Navigation – Plan du site

Frédéric Gros, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Arianna Sforzini (dir.), « Les néolibéralismes de Michel Foucault », Raisons politiques, n° 52, 2013

Melissa Paulet
Les néolibéralismes de Michel Foucault
Frédéric Gros, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Arianna Sforzini (dir.), « Les néolibéralismes de Michel Foucault », Raisons politiques, n° 52, 2013, 170 p., Les Presses de Sciences Po, ISSN : 1291-1941, ISBN : 978-2-7246-3320-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Foucault prononce les leçons relatives à la Naissance de la biopolitique de janvier à mars 1979 (...)
  • 2 Le libéralisme est un art de gouverner à accorder au pluriel : théorisé tantôt par Adam Smith et le (...)

1À quelques mois du trentième anniversaire de la mort de Michel Foucault, cette série d’articles propose de se replonger dans la Naissance de la biopolitique1. Il s’agit de créer une nouvelle grille d’analyse du XXIe siècle, marqué par les crises financières et économiques, en revisitant le cours sur les libéralismes2 prononcé par Foucault avant la déréglementation des marchés financiers et la mise en œuvre par Thatcher et Reagan des politiques de rigueur. La question principale que semble inviter à se poser cet ouvrage est celle-ci : quelles sont aujourd’hui la signification et les modalités possibles de la reprise des analyses foucaldiennes pour les sciences sociales ?

  • 3 L’ordolibéralisme est un des points d’ancrage historique du néolibéralisme étudié par Foucault : pr (...)
  • 4 Dardot Pierre, Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Pari (...)

2L’ouvrage rassemble sept articles rédigés par des philosophes, des sociologues (et un juriste. Tous traitent d’un point particulier des écrits de Foucault : le libéralisme lui-même ou ses rapports avec le capitalisme, le droit, la conception de l’homme et ses formes de subjectivation, la biopolitique… Les approches sont également diverses : il peut s’agir de critiquer une utilisation de Foucault, de critiquer Foucault lui-même, d’expliquer son apport à l’analyse du monde qui nous entoure, d’appliquer ses thèses au présent ou encore de proposer une suite théorique à ses développements. Si les articles ne se répondent pas nécessairement, tous suivent la feuille de route tracée dans l’introduction par les coordonnateurs de ce travail : « partir des pistes de recherche ouvertes par Foucault ». Outre un rappel des principaux éléments de l’étude des libéralismes de Foucault, la revue commence en effet par valoriser l’actualité d’un cours donné en 1979 et les auteurs partagent l’intuition de la nécessité de s’y réintéresser. P. Dardot mobilise la proposition de M. Foucault selon laquelle le libéralisme connaîtrait une pluralité de manifestations, afin d’affirmer qu’il en est de même pour le capitalisme. Pour l’auteur, ce dernier doit donc être détaché d’éléments qu’on lui pensait constitutifs ; il utilise ainsi l’étude de Foucault sur les libéralismes en ce qu’ils peuvent nous renseigner sur le capitalisme. Pour l’ordolibéralisme3, le capitalisme est un ordre économico-juridique non nécessairement soumis à la logique d’accumulation du capital ; pour le néolibéralisme, le capitalisme ne repose pas fatalement sur le modèle du travailleur distinct de sa force de travail, comprise comme une marchandise, mais peut s’adosser à une conception entrepreneuriale de l’individu. Nous supposons que ces deux propositions doivent être lues conjointement : chaque art libéral de gouverner entraînerait une déclinaison du capitalisme entendu comme complexe juridico-économique. Il semble ainsi que, pour l’auteur, ce seraient les propositions marxistes relatives au partage entre infrastructure et superstructure, aux crises comme signes de la fin du capitalisme et à l’aliénation de l’individu qui seraient mises à mal. Notons seulement qu’une telle conclusion est conditionnée à la vision du marxisme uniquement comme ensemble de propositions descriptives de la réalité du XIXe siècle. S. Haber part de l’analyse de P. Dardot avant de proposer sa propre compréhension critique des thèses de Foucault. Reprenant la thèse foucaldienne selon laquelle le néolibéralisme ne doit pas être conçu comme une phase dans l’histoire du capitalisme, P. Dardot, dans La nouvelle raison du monde4, donne une autonomie à cette forme de gouvernement qui doit être « compris[e] […] comme une forme sociale non économique » ; plus encore, il fait de la psychologie de l’individu le cœur du néolibéralisme, se détachant ainsi de la Naissance de la biopolitique. S. Haber nous alerte sur cette approche hypertrophique de l’élément psychique : elle prive d’une vision juste du néolibéralisme ; elle exclut notamment le rôle de l’économie dans le développement du néolibéralisme. Il faut alors croire sur parole S. Haber lorsqu’il énonce qu’en réalité, le néolibéralisme est une phase du capitalisme. Nous avons quelques difficultés à saisir en quoi la clef de voûte de son analyse – la capacité intrinsèque du capitalisme à se renouveler – conduit à cette assertion. Une telle approche nous semble par ailleurs reposer sur une confusion entre capitalisme et néolibéralisme. Enfin, pour sauver la vision du capitalisme organisé en phases, l’analyse de S. Haber repose sur la révision du concept même de « phase ». C’est à se demander si le sauvetage de cette notion au prix d’un tel tourbillon conceptuel en vaut la peine.

