires » (p. 11) pose des problèmes théoriques que la force empirique du corpus de contributions ne parvient pas toujours à atténuer. D’une part, la mise en équivalence des groupes minoritaires, quels que soient les critères de distinction (ethno-culturels, juridiques, de genre), tend à forcer l’approche culturaliste aux dépens de la prise en compte des rapports de domination au sein de l’ordre social et spatial de la ville. D’autre part, le fait que ces groupes soient le plus souvent abordés de manière classificatoire6 peut être un obstacle à la lecture et à la compréhension de la diversité des formes d’allégeance à des collectifs toujours engagés dans l’action7. Dès lors, on peut s’interroger sur le sens des frontières entre ces groupes « minoritaires », dont les discours de justification empruntent souvent aux rhétoriques identitaires des critères de légitimation, lesquelles frontières variant, s’ajustant et s’actualisant en fonction des enjeux de pouvoir.

Inicio de página

Notas

1 Tarrius Alain, « Nouvelles formes migratoires, nouveaux cosmopolitismes », in Michel Bassand, Vincent Kaufman et Dominique Joye (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2001, p. 135-169.

2 Wirth Louis, Le ghetto, traduit par Pierre-Jacques Rojtman, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006.

3 Sassen Saskia, La ville globale : New York, Londres, Tokyo, Paris, Descartes & Cie, 1996.

4 Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, University of Minnesota Press, 1996.

5 Wei Li, « Ethnoburb versus Chinatown: Two Types of Urban Ethnic Communities in Los Angeles », Cybergeo: European Journal of Geography, 1998.

6 À l’exception notable de la contribution de Hossam Adly (p. 72).

7 Céfaï Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? : Les théories de l’action collective, La Découverte, 2007.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Ludovic Lepeltier-Kutasi, « Maurice Blanc, Nasser Fakouhi et Anne Raulin (dir.), « Minorités, métropoles, mondialisations », Espaces et sociétés, n° 154, 2013  », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 17 marzo 2014, consultado el 18 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13957

Inicio de página

Redactor

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Diplômé de l’EHESS, doctorant allocataire de recherche en géographie à l’Université François-Rabelais (Tours), équipe Monde arabe et Méditerranée, UMR 7324 CITERES

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página