Navigation – Plan du site

Christine Castelain Meunier, Le ménage, la fée, la sorcière et l’homme nouveau

Anthony Fouet
Le ménage, la fée, la sorcière et l'homme nouveau
Christine Castelain Meunier, Le ménage, la fée, la sorcière et l'homme nouveau, Stock, coll. « Essais - Documents », 2013, 252 p., ISBN : 978-2-234-07479-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François de Singly. (dir.), L’injustice ménagère, Paris, Hachette Littératures, 2008.
  • 2 En 2002, après avoir consulté Christine Castelain Meunier, Ségolène Royal, ministre déléguée à la F (...)

1Depuis 1974, l’INSEE compte et recompte les heures consacrées aux tâches ménagères : les femmes en font toujours plus que les hommes. En revanche, la réalité est bien plus ambiguë comme le montre François de Singly, le ménage est-il le produit d’une domination masculine ou bien une intériorisation séculaire des femmes ?1 C’est dans cette perspective que s’inscrit Christine Castelain Meunier. À l’origine du congé de paternité2, elle propose une approche différente et originale du genre en étudiant la femme, l’homme et l’enfant sous le prisme du ménage. Vu comme un « sujet rebattu, rébarbatif, ennuyeux pas excellence, sans intérêt, dévalorisant », il est pour l’auteure « un véritable miroir de l’histoire et du changement des mœurs ».

2L’auteure questionne le ménage pour nous faire découvrir qu’une culture d’égalité émerge du quotidien. Ainsi, afin de « faire surgir les aspérités, les rugosités, des rapports au quotidien dans leur complexité, leur diversité », le livre interroge à la fois, la relation entre le ménage et les individus, mais aussi la répartition des rôles genrés et la transmission intergénérationnelle. Que produit le ménage sur les individus ? Comment le perçoivent-ils ? En quoi le ménage marque-t-il une rupture ou une transmission intergénérationnelle ? Quelle place occupe l’homme, et l’enfant, dans l’univers domestique traditionnellement féminin ? Christine Castelain Meunier tend à démontrer le déplacement des frontières au sein du couple, et plus largement, de la famille.

3Particulièrement descriptif, l’ouvrage s’appuie sur « de nombreux témoignages recueillis depuis plus d’une dizaine d’années dans diverses régions de France. Mais aussi sur plusieurs continents ». Si la méthodologie n’est pas explicitement décrite, au fil des pages, on la devine purement qualitative, basée sur des entretiens, des observations et des revues de presse. Sous cet angle, l’auteure met en exergue « une constellation de point de vue, de saynètes de la vie ordinaire, de témoignages parfois très surprenants, d’histoires de vie ».

4C’est en sept parties que se compose l’ouvrage. En premier lieu, « L’envers du décor » débute par une approche historique afin de nous rappeler que la femme devait « tenir son ménage », et ce, jusqu’aux fosses d’aisance. Si le ménage était invisible, l’auteure nous montre que de nos jours il suscite un grand intérêt chez ses informateurs, parfois avoué avec honte. Ainsi, Christine Castelain Meunier mène le lecteur progressivement vers un état des lieux de l’univers domestique. Parfois fières ou mécontentes, les femmes sont submergées par leurs charges de travail professionnelle et privée. Cependant, le mari et la femme de ménage s’immisce peu à peu dans la réalisation des tâches ménagères. Le monopole des femmes dans la sphère domestique serait-il contesté ?

5Le second chapitre, « La sorcière et la fée du logis. Moins sœurs ennemies qu’avant ? », s’articule essentiellement autour d’un objet : le balai. Après une étymologie et une définition poussée de l’outil emblématique du ménage, l’auteure expose ses deux égéries qui sont la fée du logis et la sorcière. De manière ludique, Christine Castelain Meunier met en opposition ces deux figures. D’une part, peu féministe et soucieuse de son apparence, « la fée du logis » représente la femme traditionnelle adepte du ménage, qui anime seule l’ « âme du foyer » et s’occupe des enfants. En somme, la femme d’intérieur parfaite qui fait régner à la baguette l’ordre domestique. De l’autre, marginale et indépendante, « la sorcière » saute sur son balai pour fuir le quotidien et le désordre qu’elle sème. Elle représente la femme active et moderne, célibataire ou libérée de la vie familiale, qui jongle entre vie privée et vie professionnelle. Peut-être plus fainéante en matière de ménage, la sorcière est résolument plus soucieuse de l’environnement que sa consœur. Dès lors, quand l’une symbolise la tradition, l’autre résiste à la « hiérarchie de valeur convenue ». L’auteure use de ces personnages pour mettre en lumière la diversité des réactions et le déplacement des lignes, des normes et des aspirations des femmes.

