Navigation – Plan du site

Delphine Bechtel et Luba Jurgenson (dir.), Le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale

Rémy Besson
Le tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale
Delphine Bechtel, Luba Jurgenson (dir.), Le tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale, Paris, Editions Pétra, coll. « Usages de la mémoire », 2013, 314 p., ISBN : 978-2-84743-083-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle voisine cependant avec celles de tourismes : patrimonial, patriotique, des racines (retour sur (...)
  • 2 La notion proposée par Pierre Nora est omniprésente dans l’ensemble de l’ouvrage.

1Publié dans une collection intitulée, « Usages de la mémoire » (Éditions PETRA), l’ouvrage collectif dirigé par Delphine Bechtel et Luba Jurgenson se compose d’une douzaine de contributions s’articulant autour du thème du Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale. La notion de tourisme mémoriel est ici strictement définie comme concernant des séjours sur « des lieux avec lesquels on entretient un rapport biographique personnel (sic) fort, ces lieux sont aussi ceux d’une souffrance, d’une perte, ou d’une oppression passée vécue personnellement ou par des membres du groupe auquel on appartient » (p. 13)1. Les tensions entre mémoire individuelle et culturelle des lieux traumatiques sont donc partout présentes dans les textes qui composent ce livre. Cela conduit à ce que des pratiques singulières et des rituels (ancestraux ou inventés pour l’occasion), des cérémonies officielles et des commémorations improvisées, des pèlerinages religieux et séculiers, soient appréhendés. L’axe choisi consiste à faire porter chaque étude de cas sur des « lieux de mémoire » géographiquement situés : cimetière, mémorial, lieu de culte, musée, zone rurale, parc ethnographique2. Si, de manière assez originale, ces séjours sont parfois de nature imaginaire ou littéraire (guide touristique, livre d’or, écrit de voyage, rêve du retour, etc.), la plupart du temps ce sont les aspects politiques, sociologues, culturels et économiques de déplacements bien réels qui sont considérés. L’objectif est alors de saisir la dimension performative de ces voyages de la mémoire. En quoi transforment-ils les représentations du passé ? En quoi changent-ils les territoires actuels ? Comment engagent-ils les groupes concernés envers l’avenir ?

  • 3 Timothy Snyder, Terres de sang, L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

2L’espace géographique choisi – l’Europe centrale et orientale – correspond à un ensemble de pays allant des Balkans à l’Ukraine, en passant par la Pologne, l’Est de la Hongrie et de l’ancienne Tchécoslovaquie, c’est-à-dire à la Terre de sang (Bloodland) dont T. Snyder a particulièrement bien montré comment elle a été profondément meurtrie par les impérialismes nazi et stalinien3. Les mémoires dont il est question sont donc celles de territoires qui ont été le lieu de champs de bataille, de génocides (Juifs et Tsiganes), de massacres, d’importants déplacements de populations et de nombreux changements de frontières. Il s’agit notamment des régions un temps hongroises de la Transylvanie et de Transcarpathie, devenue après 1945 respectivement roumaine et ukrainienne. Un tourisme à fort relent nationaliste (hongrois) s’y est développé depuis la fin du vingtième siècle (Margit Feischmidt et Anne-Marie Losonczy). Les aires géographiques dont les Allemands ont été expulsés après la fin du Troisième Reich sont aussi considérées. Les régions dites des Sudètes actuellement en République Tchèque (Xavier Galmiche), de l’ex-Prusse orientale principalement en Lituanie (Ruth Leiserowitz-Kibelka) et de la Haute-Silésie au nord-ouest de la Pologne (Kryztof Gladowski) sont particulièrement bien étudiées. Enfin, la question des modalités du retour des Juifs américains et israéliens sur les lieux du génocide est également abordée à plusieurs reprises. Par exemple, les voyages scolaires organisés en Pologne depuis les années 1980 par les autorités israéliennes sont présentés de manière critique par une ancienne guide (Jackie Feldman).

