Navigation – Plan du site

Lise Arena, Edith Penrose et la croissance des entreprises

Guillaume Arnould
Edith Penrose et la croissance des entreprises
Lise Arena, Edith Penrose et la croissance des entreprises, Lyon, ENS Éditions, coll. « Feuillets, économie politique moderne », 2014, 104 p., ISBN : 978-2-84788-456-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le petit ouvrage de Lise Arena est très éclairant. Il livre une traduction d’un article de l’économiste Edith Penrose sur la croissance des entreprises précédée par une introduction présentant l’auteure et son œuvre. C’est le format traditionnel de cette collection, Feuillets, publiée aux éditions de l’École Normale Supérieure de Llyon. Sous la direction de Ludovic Frobert et Muriel Dal-Pont ces feuillets d’économie politique moderne ont permis de (re)découvrir les travaux de Murray Rothbard, Gunnar Myrdal, Stephen Marglin ou plus récemment Nicholas Georgescu-Roegen. Autant d’auteur-es essentiels mais peu connus ou reconnus malgré des contributions primordiales pour les sciences sociales.

2Le grand intérêt de l’analyse de Lise Arena est d’étudier l’apport économique d’Edith Penrose dans son contexte intellectuel. Le parcours de la chercheuse, ses influences et ses tâtonnements sont précisés avec beaucoup de justesse. L’article traduit est en effet très court et préfigure son ouvrage majeur : « the theory of the growth of the firm ». Ainsi c’est en convoquant l’histoire de la pensée économique, la théorie économique, l’histoire et les sciences de gestion que Lise Arena met en relief la qualité de cette approche. L’apport de Penrose est souvent résumé à un « effet Penrose » qui stipule que la croissance d’une organisation dépend des coûts qu’elle supporte et en particulier ceux dus aux facteurs organisationnels. Ce qui peut se traduire ainsi : pour que la taille d’une entreprise augmente il faut que le personnel d’encadrement le permette.

3Cette réduction analytique ne correspond pas à la richesse de la réflexion de Penrose. Cette dernière a en effet produit une recherche qui cherchait à enrichir la théorie économique de l’entreprise. Pour la tradition néo-classique les questions autour de la firme et des organisations en général restent énigmatiques. La théorie microéconomique du producteur résume la production à une fonction dont l’objectif est la maximisation du profit. Même si un auteur comme Alfred Marshall a introduit l’économie industrielle et la notion d’échelle de production, il a fallu attendre les années 1970 pour intégrer l’entreprise à la pensée économique traditionnelle. Ronald Coase interrogeait ainsi la profession : puisque la théorie économique considère que la firme est inutile quand fonctionne le marché, pourquoi y-a-t-il donc des entreprises dans le monde réel ?

  • 1 Machlup Fritz, “Marginal Analysis and Empirical Research”, American Economic Review, 1946

4L’article d’Edith Penrose est publié en 1955 et s’inscrit dans la suite de sa thèse dirigée par Fritz Machlup, économiste de l’école dite autrichienne. Ces travaux se démarquent de l’analyse économique marginaliste et optent pour une approche plus comportementale1. L’approche développée vise à fournir une théorie managériale dans une logique de science de la décision : le comportement des firmes dépend des individus qui la composent. Pourtant il faut noter qu’Edith Penrose n’est pas une auteure que l’on peut rattacher à une école de pensée comme on le fait souvent. Sa trajectoire intellectuelle est, à bien des égards, originale : une femme économiste qui a travaillé en organisation internationale, université et école de commerce et qui s’est penchée sur les questions de pétrole ou d’organisations.

