Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Thomas J. Espenshade et Alexandri...

Thomas J. Espenshade et Alexandria Walton Radford, No Longer Separate, Not Yet Equal. Race and Class in Elite College Admission and Campus

Simon Ridley
No Longer Separate, Not Yet Equal
Thomas J. Espenshade, Alexandria Walton Radford, No Longer Separate, Not Yet Equal. Race and Class in Elite College Admission and Campus Life, Princeton University Press, 2013, 568 p., EAN : 9780691141602.
Haut de page

Texte intégral

1Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’il existe un « Pierre Bourdieu Award » décerné par l’American Sociological Association pour récompenser le « meilleur livre » dans le champ de la sociologie de l’éducation. Ce prix a été remporté, en 2011, par Thomas J. Espenshade et Alexandria Walton Radford pour leur étude No Longer Separate, Not Yet Equal. Race and Class in Elite College Admission and Campus Life.

  • 1 Les citations fournies dans ce compte rendu sont celles du rédacteur, Simon Ridley (ndlr).
  • 2  Cornel West, Race Matters, New York, Vintage books, 2001 ; voir aussi Pauline Peretz (dir.), L’Amé (...)

2C’est par une méthode quantitative rigoureuse – ce fort volume de 547 pages ne comprend pas moins de 135 tableaux – que les auteurs nous invitent à un dévoilement des rouages du processus de candidature, d’admission, et surtout de sélection des étudiants dans les institutions d’enseignement supérieur les plus élitistes des États-Unis. Ils prennent pour point focal les déterminants à la fois socioéconomiques et raciaux des étudiants. Les auteurs notent : « un consensus pour les chercheurs en sciences sociales veut que le concept de race est une construction sociale »1 (p. 8). Néanmoins, ils reprennent Cornel West pour nous dire que « la race compte »2.

  • 3 Voir Robert Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, coll. « La r (...)

3La problématique, la méthodologie, ainsi que le plan détaillé de l’ouvrage sont exposés de manière limpide dans le premier chapitre. Les auteurs visent à faire le bilan de la mobilité sociale dans les institutions d’élite qui désirent valoriser la diversité sous toutes ses formes. Ils se proposent d’évaluer l’utilité de l’affirmative action – la discrimination positive3 – et, finalement, d’analyser les reflets pragmatiques de ces deux premiers questionnements sur la vie de campus elle-même.

  • 4 On trouve de longues précisions méthodologiques en annexe p. 411 à 483. NSCE correspond à National (...)

4Le choix de faire porter l’étude sur l’élite des établissements d’enseignement supérieur n’est pas fortuit : il se justifie par l’idée que ces institutions sont souvent à l’avant-garde de l’innovation académique. Les auteurs choisissent d’utiliser la base de données des établissements NSCE4 qui leur permet de recueillir des informations sur les candidatures dans les universités le plus cotées, pour les années 1983, 1993 et 1997. L’étude comporte plus de 245 000 entrées auxquelles s’ajoute un questionnaire de seize pages que 9 100 individus ont complété ; de très nombreuses autres sources de seconde main ont aussi étés mobilisées. Il serait impossible ici de résumer les dix chapitres de l’ouvrage, c’est pourquoi nous procèderons à une synthèse de la trame de pensée suivie par les auteurs.

  • 5 Sur le cas français, on peut citer : Marco Oberti, L’école dans la ville. Ségrégation - mixité - ca (...)
  • 6 Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, La Décou (...)
  • 7 Le Scholastic Assessment Test (SAT) et l’American College Testing (ACT) sont des examens standardis (...)

5Dans un environnement académique de plus en plus compétitif, nombreuses sont les stratégies mises en place par les individus et leurs familles afin de maximiser leurs chances d’obtention du sésame d’entrée dans l’élite académique et, in fine, l’élite du monde professionnel – jeu sur la carte scolaire5, recours au soutien scolaire plus ou moins privé6, préparation aux divers tests SAT ou ACT7, emploi d’un consultant privé, visite des campus. Pour mener leur analyse, les auteurs utilisent comme unité de base l’individu, puis le dossier de candidature des étudiants. Ce faisant, ils cherchent à répondre aux questionnements liés à l’efficacité des stratégies précitées. Il en ressort une dichotomie entre le secteur privé – qui accepte le plus de candidats issus des classes les plus favorisées, mais aussi des classes les moins favorisées – et le secteur public, qui semble avoir un recrutement plus homogène en ce qui concerne la race et le statut socioéconomique. Les auteurs admettent la difficulté de l’analyse sur les discriminations alléguées contre les « asiatiques », et ce malgré le fait qu’ils sont la catégorie qui présente les meilleurs résultats SAT et le taux de mobilisation stratégique le plus élevé.

  • 8 Legacy se traduit littéralement par « héritier », ce qui nous fait penser à Pierre Bourdieu et Jean (...)