3A. Garapon déplace la réflexion : il ne s’agit plus de s’adonner à des débats théoriques mais de tester la vision de M. Foucault de cette pratique sociale qu’est la pratique judiciaire. Prenant pour pierre de touche des éléments du droit positif, A. Garapon propose une lecture de la logique juridique actuelle à l’aune des thèses de M. Foucault : l’étude du mécanisme qu’est la transaction invite à voir le droit comme étant animé par une logique conséquentialiste et façonné selon un modèle « relationnel » (et non contractuel) reposant sur une liberté « sous pression » des agents. Le schéma qui se profile chez A. Garapon est le suivant : l’agent coopère avec le pouvoir afin de renoncer à ses droits et de faire prévaloir ses intérêts ; la tension entre droits et intérêts peut surprendre mais se résout si l’on voit le droit comme étant plus néfaste que protecteur et l’objet de la contrainte comme étant le consentement et non le comportement. Nous pouvons toutefois regretter l’insuffisance de dialogue de ces propos avec certaines thèses de M. Foucault qui sont par ailleurs rappelées par A. Garapon, s’agissant d’une part du droit entendu comme autolimitation de la puissance publique et d’autre part de la coexistence de plusieurs voies juridiques, alors que l’auteur dresse un tableau monolithique du fonctionnement du juridique.

4Comme le souligne A. Garapon, la subjectivation dans le néolibéralisme consiste ainsi à ne plus voir l’individu comme titulaire de droits mais comme puissance d’agir ; plus encore, l’individu est amené à être conçu et à se concevoir comme une entreprise ainsi que le rappelle notamment P. Dardot. Partant de ce modèle, M. Lazzarato reprend la thèse de M. Foucault selon laquelle l’action gouvernementale ne prend plus pour objet « l’homme enfermé » mais un « espace ouvert » qu’est la société. Pour M. Lazzarato, ce nouveau sujet est « l’homme endetté ». C’est alors à un renversement de la perspective foucaldienne que pense se livrer cet auteur lorsque, s’appuyant sur la crise de 2007, il souligne que le libéralisme contemporain n’est pas présidé par une logique selon laquelle il faudrait gouverner le moins possible au nom de la société civile. Au contraire, la crise de la dette, qui désigne cette société comme responsable, déboucherait selon lui sur la mise en place de contraintes pesant sur les débiteurs d’une part, et sur une intervention juridique accrue au service du marché d’autre part. Mais la thèse de M. Foucault ne se craquèle pas selon nous face aux faits. Tout d’abord, l’art libéral de gouverner foucaldien ne signifie pas que l’intervention publique est globalement limitée comme le laisse supposer M. Lazzarato, mais simplement que son existence doit être justifiée par une « utilité ». Or, une crise peut, selon nous, être de nature à légitimer une telle action. En outre, M. Lazzarato oublie, à notre sens, que le libéralisme n’implique pas chez Foucault plus de libertés mais un rapport paradoxal de production et de destruction de libertés. Enfin, l’auteur considère comme étant dépassée la proposition foucaldienne d’un système libéral parlementaire. Pourtant, et bien que nous souscrivions aux développements de M. Lazzarato relatifs aux effets néfastes de la crise sur la démocratie, notre compréhension de Foucault nous pousse à préciser que si ce dernier traite du parlementarisme, d’une part son propos ne porte que sur le XIXe siècle, et d’autre part ce n’est que dans le but de souligner l’absence d’opposition intrinsèque de cette forme de régime aux préoccupations libérales.

5G. de Lagasnerie prend le parti de rester plus fidèle à M. Foucault lorsqu’il relève que le libéralisme est l’un des moyens de critique de l’État. Il explicite ainsi la thèse de Foucault : au paradigme souveraineté-sujets de droit, le libéralisme substitue le couple marché-homo œconomicus qui renverse les fondements des théories politiques classiques : le marché nous enseigne qu’ordonner la pluralité n’a pas à être nécessairement l’objectif absolu, et l’homo œconomicus, qui ne veut pas renoncer à son intérêt, se présente comme un individu qui n’entend pas se soumettre à une puissance souveraine transcendante. Selon l’auteur, si M. Foucault réussit à bouleverser la manière de penser le monde, c’est en s’appuyant sur les théories économiques fondées sur des fictions. L’enseignement que G. de Lagasnerie tire de Foucault est qu’il faudrait réviser les prétentions des théories politiques actuelles et leur critique automatique du néolibéralisme : plutôt que de se concentrer sur ce que le néolibéralisme détruit, il s’agirait de s’intéresser à ce qu’il crée et de le prendre comme un vivier théorique permettant de « fonder une [nouvelle] pratique de la résistance ».