5Lise Arena décrit avec beaucoup de finesse le contexte économique et le paysage intellectuel dans lequel Edith Penrose construit sa réflexion : le développement du capitalisme managérial et l’innovation technologique permettent l’apparition de firmes de grande taille, diversifiées dans leurs activités. Les théories de l’entreprise qui émergent analysent essentiellement les coûts de production ou la structure des marchés sur lesquelles elles opèrent en focalisant sur l’industrie. Au contraire, Edith Penrose organise sa recherche de manière à identifier les mécanismes de croissance qui soient internes à la firme. Les concepts de maximisation ou d’équilibre, dominants l’analyse économique, ne sont pas convoqués.

6L’article de Penrose prend l’analogie biologique comme point de référence sans pourtant en faire un facteur de causalité extérieur. Elle défend une logique évolutionniste mais qui découle des facteurs propres à l’entreprise, notamment la motivation ou les décisions humaines qui seront prises. Les mécanismes de croissance découlent de ressources inexploitées. Il s’agit en particulier des services managériaux, anticipant ainsi le développement de la littérature sur la gestion des ressources humaines et des compétences en management. C’est en se dotant de ressources qu’elle exploite mieux que la firme peut croître. C’est le rôle des dirigeants de planifier cette croissance en sélectionnant les personnes qui auront les connaissances nécessaires pour exploiter les technologies innovantes.

  • 2 Alchian Armen, Uncertainty, “Evolution an Economic Theory”, Journal of Political Economy, 1950.
  • 3 Nelson Richard & Winter Sidney, An Evolutionary Theory of Economic Change, Harvard University Press (...)
  • 4 Baumol William, Business Behavior, Value and Growth, Macmillan, 1959
  • 5 Marris Robin, The Economic Theory of « Managerial” capitalism, Macmillan, 1964
  • 6 Mueller Dennis, The Corporation: Growth, Diversification and Mergers, Taylor and Francis, 1987

7En cherchant à inscrire l’analyse de Penrose dans l’histoire de la pensée, on peut y déceler les prémisses de l’approche évolutionniste. Les travaux d’Alchian2 ou de Nelson et Winter3 qui évoqueront la notion d’adaptation du comportement s’inscrivent dans cette filiation : ils mettent en valeur la capacité d’une organisation à tirer profit de son environnement économique externe et surtout interne. C’est au final une véritable théorie managériale. Lise Arena la confronte aux développements de Baumol sur la maximisation du chiffre d’affaires4, de Marris sur la maximisation de la croissance de la firme5 ou de Mueller sur la diversification de la firme6 opérée par des managers cherchant à obtenir le maximum de richesse au détriment des apporteurs de capitaux.

8Lise Arena termine sa présentation en mettant en perspective l’apport d’Edith Penrose avec les théories de sciences de gestion du courant de la « resource based view ». L’idée que Penrose aurait introduit cette approche consistant à prendre comme facteur de succès essentiel les ressources que possède une entreprise ne résiste pas à l’analyse. Les théories qui suivront font bien apparaître l’intérêt d’une combinaison efficace des ressources, ou de posséder de ressources non copiables ou substituables … mais sont réductibles à des déséquilibres du mécanisme de marché. Penrose pose en réalité les bases des sciences de gestion en montrant que les compétences d’une organisation sont primordiales pour gérer le changement de taille d’une firme (découlant d’une modification de la production) et que la croissance des entreprises est un phénomène intentionnel qui s’inscrit dans un contexte temporel, une histoire.

Haut de page

Notes

1 Machlup Fritz, “Marginal Analysis and Empirical Research”, American Economic Review, 1946

2 Alchian Armen, Uncertainty, “Evolution an Economic Theory”, Journal of Political Economy, 1950.

3 Nelson Richard & Winter Sidney, An Evolutionary Theory of Economic Change, Harvard University Press, 1982

4 Baumol William, Business Behavior, Value and Growth, Macmillan, 1959

5 Marris Robin, The Economic Theory of « Managerial” capitalism, Macmillan, 1964

6 Mueller Dennis, The Corporation: Growth, Diversification and Mergers, Taylor and Francis, 1987

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Lise Arena, Edith Penrose et la croissance des entreprises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13981

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Economie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page