  • 4 L’article de Gueorgui Chepelev constitue une exception puisqu’il porte sur les pratiques touristiqu (...)
  • 5 Sur ce point lire, François Hartog, Régimes d’historicité, Paris, Seuil, 2003.

3Les événements historiques placés au cœur de l’ouvrage sont donc ceux d’un vingtième-siècle avant tout perçu comme ayant une dimension tragique (1939-1953). Ils sont ici appréhendés par le prisme d’une histoire des représentations qui portent sur des phénomènes culturels s’étant développés depuis la chute des régimes communistes (1989- )4. Tout l’intérêt de cet ouvrage est de ne pas se contenter d’effectuer une coupe synchronique ayant uniquement pour objet des pratiques mémorielles récentes, mais de faire porter l’analyse sur des processus plus longs et de rendre visible la coexistence de différentes conceptions du temps5. Ainsi, dans chacune des études, des allers-retours incessants sont opérés entre le temps des faits et le temps présent, sans oublier les enjeux contemporains à cet entre-temps problématique que constitue la période du régime communiste non-stalinien (1953-1989). Cette période a souvent correspondu à une héroïsation indifférenciée des combattants de la nation, à laquelle se substitue progressivement une reconnaissance de la pluralité des victimes des régimes hitlérien et stalinien. Cela ne va pas sans heurts et frottements, puisque la place désormais occupée par la mémoire des minorités (Juives et Tziganes exterminées entre 1941 et 1945 ou Allemandes expulsées après 1945) est régulièrement vécue sur le mode d’une concurrence.

4Cette façon de concevoir l’écoulement du temps comme un objet à part entière mène à considérer des variations d’intensité dans les pratiques étudiées. En effet, il arrive qu’un lieu devienne particulièrement symbolique d’un projet de mémoire à un moment donné, puis qu’il soit (à nouveau) oublié. Il arrive également qu’un lieu soit très important pour un groupe restreint de personnes, mais qu’il n’atteigne jamais (ou pas encore) une notoriété au niveau national. Par exemple, il est souligné que les massacres commis par Staline entre 1937 et 1938 ont « peiné à trouver des lieux de mémoire, des lieux de deuil, des lieux d’incarnation » et ce jusqu’à aujourd’hui (François-Xavier Nérard, p. 240). Il en va de même avec les anciens goulags, qui demeurent pour la plupart invisibles (Luba Jurgenson).

5Le deuxième élément particulièrement remarquable de cet ouvrage est de ne pas avoir seulement opposé mémoire individuelle et collective, mais d’avoir multiplié les jeux d’échelles. La première – peut-être la plus évidente quand il est question de mémoire – est celle des acteurs de l’histoire encore en vie. Pour eux, le tourisme mémoriel est vécu sur le mode du voyage de retour. La rencontre avec les lieux et leurs habitants actuels correspond souvent à un processus d’anamnèse tantôt joyeux, tantôt déchirant. La confrontation au trauma vécu et le maintien d’une forme de nostalgie/mélancolie sont alors étudiés (Anja Peleikis notamment). La manière dont ces individus sont encadrés par des associations, des amicales, des organisations non gouvernementales (ONG), de petits entrepreneurs locaux, des compagnies touristiques, est également analysée par la plupart des auteurs. La façon dont ils impliquent leurs enfants ou petits-enfants est aussi abordée. Pour certains, c’est au moment du deuil d’un être cher que ce rapprochement avec la terre de la famille se fait (Ruth Leiserowitz-Kibelka). Pour autant, il aurait certainement été possible d’approfondir les conséquences de ces effets de génération, car ceux-ci transforment en profondeur ce type de tourisme. En effet, il semble que si entre 1989 et 2010, les acteurs de l’histoire ont été les principaux voyageurs, depuis les « témoins des témoins » prennent leur place sur les lieux mêmes de traumatisme qu’ils n’ont pas directement vécus. À cette échelle individuelle, s’ajoute une lecture en terme de groupes nationaux, ethniques et culturels. Celle-ci conduit à une perception plus fine des dimensions économique et politique de ces voyages. Par exemple, il est clairement expliqué par Delphine Bechtel que le parc ethnographique de Nowy Sącaz (Pologne) « s’inscrit dans une démarche postmoderne de création d’un passé utile à la communauté vivante aujourd’hui, en lien avec les attentes du marché et d’une clientèle de consommateurs de loisirs. » (p. 170). Enfin, le niveau national est également présent. Par exemple, la fabrication du village de Khatyn (Biélorussie) en lieu de mémoire par les autorités soviétiques visant à se substituer à la mémoire de Khatyń en Pologne (lieu du massacre des officiers polonais en 1940), démontre le rôle que peut jouer un état sur la structuration du souvenir (Élisabeth Anstett). De manière générale ce niveau est uniquement mobilisé une fois qu’il a été rendu compréhensible par une approche sensible aux différents groupes concernés. Cette complémentarité entre approche micro (s’autorisant des descriptions très précises) et macro (conduisant à de brèves remontées en généralité) est particulièrement bien maîtrisée par la plupart des auteurs.

