Navigation – Plan du site

Catherine Wihtol de Wenden, Le droit d’émigrer

Lucie Laplace
Le droit d'émigrer
Catherine Wihtol de Wenden, Le droit d'émigrer, Paris, CNRS, coll. « Débats », 2013, 58 p., ISBN : 978-2-271-07882-7.
Haut de page

Texte intégral

1Catherine Wihtol de Wenden, sociologue directrice de recherche au CNRS, produit ici un petit ouvrage d’une cinquantaine de page sur le droit d’émigrer, paru en septembre 2013 aux éditions du CNRS. L’auteure prend le temps de restituer le contexte mondialisé et libéral où l’émigration n’est facilement possible que pour une minorité d’individus sur notre planète. Cet ouvrage vise à dénoncer les inégalités d’accès au droit à l’émigration, qui est le pendant du droit à quitter son pays, les deux aspects constituant le droit à la mobilité cité dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948. Catherine Wihtol de Wenden se situe à contre-courant de la pensée la plus médiatisée : l’émigration serait un facteur de développement, et il ne serait pas justifié que le phénomène soit souvent présenté sous son jour négatif.

  • 1 Il s’agit ici de souligner que les deux droits ne disposent pas de la même protection juridique dan (...)

2L’inégalité de développement1 entre le droit à quitter son pays (qui ne pose plus vraiment de problème depuis l’effondrement du bloc communiste) et le droit à entrer sur le territoire d’un autre pays permet de mettre en exergue les contradictions de notre monde globalisé. Ainsi, d’un côté, il est fait la promotion de la liberté de circulation des marchandises et des individus, qui tend à se développer plus ou moins rapidement selon les régions du globe, tandis que, parallèlement, sont mis en place des dispositifs sécuritaires visant à limiter, voire à empêcher certaines migrations (frontières, murs, camps, systèmes de contrôle à distance et accords bilatéraux).

3Dans une première partie, Catherine Wihtol de Wenden réalise un état des lieux complet des textes et pratiques sur le droit d’émigrer, tant qu’un point de vue philosophique que d’un point de vue juridique. L’auteure s’attache largement à situer le droit d’émigrer dans l’étude des migrations, son domaine de spécialité. Elle revient sur l’évolution du droit d’émigration de différentes catégories de personnes, selon leur nationalité et selon leur statut (réfugié, migrant économique, clandestin, touriste, expert...), faisant émerger des paradoxes centraux : les droits de l’Homme face au principe de souveraineté des États, et les inégalités d’accès au droit d’émigrer.

4Dans la partie suivante, Catherine Wihtol de Wenden insiste sur l’importante modification du phénomène migratoire : la deuxième migration que nous vivons actuellement (la première étant située par l’auteure à l’époque de la révolution industrielle entre 1850 et 1930) est caractérisée par une mobilité importante et des inégalités d’accès des individus au droit d’émigrer. Le titre d’identité et permis de mobilité que constitue le passeport s’est généralisé à l’échelle mondiale et il symbolise cette nouvelle ère, celle de la mobilité, où les dispositifs de contrôle et les dispositifs sécuritaires sont étendus. L’auteure approfondit le cas de l’Union européenne qui, au nom du libéralisme politique, a mis en place le droit de libre circulation le plus évolué au sein de son territoire, tout en développant des politiques sécuritaires visant à contenir illusoirement certains types de flux migratoires. Pour achever son ouvrage, Catherine Wihtol de Wenden souligne que le droit d’émigrer est bien fragile car il serait « un droit de sortie sans droit d’entrée », depuis la chute du Mur de Berlin, auquel n’aurait accès actuellement qu’un tiers des habitants de notre planète. L’auteure dénonce la disproportion et la faible utilité des dispositifs de contrôle et des dispositifs sécuritaires tentant de maîtriser les flux migratoires, aux nombreux effets pervers et désastreux tant au sein des pays les plus désavantagés que dans les pays instaurant ces politiques. Elles accroissent les processus de dominations entre les individus, produisant davantage d’inégalités.

5Cet ouvrage offre une introduction intéressante à la thématique de l’émigration. L’information délivrée peut paraître, lors d’une lecture rapide, très, voire trop, générale. L’auteur cite de nombreuses références sans véritablement s’y attarder, ce qui ne fait qu’aiguiser la curiosité de son lecteur, qui trouve bien évidemment quelques références générales dans la bibliographie et au sein des notes de bas de page. Ainsi, les lecteurs spécialistes pourraient se trouver déçus, voire frustrés, de ne pas trouver plus de référence pour approfondir les processus brièvement exposés par Catherine Wihtol de Wenden. L’ouvrage est très focalisé sur les migrations dans les pays du Nord (notamment l’Union européenne).

  • 2 Cependant, l’auteure précise les effets néfastes de l’immigration illégale pour les migrants et les (...)
  • 3 En effet, plus un phénomène est massif et fait l’objet de débats politiques constructifs, plus la p (...)
  • 4 En effet, les législations sont inégales selon les territoires, mais il est aussi possible d’appréc (...)

6Ce livre est un bon outil pour tous les étudiants souhaitant bénéficier d’un panorama complet et facilement abordable sur le droit d’émigrer. Il souligne les bienfaits de l’immigration, qu’elle soit légale ou illégale2. Il appelle même à son renforcement, qui pourrait favoriser la construction d’un véritable droit à la mobilité comme droit fondamental international3, et conduirait in fine à créer une citoyenneté déterritorialisée. En effet, ce droit, atrophié par le principe de souveraineté étatique, est très inégalement appliqué selon les profils des individus souhaitant entrer dans un territoire, ce qui en fait un droit peu démocratique4. Catherine Wihtol de Wenden appelle donc à la constitution d’un véritable droit d’émigrer au sein de politiques migratoires internationales, fruits de plus de concertations.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici de souligner que les deux droits ne disposent pas de la même protection juridique dans la hiérarchie des normes des États. Par ailleurs, le premier droit est un droit qui n’est plus contesté, on peut donc considérer qu’il est suffisamment « développé », tandis que l’autre droit se trouve sans cesse remis en cause par des normes juridiques inférieures, mais aussi par les politiques publiques et les politiques sécuritaires qui en découlent.

2 Cependant, l’auteure précise les effets néfastes de l’immigration illégale pour les migrants et les sociétés d’accueil. Elle dénonce l’accroissement des effets de domination que les migrants illégaux subissent du fait de leur illégalité sur un territoire.

3 En effet, plus un phénomène est massif et fait l’objet de débats politiques constructifs, plus la position juridique sur ce phénomène évoluera en vue de créer un véritable droit, en l’espèce le droit à la mobilité.

4 En effet, les législations sont inégales selon les territoires, mais il est aussi possible d’apprécier un traitement différent selon les profils sociaux, économiques, culturels des individus demandant un accès à ce droit. Les législations des États définissent généralement de manière restrictive les différents profils de migrants acceptés sur leur territoire national, en vue de se protéger contre d’éventuels risques sécuritaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Laplace, « Catherine Wihtol de Wenden, Le droit d’émigrer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13994

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page