6Le troisième chapitre, « Invisible », rend compte par la statistique de la répartition des tâches au sein du couple. De nouveau, il rappelle la condition pénible des femmes contraintes de supporter une charge de travail importante entre vie privée et vie professionnelle. À mon sens, ce passage aurait pu faire l’objet d’une annexe.

7Intitulée « Portraits de femmes », la quatrième partie apporte un éclairage intéressant sur l’évolution et la fonction du travail domestique féminin. Pour débuter, mêlant la trajectoire de sa mère et celle d’autres femmes, Christine Castelain Meunier tente de résoudre le « mystère de la transmission » sans y parvenir. Elle nous décrit le savoir-faire et le savoir-être ménager ancrés depuis l’enfance et la force de la reproduction sociale. Puis, elle met en exergue les évolutions et les réadaptations faites par chaque individu, comme avec l’apparition des préoccupations écologiques. L’expression de « maîtresse de maison » est mise au placard pour laisser planer un « parfum de liberté ». Le ménage n’est plus une vocation ni une obligation, il est un exutoire à l’effet « cathartique ». Tout en étant rassurant et tangible, le ménage retourne et déplace les humeurs, les pensées et accompagne les moments importants de la vie. Il est une source d’inspiration car il permet de penser et de réfléchir, de faire « table rase ». Nettoyer et ranger libère l’esprit, mais aussi retarde un moment pénible (par exemple le travail) ou permet de mieux s’y mettre. Cette tâche impropre et fastidieuse se mue en bien-être moral et physique.

8« Jeunes générations. Petits princes et petites princesses », le cinquième chapitre, est quelque peu hétéroclite et semble dépourvu de transition. Sans réel intérêt, l’auteure nous décrira l’apprentissage du propre et du sale d’un bébé de seize mois, puis, la colocation entre seniors, ou encore, la réaction d’une salle de classe devant une vidéo des arts ménagers de 1967. Cependant, la lecture de ce passage renforce l’évolution de la perception du ménage et l’émergence d’une culture d’égalité chez les jeunes interrogés. Par ailleurs, nous apprendrons également que l’enfant, tout comme le père, fait partie intégrante de l’« âme du foyer » en participant aux tâches ménagères. Le monopole féminin de l’univers domestique est alors remis en cause.

  • 3 François de Singly analyse la séparation des couples hétérosexuels. Les femmes, plus émancipées et (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, coll. « Liber »,‎ 1998, 142 p.
  • 5 La muliérité est un néologisme qui désigne l’aliénation de la subjectivité féminine dans le statut (...)

9La sixième partie, « Histoires d’hommes au cœur du quotidien », est foncièrement novatrice. Qu’il soit célibataire, séparé, hétérosexuel comme homosexuel, l’homme se réapproprie le ménage, à son rythme, et le virilise en s’emparant de la démocratie de l’intime. Si les tâches domestiques et l’éducation des enfants étaient des catalyseurs de rôles genrés, ils n’en sont plus. La démocratie domestique instaure des nouvelles règles créées et réinventées par chaque membre de la famille. Quand bien même les hommes traditionnels résistent farouchement aux tâches ménagères, les « princes charmants » font leur apparition et se montrent en faveur de l’égalité des sexes. Aujourd’hui indépendante, la femme s’impose, et ce faisant, le travail domestique peut devenir un motif de désaccord, voire de rupture3. De fait, « l’homme nouveau » s’adapte aux nouvelles configurations familiales, plus paritaires que sa famille d’origine, pour éviter toutes répercussions néfastes sur le couple. Par ailleurs, l’auteure souligne que « les changements s’intègrent dans une dynamique plus vaste qui concerne le rapport au corps, à soi, à la hiérarchie des valeurs, à l’autre, à la femme, à l’enfant ». Le prince charmant effrite la domination masculine4, contraignant les hommes réfractaires au changement à se retrancher davantage derrière la virilité, loin des tâches ménagères propres à la muliérité5.

