Navigation – Plan du site

Ronan Le Coadic (dir.), De la domination à la reconnaissance. Antilles, Afrique et Bretagne

Cécilia Gutel
De la domination à la reconnaissance
Ronan Le Coadic (dir.), De la domination à la reconnaissance. Antilles, Afrique et Bretagne, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, 370 p., ISBN : 978-2-7535-2799-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ermine (équipe de recherche sur les minorités nationales et sur les ethnicités) – Université de Ren (...)
  • 2 Luc Boltanski, La sociologie est toujours critique. Le champ conceptuel de la notion de domination,(...)
  • 3 Robert Lafont, La Révolution régionaliste, Paris, Gallimard, 1967, p. 140-141.

1Cet ouvrage collectif, fruit des séminaires du groupe Ermine1, rassemble les contributions de vingt-deux chercheurs et s’inscrit dans le champ conceptuel de la notion de domination2. Essentiellement consacrés à la période contemporaine (XIXe et XXe siècles), les travaux invitent à mettre en perspective plusieurs situations minoritaires du monde afin de répondre à la question suivante : que partagent les Bretons, les Antillais, les Africains ou les Noirs de France dans leurs expériences de la domination ? Si l’exercice de comparaison peut se révéler périlleux, il n’est cependant pas question dans cet ouvrage de faire l’impasse sur les singularités historiques de chacune des situations mentionnées. Ainsi, l’esclavage et la colonisation sont également pris en compte dans leur dimension distinctive : les Bretons n’ont certes pas subi l’esclavage mais ils ont néanmoins été amenés à jouer un rôle dans l’histoire de la traite négrière, notamment par le biais des activités portuaires de la région. De même, la question de la domination coloniale ne s’est pas posée exactement dans les mêmes termes en métropole et dans les Caraïbes ; pourtant, la notion de « colonialisme intérieur »3 a été forgée à partir des similitudes observées. Il s’agit donc de mieux comprendre à la fois ce qui tend à rapprocher mais aussi ce qui éloigne les Antilles, l’Afrique et la Bretagne. Pour répondre à cette problématique originale, l’ouvrage est organisé en quatre grandes parties, dont chacune se trouve reliée à la question de la domination, définie comme le « fait, pour un groupe social, d’exercer une influence déterminante sur une catégorie sociale, une classe, un genre, une nation » (p. 11).

  • 4 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1893, p. 85.
  • 5 Émile Durkheim, Ibid.

2La première partie explore les politiques, les engagements et les représentations liées à la domination. Dans sa pratique sociologique, Émile Durkheim a porté une attention toute particulière au droit et à son application, considérant qu’ils devaient être compris comme une « expression des états forts et définis de la conscience collective »4. Les deux premières contributions de l’ouvrage procèdent de l’examen des politiques juridiques et permettent de révéler à la fois l’existence et la persistance de droits spécifiques – ou de non-droits spécifiques –, vecteurs d’inégalités et de discriminations. À la fin du XVIIIe siècle, malgré les aspirations universalistes des Droits de l’Homme en vigueur dans la métropole républicaine, les lois coloniales relevaient toutes du « régime d’exception » (O. Le Cour Grandmaison). En privant les indigènes de la condition de « sujet titulaire de droit » (p. 29), ces lois ont instauré un principe hiérarchique et racial de séparation des individus colonisés du restant de l’humanité. Or, l’analyse réalisée par Arlette Gautier sur les Antilles depuis l’esclavage nous montre qu’il est encore difficile aujourd’hui « de déterminer si la politique familiale reste discriminatoire ou si elle est malgré tout égalitaire » (p. 52). En effet, les prestations familiales destinées aux départements d’outre-mer ont fait l’objet jusque très récemment de traitements différenciés, tant dans leurs modes d’attribution que dans les montants versés. Comme nous pouvons le vérifier, le droit se trouve au fondement du lien social puisqu’il institue un ordre anthropologique dans lequel le droit répressif exerce une fonction singulière de résistance collective5. C’est au début du XIXe siècle que le principe de l’abolition de la traite est adopté, sous pression des Anglais, son corolaire étant évidemment la reconnaissance du crime de traite des Noirs. L’étude des jurés d’assises finistériens (A. Le Douget) nous renseigne néanmoins sur le faible engagement de l’État et la conscience tardive des notables dans le combat anti-esclavagiste. Paradoxalement, c’est plutôt le contexte anglophobe qui triomphe, les jurés bretons faisant preuve de peu d’empathie envers les victimes dans le rendu de leurs verdicts. Ces éléments de contexte nous permettent de mieux saisir les représentations de l’altérité dans la société française de l’époque et les « destins croisés » (R. Dantec) des Bretons et des Noirs, singulièrement marqués par de nombreux échanges de nature militaire, religieuse ou scientifique (E. Chartier-Le-Floch, C. Choplin).

  • 6 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 (1950).
  • 7 David Le Breton, Du silence, Paris, Métaillé, 1997, p. 126-127.