6Troisièmement, le rôle de l’autre du touriste, c’est-à-dire des habitants des régions qui sont visitées, est également partout présent. La façon dont les sociétés d’accueil sont modifiées est prise en compte. Par exemple, en Transcarpathie, la standardisation des séjours liée au développement d’un tourisme mémoriel de masse mène notamment à « un durcissement des limites, auparavant fluides, entre la sphère d’intimité culturelle et celle de l’extérieur » (Anne-Marie Losonczy, p. 135). Cependant, la façon dont le tourisme conduit à une réintégration de la dimension multiculturelle et multiethnique de ces territoires est démontrée. L’idée principale est que le tourisme permet de produire un récit protéiforme sur le passé qui créé du lien entre ceux qui ont été séparés (ou qui sont aujourd’hui étrangers). Cette interprétation est développée sans angélisme, les limites de ce modèle progressiste étant très régulièrement soulignées. En effet, le tourisme mémoriel peut également correspondre à une montée du communautarisme et à valorisation de l’entre-soi. La persistance d’une forme d’antisémitisme sur certains territoires d’Europe centrale et orientale n’est pas négligée. Ainsi, sans caricature, l’hostilité et la peur de l’autre – parfois partagée – sont relevées, au même titre que la sympathie et l’empathie, produite par la rencontre entre visiteur et visité. Différents types de séjours - deuil, lamentation, retour festif, entre-soi, folklorisme, découverte d'un territoire, rencontre -, qui se multiplient depuis la fin des années 1980 sont donc analysés tout au long de cet ouvrage à l'aune de problématiques relatives à la coexistence de plusieurs temporalités, à des jeux d'échelles et, enfin, à la rencontre avec l'autre. La prise en compte de ces trois dimensions complémentaires conduit à une appréhension particulièrement fine des enjeux contemporains (culturels, sociaux, politiques, économiques) liés au développement de ces pratiques touristiques en perpétuelle mutation.

Haut de page

Notes

1 Elle voisine cependant avec celles de tourismes : patrimonial, patriotique, des racines (retour sur un lieu abandonné – souvent de force), du mal du pays (Heimwehtourismus), de deuil, de guerre (voyage sur les champs de bataille), ainsi que de tourisme noir (vers le lieux de massacre).

2 La notion proposée par Pierre Nora est omniprésente dans l’ensemble de l’ouvrage.

3 Timothy Snyder, Terres de sang, L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

4 L’article de Gueorgui Chepelev constitue une exception puisqu’il porte sur les pratiques touristiques des nazis durant le temps mêmes de la Seconde Guerre mondiale et du génocide des Juifs.

5 Sur ce point lire, François Hartog, Régimes d’historicité, Paris, Seuil, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Delphine Bechtel et Luba Jurgenson (dir.), Le Tourisme mémoriel en Europe centrale et orientale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13980

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse II – Le Mirail), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page