  • 6 Daniel Welzer-Lang, Les hommes et le masculin, Paris, Payot, 2008.
  • 7 Christine Castelain Meunier, Les métamorphoses du masculin, Paris, PUF, 2005.

10Enfin, le dernier chapitre, « La fée, le prince charmant et la question du lien », propose une vision globale et une véritable montée en généralité. Tout d’abord, Christine Castelain Meunier relate la position actuelle de la fée du logis : « une caricature pour désigner la femme qui n’a rien compris à la modernité ». Par la suite, sans nous citer ses sources, la sociologue prône un point original de sa recherche qui contredit toutes les études sur le ménage établies jusqu’à présent. La femme consent à partager son monopole pour préserver un idéal de la démocratie de l’intime, en revoyant à la baisse ses exigences en matière de ménage. Par ailleurs, l’ouvrage fait la preuve que l’homme possède « une capacité à se débrouiller seul (…) avec l’ensemble des responsabilités domestiques et éducatives ». Et cela, le prince charmant en tire profit. Même si les changements sont encore frileux, l’homme désacralise le domestique6 à supposer qu’il reste viril et qu’il assimile tous les rôles de la polyculture masculine7.

  • 8 Alain Touraine, « Castelain Meunier Christine, Les métamorphoses du masculin », Recherches sociolog (...)

11Fidèle à elle-même, la chercheuse apporte une contribution originale à la compréhension du masculin. En revanche, nous regretterons les développements sur l’écologie qui paraissent parfois un peu inutiles. Par ailleurs, teinté de fantaisie et de légèreté, cet ouvrage pourrait plaire aux profanes, mais peut-être moins aux experts en sociologie. La dernière critique correspond en tout point à celle émise par Alain Touraine au sujet d’un livre précédent de Christine Castelain Meunier : « Le lecteur est parfois désorienté par une certaine tendance de l’auteure à se laisser entraîner par des descriptions de résultats d’enquête et en particulier de données fournies par des magazines, mais l’avantage de cette facilité est de nous rapprocher des réponses les plus directes, c’est-à-dire les moins influencées par l’auteure »8.

Haut de page

Notes

1 François de Singly. (dir.), L’injustice ménagère, Paris, Hachette Littératures, 2008.

2 En 2002, après avoir consulté Christine Castelain Meunier, Ségolène Royal, ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées, établit le congé de paternité et le livret de paternité.

P. Krémer., « Ségolène Royal instaure un livret de paternité », Le Monde, 26/09/2001.

3 François de Singly analyse la séparation des couples hétérosexuels. Les femmes, plus émancipées et plus individualistes que dans les années 70, sont les premières (dans trois quarts des cas) à annoncer le divorce. Pour plus de précision voir : François de Singly, Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2011, 240 p.

4 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, coll. « Liber »,‎ 1998, 142 p.

5 La muliérité est un néologisme qui désigne l’aliénation de la subjectivité féminine dans le statut de soumission. Ce mot est l’antonyme de virilité. Nicole-Claude Mathieu, L’Anatomie politique, Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes, 1991.

6 Daniel Welzer-Lang, Les hommes et le masculin, Paris, Payot, 2008.

7 Christine Castelain Meunier, Les métamorphoses du masculin, Paris, PUF, 2005.

8 Alain Touraine, « Castelain Meunier Christine, Les métamorphoses du masculin », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 12 mars 2014. URL : http://rsa.revues.org/367.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Fouet, « Christine Castelain Meunier, Le ménage, la fée, la sorcière et l’homme nouveau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13991

Haut de page

Rédacteur

Anthony Fouet

Étudiant en sociologie, master 2 recherche « Mutation des sociétés contemporaines », Paris Ouest – Nanterre – La Défense

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page