3La seconde partie de l’ouvrage traite des différentes formes de résistances à la domination. Ainsi, la question mémorielle est interrogée au prisme de l’invention et de la réinvention de mémoires « historiques » et « collectives »6, souvent divergentes et parfois même antagoniques. À la Martinique, le « travail des contre-mémoires » signale l’importance des trajectoires intergénérationnelles et du rôle des « passeurs de mémoires » dans la circulation et le renouvellement des souvenirs de l’époque coloniale (C. Chivallon). Dans cette perspective, le silence comme la revendication doivent être considérés en tant que modalités particulières de transmission, liées aux configurations du « savoir-taire »7 ou du savoir-dire. On retrouve d’ailleurs une sensibilité commune dans les témoignages des Bretons et des africains à propos du massacre de Morlaix-Dakar (A. Cousin) indiquant une certaine résonnance de mémoires marquées par « l’absence de reconnaissance » (p. 163). Les résistances mémorielles et identitaires sont également marquées par les tensions linguistiques résultantes de la chasse au patois ou au créole menée aux Antilles comme en Bretagne. Mais la répression et l’autocensure ont progressivement cédé la place à un bilinguisme aux fonctions spécialisées et complémentaires (p. 173) permettant d’assurer un meilleur équilibre entre les langues et, surtout, une situation sociolinguistique plus pacifiée (M. Dispagne).

  • 8 Edward Saïd, L’Orientalisme, Paris, Seuil, 1979.

4Dans la troisième partie, intitulée « Se penser », les discours des dominés sont mis en parallèle afin de rendre visibles leurs divergences et leurs entrelacements. Le premier article, signé de S. Moal, rend compte d’un cas d’affirmation identitaire plutôt original : « les Blacks Irish de l’île de Montserrat ». Comme pour d’autres identités créoles, il montre que le lien à la terre prévalait à Montserrat au lien du sang. Cependant, deux catastrophes naturelles sont venues modifier profondément la configuration territoriale insulaire, et le sang est devenu un critère important de désignation, laissant supposer l’émergence d’une nouvelle forme d’identité montserratienne (p. 203). La seconde contribution (S. Gemie) s’attache aux connexions existant entre deux courants de pensée : l’orientalisme et le celticisme. D’abord envisagé comme un simple discours sur l’exotique émanant de voyages d’écrivains, plus préoccupés par la découverte de paysages que par la rencontre des peuples, l’orientalisme va acquérir un nouveau sens8 lorsque ces récits seront dénoncés par les civilisations orientales, en raison des intérêts politiques qu’ils représentent, intérêts liés au projet colonial. Il n’en procèdera pas de même pour le celticisme, sorte d’« auto-orientalisation » (p. 213) recherchée et développée dans le mouvement breton, également construite « avec le concours des autorités françaises ». Les articles de B. B. Malela et P. Bouvier revisitent les œuvres désormais classiques d’Aimé Césaire et de Frantz Fanon en interrogeant les choix opérés entre autonomisation pour l’un et décolonisation radicale pour l’autre. Dans ce même sillage, les deux dernières contributions mettent en balance les différentes reprises des argumentaires tiers-mondistes dans les discours identitaires québécois et bretons (I. Carel, N. Caradec).

  • 9 Louis Wirth, « The problem of minority groups », in Linton R. (dir), The Science of Man in the Worl (...)

5Sans prétendre épuiser le sujet, la dernière partie s’attache à la conceptualisation des questions de minorité dans le monde. Cette montée en généralité se trouve être l’occasion de redéfinir un certain nombre de concepts. Dans la perspective de la sociologie des relations interethniques, P.-J. Simon se livre à l’analyse de la situation minoritaire (p. 290) en rappelant l’apport des principaux travaux classiques9 sur le sujet. M. Wieviorka prolonge la réflexion en insistant sur les débats contemporains autour de la crise des modèles d’intégration, dont les enjeux politiques et nationaux dépassent aujourd’hui largement le cadre des États-nations (p. 312). Enfin, L.-G. Tin apporte des éclairages sur les logiques sous-jacentes des rhétoriques communautaristes et « anti-communautaires ». L’ouvrage compte également deux chapitres d’hommages à A. Memmi et E. Glissant qui offrent un prolongement aux réflexions abordées à travers les notions de « dominance » et de « créolisation ». On peut d’ores et déjà signaler au lecteur que, si dans sa conclusion R. Le Coadic estime finalement que « les Bretons ne sont donc pas des nègres blancs » (p. 365) ; le pari comparatif et audacieux de l’ouvrage est réussi en ce sens que les contributions donnent un vrai relief empirique aux complexes questions de domination, sans jamais chercher ni à les adoucir, ni à les exacerber.

Haut de page

Notes

1 Ermine (équipe de recherche sur les minorités nationales et sur les ethnicités) – Université de Rennes 2, CRBC (EA 4451).

2 Luc Boltanski, La sociologie est toujours critique. Le champ conceptuel de la notion de domination, Conférence prononcée à Nantes le 2 septembre 2013 pour le Ve congrès de l’Association française de sociologie.

3 Robert Lafont, La Révolution régionaliste, Paris, Gallimard, 1967, p. 140-141.

4 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1893, p. 85.

5 Émile Durkheim, Ibid.

6 Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 (1950).

7 David Le Breton, Du silence, Paris, Métaillé, 1997, p. 126-127.

8 Edward Saïd, L’Orientalisme, Paris, Seuil, 1979.

9 Louis Wirth, « The problem of minority groups », in Linton R. (dir), The Science of Man in the World Crisis, New York, Columbia University Press, 1945. Frederich Barth, Ethnic groups and boundaries: the social organization of culture difference, Bergen/Oslo, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécilia Gutel, « Ronan Le Coadic (dir.), De la domination à la reconnaissance. Antilles, Afrique et Bretagne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13965

Haut de page

Rédacteur

Cécilia Gutel

Doctorante allocataire de recherche en anthropologie à l’Université de Tours, équipe CoST, UMR 7324 laboratoire CITERES

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page