6Toutefois, puisque le libéralisme doit être pensé dans sa pluralité, la conception de l’homo œconomicus entendu comme un individu libre n’est pas partagée par tous les penseurs libéraux. Le point névralgique de la pensée de M. Foucault, sur lequel se focalise F. Taylan, consiste en la résolution d’un apparent paradoxe entre autonomie du marché et interventionnisme. L’auteur note que le néolibéralisme conduit en effet à respecter cette autonomie car l’action ne porte pas directement sur l’économie mais sur l’environnement social de l’acteur économique. Selon F. Taylan, M. Foucault ne défend donc pas l’idée selon laquelle l’art néolibéral de gouverner libèrerait l’individu de l’État : cet art cherche au contraire à gouverner le comportement du sujet. Cependant, selon l’auteur, en se consacrant à l’étude de la rationalité interne du néolibéralisme, M. Foucault abandonnerait son intérêt pour les liens entre pouvoirs et savoirs, laissant ainsi un travail inachevé. Or, F. Taylan met brillamment en exergue qu’une étude systématique de l’utilisation des sciences sociales par l’économie aurait permis de mettre en lumière la mobilisation de la sociologie chez les ordolibéraux, et de la psychologie chez les néolibéraux américains. Plus encore, F. Taylan ouvre un champ d’étude important : celui de tous les savoirs mobilisés par l’économie.

  • 5 Abordé par M. Foucault lors de la leçon du 14 mars 1979.

7En outre, L. Paltrinieri note que la Naissance de la biopolitique ne traite pas directement de la biopolitique. L’auteur entreprend alors de pallier ce manque en partant du concept de « capital humain »5. Une telle démarche permettrait selon lui de comprendre les menaces liées au gouvernement néolibéral et à sa subjectivisation pour dépasser ce modèle. L. Paltrinieri revient à la vision de l’homme considéré comme essentiel à l’efficacité économique. Il remarque que cette perception est rendue possible par une appréciation qualitative de la démographie. Il offre alors sa vision de la biopolitique : celle-ci vise l’amélioration de la qualité de la population ; l’art néolibéral de gouverner ambitionne ainsi d’agir indirectement sur les choix d’investissement sur le capital humain ; la mesure se fait eu égard aux revenus escomptés de l’exercice des compétences développées par l’individu. La figure de l’agent néolibéral dessinée par L. Paltrinieri est l’individu pris dans « cette évaluation constante [de] ce qu’il pourrait être ». Pour l’auteur, celui-ci n’est donc pas tant jouissance que « dépossession » car – selon nous – il rechercherait des solutions dans la palette des comportements proposés par le gouvernement néolibéral.

8En conclusion, si on peut considérer que la lecture de chacun de ces articles est intellectuellement stimulante leur mise en relation reste largement à faire : le lecteur ne peut s’empêcher de remarquer le manque de dialogue entre les différents auteurs. C’est donc à lui de reconstruire des pistes de réflexion eu égard aux thèmes qui l’intéressent. Pour notre part, il s’agissait de comprendre comment le sujet contemporain intériorise les techniques de gouvernement d’autrui  dans les techniques de gouvernement de soi ; pour ce faire, nous avons dû rechercher dans l’ouvrage les passages où étaient évoquées les formes de subjectivation afin de les croiser avec les développements relatifs à la biopolitique, au droit et à la réutilisation des thèses de Foucault sur les rapports entre savoirs et pouvoirs.

Haut de page

Notes

1 M. Foucault prononce les leçons relatives à la Naissance de la biopolitique de janvier à mars 1979 au Collège de France. Celles-ci sont publiées en 2004 : Foucault Michel, Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, éd. par Michel Senellart, sous la dir. de François Ewald et Alessandro Fontana, Paris, Gallimard-Seuil, coll. « Hautes Études », 2004.

2 Le libéralisme est un art de gouverner à accorder au pluriel : théorisé tantôt par Adam Smith et les physiocrates au XVIIIe siècle, tantôt par l’ordolibéralisme allemand au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ou encore par le néolibéralisme de l’école de Chicago. Cf. Ibid.

3 L’ordolibéralisme est un des points d’ancrage historique du néolibéralisme étudié par Foucault : prenant place en Allemagne dans la seconde moitié du XXe siècle, ce mouvement part du constat de la fragilité de la régulation des prix par le marché pour soutenir la nécessité d’interventions sociales. C’est en cela que l’ordolibéralisme allemand se distingue du néolibéralisme américain, qui cherche à étendre la rationalité du marché à des domaines non exclusivement économiques.

4 Dardot Pierre, Laval Christian, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2010.

5 Abordé par M. Foucault lors de la leçon du 14 mars 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Melissa Paulet, « Frédéric Gros, Daniele Lorenzini, Ariane Revel, Arianna Sforzini (dir.), « Les néolibéralismes de Michel Foucault », Raisons politiques, n° 52, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 mars 2014, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13959

Haut de page

Rédacteur

Melissa Paulet

Doctorante en droit des affaires à Paris Ouest Nanterre la Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page