6Par conséquent, les auteurs opèrent une remise en cause des « étiquettes » raciales, avec une prise en compte du facteur générationnel depuis l’immigration – première, seconde, troisième, quatrième génération ou plus. Ils concluent qu’il existe bien des avantages importants liés, par exemple, au statut d’étudiant legacy8– les enfants d’alumni sont particulièrement privilégiés par les universités d’élite –, ou encore celui d’athlète de très haut niveau. Si les étiquettes raciales donnent de maigres avantages, surtout pour les catégories « Noir » ou « Hispanique », elles masquent la réalité socioéconomique des individus les plus défavorisés.

7Dans la continuité de leur pensée, les auteurs changent d’éclairage pour mettre en lumière les caractéristiques des étudiants finalement inscrits dans ces établissements d’élite. L’accent est placé sur la reproduction familiale. Une fois de plus, les étiquettes raciales sont déconstruites car les catégories asian, black, hispanic et white, jugées trop simplistes par les auteurs, ne prennent en compte ni les facteurs liés à la génération depuis l’immigration, ni ceux liés au multiculturalisme ou à la multiracialité des familles. Ils approfondissent donc leur analyse en explorant ces nouveaux éléments. Pour aller plus loin, ils interrogent également la mixité sur le campus, et introduisent donc de nouvelles variables. On trouve des chiffres concernant la participation des étudiants aux activités ou organisations ethniques, leur inscription dans les ethnic studies, le choix des camarades de chambre, les interactions entre étudiants, etc. Ceci permet d’évaluer l’intégration ou, au contraire, l’isolement des étudiants sur le campus. Les auteurs en concluent que, « selon la perspective, le verre est à moitié vide ou à moitié plein » : s’il y a fréquemment des interactions interethniques, l’endogamie demeure la règle générale.

  • 9 Richard Sander et Stuart Taylor Jr., Mismatch: How Affirmative Action Hurts Students It’s Intended (...)

8Il faut donc se pencher sur les politiques mises en place par les institutions pour promouvoir la diversité, autrement dit sur la discrimination positive. Contrairement à la théorie de l’academic mismatch9, les auteurs soutiennent que l’obtention du diplôme n’est pas moins probable pour les minorités ethniques profitant de la discrimination positive que pour les étudiants ayant suivi le processus de sélection « normal », le compromis étant que les bénéficiaires de ces politiques terminent moins souvent au sommet du classement de leur promotion. Mais le prestige associé aux universités d’élite fait que le jeu en vaut la chandelle. Espenshade et Walton Radford se positionnent donc pour une conservation de l’affirmative action car ils estiment qu’elle a des effets favorables.

  • 10 Groupe de huit institutions universitaires privées qui s’estiment les plus anciennes et prestigieus (...)

9Les auteurs se tournent ensuite vers le véritable fardeau financier que représente un cursus dans une institution d’élite, malgré les divers financements. Pour faire face à un coût moyen variant entre 17 300 $ par an dans l’enseignement public et plus de 35 400 $ dans le privé, les étudiants se tournent vers leur famille et vers les banques. Bien entendu, les familles les plus pauvres sont désavantagées. Ces frais jouent ainsi un rôle de filtre, en particulier pour entrer dans le troisième cycle universitaire. Globalement, l’enquête montre que l’enseignement supérieur d’élite joue un rôle important dans la reproduction des inégalités sociales, car plus les cycles d’études s’allongent, plus il est difficile pour les étudiants défavorisés de poursuivre leurs études, même lorsqu’ils disposent d’une bourse. Si 98 % des étudiants NSCE les plus pauvres perçoivent une aide, celle-ci ne permet pas de compenser le prix exorbitant des universités, en particulier dans le privé, étant donné que, pour un étudiant qui débute en 2004-2005, les frais d’une formation de quatre ans dans un établissement de l’Ivy League10 s’élèvent, en moyenne, à 194 874 $. Des développements supplémentaires sur les bourses auraient sans doute été appréciés par certains lecteurs.

  • 11 La microsimulation est un modèle statistique qui utilise des « micro-données » et simule les effets (...)

10Il est certain, pour les auteurs, que la discrimination positive est toujours nécessaire, ce qu’ils prouvent par la méthode de la microsimulation11. D’un côté, ils estiment que les institutions sélectives devraient aspirer à la « neutralité socioéconomique », de l’autre, ils prônent la nécessité politique de réduire les écarts de performance académique dus à la race et à la classe sociale ; pour les auteurs, c’est le défi le plus important auquel doivent faire face les Américains aujourd’hui. Les auteurs proposent donc un projet futur : le American Competitiveness and Leadership Project (ACLP) – de l’envergure du Manhattan Project, qui avait mobilisé des équipes pluridisciplinaires et des fonds gigantesques (28,5 milliards de dollars en valeur constante de 2007) pour la construction de la bombe atomique. Ce projet vise à suivre en continu une large cohorte d’individus (15 000), de leur naissance à leurs 18 ans, dans le but d’étudier la formation de ces écarts scolaires sclérosants pour la société dans son ensemble.

  • 12 Voir « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », Revue du MAUSS, n° 8, La Découverte, 2009, (...)
  • 13 Pour une vision qualitative de la sélection à Harvard voir : Stéphanie Grousset-Charrière, La face (...)
  • 14 Voir : Dennis Hayes et Robin Wynyard (dir.), The McDonaldization of higher education, Westport, Ber (...)
  • 15 Chris Lorenz, « “L’économie de la connaissance”, le nouveau management public et les politiques de (...)

11Le débat sur la « crise de l’Université »12 faisant polémique en ce moment en France, les questions qui touchent à la sélection des étudiants font office de point sensible. Dans ce contexte, cet ouvrage nous permet de faire un pas de côté comparatif intéressant. Espenshade et Walton Radford signent ici une œuvre de très haute volée, ce qui donne envie de découvrir la suite de leur projet. Seul bémol de forme : cette étude est difficilement accessible à qui ne manie pas l’outil statistique13. Sur le fond, on peut se demander comment lire cet ouvrage dans la vague de « nouveau management public », ancré au États-Unis, et qui emporte les universités européennes depuis le processus de Bologne14. Reprenons les termes de Chris Lorenz et disons : « il est temps, pour ceux qui préfèrent la conception du savoir formulée par les Lumières et la vision humboldtienne de l’université à celle d’une “MacUniversité” néolibérale, d’en appeler à la résistance »15.

Haut de page

Notes

1 Les citations fournies dans ce compte rendu sont celles du rédacteur, Simon Ridley (ndlr).

2  Cornel West, Race Matters, New York, Vintage books, 2001 ; voir aussi Pauline Peretz (dir.), L’Amérique post-raciale?, Paris, PUF, coll. « La vie des idées », 2013, compte rendu d’Éric Keslassy pour Lectures : http://lectures.revues.org/11564.

3 Voir Robert Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2007, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/488.

4 On trouve de longues précisions méthodologiques en annexe p. 411 à 483. NSCE correspond à National Study of College Experience, une base de données faite en collaboration par les dix institutions qui font partie de l’initiative College and Beyond créée par les chercheurs de la fondation Andrew W. Mellon.

5 Sur le cas français, on peut citer : Marco Oberti, L’école dans la ville. Ségrégation - mixité - carte scolaire, Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2007, compte rendu de Séverine Chauvel pour La Vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Retour-sur-les-segregations.html ; Agnès van Zanten, Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales Paris, PUF, 2009, note critique de Xavier Dumay pour Revue française de pédagogie : http://rfp.revues.org/2785.

6 Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, La Découverte, 2011, compte rendu de Christophe Premat pour Lectures : http://lectures.revues.org/6488.

7 Le Scholastic Assessment Test (SAT) et l’American College Testing (ACT) sont des examens standardisés utilisés pour l’admission à l’université aux États-Unis.

8 Legacy se traduit littéralement par « héritier », ce qui nous fait penser à Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les héritiers. Les étudiants et leurs études, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985 (1964), compte rendu de Pascal Fugier pour la revue ¿ Interrogations ? : http://www.revue-interrogations.org/Pierre-Bourdieu-et-Jean-Claude.

9 Richard Sander et Stuart Taylor Jr., Mismatch: How Affirmative Action Hurts Students It’s Intended to Help, and Why Universities Won’t Admit It, New York, Basic Books, 2012, compte rendu de Norman Wilson pour New York journal of books : http://www.nyjournalofbooks.com/book-review/mismatch-how-affirmative-action-hurts-students-its-intended-help-and-why-universities.

10 Groupe de huit institutions universitaires privées qui s’estiment les plus anciennes et prestigieuses des États-Unis.

11 La microsimulation est un modèle statistique qui utilise des « micro-données » et simule les effets d’un changement de politique publique sur les comportements des différentes unités afin de chercher à évaluer les effets d’un tel changement. Voir : Lavina Mitton, Holly Sutherland, Melvyn Weeks, Microsimulation in the new Millenium Chalanges and innovations, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

12 Voir « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », Revue du MAUSS, n° 8, La Découverte, 2009, compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://lectures.revues.org/768 ; Romuald Bodin, Sophie Orange, L’Université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2013, compte rendu d’Émilien Schultz pour Lectures : http://lectures.revues.org/12789.

13 Pour une vision qualitative de la sélection à Harvard voir : Stéphanie Grousset-Charrière, La face cachée de Harvard. La socialisation de l'élite dans les sociétés secrètes étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Études & recherche », 2012, compte rendu de Pierre Bataille pour Lectures : http://lectures.revues.org/8714.

14 Voir : Dennis Hayes et Robin Wynyard (dir.), The McDonaldization of higher education, Westport, Bergin and Garvey, 2002 ; Pierre Richard (dir.), L'université française : une nouvelle autonomie, un nouveau management, PUG, coll. « Libres cours », 2012, compte rendu d’Émilien Schultz pour Lectures : http://lectures.revues.org/8924.

15 Chris Lorenz, « “L’économie de la connaissance”, le nouveau management public et les politiques de l’enseignement supérieur dans l’union européenne », In Christophe Charle et Charles Soulié (dir.), Les ravages de la « modernisation » universitaire en Europe, Paris, Éditions Syllepse, 2007, p. 52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Thomas J. Espenshade et Alexandria Walton Radford, No Longer Separate, Not Yet Equal. Race and Class in Elite College Admission and Campus », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mars 2014, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14001

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Étudiant en M2, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, socio-anthropologie urbaine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search